Partagez | 

Une fois de plus // Éléa ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageJeu 31 Déc - 7:38


Un fois de plus ?

feat Éléa Solomos-Spade


Il était assis simplement à une table, une plume à la main, cherchant quels mots il pouvait bien écrire. Écrire une lettre était une chose bien compliqué : il ne fallait pas y laisser d’indices trop précises sur soi-même. Il faut toujours être sur ses gardes, peu importe l’endroit où on est et qui on est. Écrire une lettre n’était pas une chose facile, loin de là. Ce n’était pas pour rien que Loghan prenait tant de temps avant de le faire. Mettre les bonnes informations, le plus rapidement. Le problème avec les lettres, contrairement aux rencontres en direct, c’est qu’il fallait prédire plusieurs éléments.

Loghan écrivait une lettre à Éléa. Le jeune homme devait se rendre dans sa ville, il avait quelques petites choses à y faire… et comme il ne passait pas tout le temps, il souhaitait en profiter pour la voir. Rendre l’utile à l’agréable…. Avec elle, il se sentait bien. Il savait qu’elle semblait avoir besoin de sa présence. Le contraire était tout aussi vrai : les moments passés avec elle étaient bien et agréables. Il aimait être dans la ville, ou un peu à l’écart et lui montrer des choses qu’elle n'avait pas nécessairement vues. Bref, tous les deux aimaient être ensembles. Bien sûr, il ne s’était jamais entièrement ouvert à elle. Il a plusieurs détails qu’elle ne devait pas savoir et surtout, qu’il ne souhaitait pas lui communiquer. Son réel objectif, bien qu’elle connaisse certaines choses, n’était pas dévoilé. Elle ne savait pas qu’il était un Holmes. Et si possible, il préférait qu’elle ne le sache jamais…

Ainsi, il quitta sa ville, un peu avant la date qu’il lui avait donnée. Il avait écrit qu’il y serait assurément et que cette journée particulière, il allait être à l’endroit indiqué. Bien sûr, elle connaissait très bien cette place, à l’orée de la ville. Commençant tout doucement à connaître son père, il valait mieux rester loin. Faire attention à sa fille surtout. Il n’allait rien lui arriver, il ferait en sorte qu’il ne lui arrive jamais rien. Il ne le souhaiterait jamais.

Ce fut après plusieurs jours qu’il arriva dans la ville. Une journée avant la date qu’il avait écrite dans la lettre. Si la lettre s’était bien rendue, elle savait qu’il serait là et qu’il allait l’attendre comme à son habitude. À vrai dire, il commençait à avoir hâte de la voir puisque cela faisait un beau moment… Il observa la ville lors de cette première journée et dès que le lendemain arriva, il alla attendre à l'endroit où il lui avait dit qu’il serait. Il était possible qu’elle ne vienne pas, si elle n'avait pas reçu la lettre. Tout dépendait aussi de l’humeur de son père….

Il croisa les bras et resta sur place, attendant simplement l’arrivée d’Éléa. C’était une belle petite place et ça, il l’avait toujours dit. Sans se soucier du temps, il fut simplement heureux de la voir finalement arrivée. Un léger sourire flotta sur ses lèvres lorsqu’il vit sa silhouette. Il se redressa et décroisa les bras, lui montrant ainsi qu’il était vraiment là et surtout, qu’il l’avait vu. Éléa était vraiment une personne appréciée par Loghan : ils s’étaient entendus sans même se connaître. Ou presque. Lorsqu’il était avec elle, c’était un peu comme s’il pouvait oublier tout le reste l’espace d’un instant. Alors, la voir lui tira un sourire.



© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Eléa Solomos-Spade
« Porcelain Doll »
⌘ Messages : 172
⌘ Inscrit(e) le : 27/02/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: aucune pour le moment
◊ Pouvoir: Contrôle des os
◊ Malédiction:
Porcelain Doll
MessageDim 21 Fév - 12:19






Une fois de plus...
feat Loghan






Il m’était actuellement impossible de rester sur place. Ou je tournais en rond, ou je m’asseyais pour finir debout à observer la fenêtre, ou je regardais pour la centième fois l’état de mon reflet dans ma glace. La raison d’une telle excitation ? Loghan, évidemment ! J’avais reçu, il y avait peut-être deux semaines, une lettre dans laquelle il m’annonçait sa venue prochaine. Une date fixe, une heure de rendez-vous, et un endroit avait fait stimulé mon impatience. Et depuis ce jour où la lettre m’était parvenue, il me semblait que je comptais les heures jusqu’à ce qu’il arrive enfin à Forsena.

Les visites de mon meilleur ami avaient toujours eu le même effet sur moi. Il y avait tellement de temps que je le connaissais, et c’était presque le seul à avoir attendu patiemment que je m’ouvre à lui. C’était d’ailleurs grâce à Loghan que ma timidité s’était amoindrie, et qu’aujourd’hui, j’avais davantage le cran de m’adresser aux autres – en vérité, je lui devais beaucoup, et peut-être plus qu’il ne pouvait le penser. Je n’avais pas souvent l’occasion de le voir, pas autant que je l’aurais voulu du moins, car il vadrouillait bien trop souvent sur les routes. J’aurais réellement voulu l’accompagner, et j’étais presque certaine qu’il l’aurait fait si mes parents l’avaient accepté. Mais ce jour finirait par arriver et je savais être patiente…excepté dans un moment comme aujourd’hui.

A la minute même où l’heure attendue s’affichait sur les horloges, je vérifiai une dernière fois ma silhouette avant de descendre le plus dignement possible les escaliers. J’avais averti maman de ma sortie – je n’osais imaginer que papa soit au courant de ceci – et elle m’avait donné le feu vert, comme à son habitude. Mais si je fonçais comme une furie hors de la maison, elle m’aurait tôt fait de me rattraper pour m’engueuler. Ma santé de verre, voyez-vous…Ca ne pardonne jamais, avec les parents.

-A tout à l’heuuuuuuure !


Je passai la porte, arrangeant mes cheveux pour être le plus présentable possible. J’aimais l’idée qu’il me trouve jolie, sans trop savoir exactement pourquoi, c’est pourquoi je faisais toujours plus attention à mon allure lorsque je savais que je le verrais. Ce n’était certainement pas pour lui plaire dans un sens…romantique, puisque, après tout, il n’était que mon meilleur ami. Enfin, c’était la seule excuse que j’avais souvent trouvé, par crainte peut-être de trop m’attacher à lui. Ce n’est pas qu’il ne le méritait pas, ou que moi-même étais-je trop imparfaite pour lui ; mais j’avais une crainte d’aimer un homme qui était aussi souvent sur les chemins, alors que je devais rester sur la terre ferme encore quelques temps.

Mes réflexions se dissipèrent rapidement, dès l’instant où, en bifurquant dans la rue, j’aperçus au loin mon cher Loghan. Il se redressa, me signifiant qu’il m’attendait bel et bien, et je crus même voir un sourire se dessiner sur ses lèvres. Et ce qui devait arriver arriva : j’oubliai les multiples recommandations de maman et me retrouvai à courir vers mon meilleur ami, les bras grands ouverts pour l’intercepter d’un câlin. Nos deux corps se retrouvèrent alors naturellement, alors que je sautai littéralement sur lui, et mes bras trouvèrent leur place dans son dos. Je lui collai même un énorme bisou bruyant sur la joue, avant de déclarer d’une voix forte et enjouée :

-Lo’ ! Je suis tellement contente de te revoir ! Ca fait une éternité, au moins ! Comment tu vas ? Tu as fait bon voyage ? Que s’est-il passé de ton côté ?

Mes yeux pétillants détaillaient la moindre parcelle de son visage, comme si je craignais qu’il ait changé en l’espace de ses semaines que nous avions passé loin l’un de l’autre. Je voulais tant le garder pour moi des semaines durant ! Il me semblait que nous avions tant de choses à dire et un manque cruel de temps devant nous. Tout passait horriblement vite lorsque je restais avec lui.

-Dis-moi que tu restes au moins quelques jours….Je ne veux pas te dire au revoir si vite !



© Jawilsia sur Never Utopia

Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageLun 29 Fév - 4:47


Un fois de plus ?

feat Éléa Solomos-Spade


Bien sûr que Loghan était heureux en la voyant arriver. La voir venir vers lui le rendait heureux. Cela confirmait que sa lettre s’était bien rendue. Il pouvait passer du temps avec la personne avec qui il se sentait le mieux. Ça n’avait aucun prix : c’était agréable. Même que sa satisfaction se vit avec un léger sourire. Habituellement, il n’était pas le genre de personnes souriant à pleine dents, embrassant la vie. Avec elle, il se permettait quelques écarts avec la réalité. La revoir lui faisait plaisir, l’instant de bonheur qu’il se refuserait de perdre un jour. Il allait songer à passer plus souvent, même si ce n’est que pour quelques heures.

Sa réaction le fit sourire encore plus. Ce n’était pas prudent, mais agréable et beau à voir de sa part. Dès qu’elle arriva à lui, il la réceptionna et la garda contre lui. La voir si heureuse, si bien lui faisait un bien fou. Il se sentait déjà un peu mieux, maintenant qu’il était avec elle. Il la serra tendrement dans ses bras, gardant toujours un léger sourire aux lèvres. Rien de bien prononcé, mais juste assez pour qu’elle puisse voir son état d’esprit. De plus, il avait toujours plus de faciliter à s’ouvrir avec elle. Peut-être bien qu’il ne se mettait aucune restriction… ? Il se sentait serein ? Cela pouvait expliquer cela. Puis vint de nombreuses questions. Beaucoup de questions. Mais l’important était qu’elle soit là ?

« Je suis content de te revoir aussi. Je vais bien ne t’en fais pas pour ça. »

Lui expliquer ce qu’il avait à lui expliquer allait être long, il préféra donc ne pas répondre à sa question et attendre légèrement pour lui dire. Tout comme elle, Loghan souhaitait rester plus longtemps et être avec elle. Ce serait tellement simple. Cependant, il ne savait pas s’il allait pouvoir. Pour le moment, n'en parlons pas. Il ne voulait pas déjà penser à son départ, maintenant qu’il se sentait à l’aise et bien. En plus, il préférait parler d’autres choses, pour les premières minutes au moins. Il savait très bien qu’il allait devoir repartir un jour : sauf que l’envie n’était pas présente pour le moment. Si Loghan pouvait réaliser son objectif en restant avec elle, il le ferait. Malheureusement… c’était beaucoup trop dangereux pour qu’il pense à l’inclure là-dedans. Ces parents ne lui pardonneraient jamais si un léger malheur lui arrivait. Il ne se le pardonnerait pas aussi.

« Allons. Ne parles pas des aurevoir maintenant, je viens d’arriver. »

Il ne savait pas du tout quand il allait devoir repartir. Penser au départ à peine arriver n’était pas très agréable. Il se décolla d’Éléa et lui tendit la main, dans le but qu’elle la prenne. Une fois ce fut fait, il continua à lui parler. Jamais il ne parlait en disant trop de mots, en général, il était habitué de se rendre droit au but. Il serra légèrement sa main dans la sienne, avant de la regarder dans les yeux, un très léger sourire aux lèvres encore. Un sourire qu'elle seule serait capable de voir.

« Je passe la journée avec toi. Tu peux m’amener partout où tu le souhaites, ça me fera plaisir de venir avec toi. J'aime être avec toi. »

Comme il ne venait pas souvent, il voulait profiter de ce petit moment. Au fond de lui, il souhaiterait rester le plus longtemps possible avec elle. La journée, tout était certain : il pouvait être avec. Après, il allait décider par la suite. Comme déjà dit, il ne souhaitait pas penser au fait qu’il devait partir maintenant. Ils avaient très certainement beaucoup de choses à se dire. ne pas se voir si longtemps est dommage...



© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Eléa Solomos-Spade
« Porcelain Doll »
⌘ Messages : 172
⌘ Inscrit(e) le : 27/02/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: aucune pour le moment
◊ Pouvoir: Contrôle des os
◊ Malédiction:
Porcelain Doll
MessageLun 11 Avr - 23:06






Une fois de plus...
feat Loghan






Ma tête était enfoncée dans le cou de Loghan, mes yeux fermés sous la pression des souvenirs qui m’assaillaient. Pouvais-je être plus heureuse, aujourd’hui ? Il me semblait que non. J’avais l’ami le plus cher à mes yeux à mes côtés, après des semaines de séparation. Sa présence était comme un petit rayon de soleil après des journées pluvieuses ; un souffle pour une âme perturbée. Mon sourire irradiait, tant je n’arrivais pas à contenir mes émotions, et mes bras le serraient à l’étouffer. A vrai dire, il me le rendait bien, et je sus que mes sentiments étaient partagés, ce qui me faisait d’autant plus chaud au cœur. Oh, Loghan ! Pourquoi avoir attendu si longtemps avant d’être ici ?

-Je suis content de te revoir aussi. Je vais bien ne t’en fais pas pour ça…Mais, allons. Ne parle pas des au revoir maintenant, je viens d’arriver.

-Pardonne-moi, tu as raison ! Mais je ne veux tellement pas que tu t’en ailles rapidement…A vrai dire, je voudrais même que tu restes ici pendant des mois ! Ou même des années…en fait, à vie, alors tu comprends que je n’ai pas su m’en empêcher…

Mes joues s’empourprèrent, pas tant en raison de mes mots, mais davantage à cause du nombre de phrases déblatérées. Comme lui, j’étais habituée à ne pas émettre de long discours, bien que, pour ma part, c’était ma timidité qui le commandait. J’étais certes beaucoup plus loquace avec lui, mais après un si long moment où nous ne nous étions pas vus, j’étais parfois un peu hésitante. Cependant, il finissait toujours par me mettre à l’aise, et je ne me surveillais rapidement plus.

Loghan se détacha alors de moi, me tendant la main pour que je la saisisse, ce que je fis avec un plaisir non dissimulé. Je refermais mes doigts dans les siens, ravie de retrouver ce contact si commun avec lui. J’étais certaine que si papa nous voyait, il s’imaginerait rapidement n’importe quoi – et peut-être verrait-il rouge à nous savoir si proches, mais qu’importait ? Il n’était pas là, et je n’allais pas me gêner de profiter de mon meilleur ami. Je raffermis mon emprise sur sa main, lui souriant avec allégresse, mes joues tintées de leur habituel rouge.

-Je passe la journée avec toi. Tu peux m’amener partout où tu le souhaites, ça me fera plaisir de venir avec toi. J'aime être avec toi.

-Une journée, ça va si vite….Mais j’imagine que je dois m’en contenter.

Je baissai légèrement la tête, déçue de cette annonce, et tentant vainement de dissimuler ce voile obscur qui avait terni mes yeux. Cependant, je ne désirais aucunement le mettre mal à l’aise, ni entacher ces retrouvailles qui promettaient déjà d’être courtes, alors je relevai ma tête dans la seconde qui suivit, mon visage brillant à nouveau. Je serrai quelque peu ses doigts entre les miens et avançai, l’entraînant derrière moi.

-Suis-moi ! On va aller en forêt pour être plus tranquilles, à notre petite cascade habituelle !

Nous laissâmes ainsi les toits et les habitants derrière nous, nous enfonçant dans les feuillages émeraudes des bois. Le soleil était haut dans le ciel, laissant des petites tâches plus claires entre les branches, donnant une allure féerique aux lieux. La forêt avait souvent été mon refuge, et encore plus lorsque Loghan était là. Nous avions l’habitude de nous cacher loin des adultes et de leurs sermons dans un endroit particulier que nous avions trouvé lors d’une balade ; un endroit insolite qui bordait la montagne et qui touchait la forêt. C’était une petite cascade, qui déversait ses eaux dans une mince rivière qui parcourait un sentier. Elle n’avait rien d’extraordinaire, à vrai dire, elle n’était pas même imposante, mais elle était terriblement calme et avait fini par être notre repère. J’aimais souvent m’y retrouver lorsque Loghan me manquait.

Ainsi donc, main dans la main, nous approchions du lieu en parcourant sans plus y réfléchir les quelques mètres qui nous séparaient de la cascade. Mon visage reflétait une certaine joie de vivre, et je me surpris même à chantonner pour nous deux. Nos paroles se mêlaient à cette gaieté, et la conversation suivait ainsi naturellement son cours. Je profitai même d’un bref instant de silence pour poser les questions qui me taraudaient depuis son arrivée, ma tête légèrement penchée en signe de ma curiosité :

-Alors dis-moi, qu’as-tu fait pendant tout ce temps ? Tu as eu de nouvelles rencontres ? Des aventures extraordinaires ? Je veux tout savoir !



© Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageMer 18 Mai - 7:39


Un fois de plus ?

feat Éléa Solomos-Spade


Être avec elle, Loghan se sentait déjà mieux. Il pouvait avoir un tas de problèmes, être avec elle n’en serait jamais un. À vrai dire, il appréciait aussi le fait d’être juste avec elle. Avec Éléa, elle était si innocente que c’était possible de ne pas penser à autre chose : Loghan se concentrait que sur elle et sur leur amitié qui ne semblait pas s’puiser malgré le temps qu’ils passaient à ne plus se voir. Parler de son départ trop rapide à son goût ne lui plaisait guère. C’est pourquoi il lui avait demandé. Un sourire apparut sur ses lèvres dès qu’elle lui donna raison. Ne pas parler du départ. Loghan savait si bien qu’elle souhaitait le garder avec lui pendant des années. Elle savait aussi que c’était simplement impossible. Il ne pouvait se permettre de rester ici aussi longtemps. Autant cela pouvait devenir dangereux pour elle que pour lui et sa place au sein d’une guilde. Il ne voulait pas partir aussi rapidement non plus, c’était une chose certaine. Pour la sécurité d’Éléa c’était, d’un sens, mieux. Plusieurs personnes lui en voudraient de nuire à sa sécurité.

Loghan serra doucement sa main dans la sienne, content d’avoir ce léger contact avec elle. Une journée entière, c’était bien tout ce qu’il pouvait promettre. Qu’elle sache seulement que son but était de rester avec elle le plus longtemps possible. Il savait que trop bien que ce n’était pas assez, ni pour lui et ni pour elle. Voilà pourquoi son but était de passer autant de temps que possible en sa compagnie. Profiter de sa présence, du fait qu’ils sont tous les deux seuls. C’était bien le minimum qu’il pouvait faire. Ses plans lui disaient clairement qu’il pouvait être avec elle et profiter : il avait le temps. Éléa lui permettait ainsi de ne pas penser à autre chose. En sa compagnie la seule chose qu’il voulait, c’était se sentir mieux en profitant de sa présence à ses côtés. C’est tout. Il avait compris que ce petit délai ne lui plaisait pas : il ne fallait pas la connaître pour ne pas le savoir.

Finalement, les voilà partis, à un endroit simplement à eux, où personne d’autre ne pouvait les déranger. Il gardait sa main dans la sienne en avançant. « Ça me fait plaisir de me retrouver avec toi, et je te suivrai partout » Et surtout à cette cascade : un endroit très beau et intéressant, qui représentait un peu leur relation. L’endroit où ils se retrouvaient toujours. Ils finirent par y arriver et comme toujours, c’était toujours aussi beau. IL appréciait toujours cet endroit et en compagnie d’Éléa, c’était toujours mieux. Son enthousiasme le faisait juste sourire, il ne pouvait pas… être triste en penser à tous les problèmes qu’il avait en sa présence.

« En quelques semaines, il s’en passe des choses… bien plus que je ne le souhaiterais moi-même. J’ai rencontré des gens mais personne qui ne m’ont marqués ou bien qui peuvent m’aider à avancer. J’ai rencontré beaucoup de personnes pendant ces semaines, mais rien d’utile malheureusement.... Dommage, mais cela me dit seulement qu’il faut que je cherche encore plus fort. »

Loghan n’avait pas envie de donner tous les détails : certains détails valent mieux ne pas être dits… Certes, il lui fait totalement confiance, sauf que si elle sait, cela peut devenir dangereux. Pour la guilde de sa mère et la guilde dans laquelle Loghan s’informe. Des objectifs communs, contre Ophélia. Il était connu qu’il souhaitait défaire l’esclavagisme, mais si peu de personnes connaissaient le lien qui unissait Ophélia et Loghan. Et ça… il ne valait mieux pas, pour le moment. Il gardait encore quelques détails qu’il ne disait pas et ce, ce n’était pas un manque de confiance mais une nécessité, à son grand malheur.

« J’ai voulu te voir, j’avais envie de te voir. Je ne veux surtout pas te rendre triste, alors je prolongerai comme possible mon temps en ta compagnie. » Il lui fit un léger sourire. Il pouvait faire en sorte de rester plus longtemps avec elle, car déjà il se sentait mieux pour l’avoir vu même pas une heure encore. C’était peut-être le meilleur moment qu’il passait depuis plusieurs semaines, c’était presque sûr même. « Avec toi, c’est comme si aucun soucis n’existaient. Seule toi deviens importante et je ne pense plus à rien d’autre que ce dont on discute. On ne pense qu'a nous, okay ? » Ces mots pouvaient presque sonner romantiques aux yeux d’Éléa. C’était une phrase bien simple pour lui montrer à quel point elle était importante pour lui. Même s’il ne pouvait pas venir aussi souvent qu’il le souhaitait, cela ne voulait jamais dire qu’elle était moins… précieuse.

« Toi aussi, ces dernières semaines ont été… difficiles ? » Pour ce dernier mot, c’était comme s’il avait eu de la difficulté à aller le chercher et à choisir le bon mot.

© Codage By FreeSpirit


Dernière édition par Loghan Holmes le Lun 25 Juil - 23:45, édité 1 fois
Eléa Solomos-Spade
« Porcelain Doll »
⌘ Messages : 172
⌘ Inscrit(e) le : 27/02/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: aucune pour le moment
◊ Pouvoir: Contrôle des os
◊ Malédiction:
Porcelain Doll
MessageVen 1 Juil - 15:04






Une fois de plus...
feat Loghan






Nous étions assis, l’un contre l’autre, à profiter de la douceur que nous offrait les bois. Le soleil s’incrustait çà et là, et de belles tâches colorées caressaient notre peau, réchauffant quelque peu nos corps détendus. Le clapotis de l’eau non loin nous berçait, et si je n’avais pas autant envie d’incruster le visage de Loghan dans mes rétines, j’aurais certainement fermé les yeux pour profiter du moment. Nous étions si calmes, éloignés de la ville, éloignés de tous ceux qui auraient pu nous déranger. Ce moment, c’était le mien, c’était le nôtre, et j’aurais été attristée de voir quelqu’un nous soustraire à celui-ci. Je ne savais que trop bien que je rentrerai plus tard que prévu, mais quand il était là, cela m’importait peu de désobéir. Ses venues étaient si dérisoires ! Cela valait bien toutes les punitions du monde.

Loghan me décrivit alors en quelques mots ses dernières semaines passées loin de moi. Il restait toujours vague, comme à son habitude, et je n’avais jamais cherché à en apprendre davantage que ce qu’il voulait bien me révéler. Je me doutais qu’il avait ses raisons, à son regard parfois gêné lorsque je lui posais certaines questions, et puis je n’aurais jamais osé le forcer à parler. J’avais bien trop peur de le perdre pour cela. Aussi préférais-je jouer les innocentes, et hocher simplement la tête sur ce qu’il me disait. Sa vie ne concernait que lui.

-J’ai voulu te voir, j’avais envie de te voir. Je ne veux surtout pas te rendre triste, alors je prolongerai comme possible mon temps en ta compagnie.
-Tu n’aurais jamais dû dire ça ! Tu es contraint de rester jusqu’à ce que je ne veuille plus de toi, maintenant !

« Et tu sais que ça n’arrivera pas » terminai-je pour moi-même. Je lui souris de plus belle, entourant l’un de ses bras de mes deux mains comme pour le retenir. Ma joue frôla son épaule, dans une drôle de caresse qui me fit éclater de rire. Tout ce temps passé à l’attendre valait à chaque fois le coup. Au fond, c’était peut-être parce que l’on ne se voyait que si peu que les moments passés ensemble relevaient presque de l’unique et de l’inoubliable. L’éclat serait-il aussi intense si nous nous voyions tous les jours ?

-Avec toi, c’est comme si aucun souci n’existait. Seule toi deviens importante et je ne pense plus à rien d’autre que ce dont on discute. On ne pense qu'à nous, okay ?
-Oui, chef !

Je m’approchai de sa joue pour lui donner un énorme baiser, avant de l’entourer une nouvelle fois dans mes bras. Son commandement était plus que facile, et je me laisserai diriger comme cela éternellement. Ne penser qu’à nous…En de telles circonstances, en un lieu si paradisiaque, cela semblait si évident. J’étais ravie qu’il me dise de tels mots, même si dans le fond, j’étais aussi terriblement gênée. Il n’eut pas le loisir de voir mes joues rosées avec mon étreinte, et ce n’est que lorsque mon cœur arrêta de battre plus fortement que je me détachai de lui, souriant de plus belle. Je voulais que tous ses soucis s’envolent en ma présence, parce que je devinais parfois qu’ils étaient plus nombreux que ce qu’un garçon de son âge pouvait endurer. Je ne savais guère au juste de quoi tout cela tenait, mais qu’importait ? Il était là, avec moi, et cela seul était le principal. Je me chargerai de lui faire oublier tout le reste. Pour qu’il parte d’ici l’esprit serein, et avec une nouvelle force dans l’âme.

Au bout de quelques instants de silence, où tous deux nous laissions à nouveau bercer par le doux bruit du feuillage jouant avec le vent, Loghan reprit la parole en me retournant ma propre question. Si lui était évasif sur sa vie par une crainte que j’ignorai, moi je ne pouvais pas lui en dire davantage, bien que j’aurais voulu : le manque cruel d’actions par ici ne me valait qu’une routine ordinaire et pesante. Quelques événements sauvaient certes la mise, mais ce n’était jamais assez pour en écrire un roman – et surtout, bien moins mirobolant.

-Oh, je…Pas grand-chose. J’ai été voir papy avec maman récemment, et j’ai réussi à la convaincre de m’ach…de lui acheter un lapin ! je lui fis un énorme sourire innocent, auquel il ne serait jamais dupe. Ce n’est qu’au bout de quelques secondes que j’éclatai finalement de rire, comme prise au piège par ma propre bêtise. Bon, je l’avoue, je lui ai fait des yeux doux pour qu’elle le prenne pour qu’il tienne compagnie à papy….Mais c’est vrai qu’en vérité, je ne souhaitais qu’une chose : qu’il m’appartienne ! Figure-toi que j’ai quand-même gagné la partie, mais il reste là-bas.

J’enfouis un instant ma tête entre mes mains, redevenue toute rouge, comme une enfant prise sur le fait d’une maladresse. J’avais joué de mes yeux de chocobo abandonné sous la pluie, mais qu’y pouvais-je ? Ce petit animal était tellement mignon, et je n’avais que rarement demandé des cadeaux dans ma vie. Sans doute avait-ce été pour cela que maman avait craqué. Pas tellement pour mon regard tout mouillé, mais plutôt parce que je n’avais jamais vraiment eu de chance jusqu’ici.

J’écartais deux de mes doigts, laissant passer seulement un œil qui observait à nouveau Loghan. La suite était plus délicate à dire, mais je désirais tant le mettre au courant ! En réalité, je n’avais encore jamais révélé la chose à qui que ce soit, et c’était une chose si nouvelle que je ne savais comment l’aborder. Aussi me cachai-je à nouveau derrière mes paumes, refermant les doigts que j’avais écartés avant de poursuivre, la voix devenue hésitante :

-Et…et aussi…enfin…il y avait un garçon…à une fête….Et il m’a dit…Je crois que je suis amoureuse. C’est mal ?

Deux petits yeux sortirent une dernière fois de mes mains, mes doigts cachant le reste de mon visage. J’étais à présent encore plus rouge que jamais, et je guettai sa réaction, comme si j’avais peur de ce qu’il pourrait me dire. Même si, au vue de mes paroles, il n’avait pas du comprendre quoique ce soit.


© Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 
Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageMar 26 Juil - 6:33


Un fois de plus ?

feat Éléa Solomos-Spade


Bien sûr que Loghan n'avait pas envie de lui parler de toutes ses aventures. Il savait bien qu’il le voudrait, qu’elle l’écouterait pour tout cela. Mais, certaines choses ne devaient pas se savoir. Malgré la confiance absolue qu’il avait en elle, il ne souhaitait pas du tout la mêler à toutes ces histoires. S’il lui arrivait quelque chose, Loghan s’en voudrait pour le restant de ces jours. Il valait mieux qu’elle ne soit pas au courant. Pour lui, comme pour elle. Ça lui pesait qu’il ne puisse pas lui dire, mais ça lui pèserait plus qu’elle le sache. Il s’inquiétait déjà pour elle, là ça serait simplement inimaginable. Enfin, il fallait retirer ces idées noires et garder son attention sur elle, sur son rayon de lumière.

Elle semblait vouloir tout faire pour qu’il reste. Même le serrer fort pour qu’il ne parte pas. Il pouvait bien lui dire qu’il souhaitait rester un moment avec elle... Il savait bien qu’elle souhaitait qu’il reste plus, mais il ne pouvait pas. Loghan la regarda avec un léger sourire aux lèvres, dans ses petites caresses contre sa joue. Plus il passait de temps avec elle et plus il voyait à quel point elle était génial et à quel point elle était la personne qu’il ne voudrait jamais perdre. Loghan souhaitait penser seulement à elle, à leur discussion. Ensuite, elle lui fit un baiser sur la joue et une étreinte suit. Elle dura un moment, mais il profita d ce moment pour la garder dans ses bras. Doucement, tendrement. Elle était vraiment une personne essentielle à Loghan. Le seul rayon de lumière qu’il avait réellement. Il y tenait vraiment. Peut-être beaucoup plus qu’elle ne le croyait.

Écouter son amie lui faisait toujours un grand plaisir. C’était rafraichissant et il ne pensait qu’à ça. Banale ou non, sa vie l’intéressait vraiment. Encore plus lorsqu’il avait un long moment avec elle, lorsqu’il pouvait être en sa compagnie. Loghan la regarda un peu incrédule sur ce qu’elle disait. Il ne savait pas ce qui la fit rire, mais ce rire était vraiment agréable. Il laissa un petit rire aussi, avant qu’elle lui confirme qu’en effet, c’était pour elle qu’elle le souhaitait. Comment sa présence était rafraichissante pour lui… Elle se cacha le visage avec ses mains, puis après, elle regarda à travers ses doigts son ami. Il restait positionné, en la regardant, le très léger sourire aux lèvres. « Tu n’as pas à être gênée, Élea. » Pas pour cela quand même. Il écouta ce qu’elle avait à dire.

Ce fut à ce moment que son petit sourire parti complètement, elle qui se cachait les yeux ne le voyait pas. Un garçon. À une fête ? Et elle pensait qu’elle était amoureuse ? Bien sûr… peut-être. Le sentiment que Loghan ressentit était assez étrange. Il ne pouvait rien dire contre ça, il souhaitait seulement qu’elle soit heureuse, qu’elle puisse vivre dans le bonheur. Sa réaction du moment, lorsqu’elle le regarda enfin : aucune. Il resta silencieux à réfléchir, à penser à ce qu’elle avait dit. Elle était tombée amoureuse d’une personne à une fête hein ? Au moins, elle lui en parlait. Si jamais elle se trouvait quelqu’un, cela signifiait bien qu’elle allait être moins présente auprès de lui ? Cela pouvait signifier tant de choses…. Il soupira, sans être capable de retenir son soupir. Elle avait le droit, bien sûr. Qu’est-ce qui l’empêchait ? Loghan n'avait rien à dire, sauf être heureux pour elle. C’était un beau sentiment, n’est-ce pas ?

« Non ce n’est pas mal. Pourquoi ça serait mal ? Donne-moi une bonne raison pour que cela soit mal et là, j’accepterais de dire que c’est mal. »

Qu’il aimerait qu’elle trouve une bonne raison pour confirmer et lui dire que c’était mal. Au fond de lui, il savait très bien qu’il ne souhaitait pas la voir avec un autre. Qu’il ne connaissait pas en plus. Il se passa une main sur le visage pour se retirer tous ces sentiments qu’il n’appréciait pas. Et surtout, qu’il ne souhaitait pas admettre. Loghan allait chercher pour voir ce qu’il pouvait savoir pour cet homme : les idées d’Élea n’étaient pas si développées et il avait du mal à saisir ce qu’il se passait.

« Aller Élea. Tu sais que tu n’as pas à être gênée avec moi. Tu peux tout me dire et tu n’as pas besoin de cacher ton visage comme cela, je veux que tu me regardes quand tu me parles. » Ses deux mains vinrent se saisir de ses poignets doucement, puis il retira ces mains de son visage pour appuyer ses paroles. Il les garda plus bas et sourit doucement. C’était mieux à présent. C’était bien plus intéressant de passer du temps avec une personne qui ne passait pas son temps à se cacher. « Tu vois, c’est bien mieux ainsi. » Il la lâcha, bien que son étreinte fût très douce et en rien contraignante. Si elle l’avait voulu, elle aurait pu se retirer.  « Continue ton idée, je suis curieux. Je veux savoir ce qu’il t’a dit. Comme tu es amoureuse de lui… » Elle avait entièrement le droit, Loghan ne disait bien sûr rien contre cela. Il avait un très léger ton de reproche qu’il ne remarqua même pas lui-même. Il savait très bien qu’une chose le dérangeait dans ses mots, et ce n’était en rien un reproche envers sa grande amie. Loin de là. Mais bien peut-être envers cette personne qu’il ne connaissait même pas de nom.

© Codage By FreeSpirit
Eléa Solomos-Spade
« Porcelain Doll »
⌘ Messages : 172
⌘ Inscrit(e) le : 27/02/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: aucune pour le moment
◊ Pouvoir: Contrôle des os
◊ Malédiction:
Porcelain Doll
MessageVen 26 Aoû - 21:36






Une fois de plus...
feat Loghan






Que ce silence était agaçant ! Il m’avait fallu une force inimaginable pour faire mon aveu. Ma gorge était nouée, mes membres crispés en l’attente d’une quelconque réaction. Pourtant, Loghan se plaisait dans cet instant de doute ouaté – il me faisait patienter indéfiniment. Je n’aurais su dire s’il était réellement surpris, ou s’il se jouait de mes émotions et cela m’était presque égal. En vérité, je craignais bien plus de faire face à lui, me complaisant dans l’obscurité rassurante qu’offraient l’usage de mes paumes sur mes yeux. A présent que les mots s’étaient déversés entre nous, je regrettai de les avoir prononcés. Il devait me trouver idiote, ou détestable. Il patientait sûrement, réfléchissant à quel moment exactement devait-il m’engueuler ou m’abandonner. Oh oui, je sais que les pensées qui me traversaient étaient stupides et absurdes, mais c’était un secret si grand pour moi que je ne pouvais m’empêcher de les envisager. Comme il était regrettable de ne pouvoir s’enfoncer sous terre !

-Non ce n’est pas mal. Pourquoi ça serait mal ? Donne-moi une bonne raison pour que cela soit mal et là, j’accepterais de dire que c’est mal.

Cela sonnait si faux. J’avais l’impression d’être face à des paroles laconiques, choisies avec soin pour ne pas m’inquiéter. Sauf que cela me faisait l’effet totalement inverse, et je sentis les larmes monter à mes yeux. Il devait être furieux. Son ton était bien trop distant, sa logique imparfaite…Cela ne lui ressemblait pas. Peut-être aurais-je préféré de grands cris à la hauteur de papa, ou les conseils durs et tranchants de maman, qui se révélaient toujours sages. Je ne sais pas à quelle réaction je m’étais attendue avec Loghan, mais cela ne ressemblait guère à ce que je m’étais imaginé.

Mon meilleur ami reprit alors la parole, m’invectivant d’arrêter de me cacher. Je sentis ses deux mains agripper mes poignets, me forçant avec une douceur non feinte à me détacher de cette protection éphémère. Mes yeux se baissèrent aussitôt ; c’était dur, bien trop dur de les garder à sa hauteur. Je n’osais pas le voir, et dû réprimer un hoquet d’émotion. Une seule larme se permit de couler, avant que je ne retienne les autres. Je me sentais ridicule d’être émue de la sorte, mais Loghan était le seul véritable ami sur lequel je pouvais compter. Je voulais qu’il soit honnête envers moi, et je ne souhaitais pas le perdre. Et s’il était trop retourné par mon annonce ? S’il choisissait de le dire à papa ? J’avais été stupide de croire que je pouvais lui révéler cela. Il aurait mieux valu que je tienne mes dires à la lisière de mon esprit, rien de plus.

-Tu vois, c’est bien mieux ainsi.

Je n’osais répliquer. J’avais horreur d’être découverte, ayant trop l’habitude de me cacher aux yeux du monde. Ses doigts quittèrent mes poignets avec tendresse, et si j’en avais eu la force, j’aurais certainement retenu ses mains dans les miennes, pour me rassurer dans une étreinte. Seulement, j’avais beau être pourvue d’une grande volonté, cela ne me suffisait pas à allier désirs et gestes, et je restais, tétanisée par sa réaction, les yeux perdus au loin. Je ne pouvais pas le regarder, pas maintenant.

-Continue ton idée, je suis curieux. Je veux savoir ce qu’il t’a dit. Comme tu es amoureuse de lui…

Un reproche ? Mes pupilles vinrent se ficher dans les siennes malgré moi. Le ton qu’il avait usité était sans appel, bien que cela n’avait été qu’infime. Au travers de sa réelle curiosité, il y avait comme un non-dit, quelque-chose qu’il cachait lui aussi au fond de lui-même et qui le poussait à me critiquer. Cette fois-ci, mes joues retrouvèrent leur couleur rougeâtre non en raison de ma timidité, mais plutôt de mon énervement. J’entrouvris mes lèvres, et ne pus contenir le léger chevrotement de ma voix – je n’avais pas l’habitude de m’énerver.

-Pourquoi tu dis ça ? Tu as un problème ? Tu me caches quelque-chose, Loghan. Ca ne te plait pas ?

Je gonflai mes joues, essayant de me contenir. Ma réaction était excessive – le reproche que j’avais perçu n’était que sous-entendu, à peine esquissé. Mais j’étais sensible à ce sujet, et je ne voulais aucunement en rire. Je commençai à être amoureuse, oui. Je sais que cela était étrange venant d’une fille comme moi, et je sais aussi que cela ne plairait pas à tout le monde. Cependant, cela devait bien arriver un jour, non ? Maman m’avait dit que je finirais par trouver l’homme qui me corresponde, qui prendrait soin de moi et m’emmènerait voir le monde. Cela devait être aujourd’hui, qu’y pouvais-je ? Je ne savais pas si je devais me blâmer ou non. J’étais complètement perdue, et Loghan ne m’aidait pas du tout.

Mes genoux se replièrent sous mon menton, mes bras les entourant comme s’ils étreignaient un ours en peluche. Lorsque je repris la parole, ma voix s’était adoucie, mais j’avais à nouveau baissé les yeux, puisque je ne pouvais me dissimuler derrière mes paumes.

-Je suis désolée. Je contiens ce secret depuis quelques temps maintenant, et j’ai peur des réactions des autres. Surtout de la tienne. J’ai l’impression que tu n’es pas content de cette nouvelle, mais que tu fais semblant que tout va bien.

L’une de mes mains se détacha de ma protection improvisée pour attraper un petit bâton à mes côtés. Il dessinait des arabesques sur la terre, sans aucune signification, tassant la terre pour redessiner dessus. Une suite interminable, qui me distrayait l’esprit – qui me forçait à regarder autre chose que mon meilleur ami. J’avais l’impression d’avoir jeté un froid entre nous, à cause de cette remarque – non, à cause de mon annonce – et je détestai cela. Si nous nous disputions déjà, alors que nous ne nous voyons que trop peu souvent, que me restait-il ?

-…Je l’ai rencontré à une fête du village, finis-je par déclarer. Il avait bien le droit de savoir, après tout. Tu sais, où il y a les conteurs, les danses, les étales où l’on peut manger et boire. Je n’ai pas su résister à aller, surtout que, tu le sais, j’aimerais être barde. J’écoutais, j’observais, je ressentais…Et puis un inconnu est arrivé, et il..il m’a complimenté. Il me trouvait jolie, et j’ai eu peur que ce ne soit qu’un homme enivré. Un menteur, peut-être.

Je lui racontai tout – et jamais il ne m’interrompit. Je lui contai mes craintes sur William, qu’il était véritablement un bel homme et que cela m’avait induit à croire qu’il fabulait, qu’il ne cherchait que la chair d’une femme. Loghan entendit mes questionnements, mes doutes, et mon cœur qui avait finalement cédé, bien que je lui eusse ordonné de ne pas se présenter encore à mes parents. Il apprit les nombreuses entrevues, les gestes galants et tendres, mes sentiments qui s’éloignaient peu à peu de ma méfiance, ou mon audace à lui prendre la main. Bien sûr, il sut qu’il n’y eut jamais plus que cela entre nous, pas même un baiser, car il était trop respectueux et moi timide pour nous engager dans cette voie-là. Mais qui sait, cela finirait-il peut-être par ne pas tarder ?

-Je pense souvent à lui. Il est tellement parfait, tu sais. Même si j’avais été méfiante au début, je ne peux concéder cela plus longtemps. Je ne pense pas qu’il soit malhonnête, sinon, il aurait tenté quelque-chose depuis tout ce temps, non ? Je crois que…si…enfin, s’il m’embrasse, je le dirais à maman, puis à papa. Il faudra bien qu’ils sachent que j’ai quelqu’un. Qu’est-ce que tu en penses ?

Pas une seule fois durant mon discours mes pupilles ne s’étaient alignées sur les siennes. Cependant, j’attendais vraiment de lui une réponse honnête, détachée de toute mauvaise foi qui le pousserait à sourire alors qu’il croyait que je me fourvoyais. J’avais besoin de lui plus que de coutume, cette fois. Mais peut-être que si j’avais su qu’il partageait des sentiments tout autres à mon égard, je n’aurais révélé tout ceci. Car j’aurais appris sa souffrance, sa colère, toutes ces choses que je ne pouvais lui souhaiter. Pourtant je ne savais rien. Alors le poison s’était infiltré de lui-même dans le cœur de Loghan, le faisant douter sans que jamais je ne le sache.



H.S : …ta réponse était absolument adorable ♥



© Jawilsia sur Never Utopia


Loghan Holmes
« En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis »
⌘ Messages : 23
⌘ Inscrit(e) le : 29/10/2015

⌘ Reroll : Vaan & Dolores

Fiche de Skills
◊ Classe: Lame Noire
◊ Pouvoir: Iron Maiden
◊ Malédiction:
En amour comme à la guerre, tous les coups sont permis
MessageVen 30 Sep - 6:05


Un fois de plus ?

feat Éléa Solomos-Spade


Loghan avait réellement envie de savoir. C’était une information importante à savoir, non ? Il était bien entendu le meilleur ami d’Éléa, il était donc normal d’avoir des informations sur les amours qu’elle vivait, non ? Il était en colère sans être capable de comprendre exactement la cause de cette colère… de cette situation qui le dérangeait particulièrement. Il avait un peu l’impression qu’il souhaitait la garder pour lui seul. Depuis un moment, il voulait savoir qu’elle pensait à lui et qu’elle attendait son prochain retour. C’était seulement cela qu’il voulait. À présent qu’elle était amoureuse… il ne l’aurait plus autant. Était-ce réellement la seule raison ? Bien sûr que non. Cela, Loghan ne le l’avouait pas tout de suite, comme s’il en était incapable.

Éléa n'avait pas apprécié ce ton. Un ton qu’il ne voulait pas sec, mais qui était sorti comme cela malgré tout. Le ton dans sa voix était si clair. Elle était énervée par le ton qu’il venait d’utiliser ? Apparemment, vu ses mots et son expression. Ce moment était si beau, si parfait… il ne voulait pas le ruiner pour une question de… de jalousie qui sortait de nulle part. Il n'avait rien à dire pour cela : elle vivait comme elle le voulait, avec les sentiments qu’il avait réellement. Pourquoi ? Avait-il un problème ? Et s’il lui cachait quelque chose ? Se cachait-il quelque chose à lui-même ? Aucune idée, c’était encore si flou dans son esprit. « Je suis désolé, je ne le voulais pas. » Foutaises. Ce n’était rien de ça et c’était une certaine forme de vrai reproche. Il ne voulait pas cela pour Éléa. Il serra ses jambes contre elle et s’excusa. Elle ne semblait pas heureuse que Loghan reproche quelque chose. Peur de la réaction des autres… il n'avait peut-être pas aidé. Celle de son père, bien sûr qu’elle devait avoir peur. Mais de celle de son meilleur ami, elle ne devrait pas ressentir de la peur pour lui parler de quelque chose, peu importe ce que cela est.

« Ne t’en fais pas pour cela, ce n’était pas mon intention. Je suis seulement déçu de ne pas le connaître. »

Cela aurait été amusant. Il voudrait tellement. Mais… non. Il devait dire quelque chose, pour qu’elle ne lui en veuille pas. Au fond de lui, il savait qu’il restait en colère contre ces mots… Il ne voulait pas qu’elle donne son cœur à une autre personne. Une forme de jalousie naissant en lui et il commençait à avoir de plus en plus conscience de ce sentiment. Elle commença finalement par lui décrire la rencontre… qui il était. Ce prit un moment, mais il voyait qu’elle l’appréciait vraiment. Il la laissa parler, comprenant ce qu’elle disait, doucement. C’était bien beau la voir sourire comme cela, dommage que ce ne soit par sa présence… mais bien pour autre chose. Il avait bien évidemment remarqué que jamais, il ne la regarda dans les yeux… Triste. Il l’écouta sans jamais l’interrompre. Puis. Un mot. Un seul mot le fit réagir. Il se redressa et fronça les sourcils. Quoi ? Il n’était pas seulement bien maintenant… il était parfait. Parfait. Comment ? Elle n’était plus méfiante envers lui… bien sûr. Elle l’aimait !

La colère. Oui, Loghan ressentait de la colère en sachant qu’il était parfait. Ses parents ne le savaient pas… et bien. Pourtant, ils connaissent bien Loghan. Qu’avait-il de différent hein ? S’ils s’embrassaient, là ils le sauraient. Et finalement, elle voulait  savoir ce qu’il en pensait… N’avait-elle pas peur qu’il redevienne sec encore ? « Ce que je pense réellement de ça ? » Non… réellement, il ne voulait pas la blesser. Son but n’était pas là. Il devait gagner la colère qu’il ressentait pour que ce ne soit pas elle qui la subisse. Il était jaloux et commençait à se l’avouer de plus en plus. Ce n’était pas génial.

« Il est parfait ? Tant que tu ne souhaitais pas m’en parler avant maintenant ? » Il fallait quoi pour être parfait selon elle ? Mais tout d’abord, il voulait savoir si elle était sincère. Il souhaitait la regarder dans les yeux, voir son regard… simplement la voir elle. Il assumait avec difficulté sa certaine jalousie. Ses sentiments de colère et de déception devenaient plus évidents pour lui. Lui aussi, était-il amoureux d’elle ? Sauf qu’à présent, il était évident qu’elle ne partageait pas ses sentiments… Il posa simplement sa main sur sa joue et déplaça doucement son visage pour la regarder dans les yeux. « Tu aurais pu m’en parler. Tu en parles avec le sourire, donc ça ne peut être que bien pour toi, non ? » Au fond, si cela lui rendait le sourire, Loghan ne pouvait rien dire contre. Il ne pouvait pas dire que ce n’était pas bien… qu’il se sentait trahi. Au fond, c’était exactement ce qu’il ressentait. Une trahison.

« Je ne voudrais pas que tu perdes cette joie, tu sais ? Je veux seulement que tu sois heureuse. »

Perdre sa joie comment ? Si jamais Loghan lui disait réellement ce qu’il ressentait, elle perdrait sa joie à coup sûr. C’était difficile pour lui. Il ne voulait pas du tout la blesser, il ne pourrait pas se le pardonner. Au final, il lui avait fait savoir ce qu'il pensait, sans qu'il répondre à sa question directement. Le savoir, au moins.


© Codage By FreeSpirit

Une fois de plus // Éléa ♥

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Lirtych :: Village de Forsena-