Partagez | 

Promenons nous dans les bois • pv Al'rac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageMar 2 Aoû - 1:02



« Prom'nons-nous dans les bois, pendant que le loup y est pas. Si le loup y était, il nous mangerait. Mais comme il n'y est pas, il nous mangera pas ! Loup, y es-tu ? Que fais-tu ? Entends-tu ? »

Un chant enfantin résonne dans la forêt d’Illusia. Un chant en parfaite adéquation avec le lieu, puisqu’il se situe non loin de Mideel. Si je cherche les ennuis ? Pas du tout ! Les Lycans ne mangent pas les demoiselles n’est-ce pas ? Je trouve cela amusant, tout simplement. De toute manière, nous sommes en plein jour et je doute qu’il soit possible que je tombe nez à nez avec l’une de ses grosses bestioles velues. Ou alors juste sous forme humaine, ce qui est nettement moins dangereux. En principe. Enfin, ce n’est pas comme si j’allais avoir peur de cet endroit et de ces habitants. C’est im-pos-sible ! Et puis c’est tout.

En réalité, je dois dire que je me moque bien de ce que je peux trouver ici. Rien, ni personne ne fait peur ! Au pire, je pourrais toujours grimper sur le dos de Ruin et me sauver à toute allure, ça marchera très bien comme technique. Testée et approuvée de maintes fois. Si, si, jurée sur la tête de ce rocher là-bas. J’essayerai de ne pas lui marcher dessus pour la peine, si je n’oublie pas d’ici-là. Oh et puis c’est sans importance de toute façon, je préfère continuer mon chemin pour rallier le plus vite possible la capitale.

« D’ailleurs... pour quelle raison suis-je venue ici ? Hmmm... »

En voilà une bonne question. Le hic, c’est que je ne m’en souviens pas vraiment. Je crois que j’ai continué mon voyage pour éviter le Cercle sans me préoccuper du reste. Je reviens d’ailleurs du Sud, des souvenirs forts plaisants plein les poches, puis je suis remontée parce que je n’avais pas très envie de prendre la mer et... et voilà en fait.

Néanmoins, je suis très curieuse d’aller voir les maisons suspendues de cette fameuse ville. Je trouve ça tellement atypique pour une race qui partage les traits d’un animal qui est tout sauf arboricole. Je les aurais plutôt vu dans un terrier moi. Sous terre quoi. Mais bon, ils font ce qu’ils veulent, ce n’est pas moi qui vais les juger. Promis !

Tiens, j’y pense. Je suis dans une forêt, il y a plein de plantes par ici qu’on ne trouve pas dans d’autres régions de l’île et je n’y ai justement jamais mis les pieds. Je devrais sûrement trouver un apothicaire ou un vendeur qu’il soit pour me refaire un stock de plantes toutes fraîches, toutes neuves pour créer quelques potions intéressantes. Peut-être même que je parviendrais à en créer une qui rendra mon « cher roi » un peu plus féminine encore. Ça pourrait être drôlement amusant.

Notant l’idée dans ma petite tête, je poursuis mon chemin jusqu’à tomber sur une premier forme de vie. Qui... court après de petites créatures riantes ? Oooooh je vois ! C’est donc ça la secte du coin ? C’est... intéressant, ma foi. Il en faut de la jugeote pour créer un culte en l’honneur de petites créatures repoussantes. Je ne l’aurais point fait, mais parce que je m’en fous en fait. A moins qu’elles ne soient mortes et qu’elles puissent me servir à mes expériences pour mes pantins. Ce que je n’ai jamais fait non plus, parce que je préfère ce qui est un peu plus... bipède. Si vous voyez ce que je veux dire. Enfin non, vous ne pouvez pas vraiment voir, vous êtes morts, mais justement, cela vous rends encore plus proches de la chose dont je parle. Voyez ? Oh et puis zut !

« Salut ! Tu parais bien t’amuser dis moi. »

J’avais même appuyer mes salutations d’un signe de la main. Tout en balayant bien vite ce vouvoiement qui m’embête comme à mon habitude. Je n’aime pas cette façon de m’adresser aux autres, mais je n’en tiens pas rigueur à mes interlocuteurs. A la place, je préfère m’approcher de ce jeune homme. Très près. Trop près.

« Dis, dis. Que fais-tu ici ? C’est un jeu bien amusant que tu as l’air de jouer là, c’est en l’honneur de quel dieu impie ? Tu es du coin d’ailleurs ? Je pense, puisque tu traines dans un bien étrange endroit, mais bon on sait jamais. Je me rendais à Mideel d’ailleurs, c’est amusant je ne pensais pas croiser quelqu’un en chemin. Je m’appelle Cya ! Enchantée ! »

Les paroles ont été prononcées bien vite, mais je dois dire que je suis de très bonne humeur alors j’ai un peu de mal à réprimer mon enthousiasme. De toute façon, il ne va pas fuir en laissant ses amis en plan, non ?

« Ah, attention. »

D’un geste brusque je le pousse en appuyant sur son épaule, mais un œuf pourri vient d’atterrir à nos pieds et même si ça aurait pu être très amusant de le voir recouvert de jaune d’œuf pas frais... je n’aurai pas très envie de discuter avec quelqu’un qui sent la putréfaction. Je tiens à mon estomac et à mes chaussures, quand bien même j’aurai pu me vider sur les siennes. Évitons de faire fuir le guide avant d’arriver à Mideel !
Promenons nous
dans les bois ♪

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya
Al'rac Suvanah
« Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?! »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 22/03/2016

⌘ Reroll : Nope

Fiche de Skills
◊ Classe: Artilleur
◊ Pouvoir: Pacte armé
◊ Malédiction:
Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?!
MessageSam 8 Oct - 4:58

Idiot, idiot, idiot ! C'était le seul mot qui tournait en boucle dans la tête d'Al'. Il avait été idiot d'aller dans la forêt. Idiot de chercher ces stupides Korrigan... et si con de les avoir provoqué... Une balle avait suffit à détruire le fruit du travail de l'un de ces farceurs primitifs, ainsi que la confiance accordé au jeune homme. Confiance qui était d'ors et déjà froissé par ses diverses moqueries et provocations avant l'acte final de son théâtre de bêtises. Pourtant, l'expression de leur visage était à mourir de rire, et l'avait encouragé à aller au plus profond de sa connerie.

Le voilà à présent en train de courir comme un demeuré, poursuivi par ces horribles créatures à l'allure repoussante. La scène avait un côté ridicule, mais avec le temps de recharge de son arme, il serait incapable de tous les attaquer assez rapidement. Il ne parviendrait pas à les faire tous tomber, et quand bien même il arrivait à avoir une bonne cadence de tir, rien n'assurait qu'il allait viser avec précision en pleine course. Le lycan ne pouvait que fuir, ne voulant pas gaspiller ses munitions à effet, ni provoquer de déflagrations mal gérée en plein milieu de la forêt. Par ailleurs, ils avaient des jambes bien courtes, mais leur endurance ne leur faisait pas défaut, comparé à Al'rac, qui s'épuisa bien vite. Essoufflé, il ralentissait petit à petit, priant pour que ces créatures lâchent l'affaire. malheureusement pour lui, elles ne semblaient pas prêtes de l'oublier. Aussi, il s'arrêta soudainement, se retourna, l'arme pointée dans leur direction. Ainsi, prenant un air -piètrement- menaçant, il voulait leur faire comprendre qu'il n'avait pas l'intention de se laisser faire. Il marqua la distance en reculant légèrement en les fixant, sans regarder derrière lui.

"-Si vous bougez encore un peu... J'tire... chuis sur que vous comprenez qu'c'est pas un jouet..."

Un rictus se dessina sur le visage de l'un d'entre eux, celui qui semblait diriger le petit groupe. Intrigué, et légèrement inquiet, il recula un peu plus vite, sans s'apercevoir... qu'une racine surélevée se trouvait là, juste derrière ses chevilles. Il finirait par croire que depuis l'incident avec la Balverine, la forêt dans son intégralité allait lui faire la misère. Aussi, il tomba lamentablement sur le dos, les doigts se desserrant autour de la crosse de son pistolet. rapidement, en poussant un rire des plus désopilants, certains membres du groupe de Korrigans sautèrent sur lui, bloquant son bras et attrapant la bourse qui se trouvait à sa ceinture. Al' n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait que son argent -surement volé- était déjà entre les pattes d'une de ces saletés. Ils se mirent alors à courir à leur tour en gloussant, emportant avec eux le fruit de sa collecte chez les pigeons. Pas le temps de s'essuyer, il ne pouvait pas les laisser emporter ce gain supplémentaire.

Il finit par croiser la route d'une jeune femme à force d'être baladé au sein de la labyrinthique forêt. Elle l'interpella, marquant sa salutation par un signe de la main. Impossible de s'arrêter, mais pour rester à proximité des créatures qu'il poursuivait il n'eut d'autres choix que de passer à côté d'elle. Assez essoufflé, il posa ses mains sur ses genoux, légèrement courbé, et fit une pause qu'il penserait courte. Al' ne répondit pas vraiment à cette interpellation, très intrigué par la présence de cette personne dans un endroit aussi animé lorsqu'on en explore les tripes. Il écouta ce qu'elle avait à dire, mais elle parlait si vite et qu'il était encore essoufflé, ce qui ne lui permit pas de comprendre l'intégralité de ce qu'elle disait.

"- C'est quoi ton problème à toi... ?"

Il la toisait, sans comprendre ce qu'elle avait vraiment en tête. l'inconnue semblait étrangement enjouée et posait beaucoup de questions à la suite. Soudainement, celle-ci la poussa par l'épaule, et avant de comprendre l'origine de son geste, un œuf pourri éclata juste à leurs pieds. Il manqua de perdre l'équilibre dans la surprise, mais l'odeur nauséabonde de cet "aliment" en décomposition le remit sur pied rapidement, avec une forte envie de dégobiller. Il n'allait pas le faire, mais sa sensibilité de lycan lui fit remarquer à quel point ce genre de choses pouvaient sentir mauvais. Les korrigans, amusés, mettaient en avant la bourse qu'ils avaient volé, dans l'intention de le faire courir encore un peu. Mais, lui, il ne riait plus. Alors qu'ils se marraient comme des macaques, Al' voulu agir sans attendre et chargea son arme avec une unique balle basique, déboitant la crosse avec dextérité avant de le remettre en place, laissant un claquement marquer son geste. Il tira.

L'un des Korrigans s'écroula, les pattes avant recouvrant sa hanche rapidement ensanglantée. La bourse en cuir épais vola, et les Korrigans ne semblaient pas seulement terrifiés, il était certain que le geste d'Al'rac ne serait pas oublié. Emportant leur ami blessé, ils jetèrent un regard noir à ce saligaud sans scrupules. Sans doute seraient-ils en mesures de mettre en marche d'autres pièges sur la route qu'il déciderait d'emprunter par la suite, c'était loin d'être terminé...

"- Je n'voue pas d'culte à ces saloperies, "Cya"... C'est ça ? ... t'as l'air bien enjouée pour quelqu'un qui traîne ici dis donc..."

Son arme était toujours pointée dans la direction des Korrigans, mais il ne jetait que de petits coups d'œil rapides vers leur ancien emplacement. Il passa un petit temps à l'observer, la regardant de travers. Après qu'il se soit assuré que l'odeur de ces créatures courtes sur pattes s'éloignait, il marcha lentement vers sa bourse, dont les quelques orins qu'elle contenait étaient étalés sur le sol. Il baissa son arme, sans regarder son interlocutrice. Il finit par répondre pleinement à ses interrogations.

"- Tu poses beaucoup trop d'questions. j'viens pas de Mideel mais j'm'y dirige... Un guide pour quelques orins, si t'es une touriste, je t'offre un prix d'ami. Sinon, j'te lâche ici, en proie aux créatures de la forêt. c'toi qui voit. Dans tout les cas, j'bouge. l'œuf pue encore encore, c'est insupportable. Ah, et appelle-moi Al'rac."

Il finit par lâcher son arme en s'accroupissant, la rangeant à sa ceinture, avant de rependre les pièces une à une et de les remettre à leur place. Il rangea la bourse dans une poche à l'intérieur de sa veste, cachant son mouvement pour ne pas la laisser voir ou elle se trouvait. Après tout, prudence est mère de sureté...
Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageDim 18 Déc - 17:44



Quel étrange... garçon. Pas très sympathique au premier abord, pourtant il devrait arrêter de faire la moue comme ça, il va finir plein de rides avant d’avoir la trentaine. Chose peu recommandé quand on essaye de trouver une personne pour chauffer sa couche. Enfin, je le pense, mais ne dit rien... pour le moment. Non pas que j’ai peur de froisser mon interlocuteur, mais il me semble un peu trop sur les nerfs pour le moment et personnellement je ne tiens pas à me faire égratigner par sa pétoire. C’est en silence que je me contente de l’observer pendant qu’il est allé récupérer je ne sais trop quoi dans les fourrées. Ce n’est pas comme si ça m’intéressait de toute façon, dans l’immédiat je m’inquiète un peu plus du retour des petites créatures toutes fripées. J’espère qu’elles attendront au moins que je sois arrivée à destination avant d’essayer de danser dans les tripes de cet étrange personnage.
 
« Je n'voue pas d'culte à ces saloperies, "Cya"... C'est ça ? ... t'as l'air bien enjouée pour quelqu'un qui traîne ici dis donc... »
« Ah bon ? Je devrais pleurer alors ? Moi je trouve la forêt très belle en cette période ! »
 
Je réponds avec le sourire, cela va de soit, à un point que ma réponse semble presque ironique. Pourtant ce n’est absolument pas le cas. Ses mots ne font que le rendre encore plus bizarre à mes yeux, mais ça s’arrête là.
 
« Et oui c’est bien Cya. Par contre... j’éviterai de traiter les Korrigans de saloperies, parait que c’est plutôt rancunier. Je crois, je n’en suis plus très sûre en fait. »
 
Quelque part, je suis un peu déçue d’apprendre qu’il ne s’agit pas d’un culte païen perdu au beau milieu des bois. L’échange aurait pu être très amusant, enfin, tant pis ! Peut-être que j’essayerai de glisser l’idée à quelques naïfs que je croiserai à l’occasion. Il est évident que je ne pourrais pas m’atteler à la tâche moi-même, il est hors de question que je trahisse la Grand Faucheuse, puisque je ne croit pas en tous ces dieux un peu bizarre. Puis, j’ai un peu trop à faire avec mes expériences, il vaut mieux que je délègue à quelqu’un qui mènera cette tâche proprement. Une idée rigolote me traversera bien l’esprit le moment venu ! Pour l’instant, je me contente d’attendre sa réponse à mes questions. C’est qu’il est un peu lent à la détente celui-là.
 
« Un guide pour quelques orins, si t'es une touriste, je t'offre un prix d'ami. Sinon, j'te lâche ici, en proie aux créatures de la forêt. c'toi qui voit. »
« Ahahahahaha ! Tu es un petit drôle toi. »
 
Je ris à m’en tenir les côtes, il est lent et un peu sourd je crois. Ou alors il essaye de me faire croire que je suis perdue, mais c’est pas un renard qu’on va mener par le bout du nez. Le pauvre, il me ferait presque de la peine et j’ai bien envie de jouer le jeu, mais pas totalement le jeu.
 
« Je ne suis pas perdue, je me balade juste en forêt à la recherche de quelques ingrédients. Par contre, c’est pas plutôt toi qui risque d’être la proie des créatures qui se cachent dans les arbres ? Si tu veux, je t’accompagne et je couvre tes arrières, comme ça on est quitte ! »
 
Je le vois alors déjà partir comme un voleur. Décidément ! Il est lent, mais pas pour tout. A moins qu’il essaye de fuir et qu’il n’accepte pas sa couardise. Le pauvre... ce n’est pas si grave pourtant. Un doux sifflement s’échappe de mes lèvres, appelant mon chocobo blanc neige qui me rejoint aussitôt après avoir chasser quelques bestioles à se mettre sous le bec. Mon compagnon me répond d’un joli piaillement et se met alors en marche à mes cotés. Il ne nous faut que quelques enjambés pour rattraper le jeune homme qui est parti à l’avance. Les grands sacs de toile que transportent l’oiseau laissent parfois échapper quelques bruits légers sous ses pas, lorsque le terrain se fait un peu plus accidenté. Nous pourrions d’ailleurs aller beaucoup plus vite en grimpant sur son dos, sauf que je me refuse à lui donner trop de charge. Sans oublier que mon ami est un peu... récalcitrant avec les étrangers, ce que je comprends parfaitement. De toute façon, ça lui apprendra à être ronchon !
 
« Tu n’as pas besoin d’aller aussi vite, ils sont loin derrière je pense. A moins que tu sois pressé ? Je n’ai même pas pu te présenter Ruin ! C’est mon chocobo. Il est beau n’est-ce pas ? »
 
On pourrait croire que je cherche à faire la conversation, alors qu’en fait c’est juste que j’aime complimenter mon compagnon à plumes. On dit toujours qu’il faut être franc, alors je le suis. Ce n’est pas de ma faute si mon Ruin est le plus beau de tous les chocobos !
 
« Dis, qu’est-ce que toi tu faisais dans un coin aussi reculé de la forêt à jouer avec les Korrigans ? Et tu vas faire quoi à Mideel ? »

Curiosité ? Oui, et alors ? C’est toujours bien de savoir à qui on a affaire.
Promenons nous
dans les bois ♪

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya

Promenons nous dans les bois • pv Al'rac

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Myrrodin :: Forêt d'Illusia-