Partagez | 

On se fait pardonner ? // Orphée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageLun 7 Nov - 3:57


On se fait pardonner ?

feat Orphée A. Faustus


Les choses avançaient normalement. Le magasin se tenait assez bien et de plus en plus, Vaan y mettait beaucoup de temps et certainement beaucoup d’énergie. Cependant, tout ce qui était énergie n’était pas un problème pour Vaan qui avait fait beaucoup de choses... Beaucoup d’entraînements dans sa vie entière. Des jours entiers, sans faire autre choses que cela, seulement en train de s’épuiser. Apparemment, ça avait donné de bonnes choses tout de même... il avait un autre métier, un autre rôle bien plus important que le simple joaillier qu’il est.  Malgré ce rôle bien plus simple, il mettait autant d’énergie et ce qu’il faisait, il ne le faisait jamais à moitié. Ce n’était pas pour rien qu’il était capable de faire quelque chose comme cela... Un partie d’orgueil et de volonté, bien sûr. Le fait d’être habitué au travail et à la fatigue. Tout cela lui permettait de tenir le coup.

Cette boutique qu’il tenait été tout pour lui. C’était la preuve qu’il avait vraiment choisi de faire ce qu’il voulait sans nécessairement faire ce que ses parents souhaitaient qu’il fasse. À chaque fois qu’i se retrouvait à penser à ses parents, il est prit entre deux pensées totalement différentes. Il pensait qu’ils pouvaient avoir honte de lui vu ce qu’il faisait, mais aussi que le fait qu’il soit le maître de l’oracle des lycans puisse les rendre très fier. Peu importe, il avait assez payé à leur place pour laisser ça aller. Il n’avait plus à y penser et étrangement, tout cela lui revenait en tête pendant son travail. Une chose qui ne revenait pas du tout. Un long soupir sortit avant de continuer à travailler, en matinée, très tôt le matin. Il avait mangé rapidement un pain déjà tout fait, il n’avait pas commencé à innover à partir de maintenant...

Finalement après continuer un des projets sur lesquels il était, il le laissa en place et s’essuya les mains avant de revenir vers l’avant. Il avait plusieurs projets qui étaient à l’avance, il avait de nombreuses pièces aussi et le verre pouvait ressembler à du cristal. En plus, faire des bijoux artisanalement comme cela, bien qu’il s’aidait parfois de son pouvoir, ce n’était pas facile ca il fallait être vraiment précis. Même en combat, il se retrouvait à être assez délicat, car son pouvoir de lui permettait pas souvent d’attaquer avec violente. Il devait être délicat comme le verre l’était. Il agissait pareil en combat, entraînement et dans son métier ordinaire. Une fois qu’il semblait bien satisfait de tous ses projets, il alla en boutique. Regarder les gens, voir ce qui les intéressait. Niveau social, il n’était pas la personne la plus efficace et la plus habitué. Il avait omis sa vie privée pendant des années et maintenant, le fait de devoir tout ramener n’était pas facile. Il ne cherchait pas plus, il faisait ce qu’il connaissait.

Quelques bijoux de plus étaient terminés et il les amena vers l’avant, qu’il exposa pour montrer ce qu’il était capable de faire. Puis là, il resta sur place, expliquant aux personnes comme il faisait, pourquoi et le style. Il acceptait les demandes spéciales. Bien sûr, pour ce qu’il était capable de faire. Quelqu’un regarda quelque chose, cherchant sûrement quelque chose en particulier. Vaan pouvait lui proposer de faire quelque chose s’il le souhaitait, s’il ne trouvait rien qui lui plaisait au point de l’acheter. C’était une proposition à faire. « Bonjour ! Vous ne semblez pas satisfait, vous recherchez quelque chose de plus précis ? » Vaan ne le savait pas exactement, mais tout de même, il voyait bien qu’il regardait sans savoir exactement quoi regarder. Il faut dire que la plupart des choses étaient encore en création et que Vaan marchait beaucoup sur commande, c’était plus simple et plus habituel. Ce qu’il avait en vue, c’était surtout des exemples ou plutôt des modèles sur ce qu’il pouvait faire.

© Codage By FreeSpirit
Orphée A. Faustus
« Grand sage inculte des relations sociales »
⌘ Messages : 67
⌘ Inscrit(e) le : 07/08/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Mage Illusionniste spé Altération du Temps
◊ Pouvoir: Mind-Lock
◊ Malédiction:
Grand sage inculte des relations sociales
MessageLun 5 Déc - 13:18




ON SE FAIT PARDONNER ?
Peut-être... Vous avez quoi pour moi ?



Si je m’attendais à faire ce que je me prépare à faire en cet instant, je crois que je ne me serais jamais cru. J’ai vécu trop de temps pour avoir fini par me connaitre par cœur. Ce petit côté plaisantin que j’aime par dessus tout adopter pour passer le temps est tel que je suis bien du genre à rire de la frustration de mes « victimes » que j’alimente. Ça me divertis tellement que j’en rajoute souvent une couche pour me satisfaire encore plus et quand le martyr est dépassé et qu’il ne m’amuse plus, je vais voir ailleurs. Et ainsi de suite. Mais en aucun cas j’aurais pu imaginer à cette époque que j’en viendrais à culpabiliser de ces jeux sordides. Enfin... Culpabiliser est un grand mot. Je ne faisais que mon travail en voulant récupérer cet ouvrage, non ? Je ne voulais en rien me jouer de cette belle enfant. Ou pas. Je ne sais plus.

Quoi qu’il en soi, je me retrouve à marcher vers ce magasin dont j’ai eu des échos. Un bijoutier qui, parait-il, confectionne des perles rares si je puis dire. Un Humain surtout... Ce que je ne ferai pas pour que cette chère Évocatrice ne me tourne pas le dos suite à ma petite blague qui a pris une ampleur plutôt inquiétante. C’était à prévoir mais de là à hurler et avertir toute la population de l’auberge, c’était assez gênant. Je ne voudrais pas que ma proie favorite s’efface et que son chemin ne croise plus le mien. Ah ces Humains. Certains ont de quoi vous tourner en bourrique sans même qu’ils s’en aperçoivent. Et à croire que je n’ai pas assez de vécu pour tomber dans le panneau.

Ma main appuie doucement sur la poignée de l’échoppe qui me fait enfin face avant d’entrer à l’intérieur. Heureusement pour moi, ce n’est pas la foule qui va me gêner dans mes recherches. Mais c’est qu’il y a tellement à voir. Je suis étonné de voir qu’une boutique aussi fournie se situe à Mideel sans même que je m’en sois vraiment aperçu. Il faut dire que je ne cours pas vraiment après les bijoux. Je jette un œil d’étal en étal sans vraiment savoir ce que je recherche au final. Par contre, mes pupilles alertes s’arrêtent sur un détail bien précis : les finitions de ces joyaux... J’y porte tellement attention que j’en sens à peine le propriétaire du magasin approcher.

« Bonjour ! Vous ne semblez pas satisfait, vous recherchez quelque chose de plus précis ? »
« Aie-je l’air si indécis ? »

Il faut dire que vu les circonstances dans lesquelles je veux ce bijou, j’ai le droit de me montrer un peu pointilleux. Qui plus est quand il s’agit d’ennuyer des Humains. Ne voyez pas cela au sens péjoratif. Je n’ai rien contre cet homme qui, je dois l’admettre, fait un travail remarquable. Mais le Vampire que je suis aime à titiller la race humaine. Ça s’est déjà vu. La preuve, j’en suis rendu à trouver un moyen de me faire pardonner. Enfin... Il s’agit là d’un cas relativement spécial. Je sors de mes rêveries en gardant un sourire aimable, relevant mon regard vers celui du propriétaire des lieux.

« A vrai dire, je ne sais pas exactement ce que je cherche. Disons que je regarde un peu l’étendue de votre don. »

Et j’insiste bien sur le terme « don ». J’ai l’œil. Et surtout, l’intuition. Une maitrise aussi fine de ce matériau qu’est le verre pour proposer de tels résultats... Je ne crois pas en la finesse de l’Homme. Il suffit de regarder cette Île et les déboires qu’elle subit pour inculper cette race tout comme d’autres. J’ai trop peu confiance pour en plus admettre que chaque individu représentant les Humains soit capable d’arriver à une telle perfection sans un petit plus. Mon petit doigt me dit qu’il y a un pouvoir ici. Et quel merveilleux pouvoir.

« Vous m’arrêterez si je me trompe en parlant de don ? Vous faites ce métier depuis combien de temps ? »

Ces mots ne sont là que pour avoir des détails. Rien de plus. Je ne cherche pas à être impoli. J’aime juste être sûr de ce que je ressens et pouvoir m’appuyer sur une valeur sûre quant à ce que je suis venu chercher. Il va sans dire que si ces bijoux sont fabriqués avec l’aide d’un savoir inné, c’est que l’envie de cet artisan est telle qu’il veut toucher la précision. Je n’ai connu que peu de personnes mettant leur don au service d’un métier plutôt qu’au service d’une raison moins noble et plus dangereuse. Cette boutique est peut-être mieux que je ne le pensais.


code © mei sur apple-spring

Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageVen 23 Déc - 6:40


On se fait pardonner ?

feat Orphée A. Faustus


Vaan appréciait lorsqu’on aimait ce qu’il faisait. C’était toujours gratifiant se faire dire que ce qu’on faisait était magnifique, ou simplement beau. Tous les compliments étaient les bienvenus tant qu’ils étaient sincères. Si lui-même trouvait beau ce qu’il faisait, c’était bien… mais il fallait que cela plaise aux autres. C’était le but de l’Art, c’était de plaire aux autres et de montrer ce qu’on valait. Vaan tenait à cela. Comme il était une personne difficile avec lui-même, il lui arrivait de recommencer seulement parce qu’il n’était pas satisfait. Ainsi, Vaan savait qu’il pouvait être fier de ce qu’il faisait. Ce sera beau et approuvé par lui. Le travail qu’il mettait là-dessus était tout de même impressionnant, seulement parce que c’était bien ce qu’il souhaitait. Savoir que son travail est apprécié était une bonne chose. Apprécier son travail en étant une autre. Et ça, sans aucune doute.

Le choix étant assez grand, il était possible de ne pas avoir d’idée. Le propriétaire commençait à comprendre un peu l’attitude des personnes qui cherchaient quelque chose. Lorsqu’il était allé voir le jeune homme, il lui demanda s’il avait l’air si indécis. À vrai dire… peut-être pas, mais peut-être semblait-il plus avoir l’attitude d’une personne qui ne savait pas où mettre la tête ? Une forme d’indécision, oui. « Peut-être pas tant, mais effectivement, vous semblez tout de même hésiter sur ce que vous souhaitez regarder.. » Cela n’était très certainement pas un problème. Ça lui faisait même plaisir de voir cet intérêt chez cette personne. Une réponse qui le fit sourire. Il était mal parti s’il ne savait pas ce qu’il cherchait.. en plus, Vaan ne pourrait tout simplement pas l’aider dans cette situation. Puis, il dit qu’il regardait l’étendue de son don. Son visage se tourna vers un collier à côté et un léger sourire se forma.

C’était bien intéressant entendre quelqu’un parler de cela. Travailler le verre à si petite échelle n’est pas toujours facile.Là, une sphère devait être présente et elle était réellement la taille qu’elle devait être, sans oublier la forme. Il demanda confirmation à propos du don et chercha des détails sur tout cela. En effet, Vaan ne pouvait rien dire contre le don. Il ne le niait pas du tout et même qu’il trouvait que cela donnait une autre dimension à ses bijoux… quelque chose que plusieurs ne pouvaient pas faire. Certes, certains avaient des pierres précieuses, et non du verre… Mais le verre travaillé si finement ajoutait un magnifique effet de cristal ce qui lui plaisait beaucoup. « Oui, ça doit être l’une des premières fois où on me le demande aussi clairement que ça en ayant à peine vu mes créations. Donc, je confirme, vous ne vou trompez pas du tout en parlant de don, c’est ce qui me permet de faire des détails qui seraient difficiles, voire impossibles sur certains matériaux et à cette échelle... » Pour avoir avoir essayé, ce n’était pas facile. Il profitait de ce qu’il avait pour faire ce qu’il pouvait. C’était une passion qui datait d’il y a un bon moment. Il allait répondre, ça lui faisait bien plaisir d’informer ce jeune homme sur ce qu’il faisait.

« Faire le métier… quelques années, tout au plus  Par contre, avant que je décide d’en faire un réel métier, j’utilisais cette maîtrise comme passe-temps. Ça doit faire un peu plus d’Un quinzaine d’années que j’en fabrique. Pour le plaisir puis pour en faire un réel métier. »

Un métier qui marchait très bien compte-tenu qu’il commençait à être reconnu à travers les villes. C’était bien plaisant de voir que ce que l’on faisait menait quelque part et ça menait beaucoup plus loin qu’il le pensait au début. C’était vraiment plaisant et Vaan ne regrettait pas une seule seconde toutes les décisions qu’il avait pris… Peut-être était-ce pour cela que la qualité se voyait dans son Art.  

« Vous semblez vous y connaître tout de même dans le domaine, pour remarquer ce genre de détail… c’est assez impressionnant je dois dire. » Il regarda autours de lui et personne ne semblait avoir besoin de son aide. Autre que ce jeune homme car il était tout de même venu vers lui à la base pour lui proposer de l’aide et qu’il arrive à choisir ce qu’il souhaitait, s’il souhaitait quelque chose. « Vous cherchez quelque chose ? Vous m’avez dit que nous ne saviez pas… peut-être est-ce que je peux vous aider à choisir ? »

© Codage By FreeSpirit

On se fait pardonner ? // Orphée

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Myrrodin :: Mideel-