Partagez | 

Mon cher neveu, viens donc m'étreindre que je te poignarde dans le dos ₪ loghan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Castiel J. Moriarty
« Saloperie pas recommandable »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Selena & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Création/Contrôle de la Colle
◊ Malédiction:
Saloperie pas recommandable
MessageLun 25 Jan - 19:10


La fumée s’échappe de la cigarette tel un chemin de cailloux qui suit mon introspection des lieux. Je n’ai jamais aimé me présenter des heures à l’avance à un rendez-vous, cependant la ponctualité est un détail sur lequel je ne lésine jamais. Bien que j’apprécie particulièrement pointer le bout de mon nez à la minute près. Il faut bien savoir se faire désirer de temps en temps. Par contre, ce que je déteste par-dessous tout ce sont les retardataires et ceux-ci se souviennent de cette information bien longtemps après notre rencontre. S’ils le peuvent encore. Néanmoins, quand il s’agit de la gestion de son patrimoine, je ne m’amuse jamais à ce petit jeu-là et c’est en avance que je quitte le Domaine pour les moulins des Collines des Hauts-Vents. Laissant derrière moi trois petites souris couvertes de travaux divers à accomplir avant mon retour. À moins que la brune ne s’amuse à effrayer la pureté de la blonde durant mon absence.
    « Toi n’en profites pas pour chercher des employés, toi ne vas pas tripoter tout ce qui passe, toi arrêtes de chercher de chouiner. » Même si je doute qu’ils écoutent, mais on n’est jamais trop prévoyant. Ça me fera une excuse pour donner quelques punitions. Quoique... je n’en ai pas besoin, c’est juste plus marrant.
Ce devait donc être une journée, ma foi, toute banale. Ennuyeuse au possible. Hélas, il n’était pas non plus possible de déléguer des tâches aussi importantes au majordome ou à la gestionnaire.
 
Le blé et la farine font, malheureusement, parti de la recette de nombreuses denrées et même si cela me coute de l’avouer, l’emplacement des moulins permet une rentabilité et une qualité non-négligeable. Par conséquent, il vaut mieux avoir – la main mise – un accord commercial avantageux avec les propriétaires des lieux. Au moins, on ne pourra pas dire que je dirige toutes les exploitations du pays si je sous-traite ou loue certains bâtiments, n’est-ce pas ?
 
Arrivé de ce fait en avance, je m’étais donc dirigé vers les champs et les entrepôts où se situaient mes biens avant d’aller rencontrer mon « homologue ». Il me restait de longues minutes à tuer avant l’heure limite et personne ne savait que j’étais là. Quoi de plus parfait pour aller jeter un œil et surveiller le bon fonctionnement des choses. Je veux juste m’assurer que l’on essaye pas de me rouler dans la farine. N’est-ce pas légitime ?
 
Quelle ne fut pas ma surprise quand, au détour d’un silo, j’aperçus au loin une silhouette bien connue. Décidément, Hautzénith est un mois de toutes les rencontres les plus improbables. Désagréables comme bienvenues pour satisfaire quelques besoins de vengeance. C’est toutefois bien plus étrange de croiser cet imbécile dans un endroit comme celui-là que de se retrouver nez-à-nez avec un revenant dans un soi-disant lieu mystique. Si le second relevait du plus grand des hasards et d’une belle chance pour moi, le premier sent vraiment le coup fourré. Je me demande même si mes affaires n’ont pas été soudainement prises en filature. Quoi qu’il en soit, la présence de mon neveu n’est pas anodine. Ou alors il apprendra très vite que se retrouver au mauvais endroit, au mauvais moment en ma présence peut faire très, très mal.
    « Tiens donc, tu essayes de te reconvertir dans un métier plus à ta portée ou tu es venu demander qu’on te lise une carte parce que tu as perdu ta boussole ? J’espère que tu es au moins en route pour aller faire une bise à notre chère Ophélia. Tu dois lui manquer, depuis le temps que tu n’es pas allé la voir. »
Tout n’est qu’ironie. S’il mord, il sera le seul à blâmer pour avoir attaqué le premier. Je suis tout blanc voyons. Pâle comme un linge ectoplasmique.


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageLun 15 Fév - 4:49

Voyager était une chose fantastique. Il ne voyageait pas pour le plaisir de découvrir de nouveaux horizons : son but restait le même. Tout ce qu’il faisait avait comme but d’atteindre son objectif. Il savait très bien que cela était trop, que pour le moment, rien n’allait à son avantage. À vrai dire, il ne savait pas par où commencer. La guilde des Loups d’Argent pouvaient bien avoir des pistes et être bien plus près de l’objectif que lui ne le serait jamais : il voulait le faire seul. La solitude allait-elle finir par l’avoir ? Il n'en avait aucune idée, le chemin qu’il suivait n’était même pas certain. Comment lui-même pourrait se convaincre qu’il faisait la bonne chose ? Aucune idée.

Loghan revenait d’un voyage, ayant appris plusieurs choses, continuant le plus possible à récolter des informations à propos des personnes nécessaires. Cela restait difficile, ce n’était pas si facile. Surtout que pour le moment, il souhaitait, el plus possible, resté éloigné de la ville où sa « famille » restait. Ce serait un pur suicide s’y rendre, sachant très bien qu’il ne pourrait pas y rester calmement. Il cachait déjà son identité du mieux qu’il pouvait, là, ce serait juste une mission impossible. Cette faiblesse l’énervait. En groupe, cela ne serait pas mieux. Il fallait simplement attendre le moment opportun. Se hâter n'allait servir à rien et même que ça pourrait le nuire. Il n’était pas si mauvais et il n’était pas impatient. Il regardait que son but, dans l’objectif de l’atteindre. Peu importe le temps que tout cela prendra, il allait le faire payer. Maintenant ou dans 20 ans : peu importe.

Ce voyage l’avait mené à une place qu’il ne connaissait pas, ou très peu. Loghan avait quelque peu perdu le Nord. Son sens de l’orientation lui avait joué un tour : il ne savait plus où il était. Ce sentiment était assez désagréable. C’était bien la première fois où il n’était plus certain du chemin qu’il devait prendre. Désespéré par cette erreur parfaite stupide, il se dirigea vers l’endroit qui semblait le plus sûr. Son instinct lui disait qu’il devait y aller, alors c’est exactement ce qu’il fit. Il ne pouvait rien faire d’autres, de toute façon. Il arriva au bout de plusieurs temps, à un moulin. Cela le rassura sur le coup, se disant qu’il trouvait enfin une personne qui vivait ici. Il avait l’intention de s’informer auprès de l’homme y habitant… Mais une chose l’arrêta. Il regarda l’endroit et les environs attentivement, pour être certain de ce qu’il pensait. Il reconnaissait l'endroit, ce n’était pas la première fois qu’il y passait. Il y était passé pour obtenir des informations… sur ce que faisait son oncle. Enfin, son oncle… Ce n’était pas une place sûre, bien qu’il ne semble y avoir aucun problème du premier coup d’œil. Il allait repartir bien vite, ayant finalement trouvé un point de repère.

Cependant… la vie en voulait autrement. Le hasard pouvait être une bonne chose, tout comme une mauvaise. C’était tellement étrange et improbable qu’il commença à douter du hasard dans cette situation. Une silhouette plus loin lui rappelait quelqu’un. C’était lui et il l’avait vu. Loghan se mordit la lèvre, regardant dans cette direction. Fuir serait que stupide. Castiel était maintenant devant lui. Ce que le hasard peut être horrible parfois. Il se trouvait ici par pure hasard, parce qu’il s’était égaré. Et instinctivement, il s’était dirigé vers un endroit qu’il connaissait bien. Des ces premiers mots, il sentit sa frustration montrer. Non, il ne comptait pas changer de métier, encore moins devenir fermier dans l’une des places où il avait un droit. La carte n’était pas nécessaire. Il était parfaitement retrouvé, et ce, sans l’aide de son merveilleux oncle.

« Tu sais pertinemment que je n’irai pas la voir. Elle devrait le savoir elle aussi, pourtant. » Loghan recula d’un pas, gardant son regard sur Castiel se trouvant face à lui. Le voir en ce moment n’était pas une bonne chose, il ne le souhaitait pas. Il le détestait, autant lui que sa tante. Castiel, la situation était plus délicate car la situation sociale de nombreuses personnes se rattachaient à ce qu’il faisait. Ophélia, c’est une autre histoire. Bientôt, le temps sera venu.

« Tu lui dirais aussi que plus je suis loin d'elle, mieux je me porte. »

Commencer les hostilités n’était pas une si bonne idée, mais rester sans rien faire non plus. Si Castiel ne cherchait pas le problème et faisait ce qu’il avait à faire, Loghan partira simplement. Il doutait de cette première situation cependant. Son neveu essayait de lui mettre des bâtons dans les rues ; il n'allait pas pouvoir partir si facilement. Toujours, il restait prêt. Sa main était très près de ses dagues : ce n’était pas un mal d’être trop prudent.

« La raison de ma présence ne te concerne en rien. »

Spoiler:
 
Castiel J. Moriarty
« Saloperie pas recommandable »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Selena & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Création/Contrôle de la Colle
◊ Malédiction:
Saloperie pas recommandable
MessageSam 27 Fév - 0:19


Reculer d’un pas n’était qu’un signe de faiblesse, ce qui ne m’étonnait guère de la part de cette demi-portion. Faire  parti d’une grande famille - bien que je détestais admettre ce détail - ne l’aiderait pas à arranger son cas désespéré. Cela suffisait à m’arracher un sourire mesquin et satisfait. Déjà mon cerveau mettait en place divers scénarios possibles sur ce que je pouvais faire à ce sale morveux. De la simple leçon au corps à faire disparaitre ensuite. Un accident est si vite arrivé voyez-vous. Quel dommage que les lieux ne m’appartenaient pas, cependant. J’aurai pu me débarrasser facilement des témoins en les envoyant travailler plus loin. Pourquoi faire ? Pour m’adonner à une pratique des plus ludiques pardi ! Qu’est-ce qu’il serait plaisant de pouvoir utiliser le premier outil qui me passe sous la main afin de retirer quelques petits bouts de cet être abjecte. En commençant par lui retirer ses yeux de leur orbites, puis continuer en lui arrachant les ongles et ainsi de suite. Tout doucement, avec force et vilénie, jusqu’à ce qu’il m’implore de l’achever. Chose que je ne ferai jamais, une fois mon amusement passé, je me contenterai de le laisser pourrir là, après m’être assuré qu’il ne mourrait pas tout de suite. Ce serait bien trop facile.
    « Blah, blah, blah. Tu n’es qu’un gamin ingrat. Prétendre fuir sa chère et tendre famille alors qu’au final tu finis toujours par te retrouver dans nos jupons. Je fais finir par croire que tu as de sacrés sauts d’humeur mon pauvre enfant. N’as-tu jamais pensé à consulter un guérisseur histoire de t’assurer que tout va bien dans ta petite tête ? Je ne voudrais pas me faire de mouron pour toi. »
Remontrance ? Inquiétude ? Conseil ? Vous voulez rire ? Il n’en est rien ! Juste de l’ironie et de la moquerie. Bien qu’il soit vrai que je ne désirerai pas m’inquiéter pour lui. En fait, c’est même impossible, je n’en avais carrément rien à faire. Détail qui ne lui échapperait surement pas, du moins c’était précisément ce que je voulais.
 
Une fois mon petit discours terminé, je hausse les épaules avec dédain. Encore une fois avec toute la raillerie dont je pouvais faire preuve. L’envie de le voir sortir de ses gongs se faisait de plus en plus pressante. Tout comme celle de le voir faire le premier mauvais pas, celui qui me permettrait de l’écraser aussi sec, sans aucune pitié. Le toisant de haut en bas, je m’assurai en réalité de garder le moindre de ses gestes à l’œil.
    « La raison de ma présence ne te concerne en rien. »
Oh ? Vraiment ? Carnassier, je m’élançai vers lui en trois grands pas. Nos visages se retrouvaient alors à quelques centimètres, nos souffles chauds s’entremêlant avec toute la haine dont nous pouvions faire preuve. Sans crier gare, ma jambe vint frôler la sienne pour le faire culbuter vers l’arrière. Histoire de le faire tomber sur les fesses.
    « Ne joue pas avec les couteaux, tu risques de te blesser. Il ne faudrait pas que tu décèdes d’une pauvre hémorragie ou d’une petite infection. Toi qui est si fragile. »
D’un mouvement brusque, je m’accroupis pour me mettre presque à son niveau, prenant tout de même garde à ce que mon niveau reste plus élevé que le sien. Le but n’était pas de l’achever immédiatement, il fallait d’abord que je découvre ce qu’il fabriquait dans le coin. L’ennui, c’est qu’il n’était plus possible de profiter de la filature pour essayer de grappiller quelques informations. Quant à lui tirer les vers du nez, cela sera sans doute une tâche assez peu aisée, sauf que je n’avais pas vraiment d’autres choix. Mais comment faire ?
    « Tu ne vas pas me dire que tu es venu ici pour acheter quelques sacs de farines. M’aurais-tu cacher ta reconversion ? Sans venir travailler dans la famille ? Ton ingratitude atteint de bien profondes limites. »


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageLun 18 Avr - 4:12


Mon cher oncle, tu rêves.

feat. Castiel J. Moriarty


De la chance ? Selon les probabilités, il était possible de dire que leur rencontre était une chance. Cependant, jamais Loghan ne parlerait de chance en voyant Castiel sans avoir prévu cette rencontre. Il aurait préféré ne pas le croiser et ainsi, pouvoir rentrer simplement et sans grosse difficulté. À présent, il se questionnait même sur la probabilité de rentrer un jour. De toutes les personnes qu’il aurait pu croiser, c’était bien sûr la dernière personne qu’il avait envie de voir qui se retrouvait directement devant lui. C’est à partir de ce jour que Loghan se dit qu’il n'allait plus jamais s’égarer, ayant ainsi un contrôle total sur ces déplacements et aux endroits où il allait. Pour une erreur de débutant, il se retrouvant dans cette situation délicate ; situation qu’il aurait préféré ne pas vivre bien entendu.

Ne savait-il pas pourquoi Loghan se retrouvait à avoir rapport avec eux ? Il le savait bien évidemment, ces paroles étaient insensées. Cela se comprenait très bien dès qu’on connaissait un peu ce vil personnage. Toutes ses paroles ne voulaient rien dire et cela énervait simplement un peu plus Loghan, qui se retrouvait dans cette situation. Si Castiel arrivait à se la fermer un peu et réaliser la vérité. Loghan comprenait pertinemment cependant, sachant que s’il avait vu Castiel dans une des villes où il trainait, il n’aurait pas été gentil. Ce manque de confiance était parfaitement compréhensible, même totalement partagé. Voir son oncle ici l’insupportait.

Cette distance diminuant rapidement, Loghan fit un léger mouvement de recul. Ce n’était en rien de la faiblesse mais bien de la sécurité. Hélas, cette sécurité ne fut pas assez pour l’empêcher de tomber sur le derrière, lamentablement. Tout de suite, son expression changea et il le fusilla du regard. Jouer avec les couteaux… Il n’avait pas besoin d’explication pour comprendre ce qu’il souhaitait dire par-là. sa main se posa un peu plus loin, toujours prête à prendre possession de cette arme en cas de grand besoin. Sinon, les armes blanches n’étaient pas ses seules portes de sortie ; il avait plus d’un tour dans son sac. Le rapport de forces qui semblaient existés entre les deux hommes énervait Loghan. Pour ce court instant, il le pouvait presque rien faire. Ce sentiment d’impuissance était vraiment quelque chose d’horrible à vivre.

Son oncle semblait ne pas le croire sur la raison de sa présence et bien sûr, il ne pouvait s’empêcher de passer des commentaires. Loghan ne viendrait jamais travailler avec eux, malgré le nom qu’il portait. Autant lui-même ne voudrait pas que sa tante.

« Même si je m’étais reconverti, je ne serai certainement pas venu ici. Cela n’arrivera pas, tu es pourtant si bien placé pour le savoir. »

Une once de sarcasme dans la voix et le tour est joué. Pouvait-il vraiment s’en sortir sur ce coup-ci ? Cela serait une tache plutôt compliquée. À ce moment précis, Loghan n’était pas là pour enquêter sur lui ou autre chose dans ce style : cependant, il l’avait déjà fait par le passé. Cela était bien une chose qu’il ne pouvait pas nier, avec le plus grand malheur. L’affronter directement ne serait pas une bonne idée, surtout pas dans la seconde où tous ses gestes semblaient prédits. Même sa main s’approchant de sa dague avait été vue, sans pour autant qu’il la touche.

« S’il a quelqu’un d’ici qui est ingrat, c’est bien toi. Ce n'est pas moi qui suis en train de menacer une personne totalement innocente sur le terrain d’un homme bon. »

Totalement innocente ? Il faudrait en reparler longtemps. Cette fois-ci, c’était vrai et uniquement pour cette fois-ci. Loghan savait très bien qu’il avait de nombreuses choses à se reprocher. Sauf que pour lui, c’était toujours dans le but de se rapprocher de son objectif ultime.

L’étape ultime était d’arriver à se relever sans se faire avoir par Castiel. Il était juste devant lui, trop près pour qu’il puisse se reculer rapidement. L’attaquer actuellement n’était peut-être pas l’idée la plus efficace qui assurait sa survie, pour le moment. Castiel était d’une lâcheté de le tenir dans cette position. Il était mieux pour lui d’essayer de se relever que de restait dans cette position honteuse. Il étira la jambe pour donner un coup dans les siennes, pour se donner tout juste le temps de se relever et de reculer d’un pas. Ce n’était pas vrai qu’il allait retomber une nouvelle fois, en se faisant avoir par un coup aussi basique que celui-là. Il savait très bien que son oncle était une personne dangereuse, on n’est jamais trop prudents.

« Je ne te laisserai pas faire ça une autre fois. »

© Codage By FreeSpirit
Castiel J. Moriarty
« Saloperie pas recommandable »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Selena & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Création/Contrôle de la Colle
◊ Malédiction:
Saloperie pas recommandable
MessageSam 14 Mai - 3:09


Ah. Je me doute bien qu’il ne me répondra pas aussi facilement. Ce sale gosse possède bien de notre ténacité familiale, quoiqu’il en dise et nie. Enfin, ce n’est pas grave, toutes les excuses sont bonnes pour l’abimer un peu, histoire que sa langue se délie par la même occasion. Évidemment toutes mes affirmations ne sont que sarcasmes, jamais je ne voudrais voir ce gamin revenir vers nous pour quelques raisons que ce soit. Les rats qui quittent le navire ne sont que des porteurs de vices et de saletés, ils ne sont pas fiables et il m’est impossible de leur porter la moindre confiance. Ou du moins, je ne peux avoir la certitude qu’ils ne s’enfuient pas à nouveau. Je hais les traîtres et les couards. Famille ou pas. Oh, attendez, la famille c’est Ophélia, pas ce misérable mortel.
    « Ahahahaha ! Toi ? Un homme bon ? Cherches-tu à essayer de m’assassiner par le rire ? Tu es juste ridicule si tu crois réussir quelque chose de cet acabit. Cependant, tu parviens à te rendre magnifiquement ridicule. Ne penses pas que j’ignore tes actions, chaque chose que tu fais en notre nom, chaque écart de conduite. Tu n’es pas un saint, tu es un monstre de la même trempe de ce que tu reproches à ta chère ancêtre. La seule différence étant qu’elle, au moins, fait quelque chose de parfaitement légal. » J’ai des yeux et des oreilles un peu partout. Surtout lorsqu’il s’agit d’un petit parasite qui essaye de saboter mes biens pour des raisons parfaitement ridicules. « Alors cesse dont de me prendre pour un imbécile et répond à cette simple question. Tu n’es pas stupide au point de ne pas la comprendre, hum ? »
Ce n’est pas encore une véritable menace, mais nous n’en sommes plus très loin. Ma patience se prétend grande, ce qui est un vil mensonge, encore plus avec cet énergumène. Je ne supporterais pas longtemps ce petit jeu et cette fuite qui me déplait. S’il cherche à ce que du mal lui soit fait, il ne devra pas me supplier avec insistance pour cela.
 
Je suis même près de lui remuer mon coutelas sous le nez pour le raccourcir de quelques centimètre et c’est après de lourds efforts que je parviens à me retenir encore un peu. Il ne faudrait pas que quelqu’un nous surprenne en train de nous étriper ou que je laisse un côté d’un des moulins avec une nouvelle peinture inachevée. Ce ne serait pas très propre. Les attaques psychologiques feront encore l’affaire pour le moment.
 
Sauf que cet imbécile n’est pas prêt de se laisser faire et c’est à son tour qu’il se décide de me balancer un coup dans les jambes pour me faire perdre l’équilibre, laissant tomber un genou sur le sol et un juron s’échapper de ma bouche. Il fuit à nouveau. Quel lâche ! Ah il préfère mettre de la distance de cette façon... très bien... ce n’est pas tomber dans l’œil d’un aveugle.
    « Je ne te laisserai pas faire ça une autre fois. »
    « Est-ce de la peur que je vois dans tes yeux ? Tu te prétends au-dessus de tout soupçon, mais encore une fois tu me prouves par ton attitude que c’est tout le contraire. Assume donc au lieu de te comporter comme un lâche, ça ne pourra que t’apporter de bonnes choses, tu verras. » Oui dans le meilleur des cas, tu peux toujours aller te confesser à un garde, prouve ta bonne foi dans une cellule si tu en as le cran.
A chaque pas qu’il fera en arrière, j’en ferais à nouveau un vers l’avant. Cette fois je garde tous de même  une certaine distance. Oh, pas parce que cette fois il prétend qu’il ne se fera pas avoir, mais simplement parce que ça ne serait pas amusant de faire tout le temps la même chose. Il faut savoir varier les plaisirs dans la vie et quand il est temps pour une bonne tranche de paroles. Pour découvrir les failles de son adversaire, ce genre de choses. Sans oublier qu’il est un peu trop sur ses gardes en ce qui concerne mes mouvements, alors je préfère chercher une autre faille.
    « Peut-être n’es-tu pas fait pour nous rejoindre, sans doute devrais-tu changer de nom. Qu’en penses-tu ? Après tout, c’est nous qui ne voudrions pas être associé à un voleur de farine et de pain, prêt à affamer la population locale de Lorwyn pour d’obscures raisons. Je trouve ça particulièrement inhumain de ta part en y pensant bien ! Je devrais sans doute appeler le propriétaire de l’exploitation afin qu’il aille cherche la garde. » Je pousse un soupire faussement attristé avant de poursuivre mon discours plein de sarcasmes. « Si seulement tu me laisser entrevoir un rayon d’espoir, juste assez pour être certain qu’on puisse te sauver de te décadence. Tu ne m’aides pas vraiment en ce moment si je puis dire. Quelle plaie tu peux être, ta mère doit avoir honte de toi ! »
Attaquer les mamans c’est un moment assez efficace de faire enrager une personne. Je me demande bien comment ce morveux peut y réagir tiens. Ça peut être intéressant, s’il a encore un cœur.


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageVen 27 Mai - 6:50


Mon cher oncle, tu rêves.

feat. Castiel J. Moriarty


Jamais Loghan n’avait prétendu être un homme bon : le seul homme bon dans les environs était ce pauvre fermier. Il savait très bien que prétendre être bon en face de Castiel était stupide, voilà pourquoi il ne l’avait pas fait. Cependant, malgré le fait qu’il sache très bien que ces actions n’étaient légales, savoir que Castiel semblait au courant de tout ce qu’il faisait ne lui plaisait pas. À vrai dire, cela le mettait même en colère. Ce qu’il faisait avait tout le même objectif : faire tomber le marché de sa chère tante. Au fond, son oncle avait raison sur quelque chose et admettre mentalement cela était très frustrant : Ophélia a un marché en pleine légalité, tandis que son neveu souhaitait le faire tomber de façon illégal. Se faire comparer au monstre qu’elle était, jamais il n’allait accepter ça.  

À présent debout, il le regardait, avec un regard dur qui montrait très bien la frustration et la haine qu’il ressentait. Un lâche ? Loghan ne s’identifiait pas du tout comme cela. Même que le lâche ici, c’était lui. Lui qui profitait des pauvres habitants de la région. Il ne connaissait pas tout à son sujet, c’est certain. Cependant, il pouvait affirmer sans aucun doute raisonnable que lui non plus ne se situait pas toujours dans la légalité.

« Et je n’ai pas peur de toi, tu ne mérites même pas cette peur. »

Loghan savait très bien que contre lui, il risquait de ne pas avoir de chance. Cependant, avoir peur de lui, avoir peur de la personne qu’il souhaite faire tomber le plus possible ? Jamais. Il restait sur ses gardes, à chacun de ses mouvements. Il ne voulait pas se faire reprendre de la même façon idiote.  Castiel mit le doigt exactement sur l’une des choses qu’il souhaitait éviter. Jamais il ne voulait affamer une population, il voulait simplement la délivrer de Castiel car ce n’était certainement pas la meilleure chose qui leur arrivait. Sincèrement, se faire qualifier d’inhumain… parce une personne tout aussi inhumaine que lui ? Il ne le prenait tout simplement pas. Appeler le propriétaire pour aller chercher la garde ? Ça, il savait très bien qu’il ne voulait pas la rencontrer. « Inhumain ? » Il haussa un sourcil mais ne put pas continuer sur ce qu’il disait car Castiel continua. Comme s’il était le moins dans la décadence… User du nom de sa famille pour arriver à ses fins ne le dérangeait pas du tout, à vrai dire, il trouvait ça assez pratique. A la mention de sa mère, il serra le poing encore plus fort en le fusillant du regard.

« Ma mère n’a rien à voir là-dedans. Je suis peut-être une plaie, mais laisse-la hors dehors de tout ça. » Il le fusilla du regard, bien qu’il sache que la menace ne lui faisait rien. Il était informé à son sujet aussi, il ne fallait pas l’oublier. « Tu m’accuses de tous les maux en pensant te sortir innocent… »

Il fallait comprendre que Loghan savait qu’il n’était pas le seul dans cette situation. Castiel souhaitait donner l’impression qu’il est le meilleur et qu’il n'avait rien à se reprocher ? Peu importe ce qu’il allait dire, jamais Loghan n’allait le croire. Il recula d’un dernier pas, pour mettre de la distance entre eux et pouvoir se défendre si besoin est. Il savait très bien que cela n’allait pas simplement être une discussion mouvementée, mais que ça allait devenir plus… délicat.

« Tu es bien bon pour faire la morale, mais quand on te regarde un peu, on comprend que tu n’as rien à vanter aussi. »

Oh, ça Loghan savait très bien qu’il avait fait de nombreuses choses qui ne sont pas dignes. Il le savait très bien. En avait-il honte ? Pas le moins du monde. Bien sûr, il n'avait pas envie de sortir tout ce qu’il avait pu faire en face de Castiel, cela ne l’arrangerait certainement. De plus, il avait raison sur le fait qu’il avait utilisé son nom à plusieurs reprises. Il ne l’abandonne pas car il en voit l’utiliser. Les informations qu’il peut récolter avec ce nom sont intéressantes.

« Alors tu comprends qu’aujourd’hui, je n’ai rien d’intéressant à faire ici. »

Lui tourner le dos serait la pire gaffe qu’il pourrait faire. Il le fixait toujours, les mains serrés par la haine envers cette personne.

© Codage By FreeSpirit
Castiel J. Moriarty
« Saloperie pas recommandable »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Selena & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Création/Contrôle de la Colle
◊ Malédiction:
Saloperie pas recommandable
MessageDim 12 Juin - 16:17


Tiens donc ? Il n’aurait donc pas peur ? Ma remarque - bien qu’il serait sans doute plus judicieux de nommer cela « son affirmation » de la part de Castiel - n’avait que pour réel but de le perturber en le mettant face à la réalité. A moins qu’il soit encore plus téméraire, et donc stupide, que je ne le pensais. Je vais finir par croire qu’il n’attend qu’à perdre une jambe ou bien plus encore en se jetant volontairement dans la gueule du loup. Qu’il continue donc de faire le malin et je lui apprendrai bien vite que jouer au héros ne rapporte rien donc qu’une courte et douloureuse vie. A moins que ce soit justement ce qu’il cherche à jouer avec le feu ainsi. Je vais même finir par croire qu’il n’attend que je l’attrape par le col pour l’emporter chez ma chère Ophélia.
 
Les choses deviennent beaucoup plus amusante quand il entend la petite remarque concernant sa mère. Cette technique est tellement prévisible que je m’étonnerai presque qu’il soit tombé aussi facilement dans le panneau. Un sourire narquois et hautement moqueur s’affiche sur mon visage. Finalement, c’est encore une preuve qu’il est aussi faible que tous les autres.
    « Ma mère n’a rien à voir là-dedans. Je suis peut-être une plaie, mais laisse-la hors dehors de tout ça. »
    « Tu es donc assez intelligent pour remarquer que tu n’es qu’un poids enchainé aux pieds de tes proches. Bravo, je dois bien t’applaudir pour ton petit éclair de lucidité. » Je marque mes parole du geste sans plus attendre. De la façon la plus ironique qui soit, évidemment je me paye encore une fois sa tête. « Je dois malheureusement dire que ce n’est pas vraiment le cas en ce qui concerne la partie sur ta chère mère. Évidement qu’elle a quelque chose à voir là-dedans, puisque c’est elle qui t’a mise au monde. On peut donc dire que c’est entièrement sa faute si nous en sommes là. Peut-être devrais-je la tuer pour ça. »
Si c’est une menace ? Peut-être. Dans l’immédiat, je n’ai pas vraiment peser la question du pour et du contre, même si je préférerai ne pas avoir à perdre de temps avec ce genre de misérables péons. Bien que je peux toujours déléguer le travail pour ne pas avoir à me salir les mains, ce peut-être un bon compromis. Enfin, dans l’immédiat il est surtout question de continuer sur ma lancée pour voir si je peux encore appuyer sur cette faiblesse qui semble pointer le bout de son nez. Par souhait de voir jusqu’où je peux titiller cette colère, pour lui faire perdre pied jusqu’à ce que l’irréparable soit commis. Ou au moins tester les faiblesses pour une prochaine fois. Ne sait-on jamais, puis il faut bien admettre que le lieu n’est pas forcément propice à certaines activités. Il vaut mieux que je reste sur mes gardes et que je ne déborde pas à mon tour, ce serait bien bête de ma part.
    « Tu es bien bon pour faire la morale, mais quand on te regarde un peu, on comprend que tu n’as rien à vanter aussi. »
    Ah la vérité, il essaye de renverser la balance d’une façon trop chevaleresque. Le gamin n’a toujours pas compris que ce n’est pas comme ça que fonctionne le monde. Dommage pour lui, ce n’est pas moi qui lui enseignerait cette leçon. Ou bien à la dure, mais j’ai dit que je devrais éviter ce genre d’écart pour le moment. « Pauvre enfant. Qui donc va le comprendre avec toi ? Personne ne prendrait pour acquis une phrase telle que la tienne. Tout ce qu’il se passera, c’est que tu donneras l’impression de n’être qu’une langue de vipère, un jaloux ou ce genre de chose aussi simple que la nature humaine. »
Aucun geste. Aucun mouvement. Les deux parties semblent s’être figées dans un duel de regard, ce sera au premier qui craquera, qui fera le premier pas dans une direction. Opposée ou non. C’est à se demander comment pourra bien finir cette altercation peu commune. Une chose est certaine dans l’esprit de la Banshee : ce ne sera pas en bien.
    « Réfléchis un petit peu pour changer et dis moi. À ton avis, aussi erroné soit-il, quel parti à le plus de chance de se voir soutenir par le peuple : celui de l’homme qui produit victuailles et breuvages précieux pour remplir les panses ou bien celui d’un pauvre hère sans travail qui s’attaque à de pauvres marchands sans défense ? Essaye de répondre entièrement à mes questions au lieu de te contenter de tout garder pour toi, tu verras que ça aidera le peu de matière grise que tu sembles posséder. » Je fais mine d’avancer d’un pas sans pour autant terminer le mouvement. « J’espère que tu te rendras au moins compte du fossé qui nous sépare. Tu pourras crier au loup autant que tu le voudras, tu ne fais que te courir droit au mur et ta famille ne sera jamais là pour te servir de garde-fou. À moins que tu aimes tant les cadavres. »


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr


Dernière édition par Castiel J. Moriarty le Dim 11 Sep - 17:18, édité 2 fois
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageJeu 14 Juil - 5:36


Mon cher oncle, tu rêves.

feat. Castiel J. Moriarty


Loghan n’était pas le meilleur pour garder la maîtrise de soi. Il cherchait à être calme le plus souvent possible et dans els circonstances, c’était certainement la meilleure chose à faire. Cependant, il était impossible de rester complètement passif face à cette personne. En plus de la détester profondément, il savait très bien que Castiel faisait tout pour le faire sortir de ses gonds ; lui faire perdre tous ces moyens. Parler de sa mère semblait le toucher et vraiment, il détestait cela. Ces insultes, était-il obligé de la mettre là-dedans ? Certes, elle est la personne qui l’a mis au monde, mais elle n'est pas la fautive de tout cela. Elle était bien, mais si Ophélia n’avait pas existé ou bien si elle ne faisait pas ce commerce d’enfer, jamais il ne serait viré comme cela. Il ne prétendait pas être parfait : ce serait un piètre mensonge. Mais jamais sa mère n’allait être coupable. « Tu la touches et tu le regretteras. Elle n’a rien à faire dans cette histoire. » C’était si ironique de savoir que Loghan souhaitait l’échec d’une partie de sa famille mais que sa mère restait toujours un point sensible. Oh que si, il savait très bien que ce n’était pas de sa faute : ce foutu commerce et comment lui-même était tourné.

La discussion continuait et ne plaisait pas du tout à Loghan. Si cette personne avait  été quelqu’un d’autre, il aurait terminé cela ici et maintenant. Cependant, avec Castiel, il avait de nombreux problèmes. S’en occuper ne lui causerait sûrement que des problèmes et se rapprocher du commerce d’Ophélia allait être difficile. Il savait très bien que s’en prendre à lui n’était pas une chose facile et qu’il allait très certainement répliquer. Quelqu’un d’autre que lui qui aurait tenu ces propos… Loghan n’aurait pas attendu longtemps et d’un coup… C’était malheureusement une situation à proscrire et à éviter même. Bien sûr que personne ne pouvait prendre pour acquis une de ses phrases. Castiel savait très bien lui-même qu’il n’était pas mieux. Dire que l’un était meilleur que l’autre ? Impossible ! L’un avait simplement la chance d’avoir l’alimentation d’une place sur son dos. Ce n’était rien de plus et ce ne sera jamais rien de plus que cela. Loghan ne répliqua rien, sachant qu’il n’allait que s’enfoncer encore plus dans ses propres paroles. Tout ce qu’il allait dire allait se retourner contre lui.

Il eut un long moment de silence, où ils s’observèrent. Le premier qui trouverait quelque chose à faire, ou à dire. Si seulement Loghan pouvait retourner en arrière, lui fausser compagnie et se retrouver assez loin pour qu’il ne le poursuive pas. Ces mots étaient si logiques. La réponse était évidente. La question était entièrement biaisée, la réponse le serait aussi et on ne pourrait pas s’y fier. En écoutant Castiel et d’un point de vue extérieur, prendre le partie de Loghan était stupide. Sauf que… plusieurs personnes le prenaient. Il agissait seul pour atteindre son objectif, mais il savait très bien qu’il ne pouvait pas renverser le monde entièrement seul. Il souhaite être seul, mais tient des relations avec certaines guildes qui vont dans le même sens que lui. Se rendre compte du fossé qui les séparait ? Mais depuis toujours. « Tu devrais comprendre que tu n’as pas la vérité absolue. Je m’en rends parfaitement compte, je sais bien mieux que toi la situation dans laquelle je me trouve. Je réfléchis peut-être bien plus que toi » Que Castiel ne fasse pas comme s’il comprenait la situation de Loghan. Sa haine était profonde, son envie de vengeance était toujours présente. Il avait et faisait toujours des choses pas très légales et cachées. Il faisait tout pour qu’on n’associe pas cela à lui. User du nom de sa famille, par exemple. Éléa ne savait certainement pas cela, et bien sûr qu’il taisait son nom auprès des gens des Loups d’Argent. Peut-être que ça allait finir par se savoir. Le plus tard serait le mieux, très certainement.

« Tu veux que je dise ce que je pense ? Ils ne sont pas sans défense, commettre cela donne déjà une défense. Je sais très bien ce que les gens pensent de ce commerce, bien mieux que toi. Le fossé entre nous ? Il est bien plus visible de mon côté que du tien. Mais il n’existera plus, et c’est un de mes objectifs. »

Loghan recula d’un pas pour se mettre à une bonne distance. Il ne pouvait pas prévoir ce qu’il allait faire, mais il était assez de se faire dire ces choses. Il ne niait pas tout, il savait très bien qu’il avait raison pour plusieurs choses. Loghan savait très bien que certaines de ses activités étaient illégales : il le savait mieux que quiconque. Si c’était ce que ça prenait pour atteindre son objectif, il allait le prendre. Il ne tient pas sa main près de sa dague, mais il restait attentif à chacun de ses mouvements pour réagir s’il le fallait. Se faire attaquer, il n’était pas sûr de pouvoir tenir. Mais se laisser avoir par son oncle si facilement ? Jamais.

« Alors, laisse-moi. J’ai conscience de tout ce que tu pourras me dire, en rajouter ne te servira à rien. Je vais juste faire ce que j’avais prévu faire depuis le début : partir et ne rien faire aux récoltes de cet homme. Me faire mentir serait juste une grosse perte de temps. »

© Codage By FreeSpirit
Castiel J. Moriarty
« Saloperie pas recommandable »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Selena & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Création/Contrôle de la Colle
◊ Malédiction:
Saloperie pas recommandable
MessageLun 12 Sep - 0:47


Ah. Plus la conversation se poursuit, plus je ne peux que constater que les similitudes qui lient cette mauvaise graine à ma tendre Ophelia et à moi-même sont loin d’être aussi peu nombreuses que prévues. C’est dégoutant, mais fort pratique à la fois. J’ignore encore si lui s’en ai réellement rendu compte, dans tous les cas, ça le rend beaucoup plus prévisible que prévu. Pour le moment. Hélas, cette discussion comment sérieusement à durer et quand bien même il me semble plutôt facile de le faire sortir de ses gongs, ce n’est pas le genre de finalité que j’escompte. Et ses pauvres petites menaces ne risquent pas de changer grand-chose.
    « Je réfléchis peut-être bien plus que toi. »
    Voilà une phrase qui déclenche une hilarité dont je ne me prive pas. « Pauvre enfant, il n’est pas difficile de comprendre comment fonctionne les gens quand on les côtoie depuis aussi longtemps que moi. Tu devrais ranger ton orgueil d’humain, c’est indécent. »
Est-ce seulement possible d’être aussi naïf ? Ou je devrais plutôt dire stupide. On dirait un agneau qui supplie le loup de le manger sans même sans rendre compte. Du moins j’espère pour lui qu’il saisit pas la portée de sa bêtise, sinon je crains que son état soit bien plus préoccupant que prévu. Enfin, pas que cela me dérange, au seul détail prêt que cela ne ferait qu’entacher un peu plus le nom d’Ophelia. Ce qui est relativement dérangeant. Assez pour que je daigne m’intéresser un minima à cet idiot qui traine un peu trop dans mes pattes.
 
Il fut un temps où j’avais un peu espérer le remettre sur le droit chemin. Malheureusement, il est apparu assez tôt que la tâche ne mènerait nulle part. Peut-être que s’il quittait cette race de faiblard il comprendrait la réalité du monde qui l’entoure... mais souhaitais-je  réellement avoir à le supporter des siècles durant ? Bien que je possédais une petite humaine qui pourrait se charger de l’argent à ma place... Non, ne nous embarquons pas dans des idées aussi saugrenues. Pour le bien de tous et surtout du mien.
    « Je sais très bien ce que les gens pensent de ce commerce, bien mieux que toi. »
    « Rectification sombre ignorant. Tu as entendu ce que tu veux entendre auprès de saintes nitouches qui espèrent se donner bonne conscience pour je ne sais quelle connerie. Crois-tu que si ce commerce dérangeait tant que cela il resterait légal depuis tant d’années ? Oh il y a bien la meute à la tête de Mideel qui a fait exception, mais on ne peut pas demander grand-chose d’intelligent venant de chiens bipèdes. Puis il suffit que la tête pensante change pour que les affaires puissent reprendre. Alors cesse de croire qu’une minorité soit plus légitime alors qu’elle ne fait qu’emmerder le monde qui l’entoure. Il serait plutôt temps de comprendre le monde qui vous entoure et d’oublier vos utopies pathétiques qui ne se réaliseront jamais. Les êtres ne sont pas égaux, ils ne l’ont jamais été et ne le seront jamais. »
Et le voilà qui fuyait. Ce qui ne m’étonne guère ! S’il y a bien quelque chose qu’il ne tient pas de nous, c’est bien sa couardise. C’est toutefois la marque de faiblesse que j’attendais, chose que je ne marque pas en laissant un sourire carnassier s’afficher sur mon visage.
    « Allons, allons. Tu comptes partir sans me dire au revoir dûment ? En voilà de bien mauvaises manières... »
Je ne suis pas un vampire, ce qui me convient parfaitement, néanmoins, je n’aurai pas été contre leur petit boost personnellement pour raccourcir la distance qui nous sépare. Juste histoire de rigoler un peu. Un lancer de couteau prêt de l’oreille suffira pour le moment, après m’être bien sûr assurer que celui-ci ira se planter dans une caisse derrière lui, sous l’œil absent d’un témoin inexistant. Une menace et un dernier avertissement. S’il croit que je vais le laisser partir aussi facilement, c’est bien assez mal me connaître.
    « Pas si vite mauvaise graine. Cela ne m’explique pas ce que tu fiches dans le coin et ne crois pas qu’essayer de t’esquiver en prétendant n’avoir rien après le grain me suffira comme réponse. Contrairement à toi, j’ai tout mon temps. A moins que tu ne préfères que j’aille directement chercher quelques uns de tes proches pour aller leur tirer les vers du nez. Quant à te faire mentir... tu le fais aussi naturellement que tu respires, n’est-ce pas triste ? Sauf si tu te complait dans une vie que tu prétends vouloir fuir. Quelle tristesse d’être aussi aveugle... enfin... si j’en avais quelque chose à faire, sauf que ce n’est pas le cas. »
Je hausse les épaules avec dédain. En réalité, je n’aime pas perdre mon temps, mais je peux toujours faire une parenthèse pour m’occuper de son cas plus tard. Dussé-je l’enfermer dans une cave ou aller chercher un petit pion s’il parvient à me filer entre les doigts. Car ça me fais mal de l’admettre, mais ce sale gosse est une sacrée anguille. Ah les talents héréditaires... pourquoi est-ce que ça existe ces conneries ?


©codage par loveless ; gif provenant de tumblr
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageLun 5 Déc - 4:01


Mon cher oncle, tu rêves.

feat. Castiel J. Moriarty


Ranger mon orgueil d’humain ? Bien sûr, c’est parce qu’il est autre chose que je dois faire cela ? Non je n’accepte pas. Peut-être bien que j’ai de l’orgueil, mais même une certaine fierté. Mais non, monsieur connaissait les gens depuis longtemps. Il savait exactement comment nous étions. Plutôt dire qu’il ne connaissait rien. Je ne pouvais pas le supporter, sa vue m'énerve. Tous les mots qui sortaient de sa bouche aussi. Partir, je comptais juste partir. Je ne voulais pas rester à le provoquer encore plus longtemps… et je sais très bien ce que c’était. Ce n’était pas lui qui avait été détester simplement parce que que un oncle et une tante faisaient des choses…. Peut-être bien que ce commerce était légal, mais jamais tout le monde l'accepte. les personnes créant ce commerce et le faisant continuer en profitent, sans penser à ceux qui ont des chances de perdre leurs vies en devenant esclave. Il ne pouvait pas dire le contraire.

Il parlait de choses que je n’aimais pas. Cela ne m’intéressait pas du tout… Je ne voulais plus l’entendre parler. Chaque mot qu’il sortait avait un fond de vérité, mais je ne pouvais tout de même pas approuver ce qu’il faisait. Je ne dirai jamais au grand jamais qu’il avait raison et que tout ce qu’il disait était vrai… mais ce serait seulement stupide de ma part de dire que seuls des mensonges sortaient de sa bouche. Ses mots étaient durs et je détestais l’entendre. mais effectivement, il avait raison sur un fait. Ce marché est légal… et le restera. Nous travaillons pour le contraire, pour les pauvres gens qui sont pris dans ça. je travaille aussi pour moi. Qui il était pour parler de l’égalité des êtres ? Je ne suis pas capable de supporter cet homme. Si j’en avais les capacités, je le tuerai ici et maintenant. Si seulement je le pouvais…

J’ignorais ses paroles. Je devais partir. Et bien sûr, j’avais de mauvaises manières. J’entendis l’air se fendre tout juste à côté de mon oreille, un couteau arrivant directement sur quelque chose. Il était passé près de moi.. la première offensive. En duel, il gagnerait, je le savais, mais je ne pouvais pas le laisser faire. je sortis une dague à mon tour. Me défendre. Je ne pouvais pas le laisser me menacer ainsi, ayant la position de force comme ça. Je serrai la main sur l’arme, écoutant ce qu’il me disait. Chercher des personnes qui me connaissaient. Il y a certaines personnes qui me mettraient dans le trouble, c’est assuré. Plusieurs même. Il y avait aussi des personnes à qui je ne voulais pas qu’il touche. Qu’il mette la main sur cette personne particulièrement et j’allais le tuer. Mentir ? Ah !

« Tu ne t’écoutes pas parler, tu parles si bien, tu as tellement la vérité. C’est faux. Tu ne comprends rien. Dire que je mens ? Peut-être. Dire que tu ne mens pas… laisse-moi rire. je ne vais jamais croire une seul de tes traîtres mots. » Je plaçai la dague devant moi, sachant que cela était une provocation… mais je ne pouvais pas le laisser faire, je devais lutter pour pouvoir partir. « Ton commerce, légal ? Ce serait fou dire le contraire, mais tu crois que je suis tant stupide et que je ne le sais pas ? Arrêtes de me prendre pour un débile qui ne sait pas penser. Je vais atteindre mon objectif, peu importe dans quelle situation tu me mets. » Cette fois-ci, de la distance que je gardai avec lui, je le pointais de ma dague. Je le menaçais et je n’hésiterai pas. Si jamais, j’avais une dague proche. Ma seconde main restait proche d’une autre dague. Ici, je voulais survivre. Je n’allais pas mourir aussi pitoyablement… puis je savais qu’au moins une personne ne voulait pas que je meure et pour elle, je n’allais pas mourir.

« Je ne vais pas arrêter ce que je fais tant que tu existes, toi et Ophélia. » Jamais, j’allais me venger. Seul ou en groupe, mais j’allais y arriver. Peu importe le moyen… Bien sûr, c’est peut-être ce que Castiel me reprochait, mais je ne pouvais pas rester à me tourner les pouces encore longtemps. Une belle distance, deux personnes avec des capacités semblables… nous allons voir ce que ça allait donner.

« Fais moi la morale autant que tu veux, ça ne changera pas le fait que je désire seulement te voir mort. »

© Codage By FreeSpirit
[/quote]

Mon cher neveu, viens donc m'étreindre que je te poignarde dans le dos ₪ loghan

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Lorwyn :: Collines des Hauts Vents :: Moulins à Vent-