Partagez | 

How dare you ?! ∞ rudra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tallulah L. M. Lœvenbruck
« It isn’t safe to walk through these woods alone »
⌘ Messages : 57
⌘ Inscrit(e) le : 25/11/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Castiel & Selena

Fiche de Skills
◊ Classe: Druide
◊ Pouvoir: Photomorphose
◊ Malédiction:
It isn’t safe to walk through these woods alone
MessageVen 18 Mar - 18:33


“If we can share our story with someone who responds with empathy and understanding, shame can't survive.”

    « NON ! LAISSE-MOI TRANQUILLE ! »
Une voix fluette et craintive s’était élevée dans le site de fouille. Une voix que l’on entendait presque jamais à vrai dire. Et pourtant, c’était d’une façon des plus audibles qu’elle perçait le silence des lieux. Peut-être même un peu trop, comme si elle hurlait après un monstre pour essayer de le faire fuir tandis qu’elle essayait de le fuir inlassablement. Ce n’était pas un secret cependant, une créature assoiffée de sang ne lâche pas sa proie à cause de quelques hurlements. A moins d’être jeune et inexpérimentée. Hélas, ce n’était rien de toute ça et encore moins un « monstre » des plus ordinaires.
 
C’est pas vrai ! Dites-moi que je rêve et que je vais bientôt me réveiller. Qu’ai-je donc fait pour mériter cela et me retrouver dans une situation aussi embarrassante ? J’ai toujours fait mon travail le plus proprement possible et surtout en étant aussi méticuleuse que je puisse l’être. Jamais de fausses notes, jamais d’ombres au tableau, à moins que l’on vienne me déranger. Il n’y a aucune raison pour que ce Dieu que nous recherchions tant me punisse pour une faute que je n’ai pas pu commettre. Ce n’est pas juste ! C’est un autre qu’il aurait dû aller embêter, pas moi. Je ne peux rien faire d’autres en dehors de mes recherches. Je veux travailler tranquille !
 
Malheureusement, ce n’est pas avec quelques plaintes intérieures que les choses pourront changer. Depuis combien de temps dure cette fuit ? Au moins... dix bonnes minutes ! Et rien n’y fait, j’ai changé trois fois de pièces, j’ai essayé de me cacher derrière une demi-douzaine de portes et traverser un nombre incalculable de portes et je l’ai toujours sur les talons. Puisque cet énergumène... possède exactement les mêmes capacités que moi. Autant dire de suite que la fuite est beaucoup plus compliquée et que j’ai déjà l’impression qu’elle n’en fini plus.
    « J’ai dit que j’étais pas d’accord ! Je ne changerai pas d’avis ! »
Alors j’essaye de lui faire comprendre que ça ne sert à rien, qu’il ferait mieux d’abandonner car je ne plierai pas. Enfin, je crois, je dois au moins être assez convaincante. Si seulement quelqu’un daignait au moins m’accorder un peu d’aide, ce qui ne risque pas d’arriver de sitôt. Après tout, il n’y a que peu de nos confrères sur le site des ruines. Nous devons rester discrets et seuls les plus aptes ont été envoyés. Autant dire qu’on nous compte sur les doigts d’une main. Et que les autres sont certainement trop loin et trop occupés pour venir s’occuper de cet invité dont on m’a donné la charge.
 
Ma course a fini par me mener jusqu’à la bibliothèque. Je commence sérieusement à me lasser de son cinéma et surtout qu’il se paye ma tête. Lui trouve ça drôle ? Et bien pas moi ! J’ai des recherches à reprendre et il faut que je me débarrasse de lui. Maintenant, ou bien je risque de ne jamais y arriver. Sauf que... le penser est une chose, le faire est beaucoup plus compliqué. Sans réfléchir puisque je sens sa présence s’approcher de plus en plus, j’attrape la première chose qui me passe sous la main - soit un flacon d’encre qui avait eu le malheur de trainer là. En essayant de viser la zone d’où provenait le bruit. A peu près.
    « Je t’ai dit de me laisser tranquille Rudra ! Retourne dans ton palais, tu n’as rien à faire ici ! Vilain ! » Je ne sais pas encore où il est et je dois dire que ça m’inquiète un peu, tout autant que les mots que je venais d’oser prononcer. « S’il te plait. »


©codage par loveless



Dernière édition par Tallulah L. M. Lœvenbruck le Mar 17 Mai - 17:38, édité 1 fois
Rudra Aravinda
« Drop dead... oh too late »
⌘ Messages : 67
⌘ Inscrit(e) le : 30/09/2015

⌘ Reroll : Keith × Hilda × Adrian × Senka

Fiche de Skills
◊ Classe: Paladin
◊ Pouvoir: Contrôle du Sable
◊ Malédiction:
Drop dead... oh too late
MessageVen 22 Avr - 1:33

Juste une douche... D'accord ?

La laisser tranquille ? Jamais… ! C’est une occasion inespérée que j’ai alors hors-de-ques-tion. Ça fait un bout de temps que je cherche à faire tourner la demoiselle en bourrique mais à chaque fois, on m’en empêche. Il faut dire qu’au sein du Culte, nous sommes toujours en présence d’un tas de monde et faire le mariolle n’est pas toujours possible. Enfin je peux le faire mais pas comme j’aimerais. C’est que Tallulah c’est Tallulah quoi. La petite discrète toute mignonne qui ne parle jamais. Qui aurait presque peur qu’on l’approche de trop. Surtout quand on est haut placé. L’excuse parfaite pour que je fourre mon nez là dedans ! Quelle aubaine que les circonstances m’ont amené au niveau de ces ruines. Et quel monstrueux hasard de savoir qu’en plus, ma cible se trouve être mon escorte.

« J’ai dit que j’étais pas d’accord ! Je ne changerai pas d’avis ! »
« Tu ne sais pas ce que tu dis ! Ça va être génial ! S’il te plaiiit ! »

Ça fait de longues minutes maintenant que je la course. Je ne lui laisse aucun répit. Et elle n’a vraiment pas de chance. Au lieu de tomber sur une race matérielle, elle se trouve confronté à un fantôme. Les portes, les murs, tout ça… Ce n’est qu’une partie de plaisir. Ce qui rend sa fuite bien difficile. Je ne comprends pourtant pas. Je suis sûr qu’il y aurait plein de demoiselles qui accepteraient cette proposition que je lui ai faite. Même si à vrai dire, elle est complètement factice. Aller demander à une petite louve en fuite de partager sa douche, c’est juste impensable. Mais y’a rien de mieux comme situation salace pour s’amuser et voir son visage se plier sous toute forme d’émotions possibles. C’est vil je sais mais nom d’une Salamandre que c’est jouissif. Parce que Tallulah, quand on la connait bien, on sait que c’est une timide absolue. Et quand on décide de s’en prendre à ce point faible, les résultats sont toujours au rendez-vous !

Si elle pense que se cacher dans cette bibliothèque va me faire reculer. Au contraire, y’a plus de meubles à traverser et encore plus moyen de se planquer.

« Je t’ai dit de me laisser tranquille Rudra ! Retourne dans ton palais, tu n’as rien à faire ici ! Vilain ! S’il te plait. »
« Ne me traite pas de vilain. Je suis de loin l’homme le plus séduisant du Palais. Et… On ne parle pas comme ça au Conseiller du Roi. Surtout quand on ne sait pas viser. »

Le flacon, je l’ai vu voler mais pas vraiment dans la bonne direction. Je me suis même bien retenu de rire pour pas qu’elle m’entende dévier de cette zone où elle pensait me trouver pour aller me faufiler derrière elle en catimini. Merci au mobilier de me permettre une telle pérégrination. Et c’est par surprise que je débarque derrière elle, traversant un obstacle, et ne manquant pas de lui déposer un bisou sur la joue avant qu’elle ne se rende compte qu’elle vient de se faire avoir en beauté. Quelques secondes avant que ça face tilt dans sa tête et avant de me retrouver face à une moue affolée… ? Scandalisée ? Perturbée ? Je ne sais pas trop mais ces billes sont admirablement amusantes à constater. Autant dire que j’éclate de rire au nez de Tallulah. C’est vraiment pratique de passer au travers des murs et des sols. Si cette jeune banshee avait eu un autre flacon entre les mains, elle me l’aurait sûrement balancé alors que moi, je continue de prendre du bon temps en me moquant gentiment d’elle.

« Je te rappelle qu’au vu de mes activités royales, j’ai tout à faire ici pour Son Excellence ! Accepte et je te promets qu’après, je te laisse tranquille. »

Je reste les bras croisés devant ma victime, m’adossant contre un meuble remplis de livres et autres parchemins contenant sûrement des informations cruciales pour les fouilleurs qui continuent de travailler un peu plus loin sans même se douter que je tiens entre mes mains une perle fascinante. Ils ne doivent pas beaucoup y faire attention les bougres. Vu le bordel que l’on fait depuis tout à l’heure à courir partout pour des broutilles. C’est presque ingrat. Mais dans un sens, ça m’embêterait d’être interrompu dans mes négociations de fourbe.

« Tu ne te rends pas compte de la chance que je t’offre. Tu n’imagines même pas la taille des douches au Palais. Une grande place rien que pour toi et moi. C’est trop intimidant pour toi ? C’est ça ? »



©codage par loveless
Tallulah L. M. Lœvenbruck
« It isn’t safe to walk through these woods alone »
⌘ Messages : 57
⌘ Inscrit(e) le : 25/11/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Castiel & Selena

Fiche de Skills
◊ Classe: Druide
◊ Pouvoir: Photomorphose
◊ Malédiction:
It isn’t safe to walk through these woods alone
MessageMer 18 Mai - 16:42


“If we can share our story with someone who responds with empathy and understanding, shame can't survive.”

Si Lullah avait eu plus de courage et de jugeote, elle aurait pu gifler ce malotru. Elle aurait dû. Dommage, la demoiselle n’a jamais été capable de faire preuve d’une quelque violence que ce soit, même nécessaire, quand la pleine lune ne pointe pas le bout de son nez. Lullah, pauvre petite chose délicate et douce. Elle n’esquisse pas le moindre mouvements. Je reste clouée sur place devant tant d’audace et de perversion. Cet homme est indélicat ! Ce ne sont pas des façons de se comporter dans un lieu où de nombreuses personnes essayent de travailler. Personnes qui nous ignorent étrangement. Mes camarades doivent bien se moquer de ce qu’il peut m’arriver, on dirait bien. C’est... c’est...
    « Tu es inconvenant ! »
Je peux fuir, je peux demander poliment, rien y fait. Rudra est bien décidé à ne pas me lâcher et en plus il continue d’insister sur ses prétendus talents de séduction. Il ne manquait plus qu’une petite phrase prétendant que des tonnes d’autres femmes paieraient cher pour obtenir cette place qu’il m’offre avec « gentillesse ». Au moins, j’aurai eu de quoi lui répondre pour lui démontrer qu’il pouvait me laisser tranquille dans ce cas.
    « Je te rappelle qu’au vu de mes activités royales, j’ai tout à faire ici pour Son Excellence ! Accepte et je te promets qu’après, je te laisse tranquille. »
Par je ne sais quel miracle, je parviens à attraper un rouleau de parchemin vierge pour le lui coller sur le haut du crâne. Le papier n’étant pas un matériau très solide, le bruit qui se dégage de ce choc est presque pathétique. Tout comme celui qu’il produit à nouveau au moment où il s’écrase au sol. En effet, je me suis surprise moi-même de mon geste et je ne suis pas parvenu à maintenir ma poigne fermée. C’est à se demander qui est pathétique maintenant.
    « Si... si j’accepte, ce ne serait que le résultat d’un chantage ! C’est mal. C’est mesquin et... et... je ne te crois pas non plus ! Parce que si tu n’es qu’un vilain pervers dévergondé... »
Dans les faits, je sais très que la raison de sa présence est tout à fait valable, sinon il ne serait jamais parvenu à rentrer dans cette tente. Le Culte doit beaucoup à son roi - qui est également le mien par la même occasion - et il serait impossible que ce soit ce dernier qui se déplace pour prendre des nouvelles concernant l’avancée de nos recherches. Je m’étonne simplement, un peu, qu’il envoie une personne aussi haut placée pour une telle tâche. Ce n’est pas très discret si je puis donner mon avis - à moi-même - mais il ne doit pas avoir tant de personnes de confiance sous la main. Du moins, c’est ce que je suppose.
    « Tu ne te rends pas compte de la chance que je t’offre. Tu n’imagines même pas la taille des douches au Palais. Une grande place rien que pour toi et moi. C’est trop intimidant pour toi ? C’est ça ? »
    « Qu’est-ce que... » Je bloque, rougis sans parvenir à me contenir bien que je sente mes joues s’échauffer violemment. « Cet argu.. ce... je ne vois pas pour quelle raison j’aurais envie de partager un brin de toilette avec quelqu’un comme toi ! Je t’ai dit que c’est hors de question, que les douches soient grandes ou petites ! C’est privé. »
Pauvre petite fille qui peinait à trouver ses mots, le fait qu’elle ne soit pas habitué à ce genre de « partage » est presque trop évident quand on constate le mal qu’elle a à repousser ses étranges avances. D’ailleurs, peut-on appeler cela des avances ? Pour Lullah, cela ne lui viendrait même pas à l’esprit tant elle est innocente. Pour elle, ce n’est qu’un mauvais tour qu’on lui joue. Même si son esprit ne peut s’empêcher de s’y mettre également, avec la participation de son amie Imagination. Si son cerveau s’y met, jamais la demoiselle n’arrivera à s’en sortir et elle se maudit intérieurement de se laisser distraire ainsi.
 
Je prends une profonde inspiration pour essayer de reprendre mon sérieux. Je ne peux me débarrasser de Rudra en fuyant, il ne me reste plus qu’à lui donner une bonne raison de partir. Ce qui signifie que je dois lui donner ce qu’il est venu chercher à la base pour qu’il soit obligé de retourner au palais de Lemuria. Ce ne doit pas être si compliqué à faire. Non ?
    « Viens plutôt chercher le rapport du chef des fouilles, au lieu de raconter des bêtises. Ce n’est même pas à moi de te le donner à l’origine en plus... » Sur ces paroles prononcées à voix base, j’avais déjà tourné le dos pour me diriger vers la sortie et rejoindre les quartiers de notre historien en chef. Sauf que je n’entends rien suivre derrière moi. « Bon... tu viens ou il faut que je vienne te chercher par les oreilles ? »
Non, je n’ai pas eu le courage de me
retourner pour proférer cette « menace ».
Peut-être que j’aurai dû...


©codage par loveless

Rudra Aravinda
« Drop dead... oh too late »
⌘ Messages : 67
⌘ Inscrit(e) le : 30/09/2015

⌘ Reroll : Keith × Hilda × Adrian × Senka

Fiche de Skills
◊ Classe: Paladin
◊ Pouvoir: Contrôle du Sable
◊ Malédiction:
Drop dead... oh too late
MessageMar 19 Juil - 13:15

Juste une douche... D'accord ?

Je ne suis pas inconvenant du tout. Je m’amuse. C’est tout. Et je reste très raisonnable dans mon jeu, non ? Les limites je les connais et je ne les ai pas encore atteinte alors je me permets de pousser encore un peu le bouchon. A moins que ce rouleau de parchemin qui vient entrer faiblement en contact avec le haut de ma tête soit un signe de réelle lassitude... ? Pour l’amour de la Grande Salamandre, c’est à en mourir de rire. Je me retiens de ne pas m’esclaffer une fois de plus au visage de cette petite louve mais la fausse moue de douleur que je tire en fermant un œil est une manière pour moi de faire comprendre que ce n’est pas l’envie qui me manque. C’est presque la larme de rire qui coule alors que l’arme en question roule au sol sous sa propre panique.

« Ça... C’est de l’inconvenance. Frapper un tel haut gradé que moi. Tu ne penses pas ? »
« Si... si j’accepte, ce ne serait que le résultat d’un chantage ! C’est mal. C’est mesquin et... et... »

STOP ! En voilà des mots intéressants ! Le reste je ne le retiens pas mais ça... Un aveu parfait ! « Si j’accepte... » donc elle y pense ! Oui d’accord, ça fait des tours et des tours dans mon cerveau mais vous ne pouvez pas comprendre comme ça met du baume au cœur de voir cette femme se torturer les méninges dans une situation aussi incongrue. Et insister sur mon rôle dans la société des Banshee est un plus admirable pour enfoncer le couteau dans la plaie. Bien qu’en réalité, je me fiche pas mal de mon statut actuellement. Comme dit, je m’amuse juste.

« Je t’ai dit que c’est hors de question, que les douches soient grandes ou petites ! C’est privé. »
« Ça restera privé, tu sais ? Entre toi et moi. »

Quel délice de voir ce rouge monter aux joues de Tallulah et surtout, comprendre qu'elle n'a pas saisi la réelle portée du partage de la douche. Un ré-gal. On dirait un gamin trop content de jouer et de découvrir son jouet encore plus chaque jour. Bien qu’elle ne soit en rien un tel instrument. Voyons voir maintenant comme elle va se dépatouiller pour sortir de mon emprise puérile.

« Viens plutôt chercher le rapport du chef des fouilles, au lieu de raconter des bêtises. »
« Comment... ? Mais ce ne sont pas des b... »

Je parle en même temps qu’elle continue de sortir des mots devenus inaudibles vu qu’elle s’éloigne en... me tournant le dos ? Quelle erreur de débutant. J’ai cru que Tallulah avait fini par me cerner depuis le temps. Et qu’elle comprendrait que me tourner le dos est vraiment une très... très... très mauvaise idée. Mais non. On dirait bien que je vais m’amuser encore longtemps aujourd’hui. Si une personne arriverait sur les lieux maintenant, elle jugerait probablement mon sourire comme carnassier. Ce n’est pas vraiment le cas. Disons que c’est plutôt la malice qui engendre ce rictus avant que je ne disparaisse complètement de la pièce en passant par le côté de la tente pour en sortir en silence. Ne croyez pas que je m’en vais ! Non. Je viens juste remontrer le bout de mon nez pile poil à la sortie de la tente et quand Mademoiselle ouvre cette dernière pour sortir, je l’accueille avec un grand sourire innocent. Et pour couronner le tout, j’agite devant elle un document pris au hasard dans la bibliothèque.

« Je l’ai déjà... le rapport du chef des fouilles. »

Et c’est à mon tour de laisser le rouleur tomber doucement sur la tête de mon interlocutrice qui doit maudire je ne sais qui de me trouver en face d’elle sans avoir même prévenu de ce geste ingrat de ma part. Ingrat car il ne s’agit en rien du rapport mais ça, Tallulah ne le sait pas encore. Quoi ? Je n’ai jamais promis venir sur ce champ de fouille uniquement pour un rapport. C’est trop facile et d’un ennui ! C’est elle qui m’intéresse. Cette Banshee qui me regarde avec des yeux indescriptibles tellement tout type d’émotion les traverse. On verra pour le rapport plus tard... Mon Roi saura patienter un tout petit peu.

« J’ai du fouiller moi-même pour l’avoir. Ce n’est pas très sérieux tout ça. »

A qui la faute me direz-vous ? Et c’est sûrement ce que cette demoiselle se dit. Mais aura-t-elle seulement le courage de me le crier en face ? Je m’approche d’un pas pour faire reculer la jeune louve et la ramener dans la tente avant d’approcher vivement mon visage près du sien. C’est à peine si mon nez colle le sien en laissant mes billes écarlates sonder ces équivalents. C’est difficile de garder son sang froid et son sérieux. Surtout qu’il est facile de déceler ce que ressent Tallulah en ce moment précis. Je suis persuadé que si elle avait pu se volatiliser, elle l’’aurait déjà fait pour se cacher. Ou me fuir...

« Il va falloir compenser cette erreur, tu ne crois pas ? »

C’est ce que j’appelle un moyen radical et fourbe de remettre la douche sur le tapis.



©codage par loveless
Tallulah L. M. Lœvenbruck
« It isn’t safe to walk through these woods alone »
⌘ Messages : 57
⌘ Inscrit(e) le : 25/11/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Castiel & Selena

Fiche de Skills
◊ Classe: Druide
◊ Pouvoir: Photomorphose
◊ Malédiction:
It isn’t safe to walk through these woods alone
MessageLun 12 Sep - 23:40


“If we can share our story with someone who responds with empathy and understanding, shame can't survive.”

Le couinement qui s’échappe de mes lèvres est un savant mélange de peur, gêne et de surprise. Le tout partant dans les aigües. Un son pitoyable s’il en est et qui a le mérite d’enfoncer le malaise qui me transperce de part et d’autre depuis de longues minutes maintenant. Comment ai-je pu oublier que cet enquiquineur est fait d’ectoplasme aussi ?! Encore une fois je le retrouve beaucoup trop prêt de moi, encore un peu et je lui serais rentrée de plein fouet dedans. Alors qu’il ne sait même pas s’habiller décemment ! Si je pouvais - si j’en avais seulement le courage - je devais le... le... le noyer dans le volcan éteint ! Il doit bien y avoir un lac tout là-haut. J’imagine.
    « Je l’ai déjà... le rapport du chef des fouilles. »
    « Ah... ! »
Ma voix s’étouffe dans un petit cri bref à peine perceptible. Il est, cette fois, plus question de l’étonnement qu’autre chose, tinté du choc de l’objet qui m’atterrit sur la tête. S’en devient ridicule à ce stade. Je bous intérieurement de tant de détachement et de moqueries, pourtant c’est bien ce petit détail qui fini par m’hérisser le poil. Comme si j’étais incapable de rétorquer correctement quand il s’agit de domaine un peu trop personnel. Tristesse.
    « Alors pourquoi est-ce que tu viens m’embêter si tu as déjà ce qu’il te faut ?! Même si tu n’avais pas droit d’aller te servir comme cela dans la tente de notre responsable de fouilles ! Ce n’est pas parce que tu es haut placé que tu peux te permettre de faire n’importe quoi ! Respecte un peu le protocole la prochaine fois ou tu vas encore réussir à me faire avoir des ennuis... s’il te plait... »
Est-ce que je viens d’avoir le courage de tenir tête à une personne d’un rang particulièrement élevé ? Cela m’en a tout l’air, bien que le mot « courage » ne semble pas vraiment adéquat. Sur le coup, je me suis contenté de considérer Rudra comme un simple membre des Salamandres, oubliant complètement qui il est réellement. Ce qui est un petit peu risqué. Quelle tête en l’air je peux faire quand il s’agit du travail... Il faut dire que j’ai l’habitude qu’il ne se comporte pas comme un politicien et donc ne l’ai jamais vu faire d’abus de pouvoir, mais qui sait ce qu’il peut faire quand l’envie lui en prend ? Après tout, j’ai une couverture à tenir qui lui est tout aussi profitable à lui puisque je suis la seule à pouvoir fournir les détails aux Salamandres sans que personnes n’en sache rien.
    « Il suffisait d’être patient... » On se rattrape comme on peut...
    « Il va falloir compenser cette erreur, tu ne crois pas ? »
    « Quoi ?! » Mes oreilles se dressent de surprise sous ma capuche, avant de remuer nerveusement devant une telle... comment dire... remise sous le plateau. « Je travaille déjà aussi dur que je le peux ! »
Pour être honnête, je ne saisis pas vraiment l’ampleur de que avoir cette « menace ». Bien qu’avec Rudra j’ai vite fait d’avoir ma petite idée à force de le côtoyer. Surtout après l’évocation de cette douche. Ce n’est pas comme s’il allait démordre de cette idée de sitôt le bougre. Le seul petit détail qui me chiffonne, c’est que je ne comprends pas pourquoi il s’est fichue une lubie aussi saugrenue dans la tête... Enfin certainement pour m’embêter, mais pourquoi ça ?! Il n’y avais pas un palier en dessous ? Histoire que ce soit un peu plus supportable pour moi. Même si je n’aie qu’une seule hâte, qu’il rentre rapidement à Lemuria.
 
Je soupire de dépit sans m’en cacher avant de me baisser pour ramasser le rouleau qui est tombé à terre. Quel manque de respect pour le dur travail que nous menons ici. Surtout que c’est son roi qui désire avoir des infos. Je pourrais très bien me passer de cette étape, si c’était possible.
    « Cesse un peu de faire l’enfant et... » J’observe le rouleau d’un œil expert. Il y a un truc qui me turlupine avec ce sceau, ce n’est pas... le bon ? Est-ce que... « Eh ! Ce n’est même pas le bon parchemin ! Tu m’as menti ! Vilain ! »
J’esquisse un geste comme si j’allais le lui jeter à la figure avant de me raviser. En effet, je ne dois pas abîmer le matériel de fouille, même si c’est pour en coller une sur la tête de cet empêcheur de tourner en rond. C’est dingue ce qu’il arrive à me faire perdre mon sang-froid celui-là. Un nouveau soupire dépité fuit d’entre mes lèvres, suivi d’un haussement d’épaule tout aussi contrarié. Je viens de me faire mener à la baguette comme une débutante et au final, je ne suis pas plus avancée avec lui. Je me demande encore comme cela se fait que personne n’ait rien remarqué avec un tintamarre pareil.
    « Par les cieux, tu veux bien être sérieux un peu ? Ou je te laisse planté là pour de bon ! »
Oui, je peux proférer des menaces moi aussi ! Enfin, je crois.


©codage par loveless

How dare you ?! ∞ rudra

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Lorwyn :: Île de Mangalore :: Ruines Antiques-