Partagez | 

Se concentrer sur ce qui est souhaité // Laelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageLun 29 Fév - 4:40


Se concentrer

feat Laelia N. Solomos-Spade


La vie était si différente actuellement. Vaan avait toujours passé sa vie entièrement seul, dans son entraînement. Il ne connaissait pas beaucoup autre que ce qu’il maîtrisait. Il était puissant, sa puissance était bien sa seule fierté. Il était travailleur, en plus d’être un homme talentueux. Le talent n’était plus assez et le travail était la seul solution pour s’améliorer. Encore maintenant, il cherchait à s’améliorer. Augmenter ses liens avec ses démons, maîtriser encore mieux le don que la nature lui a donné. Ces dernières années, son entraînement personnel ne s’était pas avancé de manière exponentielle comme il l’avait fait les 20 années précédentes. Entraîner Shion lui demandait du temps. Cela n’était pas un problème, puisque son apprentissage se faisait sur une nouvelle sphère de sa vie ; il ne l’avait jamais réellement exploré. Regrettait-il ce choix ? Non pas du tout. Il était très satisfait d’avoir été connu et choisi pour entraîner Shion. Elle était une jeune fille qui lui apprenait beaucoup plus de choses qu’elle ne pouvait y penser.

Cependant, malgré ces changements radicaux dans sa vie, Vaan continue d’être ce qu’on peut appeler un bourreau de travail. 20 ans de sa vie ont été consacrés à cela : il ne changera pas. Il est devenu puissant car il travaillait fortement, presque à l’épuisement. Ses invocations devenaient de plus en plus efficaces, sa maîtrise du verre n’était que mieux. Il ne fallait pas oublier la réelle raison de son départ : ce qu’il souhaitait faire. Ce n’était pas lié à sa classe, loin de là. Une passion qu’il avait développée longtemps avant. Ce travail était toujours présent. Il séparait son temps de la meilleure façon possible, sans rien négliger. Shion, les bijoux et son entraînement personnel. La portion attribuée était bien plus petite maintenant, mais pas inexistante.

Vaan expliqua à Shion qu’il allait être parti un moment, que lorsqu’il reviendrait, il souhaitait la voir directement pour voir ce qui avait été fait. Il ne pouvait pas déterminer combien de temps ce sera comme voyage, mais comme à l’habitude, dès qu’il partait, il l’avertissait et demandait son accord. Il était bien son maître, son but était qu’elle puisse utiliser ses capacités parfaitement. Qu'elle le surpasse. Il lui donnait ses dernières directives, lui laissant la possibilité de s’entraîner par elle-même. En soit, son départ était aussi un entraînement. Si elle n’arrivait pas sans lui, il avait mal fait quelque chose. Il allait constater le tout à son arrivée. Avant son départ, il se prépara adéquatement. Il loua une monture qu'il allait ramener par la suite. Vaan était fin prêt pour le départ.

Son voyage était dans le but de se retrouver seul un peu. Il souhaitait aussi trouver ces matériaux qu’on ne trouvait pas partout. Souvent, il cherchait lui-même ce qu’il avait besoin. Lorsqu’il avait créé les bijoux pour la reine, ce n’était pas de lui que cela venait tout simplement car il n'avait pas le temps. Dans ce cas-ci, il y allait lui-même, appréciant cela. C’était comme si c’était vraiment lui qui faisait tout. Il avait des idées bien précises en tête et donc, il allait trouver ce qu’il avait besoin pour cela. Il laissa sa monture avant d’aller à la recherche de ce qu’il avait besoin. Cette recherche pouvait être bien dangereuse. Malheureusement pour lui, ce n’était pas aussi simple qu’il aurait souhaité. Tout en avançant, il entendit des bruits. Il resta silencieux à écouter ce qui était dit, savoir ce qu'était ces personnes. Il trouvait cela étrange d'avoir un groupe ce personnes à cet endroit, une place normalement pas très accueillante. Ce fut cette conclusion qui le poussa à regarder un peu plus et à s'y intéresser. De ce qu'il voyait et comprenait de leur parole, ils étaient des marchands d'esclave. En écoutant leurs paroles et entrevoyant qui ils étaient, il comprit que ce n'était pas des gens très fréquentables. Ce n'était pas du tout prévu dans ses plans : jamais il n'aurait pensé que des gens comme cela se retrouverait ici.

Il s’était pris beaucoup trop tard et il se retrouva trop près de ces marchands d’esclave. Il détestait imaginer qu’il en avait beaucoup. Lui où il était, il n'en voyait pas tant que ça. Un homme doit avoir le droit de choisir sa destinée, il doit avoir le choix de faire ce qu’il souhaite. Comme Vaan fit en quittant ses parents. Au fond de lui, il détestait ce principe. Il n’était pas un grand défenseur de ces gens. Ce n’était pas ses priorités veiller à la liberté de tous. Cela est impossible. C'est bien triste, mais il ne pouvait rien y faire. Laisser cela couler… Des gens ont cette grande volonté, qui va dans le sens opposé de ce qu’il souhaite. Enfin… voir cela sous ses yeux n’était pas quelque chose qu’il adorait du moins. Dans son sac, il y avait un morceau de verre qu’il pourrait utiliser si la situation tournait mal.

« Savez-vous qu’il est possible de traiter un être-vivant mieux que cela ? Même s’il est maintenant considéré comme un objet. »

Dire que l’esclavagisme n’était pas bien était inutile. Cependant, il critiquait la condition dans laquelle étaient les esclaves. En effet, faire attention à la marchandise était nécessaire. L’attention était maintenant sur lui. Super. Il pourrait s’en sortir. Peut-être, si tout ne tournait pas bien.  



© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 


Dernière édition par Vaan Z. Strauss le Lun 4 Juil - 8:10, édité 1 fois
Lælia N. Solomos-Spade
« Lune du jour »
⌘ Messages : 105
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Selena, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Métamorphe
◊ Pouvoir: Matérialisation des cauchemars
◊ Malédiction:
Lune du jour
MessageMer 23 Mar - 17:58

Comment annoncer à son homme que l’on doit partir avec la guilde pour quelques affaires propres à cette dernière à presque l’autre bout de l’Île ? En trois mots : c’est très compliqué. Beaucoup trop compliqué même. Autant dire que les négociations n’en ont pas été et qu’il a plutôt s’agit de négations. Adrian n’a jamais été du genre à supporter voir sa famille se dispatcher sans protection et il m’est aisé de comprendre pourquoi quand on connait l’histoire de notre famille – et surtout de la sienne – mais après tant de siècles, il devient compliqué de ne compter que sur la protection de Brightwall et nous ne pouvons vivre indéfiniment dans la peur. Ce n’est pourtant pas comme si je pouvais lui en vouloir d’avoir peur.
    « Cela ne devrait pas prendre plus de deux, voire, dans le pire des cas, trois jours. Le temps de régler cette affaire et de faire le trajet. »
    « Parce que tu crois que c’est vraiment ça qui m’inquiète ? »
    « Il y aura plusieurs membres des Loups, je ne serais pas seule. De plus, que pourrais-je dire pour me défiler ? Non, je ne peux pas car un dangereux vampire détraqué essaye de dévorer toute ma famille. Qui nous croira ? »
Qui donc ? C’est une triste réalité de ne pouvoir faire face à ce genre de réalité à laquelle on ne peut échapper. C’est comme tourner en rond dans une arène sans portes. Tout ce que l’on peut faire c’est continuer de vivre sans fuir tout en restant prudent et attentif, jusqu’à trouver la hache qui nous permettra de façonner notre propre sortie.
 
Comme à chaque fois, après moult explications et mots rassurants, j’ai pu préparer mes affaires pour rejoindre mes camarades. En vérité, cela ne me plait guère plus que cela que de laisser les miens derrière, pourtant, il me fallait accomplir mon devoir auprès des Loups d’Argent bien que cela ne soit pas dans mes fonctions à proprement parlé. On avait eu besoin de moi et je n’aurais jamais pu refuser. Mes convictions ont toujours été très importantes pour moi, même si cela signifiait qu’il fallait se salir un peu les mains. Même si cela ne m’empêchait pas d’appréhender un peu la mission que nous nous apprêtions à accomplir.
 
Le voyage en charrette fut éreintant, j’en ai encore des courbatures plein le dos, hélas, nous n’avions que ce moyen pour déplacer une demi-douzaine de personnes discrètement. Hors de question d’aller attaquer directement nos « ennemis », nous devions rester aussi invisibles que possible. Voilà une notion que je déteste bien et pourtant il faut bien se faire à l’évidence. Le monde est encore loin d’être parfait et même si mon implication n’est pas des plus virulentes comme nombres de mes compagnons, je tiens à faire quelque chose dans la mesure de mes moyens. Puis, qui sait, dans ma condition, on ne sait pas vraiment ce que les années peut nous réserver avec toutes celles qui me restent encore à découvrir.
 
Enfin, nous arrivions aux Monts Astoria. Selon nos informations et nos calculs, c’est ici que nous pourrions intercepter le convoi et mettre fin à leur voyage vers Lemuria. Pas de blessés, nous ne libérerions que les esclaves transportés par ses hommes de vices. Puis retour à la maison, c’était aussi simple que ça, en théorie.
 
Tout aurait dû se dérouler sans accroches.
Nous étions si bien préparé.
    « Savez-vous qu’il est possible de traiter un être-vivant mieux que cela ? Même s’il est maintenant considéré comme un objet. »
Par contre, il était impossible de prévoir qu’une femme sortirait des grottes pour se dresser devant ces marchands sans foi ni loi. Voilà un imprévu qui nous cause bien des problèmes dès à présent. Comment devons-nous agir pour sauver à la fois les fesses de cette imprudente et celles de ces pauvres victimes enfermées ? Zut ! Voilà qui est fort embêtant. Il faut réfléchir vite, très vite. Sauf que le temps nous manque cruellement et c’est sur un coup de tête que je me lance dans une tentative désespérer en prenant ma forme de chouette blanche comme neige. Pourquoi ? Dans quel but ? Franchement, je ne sais vraiment pas ce qui a bien pu me passer par la tête, disons que c’était un geste totalement impulsif.
 
Ce n’est pas la diversion la plus naturelle qui soit, quoique... c’était toujours mieux qu’un jet de caillou et les serres d’un rapace était suffisamment dissuasif pour au moins causer un effet de recul certain. Juste assez pour qu’un autre Loup se rapproche pour attraper cette inconsciente par le bras et la tire vers notre cachette, à l’abri de tout cela. Afin de les persuader que cela ne paraisse pas trop suspect, je prolonge tout de même mes attaques jusqu’à me prendre un coup dans l’aile. Outch ! Ça fait mal ! Il est grand temps de tirer ma révérence. Je retrouve les miens après un certain détour, m’assurant que personne ne m’a suivi. Le bras engourdi, je me dirige alors vers cette grande dame en rouge.
    « Êtes-vous suicidaire ?! Vous avez sérieusement cru pouvoir raisonner ces gens, seule, avec quelques bonnes paroles ? »
Certes, ce n’est pas le meilleur moyen d’introduire une conversation, mais que voulez-vous que je lui dise ? Que c’est bien de s’engager contre le malheur dans le monde et d’essayer de changer les mentalités ? Oui c’est bien, mais il y a des façons de faire et surtout une notion de sécurité à conserver. Si tout était aussi simple ça se saurait.
 
Soupire.
    « Vous allez bien au moins ? Que faites-vous dans un endroit pareil, surtout contre des marchands aussi dangereux ? On ne vous a jamais vu parmi nous. »
Après tout, c’était bien connu que seuls les Loups d’Argent constituaient la seule force qui se dressait face à Ophélia Holmes et tout ses petits partenaires. Alors une dame seule, c’est étrange et je sais que je ne suis pas la seule à me poser la question.


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr


Dernière édition par Lælia N. Solomos-Spade le Lun 25 Avr - 20:54, édité 1 fois
Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageDim 3 Avr - 6:58


Se concentrer

feat Laelia N. Solomos-Spade


Ce n’était pas le genre de situation que Vaan appréciait. Bien qu’il ne fasse rien contre ce commerce, il n’aimait pas l’avoir près de lui. Cette pensée était surtout liée à celle qu’il avait depuis qu’il est jeune : pouvoir avoir ses libertés est la meilleure chose qu’il puisse arriver à une personne. Il a confronté ses parents dans le but d’avoir le choix de faire ce qu’il souhaitait, pour pouvoir continuer dans la voie qu’il avait choisi. Malheureusement, un esclave ne pouvait pas faire cela ; il n’avait plus de choix. Exactement quelque chose que Vaan n’appréciait pas. Le principe n’était point apprécié, bien qu’il le tolère tant bien que mal. À vrai dire, directement autour de lui, il y avait peu d’esclaves donc il n’y pensait rarement, voire jamais.

Certes, Vaan avait parfaitement conscience que son acte était un peu irréfléchi. Mais d’un autre côté, il savait très bien que si cela tournait mal, il pouvait s’en sortir. Était-ce être trop confiant ? Non, juste avoir confiance en soi et en ses capacités. Il n'avait pas conscience qu’il venait de faire rater un plan. Dans un endroit où si peu de personnes passaient, comment pouvait-il s’attendre à voir des gens ? L’idée de Vaan n’était même pas de jouer le héros et les sauver, juste faire en sorte qu’ils puissent vivre leurs sorts un peu mieux. Malheureusement, rien ne marchait comme on le souhaitait. Des fois, les problèmes pouvaient être prévus, et arrangés. « Pour qui tu te prends à faire la morale ? » Avant même qu’ils arrivent à moi, la situation changea complètement ; une chouette sortit simplement de plus loin, attaquant l’ennemi. S’il avait eu une explication rationnelle, il y aurait pensé. C’était bien trop inhabituel de voir ça ici. Cet animal vivait-il sur ce mont ?

Ses réflexions furent coupées lorsqu’il fut tiré plus loin, laissant ce groupe entièrement seul. À vrai dire, Vaan se mit tout de suite sur ses gardes. Il n'avait aucune idée qui étaient ses marchands et encore moins qui étaient ces gens. Il se calma un peu lorsqu’il vit que personne ne semblait être hostile envers lui. Que se passait-il précisément ? Il espérait bien comprendre bientôt…. Des marchands qui ne devaient pas se trouver ici en plus de gens dont il ignorait l’identité se trouvaient ici aussi. Ce n’était certainement pas sa journée, il fallait bien l’admettre. Une femme vint rejoindre Vaan : il pensait qu’elle allait lui expliquer la situation. Non, on lui reprochait des choses facilement reprochables. Cela n’était pas une hésitation, loin de là.

« Je ne suis pas suicidaire, je vous assure. Malgré les apparences un peu trompeuses je dois dire. Si on ne commence pas par la parole, par où commençons-nous ? »

Il avait posé une question ouverte, sans s’attendre à une réponse. Son but n’était pas de jouer le héros suicidaire ; il s’était juste retrouvé à la mauvaise place au mauvais moment. Il avait jugé que se cacher attirerait les soupçons s’il était vu. Dire ce qu’il pensait directement lui permettait de se défendre directement aussi. Les dires de cette dame confirma qu’ils étaient bien un groupe.

« Je vais très bien, j’aurais pu m’en sortir avec plus de dégâts. À vrai dire, pour ne pas vous mentir, je viens ici à des fins personnelles. Mon intention n’était de me retrouver contre ces hommes, du tout. J'ai préféré aller à eux pour être prêt en cas d’éventualité plutôt que de les laisser venir vers moi. Bien qu’après réflexion je remarque que ce n’était l’une des idées les plus brillantes que j’aie déjà eues. »

Valait mieux ne pas s’attirer de problèmes non plus, donnant la vérité la plus proche possible. Maintenant encore, Vaan avait certain doute sur ces personnes. Devait-il comprendre qu’ils poursuivaient ce groupe ? Des marchands dangereux… Il n’était pas certain de comprendre la situation dans laquelle il était pour le moment. Il lui fallait plus de temps avant de cerner ces activités.

« À vrai dire, je ne m’attendais ni à les voir, ni vous voir. De ce que je sais, il est rare de voir des gens par ici… Que se passe-t-il ? »

La présence de Vaan était quelques peu plus étranges que la leur… mais tout de même, voir tant de personne tandis qu’il ne s’y attendait pas du tout, c’était assez étrange. Vaan espérait comprendre ce qu’il se passait en ce moment pour être en mesure de mieux cerner la situation. Cette nature curieuse était parfaitement normale, puisqu’il souhaitait simplement comprendre ce qu’il se passait en ce moment. À croire que ramasser ses pierres n’allait pas être aussi simple qu’il l’aurait souhaité d’abord.

© Codage By FreeSpirit


Dernière édition par Vaan Z. Strauss le Lun 4 Juil - 8:10, édité 1 fois
Lælia N. Solomos-Spade
« Lune du jour »
⌘ Messages : 105
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Selena, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Métamorphe
◊ Pouvoir: Matérialisation des cauchemars
◊ Malédiction:
Lune du jour
MessageLun 25 Avr - 21:49

Mais de quoi parle-t-elle ?! Cette dame se rend vraiment compte de la situation dans laquelle elle se trouve ou bien elle est juste un peu aveugle ? Si la parole suffisait, ça ferait longtemps qu’il n’y aurait plus ni misère, ni caste social. Oh, à la rigueur un décret d’un roi pourrait changer la condition des esclaves et encore... il faudrait que tous nos dirigeants s’entendent à ce sujet. Ce qui est loin d’être gagné. Il faudrait que certaines personnes cessent de vivre dans un univers rempli de rose et de licornes, les histoires c’est fait pour les bardes, pas pour la réalité. Même ma fille malade ne subit pas ce genre d’aseptisation, m’efforçant moi-même à être la plus franche possible. Enfin, nous ne sommes pas ici pour discuter de ce qui est bien et de ce qui est mal, ou encore de ce qu’il faut dire quand ça concerne les vérités de ce monde.
 
Là il s’agit de mener à bien une mission de la guilde et avec un civil innocent et étranger dans les pattes, ça va beaucoup compliqué nos affaires. C’est d’ailleurs pour cela que je ne me suis pas rapproché plus que cela de mes compagnons. Il ne manquerait plus que je les mette à découvert à cause d’une imprudente.
    « J'ai préféré aller à eux pour être prêt en cas d’éventualité plutôt que de les laisser venir vers moi. Bien qu’après réflexion je remarque que ce n’était l’une des idées les plus brillantes que j’aie déjà eues. »
    « En effet, ce n’était pas une idée très brillante. Personnellement, c’est précisément ce que j’appelle être suicidaire. Quand on reste caché, il est plus facile de fuir qu’en se montrant directement à des personnes très peu scrupuleuses. Surtout quand on ose s’afficher "contre" leurs activités. Avec ce genre de discours, vous deviez savoir qu’ils sont des marchands d’esclaves et vous pensez qu’il allait vous laisser partir sans rien dire dans un endroit aussi désert ? » J’ai une piètre image de ce genre de personne, mais en même temps, quand on livre des personnes comme des marchandises, je doute qu’on soit totalement blanc comme la neige. « Dans le meilleur des cas, vous seriez peut-être encore en vie, si le viol suffit à les calmer. Dans les autres, c’est au fond d’un ravin que votre cadavre aurait atterri ! Un mort ça ne parle pas, sachant que le "marché" est assez réglementé pour les dissuader de vous rajouter dans leurs charrettes... à moins d’avoir un client puissant et sans respect pour les lois... »
Si mon pauvre époux entendait ces paroles, il deviendrait livide comme un mort. Lui qui ne supporte pas l’idée que je me joigne à ce genre d’excursion, je me garde bien de lui rapporter tous les risques que comportent ce genre de rencontre. Je finirai enfermée à double tour dans la chambre. Hélas, cette triste vérité ne peut être ignorée et bien que ce type de discours ne me soit pas familier, si ça peut mettre un peu de plomb dans la tête de cette jeune femme il en vient de mon devoir de le faire. J’espère simplement ne pas être allé trop loin dans mes explications.
    « À vrai dire, je ne m’attendais ni à les voir, ni vous voir. De ce que je sais, il est rare de voir des gens par ici… Que se passe-t-il ? »
Enfin, quelque chose me dit que j’ai bien fait d’au moins illustrer ce qu’elle risquait. Cette pauvre demoiselle ne s’est vraiment pas rendu compte de ce qui lui pendait au nez ?
    « Parce que vous trainez souvent dans le coin ?! »
En temps normal, je lui aurais peut-être demandé ce qu’elle fait dans un endroit aussi lugubre. J’ai juste omis volontairement la question pour ne pas trop perdre de temps en bavardage qui pourrait nous coûter notre cachette. Cette question m’a un peu échappée toutefois. Je tends alors l’oreille pour essayer de savoir si les marchands se sont mis à la recherche de cette étrangère ou s’ils ont tout de même fini par reprendre leur route. Hum. On dirait qu’ils ont préféré le second choix, j’entends des voix au loin. Zut !
    « Il faut qu’on file. Suivez-moi madame. » Ah. Oui. Elle ne va peut-être pas me suivre gentiment si je ne lui explique rien. Bon, pas le temps, je l’attrape par la manche pour l’entrainer à ma suite avant d’ouvrir à nouveau la parole. « Disons que nous faisons partie de personnes voulant mettre fin à ces pratiques barbares. Pour rendre leur liberté à ces pauvres esclaves. Malheureusement, comme la diplomatie ne fonctionne jamais et que la politique ne daigne pas vouloir faire quelque chose puisque ce commerce leur convient pour la majorité d‘entre eux... et bien il faut  utiliser la manière forte. Ce qui comprend quelques risques. »
Je me garde bien de lui donner directement le nom des Loups d’Argents, malgré la réputation de notre guilde, je ne préfère pas donner une raison facile de remonter jusqu’à nous aussi facilement. J’aperçois enfin une faille un peu plus loin, juste assez pour nous y glisser et nous cacher. Les pas se rapprochant un peu trop dangereusement.
    « J’espère que vous n’avez laissé rien trainer... Sht. »
    « Hey ! T’as trouvé une piste ? »
    « Non. Rien pour l’instant, mais à moins d’être une Banshee ça ne peut pas être bien loin ! »
C’est un peu ça le souci... ils sont maintenant très proches de nous. S’ils nous trouvent... on est mal.


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr
Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageDim 15 Mai - 7:21


Se concentrer

feat Laelia N. Solomos-Spade


Apparemment, ce n’était pas un problème lui faire comprendre que ce n’était pas brillant. Vaan l’avait compris par lui-même, sans qu’elle n’ait besoin de le confirmer comme elle venait de le faire. Il arrivait à comprendre la situation et même que dans les mêmes circonstances, il aurait réagi comme elle réagissait actuellement. Bien sûr, c’était peut-être suicidaire. Tout ce qu’elle disait était vrai ; ce n’était pas lui qui allait le contredire. Il gardait en tête ce qu’il pensait. S’il était restait caché et avait été découvert, cela aurait été pire que s’il s’était montré. En se montrant comme cela, si on l’attaquait, il savait ce qu’il avait à faire et surtout, à quoi s’attendre. S’il restait caché et on le découvrait, il aurait été pris par surprise et en plus, il doutait que ce genre de personnes soit très gentil sur les personnes qui écoutaient les conversations ou regardaient ce qu’il se passe. Vaan n’avait certes pas assez réfléchit avant de se mettre devant eux, mais c’était bien la chose qu’il avait à faire dans cette situation. Peu importe ce que cette femme lui disait, il garderait sa position. Il ne faut pas oublier qu’elle n'a pas conscience du fait qu’il sache se défendre.

Elle allait loin dans son explication : il doute qu’il aurait été violé. Essayez de le tuer, ça aurait pu être fait à la limite. Il se serait défendu et ne les aurait pas laissé faire. Il n’y a personne sur ce mont. Autant cela s’avérait dangereux pour lui que pour eux. Il aurait pu être pris en esclavage, effectivement. Mais encore, pensez-vous sincèrement que Vaan se laisserait faire ? Il comprenait ces craintes et ses inquiétudes, mais elle allait trop loin. C’était bien gentil, mais le but de Vaan n’était certainement pas de jouer au héros et suivre ces personnes. Enfin… habituellement, personne ne se retrouvait ici.  Cela semblait surprendre la femme, de dire qu’il venait ici régulièrement. En sachant chercher, il lui est possible de trouver des matériaux qui pouvaient être utiles pour ce qu’il souhaitait faire. La seule chose désirée était de ramasser des matériaux, rien de plus… Cette rencontre n’était qu’un malheureux hasard.

« Je suis venu quelque fois, c’est vrai. C’est bien la première fois que je me retrouve dans cette situation délicate aussi… »

Voyant la certaine hâte, il se contenta de dire cela. Vaan comprenait qu’il ne fallait pas tout expliquer. Après, on allait certainement lui demander des explications ou autre, et il les donnerait. Ce qu’il faisait n’était en rien Elle confirma le tout en disant qu’il fallait filer. La « madame » n’eut même pas le temps de lui dire qu’il était un homme avant de se faire prendre par la manche et de la suivre. Il avait l’habitude d’être pris pour une femme, mais à chaque fois, cela l’énervait un peu. « Et si je comprends bien, vous voulez les arrêter… » Pourquoi se retrouver dans cette situation ? Vaan ne désirait pas particulièrement se retrouver dans un conflit contre des marchands d’esclaves. Mais il récoltait ce qu’il semait, même s’il se disait qu’il aurait pu repartir dans la direction opposé. Vaan écouta ce qu’elle avait à dire et marcha à sa suite, se disant que maintenant, il devait aider. Pour cette fois, comme il avait créé des problèmes, il devait au moins aider à les réparer. Il avait parfaitement conscience de son erreur, qui était stupide. Mais maintenant, il ne pouvait pas la réparer. Sauf si peut-être il les aidait.

« Peut-être que vous pouvez m’utiliser. Je ne crois pas qu’ils vous aient vus, mais ils m’ont vus moi. Je ne pourrais pas vous dire quoi faire, je n’ai aucune idée de vos stratégies. »

Il ne savait pas ce qu’ils souhaitaient faire, mais pour ne pas que tout tombe à l’eau, il se proposait pour les aider. Bien sûr, pour montrer qu’il n’était pas une simple « femme » sans défense, il devait quand même leur dire qu’il pouvait se défendre, et si quelque chose tournait mal, il allait s’en sortir.

« Tout ce que je vous dis, c’est que si ma présence peut vous aider. Je ne veux pas que mon idée idiote fasse tomber votre plan à l’eau. Si je peux vous être utile. Je suis apte à me défendre tout seul si quelque chose tourne mal, vous pouvez vous concentrer sur vous sans avoir de craintes à propos de mon état. »

Si Vaan pouvait les aider, juste par sa présence, faire en sorte qu’ils trouvent un nouveau plan rapidement, il allait le faire. Aller vers eux une nouvelle fois, leur faire croire quelque chose. Cela ne les dérangeait pas. Les marchands devaient avoir trouvé cela étrange qu’une « femme » seule vienne vers eux. Et s’ils la retrouvaient, il ne pouvait pas dire ce qu’ils feraient. Mais tant que sa présence dans cette situation délicate puisse être un peu utile, ça lui allait.


© Codage By FreeSpirit


Dernière édition par Vaan Z. Strauss le Lun 4 Juil - 8:09, édité 1 fois
Lælia N. Solomos-Spade
« Lune du jour »
⌘ Messages : 105
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Selena, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Métamorphe
◊ Pouvoir: Matérialisation des cauchemars
◊ Malédiction:
Lune du jour
MessageSam 11 Juin - 0:14

Les montagnes offrent au moins un certain avantage : à moins de tomber sur une large grotte ou crevasse, il est plutôt facile de se mettre à couvert. Cela dit, je ne me sens pas en sécurité pour autant en sachant mes camarades loin de moi, en plus de cette jeune civile dont je ne connais rien. Qu’elle sache se défendre ou non, ce n’est pas vraiment une question que je me pose en ce moment. Cette « embuscade », bien que je ne souhaite pas appeler notre action ainsi, n’est que du ressort de la Guilde et uniquement de celle-ci. Je me refuse d’y impliquer quelqu’un d’autre. Ce n’est qu’une question d’éthique et sans doute de tas d’autres choses aussi, mais nous n’avons pas le temps de tergiverser. Tout ce que nous pouvons faire, c’est rester en silence dans notre cachette pendant que les pas s’éloignent enfin.
    « Peut-être que vous pouvez m’utiliser. Je ne crois pas qu’ils vous aient vus, mais ils m’ont vus moi. Je ne pourrais pas vous dire quoi faire, je n’ai aucune idée de vos stratégies. »
Sauf que si la dame n’y met pas du sien, on ne risque pas de s’en sortir sans dommage. Pourquoi les gens ont-ils toujours besoin de jouer aux héros ? Savoir maîtriser les dons offert par les Dieux est une chose, mais peu sont ceux qui peuvent se targuer posséder de véritables techniques de combat. C’est comme tenir une épée, ou n’importe quelle autre arme, pour la première fois et laisser ouverte toutes les failles mortelles possibles et imaginables. Si les marchands sont accompagnés de quelques « protecteurs » comme à leurs habitudes, ces derniers auront tôt fait de se démarquer de la débandade pour nous mettre à mal. Sans oublier qu’il est hors de question que je me serve d’un appât, c’est contraire à mes principes !
 
Je m’apprête d’ailleurs à lui répondre de la manière dont les choses m’ont traversé l’esprit, espérant que cela suffirait à la dissuader de cette folie. Sauf que je n’en ai pas le temps, elle enchaine déjà sur la suite de son argumentaire. Enfin, en se montrant un peu plus raisonnable de suite, heureusement que je n’avais pas répondu de suite dans ce cas. Je n’aurai pas voulu la blesser, son attention restait louable, bien que je ne puisse toujours pas admettre cette possibilité.
    « Je suis apte à me défendre tout seul si quelque chose tourne mal, vous pouvez vous concentrer sur vous sans avoir de craintes à propos de mon état. »
    « Loin de moi l’idée de mettre en doute vos capacités, mais je ne puis accepter une telle proposition. A moins que vous ayez connaissance de la puissance de nos adversaires, il m’est impossible de vous laisser vous faire blesser sans rien dire. » ... Euh... attendez-voir une petite seconde... il y a quelque chose qui me chiffonne soudainement... « Vous avez dit... tout seul ? » Je suis certaine d’avoir bien entendu, mon audition ne m’a pas fait défaut, mais je ne peux croire en une telle erreur - reste à savoir à laquelle je pense exactement, ses paroles ou mon erreur ? « Par Círdan ! Je suis navrée ! Je pensais vraiment que... enfin... »
Je n’ai pas le temps de terminer ma phrase ou de me sentir encore plus bête que des pas reviennent déjà dans notre direction. C’est bien notre veine, à ce rythme on va finir par vivre un véritable siège ou par faire une erreur qui nous coûtera notre cachette. Surtout si on continue de parler, même à voix basse. Il faut faire quelque chose, mais quoi ? Attaquer de front ? Hors de question ! Ce serait stupide ! Attaquer en traitre ? Ce n’est guère plus prudent. Essayer de se faufiler vers une autre cachette ? Cela me semble déjà plus raisonnable, mais tout autant risqué. S’ils font des aller-retour, on risque de les croiser à tous moments. Prévenir mes camarades ? Ça me parait être la meilleure idée, mais dans ce cas-là il me faut laisser mon camarade derrière moi.
 
En effet, contrairement à lui, je peux toujours me faufiler en toute discrétion avec ma magie. Prudence est mère de sureté et il nous faut réellement des renforts dans notre cas présent. Bien que la situation me déplaise au plus haut point et qu’il m’est difficile d’abandonner un innocent seul dans un endroit aussi dangereux.
    « Bon. Écoutez. On n’a pas le temps de tergiverser et nous pourrons toujours reprendre notre discussion plus tard. Dans l’immédiat, il faut surtout éloigner ses hommes et il nous faut de l’aide. Je vais tenter de retrouver mes compagnons de guilde puis essayer de les éloigner. En attendant... je vous en conjure ne bougeait pas de là et ne faites pas le moindre bruit. Je ne veux pas que vous soyez blessé, nous avons l’habitude de ces maudits marchands. Faites-nous confiance. » Je me prépare à filer hors de la crevasse, avant de me retourner une dernière fois. « Merci. »
Prenant la forme de l’hermine, je me glisse sur le sol tel une serpent. Rapide et agile et surtout... aussi blanche que la neige. Pas très réaliste comme animal dans un tel lieu, encore moins que la chouette, mais elle au moins avait été bien plus rapide, et moi j’avais négligé ce détail comme une andouille. Prions pour que personne ne me repère.


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr
Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageLun 4 Juil - 8:09


Se concentrer

feat Laelia N. Solomos-Spade



Réparer ses erreurs : C’était vraiment tout ce que Vaan souhaitait faire. Qu’il soit entièrement mêlé à ce conflit ou non, ça ne lui dérangeait pas. Pour lui, la meilleure des choses à faire lorsqu’on commet une erreur est de la réparer. Il est bien beau de s’excuser plusieurs fois de vive voix… mais il n’a jamais cru aux paroles : pour lui, la seule chose qui est réellement utile est l’action. Seuls les gestes peuvent montrer ce qu’une personne est vraiment et surtout, ce qu’elle vaut. Donner une fausse idée de lui-même n’était donc par une chose qu’il appréciait particulièrement. Il arrivait à comprendre le point de vue de cette dame : elle ne souhaitait que le protéger… Montrer par ses actions qu’il disait vraiment n’était pas une tâche aussi facile qu’il l’aurait souhaité, car cette Dame ne souhaite apparemment pas qu’il s’y mêle. Pourquoi donc ? Il est normal de laisser une personne réparer ses torts en proposant ses services… du moins, c’est ce qu’il faisait et c'est ce qu’il pensait être la meilleure chose à faire. Personne n’est du même avis en fait.

Au moins, elle ne remettait pas en doute ses capacités… juste la raison de sa présence apparemment. C’était assez désagréable, il ne pouvait pas le cacher. Si pour elle, elle allait mieux ainsi, il était peut-être mieux d’abandonner… Connaissance de la puissance des adversaires… ? Pas du tout même. Il savait juste que ses blessures seraient assumées par lui-même. Il était totalement en mesure de s’en sortir, elle sous-estimait totalement ses capacités. La discussion prit une autre tournure… une tournure qui lui était totalement habituelle : Vaan se faisait régulièrement prendre pour une femme ; ce n’était pas la première fois. Au début, il faut se l’avouer… ça le vexait. Maintenant, c’était presque devenu son deuxième nom, donc dans ce cas, il ne se vexait plus. C’était soit accepter ce qu’il était et ce à quoi il ressemblait ou se vexer en tout temps… La première option était bien mieux et surtout, plus utile. « J’ai bien dit tout seul… oui. » Son sexe n’était pas la chose la plus importante qui soit… Vaan jugeait même que c’était inutile…. S’ils pouvaient, par la suite, ils discuteront.

Vaan serra les lèvres en l’écoutant. N’avait-elle rien compris ce qu’il avait dit ? S’il lui arrivait malheur, ce n’était que sa faute à lui. À personne d’autres. Déjà conscience de son erreur, il n'allait pas en commettre une autre. Il fallait de l’aide. Vaan était là, offrait la possibilité de les aider pour payer sa dette, l’erreur commise. Mais rien, elle n’était pas acceptée. Au fond, il se sentait insulter : elle ne semblait pas croire encore aucune de ses capacités. Bon, il est vrai qu’elle ne les avait pas vues, mais lui donner au moins la possibilité de faire un petit quelque chose, pas le supplier de rester à la même place. Leur faire confiance. C’était difficile, et ça… Vaan n’aimait pas ça du tout. Être là, à ne servir à rien… Devait-il vraiment rester sur place comme ça ? « Et même si je suis blessé, cela sera entièrement de ma faute. Ma sécurité n'est pas sur votre dos. Je sais très bien m’occuper de moi-même. » Mais la voilà maintenant partie avec un simple dernier mot. Devait-il rester ici à les regarder faire tout le travail ? Ne sachant même pas s’ils étaient en sécurité… si lui-même était en sécurité en restant ici. Il savait qu’elle ne serait pas contente s’il bougeait, mais il ne pouvait pas rester si loin. Il lui aurait peut-être dit qu’il ne se jetterait pas dans la gueule du loup une autre fois… mais cela ne voulait pas dire qu’il avait à rester à l’extérieur, loin de tout.

Vaan n'avait jamais été une personne qui respectait les autres, il respectait ce qu’il trouvait logique. Étant conscient de sa propre force, il savait très bien que… son choix était stupide. Bien malheureusement, il ne savait pas vraiment où aller, ce qu’il devait faire pour la suivre. Pour la forcer à prendre de son aide. La première chose faite fut donc de partir dans la direction où elle-même était partie. En marchant, il ne se rendait pas compte qu’il n'allait pas droit : le terrain n’était pas des plus faciles. Il savait bien pour être venu chercher des minéraux ici plusieurs fois. Sauf que là… pour être discret, ce n’était pas la meilleure des méthodes. Le démoniste faisait très attention à ne pas se faire voir, tous ces gestes étaient lents. Il avait pris le temps de façonner une tige de verre un peu plus longue que sa paume, avec les bouts pointus, une aiguille. Cela allait lui permettre de se défendre si jamais il se faisait prendre.

Cela n’arriva pas. Lorsqu’il entendit des bruits, Vaan se cacha pour ne pas être vu, sans prendre de risque savoir qui c’était. Cette fois-ci, il ne ferait pas l’erreur de refaire échouer leur plan. Il ne savait pas ce qu’ils manigançaient, mais au moins, il était ici et non dans un coin très reculé où il allait se retirer car la Dame le demandait. Même s’il ne faisait rien à proprement dit, il préférait grandement être dans cette situation et être utile si jamais la situation venait à dégénérer. L’unique souci qu’il ressentait énormément était le fait qu’il ne savait pas du tout ce qui était prévu. Cela faisait plusieurs minutes que la Dame était partie. Qu’allaient-ils faire ? Vaan n’en avait aucune idée.

© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Lælia N. Solomos-Spade
« Lune du jour »
⌘ Messages : 105
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Selena, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Métamorphe
◊ Pouvoir: Matérialisation des cauchemars
◊ Malédiction:
Lune du jour
MessageLun 22 Aoû - 17:50

Chat, hermine, renard, chouette et lapin. N’importe qui pourra affirmer, sans aucune hésitation, que je ne suis clairement pas une Métamorphe faite pour le combat - de toute façon ça aurait hérissé les poils de mon enquiquineur de mari. L’ennui, c’est que ça compte aussi pour la défense et c’est bien ce qui se trouve être le plus problématique. Tout ce qu’il me reste, c’est mon affinité avec la foudre - qui n’en n’est pas vraiment une - et mon don inné qui se trouve être ma seule véritable arme dangereuse. Oh, bien sûr, il me reste encore ma rapière, mais si je me retrouve face à un magicien ou n’importe quel opposant à distance ou un peu trop puissant, je risque d’avoir bien du mal à l’affronter au corps à corps. Je connais mes limites et mes faiblesse, ce qui ne fera reculer à la première menace venue.
 
Je suis venue pour aider mes compagnons, pas pour rester en arrière comme une couarde. Il est hors de question que ces petits détails viennent entacher notre mission et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour venir à bouts de ces êtres sans foi ni loi ! En essayant de ne pas prendre trop de risques, ce qui n’est pas une mince affaire quand on est pris dans le feu de l’action. Mon pauvre Adrian ferait une crise de colère monstrueuse s’il avait vent de la tournure des événements.
 
Quand on y pense, on s’imagine difficilement les marchands comme des personnes dangereuses, aux capacités combatives égales à celles d’un soldat ou autres guerriers. Pourtant, quand on est habitué à traverser l’île, on a tôt fait de comprendre à quel point ces voyages peuvent être dangereux. Ainsi, il n’est pas rare de les voir armés, même sommairement, ou accompagnés d’un mercenaire pour les plus riches d’entre eux. Et quand on appartient à un commerce suscitant autant de controverses dans la société, trouver les meilleurs moyens de défense devient rapidement une priorité. Une belle épine qu’ils nous plantent dans le pied ces... ces maudits mécréants ! Ce qui se révèle pire encore quand il s’agit d’un convoi expédié par la « dame » de cette corporation.
 
Il fallait évidemment que nous tombions sur l’un de ceux-ci ! Quelle poisse ! Comme si un civil innocent à protéger en prime ne suffisait pas. Le sauvetage de ces pauvres innocents risque d’être beaucoup plus difficile que ce que nous imaginions. Je retrouve donc mes camarades au prise avec une bande de mercenaires à mon arrivée. De justesse, je parviens à me glisser dans une faille avant qu’un membre de ces derniers ne me remarque. J’ai eu chaud, très chaud, j’en suis bien consciente et il faut maintenant que je fasse quelque chose... on est en train de perdre l’avantage.
 
Glissant vers notre chef de manœuvre, je me mets à l’abri derrière le même rocher que lui avant de reprendre forme humaine. Nous sommes acculés et le temps à la réflexion semble compromis, mais j’espère qu’il aura bien une petite idée pour moi.
    « J’ai repéré les carrioles avec les kidnappés en contrebas en arrivant ici. Ils ont fait en sorte de pouvoir les garder à l’œil tout en grimpant dans les Monts, il devrait bien y avoir moyen de les faire perdre de vue non ? »
    « Hélas, je doute qu’elles soient rester sans surveillance... à moins que tu puises y jeter un œil ? Si on parvient à les faire fuir dans les galeries, il sera peut-être possible d’écourter la bataille et de prendre la poudre d’escampette avec eux ! »
Par le grand Círdan, voilà qui me semble vraiment suicidaire comme tentative. Enfin, j’avais demandé une mission et je dois avouer que c’est bien celle qui me semble le plus raisonnable compte tenu de notre position.
    « Je m’en charge. »
Reprenant ma forme de fouine, je me faufile à nouveau vers le sol en essayant d’éviter toute autre forme de vie. Le seul ennui c’est qu’à cette hauteur, on ne voit vraiment très loin et il est difficile de se repérer dans ce dédale de roche... sans compter qu’il faut que je fasse vite, très vite. En une fraction de seconde je reprends ma forme de chouette, mesurant les risques entre le fait qu’on puisse me reconnaitre et me voir plus facilement et le fait que je serais retourné en contrebas en quelques secondes à peine sous cette forme.
    « Merde ! La chouette c’est un métamorphe ! »
Oh bon sang ! Un éclair de feu passe à quelques centimètre à peine de mon aile. J’ai été vu et prise pour cible ! Qu’est-ce que je vais faire ?! Si je me dirige vers leur caravane, ils vont découvrir notre plan ! Il faut que je me cache... sauf que je ne vois aucune fissure si près de la sortie. Je suis cuite...


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr

    Voilà un peu de baston et un mot pour Vaan /o
    [17:48] Adrien : Si Vaan bouge pas son cul, j'le crame.
Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageVen 30 Sep - 5:24


Se concentrer

feat Laelia N. Solomos-Spade


Vaan ne savait pas tellement ce qu’il devait faire. Il savait que la femme ne voulait pas qu’il se mêle à tout cela. Cependant, il était à présent sur place. Il n'allait pas fuir pour les laisser faire un travail qu’il avait certainement ruiné. Il ne voulait pas avoir l’échec d’une mission sur la conscience, bien que cette mission ne soit pas une mission à laquelle il participerait en général. Il souhaitait seulement réparé son erreur et ne plus en parler. Seulement, réparer son erreur consistait à aider cette femme dans son travail. Il pouvait être utile, si on lui disait quoi faire. Prendre une initiative directe n’était pas son genre. Sauf que… le choix n’était pas toujours présent. Rester inactif, ça ne lui tentait pas du tout.

Il avait fait le choix de s’y rendre malgré les recommandations et l’interdiction de s’y rendre. Bien sûr, il savait que dans la tête de cette femme, il serait mieux pour lui de rester éloigné. C’était bien parce qu’elle ne le connaissait pas car il pouvait très bien se défendre. Il n’oserait pas dire qu’il était plus en mesure de le faire qu’elle, car il savait très bien que ce n’était pas le cas. Ou presque. Il savait bien qu’il avait travaillé si fort pour atteindre le niveau qu’il avait atteint, qu’il ne voulait pas redescendre mais toujours augmenter. Impossible pour lui de rester en arrière : Vaan détestait être laissé derrière. Cela ne signifiait pas qu’il allait se jeter dans la gueule du loup, une seconde fois… seulement, il était sur place et pouvait intervenir, créer une certaine forme de surprise. Il pouvait faire quelque chose, du moins il pouvait essayer de faire quelque chose.

Il était très loin, trop pour être utile. Encore, il s’approcha jusqu’à voir quelque chose. Apparemment, les brigands n’avaient pas pensé à regarder où Vaan se trouvait. Il restait caché derrière un rocher, l’endroit montrant plusieurs grosses roches comme cela. Il eut le temps de se poser, de vérifier l’état du verre qu’il avait dans les mains avant qu’il attende une exclamation. La chouette, c’est une métamorphe. Donc… la seule pensée qu’il eut fut qu’elle était dans le trouble. Par sa faute en plus… Sincèrement, il aurait réellement apprécié être plus logique au début. Il ne savait pas si quelqu’un pouvait lui venir en aide. Il n’avait à peine que quelque seconde de réflexion avant d’agir. Sinon, elle va être dans un très gros pétrin. Elle ne serait pas heureuse de savoir qu’il était venu malgré ses interdictions, mais elle allait finalement comprendre qu’il allait s’en sortir.

Vaan invoqua rapidement Alastar, son premier démon. Il était d’ailleurs le plus puissant des deux, son rayon d’effet était très grand. Il le regarda et il était prêt à agir, du moins pour laisser le temps à la chouette de déguerpir et rester en vie. Il savait que ce n’était qu’une question de temps. Vaan donna son premier ordre au démon, en très peu de mots. Ces brigands se trouvaient dans un rayon de 15 mètres, ils étaient donc assez près pour que le pouvoir s’active normalement. La puissance ne sera pas aussi grande qu’elle ne pourrait l’être, mais elle serait présente. Une belle surprise suivie d’une peur irrationnelle. « Alastor, vises que les formes humaines devant toi. » Il se rapprocha alors de la zone de danger, pour se rapprocher d’elle. Il était toujours plus utile de le garder près de soi. « Suis-moi ! » Il accéléra pour atteindre la hauteur de la chouette. Il savait que cette femme rencontrée plus tôt était la métamorphe ; il l’avait vu partir lorsqu’ils se sont séparés. Il avait une dette envers elle. Qu’elle lui dise quoi que ce soit, Vaan ne quitterait pas l'endroit où il était. Qu’il se retrouve dans la gueule du loup comme cela ne le dérangeait pas. Le tout se passa rapidement, aussi rapidement qu’il le pouvait.

Le démoniste profita de la peur installée dans la tête des gens pour regarder la chouette non loin. Il ne s’était pas interposé entre les brigands et la métamorphe, mais l’arrêt qu’avait causé la peur lui avait peut-être permis de s’éloigner.  « Je sais que vous m’avez demandé de rester à l’écart, cependant, je ne le pouvais pas. Je répare mes erreurs et vous n’avez pas le choix de voir que je suis apte à me défendre. » De toute façon, à présent qu’ils étaient là, elle ne pouvait pas lui dire de repartir. Il allait devoir rester en place et se défendre comme il le pouvait. Défendre cette dame au moins. Alastar à ses côtés, il était prêt à répliquer lorsqu’ils allaient revenir.

« Ne vous souciez plus de moi, je vais m’en sortir. »

La présence de son démon confirmait ses dires. Ainsi, elle pouvait continuer le plan qu’elle avait mis en place, bien qu’il n’ait aucune idée de ce qu’il pouvait bien être.

© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Lælia N. Solomos-Spade
« Lune du jour »
⌘ Messages : 105
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Selena, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Métamorphe
◊ Pouvoir: Matérialisation des cauchemars
◊ Malédiction:
Lune du jour
MessageMer 14 Déc - 0:06

Me voilà dans de beaux draps... Si Adrian apprend que je viens tout juste de manquer finir en hibou rôti, je crois que je suis bonne pour être « punie de sortie ». Oui, oui, même à deux cents petites années. Il ne faut pas croire, mais mon cher et tendre dispose de beaucoup d’imagination quand il s’agit de me « séquestrer » ou de me garder à l’œil h24, et cela se révèle toujours bien plus efficace qu’une corde en soie douce - parce que vous pensiez qu’il oserait risquer de me blesser aux poignets ? - parce que ce genre d’objets servent souvent de manière radicalement différente. Enfin, revenons à nos moutons, de toute façon, il ne risque pas de savoir, n’est-ce pas. De toute façon, je n’ai pas le temps de songer d’avantage au répercussion que pourrait amener ce petit accident dans mon couple.
 
Il me faut d’abord sortir indemne de ce guet-apens sans une égratignure et en épargnant mes compagnons et cette.. hum, je veux dire, ce jeune homme. Ce qui est plus facile à dire qu’à faire je dois bien en convenir. Ah quelle plaie !  Quelle... ouille ! C’est pas passé loin, j’ai le bout d’une aile qui va sentir le roussi maintenant. Ces mécréants n’y vont vraiment pas avec le dos de la cuillère. Par chance, je parviens à trouver un passage dans les rochers assez étroit qui me permettra de m’y cacher et assez éviter les vagues de flammes. Néanmoins, je ne doute pas que ces hommes aient vu ma manœuvre et réussissent à m’y déloger rapidement. J’escompte juste gagner assez de temps pour trouver une meilleure échappatoire ou un plan de contre-attaque - si j’y parviens.
 
C’est alors que je ressens une vague de magie traverser les lieux. Un coup d’œil en contrebas m’indique rapidement la nature de celle-ci. Il est bien difficile de louper l’énorme créature qui se déplace désormais sur le sol. Comment... ? Ne me dites pas qu’il y a un autre mage dans leur rang ! Si c’est le cas... je crains que notre mission soit... Oh ? Attendez voir. Ce n’est pas la voix de l’homme à la chevelure flamboyante que j’entends ? Ah si ! C’est bien elle ! C’est donc lui qui vient d’invoquer cette bête ? C’est qu’elle se défend plutôt bien cette dernière en plus... voilà mes assaillants qui se carapatent sans demander leur reste. Il faut bien avouer qu’elle n’est pas ragoutante à regarder, mais à ce point ? Je ne comprends strictement rien à leur réaction, toutefois, je ne peux que m’en réjouir.
 
Je sors alors de mon trou, fixant cette étrange personne. Jusqu’à ce que je me rende compte que lui aussi savait où je me trouvais.
    « Je sais que vous m’avez demandé de rester à l’écart, cependant, je ne le pouvais pas. Je répare mes erreurs et vous n’avez pas le choix de voir que je suis apte à me défendre. Ne vous souciez plus de moi, je vais m’en sortir. »
Ah... voilà qui est gênant. Je dois bien admettre que je ne l’ai pas traiter comme une personne ayant des moyens de se défendre. Rougissant, sous mon plumage, je reprends alors ma forme humaine, dépourvue de toutes couleurs, mais l’air toujours aussi gênée.
    « Veuillez m’excuser, je ne voulais pas vous froisser en vous m’étant à l’écart et encore moins mettre en doute vos capacités. Seulement, nous ne voulons pas que des civils soient mis en danger lors de nos opérations. Cela serait contraire à notre éthique. Je m’en serais voulu si vous aviez été blessé lors de ce sauvetage. »
Loin de moi l’idée d’essayer de me justifier. Après tout cela n’est qu’un fait, bien difficile à expliquer quand on ne désire pas votre sa guilde plus que nécessaire. Enfin, je ne pense pas que ce type soit pour le marchandage d’esclave s’il est venu à mon aide et si on resonge à ses paroles à sa propre intervention avant mon arrivée. Cela dit, il n’est pas non plus question d’essayer de l’enrôler.
    Une silhouette surgit alors, haletante et semblant particulièrement pressée. « Qu’est-ce que tu fiches, Læ’ ?! Les marchands ont fui sans demander leur reste, on a eu le temps de libérer les prisonniers, même si on ne sait pas exactement ce qu’il s’est passé. Il est temps de tirer notre révérence avant qu’ils ne reviennent. Ce qui ne devrait pas tarder... » Il se fige, comprenant que je ne suis pas toute seule. « Qui est-ce... ? »
    « Ah... ne t’inquiètes pas, il est avec nous. Je t’expliquerai plus tard, on file. » Je me retourne alors vers mon camarade d’infortune. « Vous.. venez avec nous ? »


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr
Vaan Z. Strauss
« Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 03/03/2015

⌘ Reroll : Dolores Lorys & Loghan Holmes

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste
◊ Pouvoir: Contrôle du verre
◊ Malédiction:
Maître d'Oracle qui sait pas cuire un œuf
MessageMar 10 Jan - 1:59


Se concentrer

feat Laelia N. Solomos-Spade


Vaan n’avait jamais été le type de personne qui écoutait ce qu’on lui disait. Il suivait souvent ce qu’il croyait bien, même si on lui disait que ce n’était pas ce qui était à faire. Comme lorsqu’il est parti de chez lui sans prévenir… son choix avait été fait et c’est à ce moment seulement qu’il avait réellement compris ce qu’il voulait. Au final, il s’était toujours trouvé être un peu rebelle. Il ne faisait que ce qu’il voulait, sauf lorsqu’il savait que cela lui serait utile. Alors, avec cette dame, maintenant qu’il savait qu’il souhaitait l’aider, au moins pour réparer son erreur de débutant… il allait le faire peu importe ce qu’on lui disait à présent. Peut-être un côté rebelle ou aussi qu’il était très têtu. On lui avait souvent dit et lui-même se le disait. Vaan le savait très bien.

Vaan savait utiliser la peur des gens. C’était bien une chose qu’il avait entrainé pendant des année. Il savait que ces hommes étaient lâches : faire ce genre de choses ne pouvait pas indiquer autre chose. Une peur comme celle-ci ne pouvait pas être tenue comme ça. Il était possible de le contrer sans problème, seulement, il fallait que la volonté. Une volonté dirigée vers cela… sauf que pour le moment, ces bandits ne savaient pas du tout que cela venait de Vaan, la pauvre personne folle qui voulait les affronter. Puis, de ce qu’il avait compris…. ces bandits étaient simplement partis, pour revenir ? Il ne le savait pas et il n’était pas capable de le dire.

La jeune femme se transforma alors à nouveau et elle reprit la forme que Vaan lui connaissait. Elle ne souhaitait pas le froisser… ça avait été fait mais il se tenait bien de le dire. Pour lui, ça avait été comme une insulte qu’on lui dise cela. Enfin… Il comprenait le fait  qu’elle ne voulait pas blesser des civils… Vaan pensait un peu comme cela aussi, sauf si ces pensées étaient dirigées vers lui. Enfin, c’était normal et il le savait très bien. « Je comprends très bien, mais cela vous a pris plus d’efforts pour me protéger… ce qui aurait pu être évité si vous m’aviez écouté. » Puis, une personne semblant être avec cette dame arriva. Il expliqua la situation ce qui confirma à Vaan ce qu’il s’était passé. Ainsi, il avait tout de même réussi à racheter la gaffe qu’il venait de faire. Ils avaient eu le temps de finir ce qu’ils devaient faire. Après hésitation au sujet de Vaan, le temps était de partir. « Je vais vous suivre pour le départ, mais ce sera tout…  » Attendons d’avoir plus de temps de discuter, du moins... être à une place plus sécuritaire que maintenant. Même si Alastor les avait faits partir, ils n’allaient pas prendre des siècles avant de revenir.

Vaan les suivit alors. Il n’avait pas envie de rester pris dans ces affaires encore longtemps, maintenant qu’il avait réparé ce qu’il avait fait. Sauf que ça ne lui plaisait pas tant de rester au milieu de ces bandits sans aucune raison, complètement seul. Il savait aussi que sa recherche allait devoir attendre un bon moment et qu’il n’allait pas pouvoir recommencer tout de suite. Autant les suivre pour le moment. Puis, cela pourrait sûrement rassurer cette dame qui se fait du soucis pour lui : savoir qu’il est en sécurité. Lorsqu’ils arrivèrent où ils devaient arriver, vaan regarda la femme un petit moment. « Je souhaitais réparer mes erreurs et cela a été fait. Cependant, je voulais simplement faire cela. Je vous ai suivi car je me dis que vous préféreriez savoir que je suis en sécurité avec vous plutôt que de me laisser là-bas, où tous ces bandits peuvent revenir... » Vaan ne doutait pas de ce qu’il disait : c’était logique. « Je vais vous suivre et je partirai au moment où vous jugez cela nécessaire et sécuritaire. Si vous avez besoin d’aide, je peux vous aider pour le moment que je serai là. » Ce qu'il proposa, c'était surtout pour elle car lui-même serait capable de s'en sortir.

© Codage By FreeSpirit

Se concentrer sur ce qui est souhaité // Laelia

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Suhalla :: Monts Astoria-