Partagez | 

Qui aide qui au fait ? (— dolores)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageMer 19 Aoû - 23:18

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
J’avais tant et tant évité les grandes villes durant ces derniers mois, ne me fiant qu’aux petits villages pour trouver de quoi subvenir à mes besoins. Hélas, il était évident que cela ne suffirait pas si je désirais mener à bien de réelles missions et surtout découvrir de réelles pistes concernant ma situation. Je ne pouvais pas non plus ignorer le fait que Mideel me manquait, bien que je me demandais parfois si je n’y avais pas été maudite après avoir choisi cette classe. Je ne pouvais plus simplement fuir sans chercher réellement de réponses mais il serait suicidaire de me lancer dans la gueule du loup et pourtant l’évidence concernant Dun Fiara et ses alentours ne faisait aucun doute, cette région m’était désormais inaccessible. Le courage me manquait encore pour jouer au chat qui profiterait de l’évidence en espérant que mes poursuivants ne m’imagineraient pas assez culottées pour revenir là où la mort avait failli m’embrasser.
 
Par élimination j’avais donc jeté mon dévolu sur Lemuria malgré la singulière incompatibilité entre la société des Banshees et mes convictions. Durant tout le trajet du désert de Subrosia, bien à l’abri dans une caravane, je me demandais ce qui m’avait pris de payer des marchands pour me permettre d’atteindre cette cité. Il ne me restait qu’à prier de ne pas avoir à regretter ce coup de tête malgré une décision mûrement réfléchie, une chose complètement paradoxale mais à vrai dire je ne me sentais pas prête pour Mideel et les Vampires m’effrayaient bien plus que je ne voulais bien l’admettre. Ainsi avait été fait mon choix si on en oubliait la réticence qui s’en dégageait après coup.
 
C’est un frisson qui parcouru le long de mon échine à peine le pied posé à terre qui me donna une réponse claire et net. Je pris cette ville en grippe instantanément mais je ne pouvais pas faire marche arrière maintenant, partir la queue entre les jambes n’était pas dans mes habitudes... Enfin si on oubliait mon léger souci mais disons que, c’était une exception, c’est tout. Mes entrailles brûlaient et je me forçai à jurer intérieurement de ne pas me diriger vers les étales d’esclaves, me faire remarquer était bien la dernière chose dont j’avais besoin.
 
Il n’y avait qu’un seul genre d’endroit qu’il me semblait judicieux de visiter : une taverne ou une auberge. C’était des lieux toujours rempli, à quelques exceptions près, et je pourrais y trouver une mission ou un travail assez rapidement en plus de n’avoir qu’à tendre l’oreille pour y attraper quelques rumeurs au passage. Peu de temps fût dispensable pour en trouver une qui ne me sembla pas trop sale et malfamée, contrairement à ce que je m’imaginai, et après quelques secondes d’hésitation je poussai la porte. Mon attention fût immédiatement captée par des bruits de protestations et quelques rires gras qui n’indiquèrent rien de bon. Il n’était pas difficile de comprendre ce qu’il se passait et mon regard trouva rapidement les responsables de cette altercation. Des hommes en train d’importuner une pauvre fille... quel triste classique dans ce genre de lieu et sans réfléchir j’évoquai sans plus attendre un pot en fer pour le jeter à la tête de celui qui semblait être à la tête de ce groupe de malotrus.
 
« Laissez cette pauvre demoiselle en paix bande de goujats ! » 
 
Le regard que je reçu pour seule réponse n’inaugurait rien de bon. Dans quoi je m’étais encore fourré à peine arrivée ici ? Courage Mist, c’est comme les chiens, il ne faut pas montrer que tu as peur. C’est pour la bonne cause et on dirait bien qu’ils vont laisser cette demoiselle tranquille maintenant. Oups.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


Dernière édition par Mist Redgrave le Jeu 10 Sep - 1:41, édité 1 fois
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageSam 22 Aoû - 22:13


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


Cela faisait quelques temps que Dolores travaillait dans cette auberge. Le temps avançait et elle avait de plus en plus de responsabilités. Elle adorait cela, car cela lui permettait de faire des choses qu’elle adorait faire : être avec les autres et se rendre utile. Pour elle, ces deux choses étaient vraiment importantes. Dans son auberge, elle avait vu passer beaucoup de gens ; des sympathiques ou des personnes l’étant bien moins. Au fond d’elle, elle savait que toutes les personnes avaient un bon fond. Personne ne naissait méchant ; c’était quelque chose qu’on devenait au fil des événements et des années. Bien sûr, sous toutes réserves, si une personne était vraiment méchante et ne semblait pas du tout fréquentable, Dolores allait avoir de la difficulté à aller vers lui d’elle-même. Si cette personne venait vers elle et elle se montrait gentille, pourquoi pas.

Ainsi, la journée semblait normale, Dolores venait passer parmi les différentes tables pour servir les clients. Rien ne semblait mal aller : pourquoi quelque chose devrait mal aller de toute façon ? La ville semblait un peu morte, un peu triste…. Pourtant, l’auberge ne l’était pas. C’était un endroit où il faisait bon être, une place chaleureuse. À l’auberge du Sud, tout était bien. C’était une place où l’ambiance était agréable la plupart du tout, où la nourriture était bonne et où tout le monde pouvait être. Dolores n’aurait jamais rêvé que cela ; l’endroit était parfait.

L’endroit étant peut-être parfait, ce n’était pas le cas de tous les clients malheureusement. Normalement, Dolores passait avec une cruche pour donner à boire aux gens mais finalement, elle entendit quelque chose qui la surprit. Elle fronça les sourcils et se retrouva vers les hommes qui venaient de faire cette remarque… très peu respectueuse il faut l’avouer. Ils étaient trois et il était évident que Dolly n’était pas à la hauteur face à eux…. Aujourd’hui, elle essaya donc d’ignorer les paroles de ces trois hommes avant de vouloir se diriger vers l’intérieur et aller chercher quelqu’un autre. Malheureusement, elle ne put pas car on lui bloqua le passage. Levant les yeux vers ces hommes, ils ne semblaient pas avoir des intentions très pures. Continuant avec leur remarque du genre : « Oh, elle en est sans voix, ça serait presque mignon… » ou des remarques plus comme « Elle ne veut pas fuir la petite, elle est bien ici… » Ils ne comprenaient pas le problème et Dolores ne pouvait pas leur expliquer… Elle ne parlait pas pour ne pas leur briser les tympans. Elle lâcha un certain couinement très faible lorsque l’un des hommes prit son bras.

La porte s’ouvrit et Dolores tourna le regard pour voir qui venait d’entrer. Elle n'avait pas la possibilité d’aller l’accueillir et elle avait déjà des problèmes. Elle essaya donc de donner des coups pour qu’ils la lâchent mais rien n’y faisait. La réaction de la nouvelle venue surprit tout le monde, y compris Dolores. L’homme semblant être aux commandes du groupe reçut un pot de fer sur la tête. Cela eut comme effet qu’il lâcha Dolores mais alla voir cette nouvelle venue. Dolores se mordit la lèvre inférieure : C’était bien le genre qu'elle n’appréciait pas du tout. Alors elle alla rejoindre la nouvelle venue rapidement pour se mettre à ses côtés. Il ne fallait pas que les clients n’aiment pas l’auberge à cause de gens comme cela. Alors, arrivant à ses côtés, Dolores murmura un mot à peine audible.

« Merci »

Le bruit dans l’auberge interpella l’homme qui travaillait derrière et sortit. Il souhaitait seulement venir voir ce qu’il se passe et il fut grandement surpris de voir Dolores avec une autre fille contre un homme qui ne semblait pas du tout fréquentable. Et il était très en colère contre la fille qui avait simplement voulu protéger Dolores de ses sales pattes. Elle n'avait pas si peur, elle n’appréciait juste pas la situation. Alors, le véritable propriétaire de l’auber commença donc à parler, à l’intention des trois hommes.

« Si vous souhaitez créer des problèmes, pas dans mon auberge. »

Seule sa voix était audible et un des trois hommes lâcha un juron. Le propriétaire de l’auberge traversa donc la pièce avant de venir voir Dolores. Elle allait lui donner des explications pour la situation le plus vite possible. Cependant, Dolores était occupée avec la nouvelle venue : le patron pouvait bien attendre pour quelques explications comme il avait compris que ces hommes étaient la cause de ce grabuge. Son ton toujours aussi doux, elle commença.

« Pardon… je ne voulais pas que ça arrive… vous pouvez rester et prendre une table. Pardon pour tout ça et merci pour l’aide... ça fait plaisir. »



© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageJeu 10 Sep - 1:43

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
Quand il s’agissait de me mettre dans des situations inextricables, j’en étais vraiment devenu la championne depuis quelques temps. Le mauvais sort devait me poursuivre, difficile de croire en une autre possibilité, pourtant il ne m’était pas possible d’imaginer un seul instant fuir tous les risques en laissant les nécessiteux dans des situations qui les dépassent. Il faudrait cependant que je pense un peu plus à réfléchir avant d’agir aussi spontanément, ça m’éviterait sans doute bien des désagréments. Comme me retrouver avec un groupe de chercheurs d’embrouilles passablement éméchés qui me prenait pour cible après avoir perdu leur proie précédente.
 
« Ce n’est pas en cherchant les ennuis que tu vas pouvoir te joindre à la partie ma jolie. Il va falloir te trouver un moyen de te faire pardonner maintenant.
Vous devriez chercher à décuver au lieu de sortir des idioties pareilles ! »

Ça pour être une posture stupide, on était en plein dedans. Non mais il n’y avait que moi pour tomber dans des situations aussi clichées, ce n’était pas possible, j’en venais à désespérer. C’est alors que je remarquai la présence de la demoiselle importunée juste à mes cotés, c’est à peine si je l’avais vu arriver là et j’eus bien du mal à entendre ses remerciements. Sur le coup, cela ne me choqua pas plus que cela, trop absorbée par les événements qui risquaient de nous tomber dessus si je ne trouvais pas rapidement une solution. Fort heureusement, le nœud du problème fut rapidement démêlé par l’intervention du maître des lieux qui calma directement les trois énergumènes. Sans demander leur reste, ils quittèrent alors précipitamment les lieux, non sans marmonner dieu sait-quoi à notre encontre. Il n’y avait plus qu’à espérer que la chance daignera venir un peu de mon côté et que je ne les recroiserais plus durant mon séjour dans cette ville. Ni plus jamais tant qu’à faire.
 
Je me sentais embarrassée de la tournure des événements mais au moins le problème était réglé et c’était le principal. Le fait que personne d’autre n’ait levé le petit doigt pour faire quelque chose m’agaçait beaucoup mais cette fois je m’abstins de faire la moindre remarque, il s’agissait de toute façon d’une cause perdue et je pouvais plutôt m’estimer heureuse de ne pas avoir à repartir aussi rapidement que j’étais venue. La demoiselle revint d’ailleurs vers moi quelques minutes après avoir parlé à son patron, je suppose.
 
« Pardon… je ne voulais pas que ça arrive… vous pouvez rester et prendre une table. Pardon pour tout ça et merci pour l’aide... ça fait plaisir.
Ah, je ne pus contenir ma surprise, cette fois elle me surprit réellement, je ne l’avais presque pas entendue, oh oui, bien sûr. Je vous remercie. »
 
Je m’installai donc directement à l’une des tables les plus à l’écart afin de me faire un peu oublier. Si j’attirai trop l’attention, je pouvais dire adieu à ces rumeurs que j’avais espérer pouvoir m’aider, bien que je commençais à me demander si ce n’était pas une cause perdue depuis le début. Je soupirai de dépit, enfin j’étais là maintenant il serait stupide de laisser tomber aussi facilement. Il me restait une autre optique, cette serveuse avait l’air trop innocente pour être mauvaise, si je ne me laissais pas avoir par de fausses impressions. C’était risqué mais peut-être que je pourrais apprendre au moins un petit quelque chose auprès d’elle, son métier était idéal pour entendre milles et une histoire dont certaines devaient bien avoir un fond de vérité, il ne resterait plus qu’à trier. Mais il ne fallait pas brûler les étapes, gagner la confiance de cette jeune fille serait peut-être difficile et je ne pouvais pas me permettre de faux pas et de perte de temps.
 
Il ne fallut pas longtemps avant qu’elle revienne pour faire son travail. Par politesse j’attendis qu’elle m’adresse la parole la première et je constatai qu’elle prit à nouveau ce ton si bas qui ne la rendait pas facilement audible.
 
« Ce ne doit pas être commode de travailler dans un lieu qui peut se montrer aussi bruyant en murmurant uniquement, non ? La curiosité n’était pas vraiment la chose la mieux placée mais cela m’intriguait beaucoup, Ah pardon pardon, je m’excuse de cette remarque, elle n’a pas vraiment lieu d’être. Je prendrais quelque chose sans alcool, n’importe quoi. Merci. J’espère que ces sales types ne vous ont pas causé trop de tords, ce ne doit pas être facile tous les jours... »


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageMar 29 Sep - 21:31


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


L’atmosphère dans l’auberge était tendue. C’était bien triste car cette auberge était une place normale calme et enjouée. Maintenant, la situation avait énervé beaucoup de personnes, en plus du patron. Dolores ne le souhaitait obtenir cette ambiance… il fallait simplement que tout se calme, que les hommes comprennent bien et qu’ils décident de partir. C’était l’important. Sinon, le patron allait agir et Dolores ne serait pas contente. Déjà triste de ne pas avoir pu faire plus, elle voulait s’occuper du reste de la situation. Ainsi, il fallait s’occuper de la femme qui avait reçu aussi des commentaires et qui était venue l’aider. Elle n’aurait pas été obligée de se mêler à ce conflit. Ainsi, Dolores était allée vers elle pour lui offrir une place et la nourriture. Pour se faire pardonner et qu’elle ne se sente pas mal. Dolores lui fit un sourire lorsqu’elle accepta. Alors, elle alla s’asseoir à une table. Dolores était contente qu’elle ne soit pas partie malgré tous ces problèmes.

Ainsi, Dolores alla chercher des choses de base pour qu’elle puisse profiter et boire un peu. C’était vraiment des petites intentions car la jeune aubergiste se sentait coupable pour elle. Elle voulait l’aider et qu'elle puisse se sentir bien ici, c’était vraiment important. Dolores voulait juste l’aider… Ainsi, elle revint vers elle et déposa les choses.

« Voilà, j’espère que cela vous fera un peu plaisir. Si vous souhaitez autre chose, il faut me le dire ! »

Elle ne répondit pas à sa question, mais elle fit bien sûr un commentaire sur le ton des voix. Dolores souhaitait parler plus que cela, elle voulait se faire entendre comme les gens normaux… mais elle n’y arrivait simplement pas. Bien sûr que c’était difficile de murmurer tout le temps, et elle n’arrivait pas toujours à se faire entendre. Dolores baissa les yeux : bien sûr que c’était difficile. Mais elle s’y faisait et comme elle aimait les gens…elle voulait absolument être avec les gens. En étant dans cette auberge, elle pouvait être avec les gens et elle aimait ça. Dolores fut surprise qu’elle s’excuse en disant qu’elle n’aurait pas dû faire cette remarque. Un léger sourire vint sur les lèvres de l’aubergiste. Cela lui montrait qu’elle était contente d’entendre cela, et qu’elle la remerciait. Si Dolly avait le choix, elle ne sera pas comme ça… mais comme le choix n’était pas présent, elle vivait avec.

Elle lui demanda si elle ne lui avait pas causé trop de tort. Oh non, bien au contraire… Dolores était très contente d’avoir eu de son aide car elle n’aurait pas été capable de les faire partir. Elle était très contente d’être avec cette jeune femme et de pouvait l’aider. Elle demandait ainsi, pour commencer, quelque chose sans alcool, ce qui était une bonne idée. Dolores continua alors.

« Je… ne vous excusez pas… c'est difficile mais je peux me faire comprendre alors c'est bien non ? Et je vous remercie tellement de l’aide, nous n’avons pas eu de problème grâce à vous. Attendez, je reviens vous porter ce que vous souhaitez ! »

Les hommes étaient partis et Dolores se sentait maintenant bien mieux. Cette femme était bien. Pour elle, elle alla donc chercher une boisson qu'elle demandait. Elle allait même lui payer pour se faire pardonner de l’avoir dérangé. Ainsi, elle alla le chercher et resta avec elle, le patron s’occupait des autres et ainsi, sembla laisser une pause à Dolores. En revenant vers elle, elle fut tout de même surprise de constater quelque chose. Elle ne semblait pas être familière au coin… Dolores comprenait très bien, c’était un choc lorsqu’on arrivait ici. Mais ce n’était pas un problème. Elle revint.

« Vous êtes une voyageuse ? Vous ne semblez pas être du coin et je me demandais. J’espère… que l’auberge pourra vous plaire malgré tout. »

En effet, Dolores ne voulait pas qu’elle se sente mal… L’auberge devait être une belle place ou tout le monde pouvait profiter. Comme les hommes étaient partis, le calme était revenu et ses paroles étaient maintenant beaucoup plus audibles, bien qu’elle ne parle pas fort. Dolores était une personne gentille et elle était contente



© Codage By FreeSpirit
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageLun 5 Oct - 19:04

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
Je me doutais bien que je n’obtiendrais pas de réponse claire et précise à cette question un peu trop curieuse, mais d’un autre côté ce n’était pas plus mal car je me sentais vraiment pas à l’aise de l’avoir laissé échapper. Même si ma curiosité était toujours un peu présente, puisque je connaissais bien la capacité raciale des Banshees et qu’elle était la première que je rencontrais qui s’exprimait de cette façon alors que les autres étaient aussi bruyants que n’importe quel vivant. À moins que je ne me fourvoyais complètement et qu’elle n’était même pas un membre de cette communauté ? Étais-ce seulement possible de vivre à Lemuria quand on ne faisait pas partie d’une toute autre race ? Peut-être que je me laissais un peu trop aller à mes a priori... ou que je m’éloignais bien plus encore de la réalité. Une question bien intrigante que voilà, dont je tus promptement la moindre indiscrétion restante.
 
« Oui bien sûr, c’est le plus important. J’accompagnais cette réponse d’un chaleureux sourire pour lui montrer que je considérais aussi cette question comme close et qu’il n’y avait aucun malaise quant à sa condition, Ne me remerciez pas, c’est normal d’aider quelqu’un dans le besoin. Je regrette simplement que personne d’autres n’y songent surtout pour aider une personne en position de faiblesse... Enfin tout est rentré dans l’ordre et c’est le principal. »
 
C’était, hélas, un problème que je déplorais souvent, trop souvent. C’était un combat qu’on me disait vain, sauf que je refusais de baisser les bras. Tant pis si les mentalités n’étaient pas prêtes de changer, il y aura toujours quelqu’un qui osera se dresser contre les mauvaises choses. Du moins, c’est ce que j’espérais. Je me garderais simplement de revenir sur la sujet quand cette demoiselle reviendra avec ma boisson, je doutais qu’elle ait envie de revivre cet instant déplaisant, ce qui était compréhensible. L’attente de fût pas longue et je la remerciai en lui demandant son dû qu’elle me refusa. Mon père m’avait élevé en m’apprenant qu’il ne fallait jamais refuser un cadeau qu’on vous offrait, pourtant je me sentis vraiment gênée de la proposition car ce n’était pas comme si elle me devait quelque chose. Tout ce que je pouvais faire c’était la remercier à mon tour, en lui assurant à nouveau que mes agissements avaient été naturels.
 
« Vous êtes une voyageuse ? Vous ne semblez pas être du coin et je me demandais. J’espère… que l’auberge pourra vous plaire malgré tout.
Hum et bien oui on peut dire cela. Je ne pouvais pas vraiment lui dire la vérité, trop risqué. Je viens de Lorwyn et j’avais un peu envie de découvrir du pays. C’est la première fois que je mets les pieds ici, c’est un peu dépaysant mais on s’y fait. Ne vous inquiétez pas pour votre réputation, ce n’est pas de votre faute si des trouble-fêtes manquent de manières et viennent embêter leur monde. Heureusement votre patron sait y faire pour garder le calme, c’est une bonne chose. »
 
Chose qui était parfaitement vraie et j’en avais déjà vu des auberges où il valait mieux filer bien vite quand les esprits commençaient à s’échauffer et surtout à s’alcooliser au point de causer des dégâts humains et matériels assez considérables. Des lieux à éviter comme les pestes alors qu’ils devaient regorger d’informations en tout genre sur ce qu’il y avait de plus louches en Anthalia. Qu’est-ce que je pouvais regretter cet aspect, tout comme je pouvais ignorer qu’une femme de ma condition risquait bien plus gros à y mettre les pieds. La remarque qu’avait lâché le chef de cette bande d’ivrogne le prouvait en beauté. Encore une fois j’avais l’impression d’être un serpent qui se mordait la queue au lieu d’avancer.
 
« Dites-moi. Vous avez souvent des étrangers qui viennent ici ? Je veux dire des gens qui viennent de ma région ou d’ailleurs ? Après tout, cette ville m’a l’air assez calme malgré... et bien malgré certains aspect de sa réputation. Sans vouloir vous offenser. »
 
Elle était surement un Esprit, mais une fois de plus, je pouvais me tromper, tout comme je ne souhaitais pas paraître désobligeante vis-à-vis de sa ville et ses origines. Je ne pouvais pas non plus lui poser de questions directes quant à mes attentions mais peut-être que cette interrogation un peu détournée pourrait me mettre sur la piste de ce que je cherchais.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageLun 26 Oct - 4:55


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


Bien sûr que Dolores avait de la difficulté à se faire comprendre. Sa façon de parler surprenait beaucoup de personnes, mais elle ne pouvait rien y faire. Si elle essayait de parler normalement, de un, personne ne la comprendrait et de deux, elle risquait de briser les tympans de tout le monde. Pour une femme appréciant les autres comme cela, ce serait bien ironique de dire qu'elle a fait du mal à des personnes intentionnellement. C’était difficile, très certainement. Mais au fond, on s’habitue et la seule difficulté qu’elle avait maintenant avec son ton de voix était de se faire comprendre dans cet endroit bruyant. Les paroles qu’elle reçut en échange étaient belles et le sourire de la jeune voyageuse lui faisait tout aussi plaisir. Voir une personne sourire, ça n'avait pas de prix. Elle la remercia, trouvant cela navrant que personne ne soit venu l’aider. Normalement, Dolly n’aurait pas dû se retrouver dans cette situation… mais elle était très heureuse d’entendre cette femme le dire… et elle la remerciait bien qu’elle ne voulait pas de remercier.

Au fond d’elle, Dolores voulait la remercier. La voyageuse ne semblait pas vouloir se faire remercier… mais Dolly y tenait pour elle avant tout. Ses remerciements étaient un peu un geste égoïste. C’était pour qu’elle-même soit contente. Toujours dans le respect, elle lui posa des questions peu personnelles mais intéressantes à savoir. Pour une aubergiste, ce genre de détail était essentiel et en plus, Dolores la trouvait simplement et très gentille : passer du temps avec elle n’était pas pénible.

Sa réponse la fit sourire, contente d’avoir une discussion avec une voyageuse. On peut tellement en apprendre simplement en écoutant les personnes parler… et en discuter. C’est si intéressant. Ce n’était pas pour sa réputation que Dolores avait peur… en fait, elle n'avait pas peur de ce genre de chose-là…. Comme l’auberge était bien située pour les voyageurs, elle en accueillait beaucoup. Certains biens plus bavards que d’autres. Plusieurs voulaient donner des informations et bien d’autres non. Cette jeune femme semblait bien, et elle l’écouta, le sourire aux lèvres. Tout ce qui pouvait concerner les personnes et les autres villes lui plaisaient beaucoup. La situation semblait maintenant réglée, donc ça lui fit un plaisir fou.

Dolores fronça les sourcils à sa question, et l’écoute attentivement. Oui, il avait plusieurs voyageurs qui venaient, bien qu’elle n’ait pas le temps de discuter avec eux tout le temps. Elle les écoutait simplement. Ses paroles firent naître un léger sourire sur ces lèvres, bien sûr que ça ne l’offensait pas. Au contraire quand même. Elle secoua la tête et sourit, avant de commencer.

« Oui, il a beaucoup de voyageurs ici, j'en rencontre tous les jours. Certains venaient même de votre région, je me souviens avoir entendu ce nom plusieurs fois. »

Elle soupira, et prit un temps avant de continuer à parler. Murmurer comme cela était plus difficile que de parler calmement.

« Vous dites êtes venu ici découvrir, c’est bien et écouter les histoires des gens est une activité passionnante. Vous en avez tellement à dire. Avez-vous découvert ailleurs avant de venir à Lemuria ? Ou bien vous comptiez venir ici pour une autre raison ? »

Le but de Dolores n’était pas mal du tout, au contraire. Elle voulait simplement en apprendre sur ce qu’elle avait vécu et peut-être sur elle et les endroits un peu. Depuis toute petite, elle aimait cela écouter des récits. Surtout qu’écouter maintenant était bien plus simple que parler. C’était bien rare qu’elle parle autant, elle évitait el plus possible cela. Parfois, c’était mal pris et les personnes se montraient irrespectueuses. Dans le cas de cette femme, ce n’était pas vraiment et c’était super sympathique. Dolly parlait donc, sans réelle gêne ou sans peur de se faire juger par cette personne. Elle ajouta quelques derniers mots à son idée précédente.

« Vous en avez vus beaucoup ? Quelque chose vous intéresse particulièrement ? »




© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageDim 1 Nov - 22:58

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
« Oui, il a beaucoup de voyageurs ici, j'en rencontre tous les jours. Certains venaient même de votre région, je me souviens avoir entendu ce nom plusieurs fois.
Oh intéressant, je ne savais pas vraiment si je devais considérer cette information comme une bonne chose ou non, après tout je ne pouvais pas déduire avec cette seule information que ces visiteurs étaient ceux que je fuyais tout en cherchant leur identité. Je dois bien avouer que je m’imaginais assez mal de nombreux voyageurs oser faire la traversée du désert. C’est loin d’être une étape des plus faciles, enfin c’est ce que mon expérience m’a laissé comme impression. Ce qui n’enlève rien au charme du paysage de la région. »
 
A chaque fois j’avais l’impression d’essayer d’arrondir les angles pour être certaine de ne pas la froisser. C’était assez perturbant pour moi, pas que j’agissais comme une menteuse mais cette ville me mettait tellement mal à l’aise et j’étais également persuadée que les préjugés allaient bon train ici. Quoique, mon cerveau venait de s’allumer subitement, si des personnes avaient les tripes de venir jusqu’ici, avec le danger du voyage, ce n’était juste pour passer des vacances. Fichue réalité, je ne devais pas mettre tout le monde dans le même panier à cause d’un ou deux lieux sujets à controverse, mais en même temps c’était difficile de ne pas le faire, même pour moi. J’étais dépitée par une telle constatation, je ne voulais pas repartir avec de telles choses en mémoire, néanmoins je réussi à ne pas me laisser aller à pousser un soupire pour marquer mon état. Celui-ci restera intérieur.
 
Comme j’aurais dû le prévoir, la jeune serveuse commença à me questionner sur mes voyages antérieurs et sur ce que j’avais bien du voir. Ce n’était pas un sujet sur lequel j’aimais m’étendre, puisque je cherchais toujours à couvrir mes traces le mieux que possible, enfin après tout je pouvais toujours en dire un peu sans mentir et en cachant soigneusement le reste.
 
« Oh, vous savez, je n’ai pas tant de choses que ça à raconter malgré ce qu’on pourrait croire. Je bouge beaucoup, c’est vrai, mais cela n’a pas dû suffire pour mettre beaucoup d’histoire dans ma besace. Je ne suis pas barde, hélas, et à bien y réfléchir j’aurais préféré être ici pour cette raison que pour ce que j’avais à faire dans ma vie actuellement. Mais il faut faire avec ce qu’on a, puis que j’ai surtout traîne dans la plaine de Tanterval en plus de tous les recoins de ma région natale. J’ai encore du chemin à parcourir mais je suis encore bien jeune pour avoir un sérieux bagage avec moi. Enfin, vous voyez. »
 
J’évitais soigneusement de parler de Myrrodin où j’avais pourtant presque grandi, c’était le dernier bastion de sûreté qu’il me rester en cas de pépin. Comme j’aurais sans doute dû éviter de parler de mon âge. Sauf que de toute la région centrale, le seul lieu où je n’avais pas mis les pieds était Zaphias donc m’adresser à des êtres âgés de plusieurs siècles étaient très loin d’être dans mes habitudes. Je ne m’étais jamais imaginé à quel point cela pouvait être délicat.
 
« Je suis venu à Lemuria uniquement pour visiter les lieux et me faire ma propre idée pour être honnête. Autant être franche avec vous, j’ai horreur des préjugés. La suite allait être plus délicat mais si je ne voulais pas paraître suspicieuse, autant ne pas tourner autour du pot. J’essaye également de retrouver certaines personnes, mais je fais plus confiance au temps et au hasard. Ce n’est pas facile dans un pays aussi grand. C’est comme fouiller dans une meule de foin pour y trouver une épingle. »
 
Je lâchai un rire amusé afin de faire passer le tout. Même ça ce n’était pas un mensonge, mais ce n’était pas vraiment délicat d’en parler. J’avais toujours peur d’attirer trop l’attention, sauf que parmi toute ses questions j’avais cru faire un constat qui me rassura quand à l’innocence de cette demoiselle, si je pouvais dire. Elle ne pouvait pas faire parmi de ces étranges poursuivants.
 
« Vous avez l’air d’aimer écouter les récits des voyageurs, je me trompe ? Cela ne me dérange pas, ne vous inquiétez pas, mais du coup je me demande : vous n’êtes jamais sorti de Lemuria ? Me concernant je n’ai pas encore beaucoup visiter ici, je dois bien dire que certains coins ne m’intéresse pas vraiment, sans vouloir vous blesser sur vos coutumes, vraiment. Donc je ne sais pas trop par où commencer. J’aimerais beaucoup trouver un marché ou une bibliothèque accessibles cela dit. Alors pour l’instant je traîne un peu ici pour repérer, apprendre deux/trois choses sur la vie dans cette ville et pourquoi pas trouver un petit travail à faire. Je ne sais pas encore combien de temps je vais rester ici. »


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


Spoiler:
 
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageDim 22 Nov - 6:39


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


Effectivement, l’auberge accueillait beaucoup de voyageurs. Dolores en voyait souvent et elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour qu’ils se sentent bien dans cette ville. Elle n’était certes pas aussi joyeuse que d’autres, mais tout de même : il fallait que les voyageurs aiment cet endroit. C’était bien ce que Dolores souhaitait dans cette auberge et c’était bien pour cela qu’elle appréciait y être. Elle rencontrait tout plein de personnes différentes et elle pouvait aider les gens en faisant l’une des choses qu’elle aimait le plus. C’était très agréable, autant pour elle que les personnes venant dans son auberge. Bien sûr, il n’avait pas des voyageurs à la tonne, vu l’endroit et les conditions, mais ceux qui venaient avaient le droit d’être bien accueillis.

Dolores n’était pas offensée, cette femme parlait bien et évitait soigneusement de l’offenser. C’était bien agréable parler avec elle puisqu’elle était gentille. Sa question ne resta pas sans répondre, et la jeune banshee l’écoutait attentivement. Il n’eut pas réellement de réponses précises, malheureusement. Pour elle, c’était bien assez et elle n'avait pas besoin d’en savoir plus. Elle ne forcerait jamais une personne à dire des choses qu’elle ne souhaitait pas dire. Ainsi, Dolores écoutait simplement ce qu’elle disait, amplement satisfaite. Dolores était dans le principe qu’il fallait laisser les choses couler comme cela, forcer pour connaître quelque chose qu’une personne ne voulait pas dire… ce n’était pas du tout dans ses habitudes. Tous étaient différents et tous avaient le droit d’omettre et de garder des aspects de leur vie.

Par la suite, la jeune aubergiste lui demanda pourquoi elle était venue. Sa réponse la fit légèrement sourire. La réputation de cette ville n’est pas très jolie et alors, elle souhaitait se faire sa propre idée. Elle garda un léger sourire en écoutant ses paroles : horreur des préjugés disait-elle. C’était intéressant et agréable à entendre. Les fausses idées suite à des rumeurs… c’est bien la pire des choses, selon Dolores et apparemment, selon Mist aussi. Et effectivement, le pays était très grand… donc trouver des personnes suite au hasard devait être une tâche compliquée. La banshee écoutait ses paroles, sans placer un mot. Entendre les mots des gens étaient bien fantastique et ça, elle pourrait le faire pendant des heures : écouter une personne parler de n’importe quel sujet. Faut dire que normalement, Dolores est assez taciturne.

Une question lui fut renvoyée et l’aubergiste sourit légèrement, en la laissant terminer et en gardant l’oreille attentive. Elle ne voulait pas manquer un mot de ce qu'elle disait : c’était bien trop important. Un léger sourire resta sur ses lèvres en l’écoutant. Si jamais elle avait besoin d’aide, Dolores pouvait l’aider. Elle connaissait l’endroit, y vivant… et de plus, elle était une personne fréquentable et qui était en capacité de l’aider, au moins un peu. Mais tout d’abord, elle allait répondre à sa question qui était importante. Autant qu'elle n’avait pas toujours à Lemuria et autant qu’elle adorait écouter les gens parler, surtout les voyageurs.

« Oui, je préfère écouter les autres plutôt que de parler. Et en plus, les voyageurs en ont tellement à dire et nous pouvons en apprendre tellement. J’aime bien écouter, le dialogues étaient quelque peu difficile pour moi.. »

Elle prit une petite pause en lui souriant. Parler à ce ton était difficile car elle devait y penser. Elle n’était pas facile à comprendre… mais vraiment, ce n’était pas par pur plaisir qu'elle le faisait.

« J’ai déjà quitté Lemuria. Du moins, ça fait deux ans que je suis ici et je suis arrivée d’ailleurs. J’ai connu d’autres endroits et ne vous excusez pas, c’est parfaitement normal et compréhensible »

Cette ville était si différente des autres… Dolly pouvait parfaitement le comprendre. D’ailleurs, elle ne posa aucune question. Ce fut aussi la première impression qu'elle eut au début mais à force, elle s’était habituée. Un détail avait cependant attiré l’attention de l’aubergiste. Elle ne savait pas combien de temps elle allait rester, qu’elle avait dit ? Un petit travail et le temps qui restait toujours incertain.

« Si vous souhaitez, je peux vous aider pour cela. Vous aidez serait un plaisir et puis, je crois que ce serait un peu difficile pour vous d’obtenir ce que vous souhaitez. Pour s’habituer ici, pour le petit travail que vous souhaitez même. S’Il m’est possible de vous aider, je vais le faire avec plaisir même ! »

Dolores pouvait lui être utile, elle qui écoutait les conversations des autres. En plus, elle était bien sympathique. Mist allait pouvoir avoir une place car il est vrai que cette ville n’est pas des plus agréables lorsqu’on ne la connait pas du tout.



© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageMer 25 Nov - 18:38

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
L’image qu’on se faisait souvent des aubergistes et autres tenanciers relevait plus de la pie bavarde que de l’ami à l’oreille attentive. Quand bien même je pouvais détester les préjugés, je ne pouvais m’empêcher de m’étonner une nouvelle fois de cet aspect. Je ne voyais que ce handicap, ou quoique ce puisse être, à devoir parler tout bas. Chose qu’elle me confirma d’ailleurs rapidement d’une certaine manière puisqu’elle affirma préférer recevoir la parole plutôt que de la donner. Je ne lui en tiendrais nullement rigueur, c’était fortement compréhensible, cela devait même être particulièrement douloureux pour elle de vivre continuellement dans cette situation. Je m’abstins toutefois de me permettre toute question déplacée.
 
« On doit effectivement entendre beaucoup de choses dans un lieu comme celui-ci. Enfin, j’imagine. »
 
Des ragots, des messe-basses, des informations diverses et variées ou encore des racontars de soûlards qui transforment un pauvre rat chassé en ogre ou même en dragon.Voilà ce que j’imaginais comme type d’informations qu’on devait retrouver le plus souvent dans un lieu comme celui-ci. Enfin, à force, il était surement facile de démêler le vrai du faux quand on commençait à y être habitué.
 
« J’ai déjà quitté Lemuria. Du moins, ça fait deux ans que je suis ici et je suis arrivée d’ailleurs. J’ai connu d’autres endroits et ne vous excusez pas, c’est parfaitement normal et compréhensible
— Vous n’êtes pas originaire d’ici ? Oups, je ne voulais pas penser trop haut, mais cette question m’avait malencontreusement échappée. Oh ! Navrée, je ne voulais pas être indiscrète, si cela vous dérange, ne vous sentez pas obligé d’y répondre. »
 
Après tout, Lemuria n’était surement pas la ville qui comptait des naissances en son sein, bien que cette image soit hautement perturbante, me mettant mal à l’aise rien qu’à sa seule pensée. Pourtant c’était une triste réalité et tout habitant en ces lieux venaient certainement d’ailleurs avant de… enfin… d’être amené à venir s’installer dans cette ville. Si je pouvais dire les choses ainsi. Cette réflexion n’arrangeait pas mon malaise, j’espérais sincèrement ne pas avoir mis le doigt sur un sujet délicat en rappelant de mauvais souvenir à cette demoiselle. Pourtant je savais bien que d’autres villes abritaient des Banshees, ce n’était pas comme s’ils étaient cantonnés dans cette ville désertique, mais rien n’y faisait, cette image me restait en tête. Alors que j’étais celle qui avait posé la question à l’origine sans me rendre compte du sens qu’elle pouvait prendre, quelle idiote.
 
J’espérais pouvoir changer de sujet sans trop de difficultés et heureusement elle m’avait proposé son aide juste avant que je n’ouvre ma bouche trop vite. « Si vous souhaitez, je peux vous aider pour cela. Vous aidez serait un plaisir et puis, je crois que ce serait un peu difficile pour vous d’obtenir ce que vous souhaitez. Pour s’habituer ici, pour le petit travail que vous souhaitez même. S’Il m’est possible de vous aider, je vais le faire avec plaisir même ! »
 
Cette proposition était vraiment appréciable, je ne pensais pas qu’il y avait la moindre raison de se méfier d’une demoiselle presque muette et tenancière dans une auberge situé derrière un aussi grand désert. Ce n’est certainement pas le genre d’endroit d’où on se permettait de faire des allers-retours pour courir après une personne en fuite, non ? Pourtant il y avait cette petite information qui m’avait fait tiquer tout au fond de moi. Deux ans. Cela faisait deux années qu’elle vivait ici, alors que ça faisait environ deux ans que je fuyais des poursuivants inconnus tapis dans l’ombre. N’était-ce qu’une coïncidence ? Devais-je me laisser à une quelconque paranoïa juste à cause d’un hasard de cet acabit ? Cela faisait si longtemps que j’avais appris à me méfier d’un peu tout et n’importe quoi, sauf que je me fiais toujours à mon instinct quand il s’agissait de venir en aide à quelqu’un, qu’importaient les apparences. C’était ridicule, on ne proposait pas son aide de cette manière quand on recherchait quelqu’un, c’était de la gentillesse à l’état pur, j’en étais certaine. Cela me touchait énormément.
 
« Je ne sais combien vous remercier pour votre aide. C’est vraiment très généreux de votre part, j’accepte volontiers ! Je n’ai pas besoin de grand chose, juste où trouver une bibliothèque accessible aux étrangers ou un marché aux livres seraient ma première priorité. Tout en évitant... certains quartiers, si... si vous voyez ce que je veux dire. Concernant le travail, je ne suis pas difficile tant que cela ne touche pas à ces mêmes sujets. Ensuite, je prends n’importe quelle information que vous pourrez me donner sur la ville. J’aime beaucoup apprendre ! C'était toujours rassurant de voir des personnes honnêtes et généreuses dans le monde, cette notion de partage avait toujours eu quelque chose d’important pour moi. Si je peux faire quoique ce soit pour votre rendre la pareille ou si vous avez besoin de quelque chose, une course ou autre chose, n’hésitez pas à me demander. Ça me ferait plaisir de vous aider en retour. » 

A mon tour je lui souris sincèrement. S’il y a bien une chose que cette fuite m’apportait, ce sont les rencontres que je pouvais faire au gré de mes voyages. C’était bien l’une des rares choses que je ne regretterais jamais.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageJeu 31 Déc - 7:51


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


Bien sûr, Dolores était une simple aubergiste. Elle ne pouvait pas faire tout ce qu’elle souhaiterait. Cependant, aider une personne très sympathique et qui l’avait aidé était une chose qu'elle pouvait faire. Et cela n’avait aucun prix. Lorsque Dolly faisait quelque chose, elle ne cherchait jamais à recevoir quelque chose en échange : elle le faisait simplement parce que ça lui faisait plaisir. On pourrait presque dire que cela est égoïste, mais non. Ce n'est pas du tout le cas. Si une personne avait simplement refusé son aide, elle l’aurait laissé faire sans insister. Bien sûr, c'est autre chose si la personne en question était méchante. Chaque situation est différente et une chose ne pouvait pas être faite dans chaque. Avec cette jeune femme, Mist, Dolores souhaitait l’aider. Ce n’était pas que pour la remercier de l'avoir aidé mais bien parce qu'elle semblait en avoir besoin. Si elle pouvait voir un sourire sur ses lèvres, elle allait le faire avec joie. Un sourire, de la joie : c’était tout ce qu'elle voulait.

Ses première paroles lui firent chaud au cœur. Elle ne savait pas comment la remercier. Un sourire suffirait, non ? Voir une personne heureuse comme cela lui faisait plaisir. Si elle voulait la remercier, c'est que l’aide proposée était acceptée ou du moins, appréciée. Elle la complimenta en lui disant qu'elle acceptait. Elle souhaitait trouver un endroit où elle pouvait avoir accès aux livres en tant qu’étrangère… C'est vrai que Dolores n’y avait jamais pensé. Elle ne savait pas si cela était possible. Elle devait être capable de trouver cette information rapidement, donc cela n’était pas un problème. Elle souhaitait bien sûr éviter certains quartiers, ce qui était parfaitement compréhensibles. Elle n’avait besoin de rire dire à propos de cela et Dolores comprenait. Elle était bien gentille, elle acceptait un peu n’importe quoi tant que ça l’aide. Dolores souhaitait l’aider, ça lui ferait bien plaisir. Maintenant, elle semblait un peu mieux, ce qui faisait du bien à la jeune aubergiste.

Elle proposa tout de suite de l’aide en retour, pour lui rendre la pareille mais non, Dolly secoua négativement la tête. Elle ne faisait pas ça pour obtenir de l’aide en échange. Ce n’était pas du tout son but. Bien sûr, si une personne souhaitait l’aider et lui montrait que l’aider lui ferait plaisir, c’est ce qu'elle ferait. Sa négation montrait bien qu'elle ne souhaitait pas qu’on le lui rendre. Elle aidait pour elle aussi, car ça lui faisait plaisir. Pourquoi faire quelque chose qu’on n’aime pas ? Elle agissait pour elle donc.

« Ne t'inquiètes pas, je ne souhaite rien en échange. Cela me fait plaisir de t’aider. Quand j'aide quelqu’un, c’est parce que je le souhaite. »

Elle eut un petit rire et lui sourit. À ce moment, elle pensait que les signes de politesse n’étaient plus nécessaires. Elle l’aidait, donc normalement, elle pouvait bien l’appeler comme elle le souhaitait. Ce n’était pas méchant, simplement moins formel.  comprenait très

« Pour les livres, je dois bien dire que je ne le sais pas. Je demanderai et chercherai pour toi. Pour le travail, certaines places sont à éviter.  Peut-être que tu pourrais rester ici, mais je devrai demander. »

Elle aurait continué encore un petit moment, mais on la demandait. Il ne fallait pas oublier qu'elle, elle travaillait là et qu'elle avait de nombreuses choses à faire. Elle dit rapidement à la jeune femme qu’elle allait y aller et qu’elle n'avait qu’à attendre, elle allait revenir vers elle le plus vite possible. Elle espérait bien qu’elle ait confiance en elle, de ne pas partir… Dolores pouvait l’aider, c'est une chose certaine. Et surtout, elle l’aidait contre rien. Pour son bonheur pouvons-nous dire. Elle en profita pour demander au propriétaire si elle pouvait faire ce qu’elle souhaitait faire pour la jeune femme, et il accepta. Tant que l’humaine reste sous sa charge. Parfait. Dolores revint vers elle après un moment.

« Tu peux rester ici, tant que je m’occupe de tout. Donc tu pourras rester ici un petit moment, pas trop long mais c’est mieux que rien. J’irai regarder pour les livres rapidement. Ça te convient ? »

Voilà tout le personnage qu’est Dolores. Une jeune femme qui avait le bonheur des autres avant le sien et cela, depuis sa plus tendre enfance bien qu'elle ne s’en souvienne plus. Malgré qu’elle veuille aider les autres à tout prix, elle savait tout de même ce qu’elle devait faire pour elle. C’était tout aussi important. Comme aider quelqu’un si on ne peut pas s’aider personnellement ? Et plus encore, comment aimer les gens si on ne s’aimait pas ? Juste impossible. Dolores voulait aider cette jeune femme. Elle pouvait l’aider cette fois-ci. Pouvoir et non simplement vouloir.

Ça rappelait un peu à Dolores son elle-même, lorsqu'elle est arrivée ici. Elle ne savait pas vers qui se tourner... elle a trouvé le propriétaire. Elle a beaucoup apprécié et est avec lui depuis. Dolly n'est pas originaire de Lemuria; elle se rappelait avoir été humaine. Elle n'avait aucun mal à en parler, Mist pourrait peut-être même le savoir. Dès qu'elles allaient avoir du temps seules, où il serait plus facile pour Dolores de se faire entendre, elle lui en parlerait.

« Nous pouvons monter, je vais te montrer l'endroit où tu resteras. Pour moi surtout, ce sera plus facile discuter. »



© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 


Dernière édition par Dolores Lorys le Ven 29 Jan - 1:02, édité 1 fois
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageDim 10 Jan - 13:03

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
La demoiselle de l’auberge refusa l’aide que je pouvais lui offrir en retour. Cette déclaration ne me froissa pas, il était bien rare de croiser des gens qui faisaient les choses de manière totalement désintéressée. En réalité, elle me gêna plutôt car moi, je n’aimais pas avoir l’impression de tirer profit de la générosité d’autrui. Un peu paradoxal sans doute, pourtant je n’insistai pas, mon père m’avait toujours après à ne pas discuter quand on vous offrait quelque chose. Si je devais rendre la pareille à ma nouvelle camarade, les choses viendraient en temps et en heure. C’était le genre de petits détails pour lequel je me remettrais presque à prier, si j’en avais eu la force. Jamais je ne pourrais, alors j’attendrais le temps qu’il faudra, dussé-je y attendre des années.
 
« Pour les livres, je dois bien dire que je ne le sais pas. Je demanderai et chercherai pour toi. Pour le travail, certaines places sont à éviter.  Peut-être que tu pourrais rester ici, mais je devrai demander.
— C’est fort aimable, je te remercie encore une fois. Je compte rester ici quelques jours, alors cela ira si je dois attendre un peu. Il ne fallait pas non plus qu’elle se mette une pression supplémentaire à cause de mes recherches, je pourrais de toute manière chercher de mon côté également. Les Banshees n’étaient tout de même pas des barbares au point de ne pas posséder de bibliothèque. A moins que l’accès en soit réglementer, ce qui serait un comble. Ici ? Pourquoi pas, si cela peut te soulager de quelque façon que ce soit. »
 
Je ne m’étais pas attendu à une telle proposition aussi spontanée, c’était bien la première fois que cela m’arrivait si l’on exceptait toutes les fois trop graveleuses qui m’avait fait quitter le lieu sur le champ. L’aubergiste ne perdit pas une minute de plus et s’en alla rejoindre le propriétaire de l’endroit pour aller lui demander la fameuse autorisation. Je n’attendis pas longtemps avant qu’elle ne revienne pour me faire part de ce qu’elle avait obtenue de son patron.
 
« Tu peux rester ici, tant que je m’occupe de tout. Donc tu pourras rester ici un petit moment, pas trop long mais c’est mieux que rien. J’irai regarder pour les livres rapidement. Ça te convient ?
— Oh oui parfaitement ! Je ne resterai pas non plus pendant des semaines, sans doute que je m’en irai avant que la première se soit écoulée. J’ai encore beaucoup à voyager et j’espère juste trouver ce que je cherche dans cette ville. »
 
Ne jamais rester sur place plus que quelques jours si je ne voulais pas mettre ma vie et celle des rares personnes que je croisais en péril. Même si je rencontrais des personnes avenantes qui me donnaient envie de rester un peu plus, c’était justement une raison de plus de les protéger en disparaissant aussi vite que j’étais venue. Tant de détails que je ne pouvais de toutes évidences pas partager, je gardais toujours quelques excuses quand on me posait trop de questions de côté.
 
C’est alors qu’elle m’invita à la suivre pour me montrer la chambre dans laquelle je pourrais loger, m’indiquant également que cela serait plus facile pour elle de parler. Sans poser plus de question, j’attrapai mes affaires pour la suivre dans les étages, toujours en silence, jusqu’à ladite pièce.
 
« C’est chaleureux ici. »
 
Même moi avec mes préceptes de ne jamais juger était étonnée de cette constatation, la ville paraissait encore plus lugubre à côté. Mes maigres paquetages déposés, je pouvais à nouveau me tourner vers mon hôtesse.
 
« Si je puis me permettre, je souhaiterai savoir ce que je pourrais faire pour vous aider ici, tout comme vous demander dans le même temps si votre auberge possède également un tableau de quêtes quelque part sur ces murs. Ne vous inquiétez pas, je ne cherche pas à me défiler et à profiter misérablement de votre bonté, cependant j’aimerais y jeter un œil, au cas où cela pourrait me donner quelques indices sur ce que je recherche. »
 
Bien que je doute trouver quelque chose qui ne me fasse pas un haut-le-cœur ici. Je m’abstins tout de même de faire une remarque là-dessus et préfère terminer mon discours par une note un peu plus amicale.  
 
« J’y songe, je ne me suis pas encore présenté. Je me prénomme Mist, enchantée d’avoir pu vous rencontrer malgré de telles conditions. »
 
Tout en me retenant une nouvelle fois de demander pourquoi cela était plus facile pour elle de discuter. Cela pouvait simplement avoir un doute avec le bruit ambiant de la salle pouvant couvrir ses chuchotements sans grande difficulté. Je me tiens intérieurement à cette idée pour essayer de satisfaire ma curiosité.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING


Dernière édition par Mist Redgrave le Dim 7 Fév - 18:26, édité 1 fois
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageVen 29 Jan - 1:02


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


Dolores était très contente, elle se sentait bien. Elle adorait cette femme. Et surtout, Dolores était aubergiste car elle souhaitait être avec les gens. Pas nécessairement les aider mais être avec eux. Cela était quelque chose qu’elle n'avait pas perdu de sa première vie, si on pouvait dire cela. Son passage en Banshee n’était pas une réelle mort, car en ce moment elle pouvait vivre et apprécier les petits plaisirs de la vie. Vie différente, sans rien de comparable… mais tout aussi agréable. Dolores était encore heureuse, donc tout ce qui comptait réellement était là. Avait-elle de la chance ? Oui on pouvait dire cela. Et elle se donnait elle-même la chance de faire ce qu’elle souhaitait.

L’aide que Dolly lui offrait était pour l’aider, car elle l’appréciait. C’était entièrement normal. Elle avait besoin d’aide et elle pouvait l’aider… alors la suite des choses était bien simple. La petite aubergiste sourit lorsqu’elle lui dit que ça lui convenait. C’était très bien, ça lui plaisait. Elle savait qu’elle n’aurait pas de problème… c’est un peu comme un sixième sens. Ce n’était pas cela, mais elle le sentait. Un instinct disons-nous normalement. Et puis si elle choisissait de rester une semaine, c’était bien aussi. C’était son choix et le temps de sa visite, elle n’aurait pas de problèmes. Après lui avoir dit de la suivre pour monter, cette jeune femme semblait contente. Alors, tout allait bien et ça lui plaisait.

En fait, elle était bien contente qu’elle apprécie un aspect de sa ville. Cela signifiait que ce qu’elle souhaitait à propos de cet endroit était complètement vrai. C’était aussi ce qui l’avait touché lorsqu’elle est arrivée ici pour la première fois : C’était chaleureux. Malgré les apparences rustres du propriétaire, il était très gentil et faisait tout pour ceux en ayant besoin. Un homme formidable que Dolores appréciait fortement. Elle écouta tout ce qu’elle avait à dire et sourit doucement. Ce n’était pas un problème, elle ne devait pas penser qu’elle était un problème… Dolores n’était tout de même pas le genre de fille, complètement idiote qui faisait des choses qu’elle ne voulait pas. Elle savait réfléchir, ce qu'elle voulait et contrairement aux apparences, elle peut avoir un sacré caractère. Le montrer peut sembler plus dur puisqu’elle  a du mal à parler. Qu’elle souhaite regarder les quêtes, ce n’était pas un problème. Bien sûr qu’elle en avait un, c’était une chose un peu essentielle. Et elle se présenta avant que Dolores ne puisse lui répondre. Savoir son nom voulait dire beaucoup pour elle. Peut-être un peu de confiance ou autre sentiment de ce genre.

« Le tableau des quêtes se trouve dans la salle à l’opposé d’où tu étais. Ne t’inquiète pas pour cela. Tu peux rester comme tu veux et vaquer à tes occupations aussi, fais comme tu le sens Mist. »

Ce nom était vraiment joli et elle trouvait qu’il lui allait bien. C’était vraiment plaisant de pouvoir l’aider à ce moment. Dolores vient s’asseoir sur la chaise qu’il avait dans la chambre, et elle garda le sourire. Elle répondit à ses questions, mais bien sûr, elle devait aussi expliquer quelques petites choses, pour une entente plus facile. Sur ce coup-ci, Dolly n'avait aucun problème car Mist était fort gentille. Elle comprenait le ton de Dolly et elle ne se fâchait pas ; ce qui n’était pas le cas de tout le monde. Elle pouvait bien lui dire et espérer que tout aille bien.

« Ne t’en fais pas, je te l’ai proposé car je le souhaite. Tu peux être ici, tu peux travailler si tu le souhaites. Tu auras du temps, aucun problème. Je souhaite t’aider, car ça me fait plaisir. Et ainsi, nous sommes quittes. »

Elle eut un léger rire avant de garder le sourire. Bien sûr, sa voix était encore qu’un murmure. Elle n'avait pas le choix de parler ainsi. Comme tout était maintenant calme, elle était entendue plus facilement. Faire attention à ne pas parler trop fort. Maintenant que Mist lui avait dit ce qu’elle souhaitait, ce qu’elle faisait au fond… Peut-être était-il le temps à Dolores de le faire ? Lui expliquer le pourquoi du comment ; lui dire pourquoi elle parlait ainsi. Cela lui dirait sa race, bien évidemment… Mais ça ne la dérangeait pas car maintenant, ça faisait partie d’elle.

« Pour pouvoir bien discuter, il faut aussi que je te dise. Je ne parle pas comme ça par choix. C'est pour la sécurité des autres… Il y a plusieurs années, je me suis réveillée sans ne me souvenir, ne sachant pas d’où je venais. J’ai juste compris que ma voix était dangereuse… que je blessais des gens sans le vouloir. Je murmure car cela ne blesse pas les gens… et au grand jamais je ne voudrais blesser quelqu’un. »

Après avoir dit tout cela, elle s’arrêta et reprit son souffle. Le murmure était plus difficile que parler d’un ton normal… mais justement, ce cri était horrible et pouvait blesser tant de gens, une chose qu’elle ne souhaitait pas. Elle était tout de même contente de l’avoir dit à Mist, espérant qu’elle comprenne. Ce serait compréhensible de ne pas le comprendre. Mal n’empêche que maintenant, Dolores n’avait plus de difficulté. Ça faisait peut-être 4 ans qu’elle vivait cette situation. Maintenant, elle le contrôlait mieux, Mais sait-on ce qui peut arriver, els réflexes existent encore.  




© Codage By FreeSpirit

Spoiler:
 
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageDim 7 Fév - 20:25

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
« Le tableau des quêtes se trouve dans la salle à l’opposé d’où tu étais. » Ainsi je pouvais enfin faire mes prochains pas vers mes recherches et une virée dans Lemuria de façon plus précise. Bien que je redoutais le contenu que je trouverai sur ledit tableau. Chose que j’essayais d’oublier pour le moment, me concentrant sur le plan visuel que je me faisais des lieux pendant quelques secondes. Mon arrivée n’était pas si vieille que cela et à part une altercation et ma discussion avec l’aubergiste, je n’avais pas vraiment eu l’occasion de me promener dans l’établissement, ni même de l’observer. Sur le moment, j’étais incapable de me repérer correctement sans retourner dans la pièce principale. Tant pis, après tout l’autre salle ne devrait pas être si difficile que cela à trouver avec cette information, je verrais en temps et en heure.
 
« Merci, je ne voudrais pas non plus abuser de votre hospitalité. »
 
Nous sommes quittes ? En effet, au final même si elle ne souhaitait pas profiter d’une aide offerte pour me demander une service, la demoiselle avait tout de même fini par me rendre la pareille d’une autre façon. C’était fort appréciable et cela m’arrangeait bien par la même occasion. Cette fois, je me contentai simplement de lui sourire gentiment sans rien ajouté. Le message serait assez compréhensible et il n’était point nécessaire de se perdre encore en remerciement ou de revenir sur cet incident. Oui, nous étions quittes, il n’y avait pas d’autres mots à dire.
 
De plus je préférai me concentrer sur les présentations un peu plus détaillées que je venais de commencer. Il me tardait d’un apprendre un peu plus sur mon interlocutrice, il sera alors plus agréable de discuter d’autres choses et ne serait-ce que pour être plus à l’aise sur les sujets à aborder. Peut-être aussi un peu par curiosité je l’avoue.
 
« Pour pouvoir bien discuter, il faut aussi que je te dise. Je ne parle pas comme ça par choix. C'est pour la sécurité des autres… Il y a plusieurs années, je me suis réveillée sans ne me souvenir, ne sachant pas d’où je venais. J’ai juste compris que ma voix était dangereuse… que je blessais des gens sans le vouloir. Je murmure car cela ne blesse pas les gens… et au grand jamais je ne voudrais blesser quelqu’un.
— Oh... je suis désolée pour toi. »
 
Ce n’était pas des excuses, je n’y étais pour rien, ni ne pouvais faire quelque chose pour changer ce fâcheux aspect. C’était simplement de la compassion que je pouvais avoir à son égard. Rien que l’essoufflement qu’on pouvait entendre après un si long discours montrait que cette contrainte devait être éprouvante. Je me sentais presque coupable de l’avoir amené à m’avouer ce « secret » sans prendre de pause. Sans compter qu’elle venait peut-être de se remémorer sa mort et sa renaissance. Voilà encore une histoire qui effritait encore ce qui aurait pu rester de ma foi. Cette femme ne ressemblait en rien à une criminelle ou quelqu’un de mauvais. Pourquoi lui avoir déformer son pouvoir de race de manière aussi radicale ? Le destin et le hasard pouvaient être bien malicieux, mais en aucun cas juste.
 
« Je ne connais pas grand chose des habitants de Lemuria en dehors des rumeurs qu’on peut souvent entendre dans les coins perdus de l’intérieur du pays. J’aurais beaucoup souhaité t’aider, mais jamais je n’ai entendu parler d’un cas similaire au tien. Ce doit être très dur à vivre, j’imagine... Sans doute vaudrait-il mieux changer de sujet, pardon, je ne voudrais pas remuer le couteau. Tu préfères certainement parler d’autres choses. Cependant, si tu le souhaites, je pourrais toujours faire plus attention dès que j’aurai trouver une bibliothèque si je peux trouver un ouvrage qui pourrait t’aider. Sans évoquer le sujet avec le propriétaire des lieux. »
 
J’aurais très bien pu chercher de mon côté sans prévenir et faire comme si de rien n’était si j’étais rentrée bredouille. Hélas, les habitudes ont la vie dure et j’ai toujours détesté prendre des décisions sans en informer celui qui serait concerné par les conséquences de ces dernières, même si ces dernières sont inexistantes. J’en oublie souvent de réfléchir dans ces moments-là et je laisse l’instinct se montrer de manière spontanée. Me pinçant les lèvres devant cette possible bévue , je finis tout de même par me dire que c’était la meilleure décision.
 
« Sinon, quels endroits de la ville me conseillerais-tu de visiter, euhm... »

Voilà qui était embêtant, je ne connaissais pas encore son nom et je ne voulais pas paraître impolie en le lui demandant directement. C’était juste un peu raté pour la discrétion.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageDim 21 Fév - 4:33


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


Dolly n’était pas naïve, elle souhaitait juste l’aider. Elle savait bien qu’elle avait un plan et qu’elle ne souhaitait pas en parler. Alors, elle allait faire comme ça, en la laissant faire ce qu’elle souhaitait. Son aide allait y lui être utile, bien qu’elle n’était pas essentielle. Elle savait très bien cela. Mais si elle pouvait l’aider et si elle pouvait se rendre heureuse elle-même, elle était très contente aussi. Elle ne demandait pas plus. C’était le but premier de son existence… et elle était contente. Même si elle ne lui demandait rien, elle était contente de l’aider. Jamais elle ne faisait ça pour qu'elle soit redevable. Maintenant, c’était vraiment bien.

Dolores lui parla de ce qu’elle avait. Après tout, elles allaient être ensembles un peu et si elle continuait à se poser des questions sur le compte de Dolores, ce n’était pas super cool… La petite femme préférait lui expliquer directement, pour qu’elle le sache et que cela ne soit plus dans les questionnements de son invitée. C’était la moindre des choses. Elle lui en parla. Pour elle, en parler ou non, ça ne changeait pas grand-chose. Elle vivait avec ce problème, elle parlait si doucement malgré tout. Alors ça ne changeait rien à la réelle situation si elle ne disait rien. Elle préférait le dire. Elle lui dit qu’elle était désolée. C’est bien triste, Dolores aimerait ne pas vivre cela… mais que pouvait-elle y faire ? Rien, c’était bien simple…. C’était gentil de sa part et elle y répondit avec le sourire. Tant qu’elle ne la prenne pas en pitié, c’était bien. La pitié, c’était une chose qui irritait Dolores, car elle n’en voyait pas le but. Ressentir de la pitié envers quelqu’un voulait dire qu’on se sentait supérieur à cette personne. Ce qui n’était pas le cas entre elles.  

Elle était si gentille. Même elle, elle ne savait pas quoi faire. Elle savait que les rumeurs sur la vie n’étaient pas supers… mais au fond d’elle, Dolores savait bien que certaines rumeurs avaient raison d’être. Elle-même était l’exception qui confirmait la règle. Ce problème… cette malédiction la blessait beaucoup, de plus qu’elle avait déjà blessé des gens. Maintenant, elle était habituée. L’unique problème restait les réflexes qui étaient difficiles. C’était dommage, mais elle était contente de lui en avoir parlé. La suite de ses paroles fut très gentille et intéressante. Elle ouvrit grand les yeux ; c’était rare que quelqu’un soit aussi gentil avec elle. Elle était trop… heureuse. Et heureuse pas seulement parce qu’elle aidait mais aussi car elle avait vu une femme formidable. Juste y penser, c’était bien. Même si elle ne le faisait pas, l’évoquer voulait dire beaucoup.

« Tu n’as pas à le faire, mais juste y penser me fait plaisir. »

C’était gentil, et ça lui faisait plaisir. Elle continua à parler, en demandant les villes et ayant une hésitation à la fin. Que voulait-il dire ? Elle semblait attendre quelque chose, qui donna un petit rire à Dolores, qui contrôla aussi son rire. Il fallait faire attention à tout.

« Je suis bien impolie j’ai oublié de me présenter. Je m’appelle Dolores, enchanté Mist. »

C’était un manque de respect de sa part, elle s’en voulait. Elle espérait qu’elle ne lui en voudrait pas pour cela. Elle sourit un peu avant de répondre à sa question. Dans cette ville, il fallait faire attention, car plusieurs places pouvaient ne pas être recommandées tout de même. À plusieurs places, Dolores ne souhaitait même pas s’y rendre. « Il a des endroits à ne pas aller. Du tout… Ne vas pas au château ni au marché des esclaves. C’est dangereux, et cela est même effrayant. Tiens-toi loin du marché.... » C’était vraiment important pour elle de ne pas s’y rendre. Le château, non. Le marché des esclaves, Dolores détestait cela mais elle ne pouvait rien y faire, elle seule. Elle préférait accepter cela et déconseillé aux gens de s’y rendre simplement. « Tu peux aller aux demeures, juste faire attention à qui tu parles. Ce n’est pas tout le monde qui est gentil… il faut faire attention mais tu peux y aller. » Elle sourit doucement. C’était un peu dangereux comme ville, il fallait dire la vérité. Si Mist faisait attention, il n’allait avoir aucun problème.

« La ville peut être dangereuse, il faut que tu fasses vraiment attention quand même. Je pourrais mieux connaître la ville que ça. Mais toi, si tu vas explorer et regarde ce que tu souhaites... il faudrait être prudente. Un peu au moins. »

Elle fit un petit sourire. Elle ne voulait pas qu'elle se retrouve dans une mauvaise situation. Elle elle était capable de les éviter, ce serait bien mieux pour elle.



© Codage By FreeSpirit
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageMer 2 Mar - 20:23

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
« Je suis ravie de faire ta connaissance, Dolores. »
 
Les présentations étaient enfin faites et mine de rien, cela me rassurait beaucoup de savoir à qui j’avais affaire. Mettre un nom sur un visage changeait si facilement les relations. C’était étonnant. Je n’avais pourtant pas le temps de m’attarder sur ces détails que les réponses que mes questions obtenaient attirèrent de suite mon attention. Et pour cause.
 
« Il a des endroits à ne pas aller. Du tout… Ne vas pas au château ni au marché des esclaves. C’est dangereux, et cela est même effrayant. Tiens-toi loin du marché.... »
 
Me voilà bien étonnée par cette soudaine recommandation. Jamais je n’avais eu l’idée d’aller voir le marché, cette idée même me répugnait d’avance. Néanmoins, je ne me serais jamais attendu à ce qu’une Banshee tente de m’en détourner. Sans essayer de rentrer tous les membres de ce peuple dans le même sac, je m’étais attendue à ce qu’ils soient tous au moins neutre quand à cette pratique abominable. Pas forcément parce qu’ils manquaient tous de bon sens et surtout de sens morale, mais plutôt parce qu’on ne pouvait pas vouloir à un enfant de suivre les préceptes de ses parents. Amener les gens à se forger leur propre opinion après une époque où il était probable qu’ils aient entendu la même idée maintes et maintes fois n’était pas aisé. La renaissance des Banshees correspondait, pour moi, à cette enfance. Sans doute m’étais-je trompée, encore une fois et cela me faisait un petit peu honte.
 
Pourtant, il y avait un autre détail qui attira mon attention et qui, lui, me surpris vraiment. L’évocation du château. Pour avoir été garde personnelle de la Princesse Ilyana, je connaissais parfaitement ce genre d’endroit. S’il ne s’agissait pas vraiment d’un paradis, je ne l’avais pas vraiment ressenti comme un danger. Jusqu’à ce fameux jour.
 
« Qu’il y a-t-il au Château ? Les étrangers ne sont pas les bienvenues ? »
 
C’était un peu déplacé d’avancer une théorie traitant les Banshees d’intolérants, voire même de racistes. Tout en sachant pertinemment que c’était une image qui pouvait leur coller à la peau, mais j’avais peur que me retrouver face à une esquive avec une simple question ouverte. Quel dommage que ma fuite ne me permette pas de me tenir au courant des événements se déroulant sur l’île. Les commérages des tavernes étaient utiles, mais quand on arrivait sur une ville aussi refermée que Lemuria, c’était une toute autre histoire.
 
D’ailleurs, plus la conversation avancée, plus je trouvais cette petite aubergiste très pessimistes quand à ce qu’il pouvait se passer dans sa ville. Ne devrait-elle pas être fière d’habiter ici ? L’image qu’on pouvait se faire des Lemuriens était-elle si faussée que cela ? Si seulement j’avais le courage de poser toutes ses questions, pour éclaircir mon point de vue et satisfaire ma curiosité... Toutefois, il y avait quelque chose qui me disait que ce n’était surement pas une bonne idée. En tout cas pas maintenant.
 
« Ne t’inquiète pas, je me souviendrais de tes mises en garde. Je n’ai aucune envie de m’attirer des ennuis, tout ce que je souhaite c’est trouver quelques informations sur ce que je souhaite et sans doute quelques matériaux utiles pour mon voyage. Loin de moi l’idée de me brouiller avec les habitants de cette ville. »
 
Quelque part, ma prudence s’éveilla et avait presque envie de me dicter la plus haute prudence. Non pas pour ses rues qui pouvaient être aussi malfamées que partout ailleurs, mais pour cette Banshee si atypique qu’elle en paraissait presque trop gentille. Je n’en détestais que plus tous ses préjugés et ses images néfastes qu’on pouvait avoir d’une communauté à cause de certaines activités qu’on leur donnait en masse. A tord ou à raison. Bien que dans le cas de la dégradation de la condition humaine, c’était surtout à raison. J’avais tellement envie d’en savoir plus sur cette demoiselle.
 
Pour le moment, je préférai donc suivre mon instinct et mes intuitions : j’avais envie de lui faire confiance. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pu ressentir un sentiment aussi chaleureux. Dans un endroit pareil, il en était même décuplé.
 
« Je rentrerai ce soir en un seul morceau. Je te le promets. Pour le moment, je pense que je vais aller doucement me mettre à mes recherches. Avant que la nuit ne tombe. Nous pourrions peut-être discuter à nouveau à ce moment-là. Si tu le souhaites ? »


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING
Dolores Lorys
« La peur est un cri, la terreur est un murmure »
⌘ Messages : 36
⌘ Inscrit(e) le : 14/07/2015

⌘ Reroll : Vaan et Loghan

Fiche de Skills
◊ Classe: Compagnon
◊ Pouvoir: Aucun
◊ Malédiction:
La peur est un cri, la terreur est un murmure
MessageVen 11 Mar - 4:13


Qui aide qui au fait ?

feat Mist Redgrave


Dolores avait de grande difficulté. Elle ne pouvait pas dire oui ou non à Mist comme on le faisait à son enfant. Elle faisait comme elle le souhaitait et Dolores pouvait seulement la mettre en garde. Ce n’était pas interdit complètement, mais fortement déconseillé. Elle-même n’appréciait pas tant ces endroits, même si elle avait commencé à vivre avec. Bien sûr, on s’adapte. Elle le détestait mais jamais ne ferait quelque chose contre ça. C'est bien l’une des choses qu’on peut dire des êtres vivants : ils ont une capacité d’adaptation intéressante. Quand elle dit qu’elle déteste ça, elle parle du fait qu’elle trouvait ça triste que les gens perdent ainsi leur liberté et ainsi qu’ils ne sont plus joyeux. Dolores était toujours la même personne qu’avant, bien que cette vie était si loin dans sa mémoire. Humaine avant, elle n'a pas tant changé contrairement à ce que les gens ordinaires pouvaient penser. Même elle, au début, elle avait été surprise. Et simplement à force de vivre dans cette ville, elle s’était adaptée et était une habitante permanente de cet endroit. Et oui, elle appréciait cela.

Mist revint sur le château. Effectivement, il faisait un peu peur. Mais la peur n’était pas une raison parfaite pour dire de ne pas s’y rendre. Rien d’anormal ne s’y passait et pourtant, cela devait être l’apparence extérieure qui laissait croire cela. Dolores ne connaissait pas son Excellence, elle ne pouvait pas juger par elle-même. Juste des rumeurs et il faut bien savoir que les rumeurs ne sont pas toujours fiables…

« C’était un conseil, mais cela ne devrait pas être trop dangereux d’y aller si tu fais attention. »

Effectivement. Tout pouvait bien aller si elle faisait attention. Le tout n’était que des conseils et jamais elle n’allait lui obliger quelque chose. Même le marché, un lieu que la jeune aubergiste évitait car elle n’appréciait pas cela. Enfin, ce n’était pas parce que son peuple pratiquait ses activités qu'elle-même appréciait cela. Mist disait qu'elle suivrait ses recommandations, ce qui lui tira un sourire. De toutes les personnes qu’elle avait rencontrées, Mist était l’une des personnes les plus agréables. Dans les auberges, on voit de tout. Elle a vu des voyageurs, des gens de la ville… et de tout. Cette femme était très gentille. Et surtout très différente. Elle en cherchait pas plus loin que ce qu’elle disait ; ce serait impoli de se montrer trop curieuse.

« Tu y arriveras. Rien n’est interdit selon moi, mais les endroits que je t’ai nommés sont peut-être plus à risque que d’autres. Je ne suis pas inquiète. »

Elle resta assise et garda un léger sourire toujours en la regardant. Elle avait des objectifs et elle faisait tout pour faire en sorte qu’ils se réalisent. Dolores n’était pas comme cela : elle n'avait aucun désir profond. Bien sûr, rendre les gens heureux mais pour cela, elle n'avait pas à chercher. Elle n'avait qu’à être elle et n’être personne d’autres. Des fois, c’est plus difficile être une personne qu’on est qu’une personne qu’on n’est pas. C’était un apprentissage comme un autre. Un apprentissage avec soi-même simplement. Un beau sourire se forma sur ses lèvres lorsqu’elle lui expliqua qu’elle allait partir et qu’elle reviendrait. Elle proposa elle-même de discuter à nouveau à son retour, seulement si elle le souhaitait. C’était très gentil.

« Tu peux y aller et revenir quand tu le souhaiteras. Je souhaite t’avoir été un peu utile et que tu trouves ce que tu cherches. »

Elle se leva finalement. Elle pourrait continuer à faire ce qu'elle pouvait et retourner aider le patron. Mist allait chercher ce qu’elle souhaitait savoir ici. Espérons fortement qu'elle trouve tout ce qu’elle souhaitait, le plus possible avant la tombée de la nuit. La demande qu’elle avait faite était très surprenante : Dolores ne s’y attendait pas du tout. Non pas qu’elle ne voulait pas, au contraire car elle appréciait vraiment cette personne.

« Bien sûr que je le souhaite. Cela est plus pour toi, si tu souhaites te reposer. C’est important ça aussi. Concentres-toi sur ce que tu souhaites et au retour, tu jugeras et viendra me trouver. »

Lui imposer quelque chose ? Non jamais. Si elle avait envie, qu’elle le fasse et si elle préférait dormir ou toute autre activité, elle pouvait la faire. Dolores n’imposerait jamais rien à Mist, car elle savait bien qu’elle n’allait pas oublier. Pour le moment, elle devait calmer un peu sa voix. La suite de la soirée serait sûrement silencieuse.

« Bonne chance. »



© Codage By FreeSpirit
Mist Redgrave
« On n’échappe à rien, pas même à ses fuites. »
⌘ Messages : 96
⌘ Inscrit(e) le : 20/07/2015


Fiche de Skills
◊ Classe: Évocatrice
◊ Pouvoir: Vol - les ailes
◊ Malédiction:
On n’échappe à rien, pas même à ses fuites.
MessageSam 26 Mar - 17:55

A HERO IS SOMEBODY WHO IS SELFLESS, WHO IS GENEROUS IN SPIRIT, WHO JUST TRIES TO GIVE BACK AS MUCH AS POSSIBLE AND HELP PEOPLE. A HERO TO ME IS SOMEONE WHO SAVES PEOPLE AND WHO REALLY DEEPLY CARES.
Rentrer en un seul morceau, hein ? J’arrivais vraiment à croire en mes propres promesses ? Je parvenais à rester optimiste, bien qu’en réalité je restai craintive de ce qu’il pourrait bien m’arriver ici. Les mises en garde n’arrivant pas non plus à me rassurer, bien au contraire. Il y avait notamment celle concernant le château qui avait piqué ma curiosité en particulier. C’était un conseil, mais cela ne devrait pas être trop dangereux d’y aller si tu fais attention ; que voulait-elle dire par là ? A quoi devais-je donc faire attention ? Une fâcheuse impression de malaise commençait à m’envahir tout doucement, je n’aimais pas cela du tout. C’était comme si elle me cachait quelque chose ou peut-être souhaitait-elle ne pas médire sur les siens. Je préférai encore envisager cette solution, après tout elle ne semblait pas porter les us et coutumes de son peuple dans son cœur. Sans doute que le lien se situait par là. Il fallait continuer sur la confiance et ne pas se faire d’illusions inutiles.
 
« Oui bien sûr, ce n’est pas comme si je risquai de me faire capturer pour finir à l’arène n’est-ce pas ? Haha, même si cela ne m’avait pas empêcher de tenter une approche humoristique pour tout de même essayer d’en savoir plus. »
 
Allons bon, j’aurais tout le temps d’improviser le moment venu. En effet, tant que je restais sur mes gardes sans vendre mon attitude méfiante aux autres passants, je ne risquerais rien. Je pourrais toujours fuir, ce ne serait pas la première fois que ça m’arriverait. Le désert risquait juste de poser un petit problème. Je songeais, le plus sérieux du monde, à aller me renseigner sur les différents départs des caravanes pour les trois prochains jours. Ce serait de bonnes prévisions à prendre, au cas où. La question ne serait pas étrange si j’indiquais simplement que je ne savais pas quand prendrait fin ma visite ici.
 
« Tu peux y aller et revenir quand tu le souhaiteras. Je souhaite t’avoir été un peu utile et que tu trouves ce que tu cherches.
Oh bien sûr ! Tu m’as beaucoup aidé et non pas qu’un peu. J’apprécie le temps que tu as pris pour me répondre et t’en suis vraiment reconnaissante. Merci encore pour tout ça, je suis très touchée. »
 
Par réflexe, je m’inclinai durant quelques secondes pour marquer mon respect et ma reconnaissance. Ce qui me gêna l’instant suivant. J’ai décidément de bien étranges manies. Tant pis, faisons comme si rien ne venait de se passer.
 
Je remarquai alors que Dolores venait de se lever. Sans doute désirait-elle retourner à ses occupations, ce que je comprenais, espérant qu’elle ne se ferait pas sermonner par ma faute. Il était vrai que je l’avais retenu un sacré moment. Le fait qu’elle accepta de discuter à nouveau plus tard dans la soirée me fit plaisir, à un point que je n’avais pas connu depuis des lustres. C’était agréable et rassurant à la fois.
 
« Il me tarde de bavarder un peu à nouveau. Mon sommeil ne s’en trouvera pas perturbé, ne te fais pas de souci pour ça, j’aurai tout le loisir de dormir plus tard et je ne pense pas qu’une fouille au marché soit si exténuant que cela. Eh bien, je ne vais pas te retenir plus longtemps et je vais de ce pas me rendre en ville. J’espère, moi aussi, trouver ne serait-ce qu’une piste. Que la chance se montre un peu clémente avec moi en ce jour. »
 
Sauf qu’à ce moment-là, je ne savais pas encore ce qui allait me tomber sur la tête. Je présentais pourtant que le séjour à Lemuria allait être riche, mais pas à un point aussi élevé. Le cœur un peu plus léger, je me préparai donc à partir. Tout ce qui pouvait tout envoyer en l’air, c’était de retomber sur les goujats de tout à l’heure. Je les avais oublié ceux-là tiens, vu les énergumènes il y avait des chances qu’ils soient assez stupides pour attendre à la sortie de l’auberge. Allons, Mist, pas de pessimisme ! Tout allait bien se passer, pour une fois.
 
« Bonne chance.
Merci. »
 
Je lâchai un dernier sourire avant de quitter les lieux pour de bon. De la chance ne serait vraiment pas de trop, c’était bien la chose qu’il me fallait le plus. Sauf qu’elle me fuyait toujours, compte tenu de ce mystère qui me poursuivait depuis quelques mois. Quelle ironie.


CODE (c) MEI SUR APPLE SPRING

Qui aide qui au fait ? (— dolores)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Suhalla :: Lemuria-