Partagez | 

First step • tâter le terrain | ft. Shion & Keith

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
« Invité »
MessageLun 3 Aoû - 21:34


First step • tâter le terrain

Un soleil de plomb surplombait Mideel et ses alentours même malgré l'heure avancée de ce début de soirée. Multipliant les larges enjambées au pas de course, Andrea semblait trépigner intérieurement et furieusement à l'idée de la soirée qui s'annonçait. Cela faisait quelques jours déjà que Shion, princesse Lycane mais avant tout sœur de son meilleur ami Kanon et l'une des personnes lui étant le plus chère, l'avait mis à la sauce des dernière nouvelles de sa vie amoureuse tout en lui proposant de se voir histoire de décompresser un peu et de prendre des nouvelles. Il est vrai qu'avec son déménagement dans les quartiers de l'aérodrome Andrea n'avait plus beaucoup de temps à offrir à ses sortis extra-professionnelles. Plus les mois s'écoulaient et plus son oncle, qu'il secondait dans son armurerie, augmentaient sa charge de travail et aussi la complexité de cette dernière. Il ne fallait pas être une lumière pour comprendre que son oncle plaçait une peu plus d'espoir en son neveux chaque jour. Ce qui rendait Andrea à la fois fier mais aussi quelque peu incertain quant à ses aptitudes.

Mais là n'était pas la question, aujourd'hui la soirée sera placée sous le signe de la détente et des retrouvailles. De quoi décompresser un peu et pas question de parler travail et mésaventures. Ce soir Andrea voulait se consacrer entièrement à son amie et à ses quelques problèmes d'ordres sentimentaux. Déjà, il avait fallut peu de temps pour que Shion lui glisse quelques bribes de l'épisode des bains qui était survenu la vieille à peine du jour où elle lui avait proposé cette soirée. Malgré le fait qu'il soit profondément heureux de pouvoir partager à nouveau un peu de temps avec ses amis, Andrea n'était pas bien sur de comprendre les tenants et les aboutissants d'une telle invitation. En général, les plans saugrenus au détriment de Keith étaient le fruit de son imagination à lui, à lui et à Kanon évidement, cependant il était rare que Shion propose quoique ce soit de son propre chef. Fait qui avait accentué la curiosité d'Andrea, si on prenait aussi en compte le fait que ce qu'avait bien pu lui dire Shion sur l'histoire du bain avait sans aucun doute passé sous le crible de l'auto-censure. Il n'était pas question pour notre jeune lycan gamma de rester dans une telle situation avec autant de part d'ombres. Lui aussi, au même titre que la plupart des habitants de Myrrodin, avait une part commère en lui. Loin d'en avoir honte, monsieur l'assumait même remarquablement bien. Même si en général ce type d'affaire finissaient souvent par lui faire mettre un pieds dans les ennuis. Les plans farfelues et douteux, il en connaissait un rayon. Aujourd'hui ne serait qu'un épisode de plus à ajouter à la liste de ses méfaits accomplis, trop longue déjà. Il était hors de question qu'il passe à côté. Depuis le jour où il avait comprit qu'entre la princesse et son garde du corps attitré tout ne semblait pas uniquement platonique, Andrea ne cessait d'en rabâcher les oreilles de Kanon tout en n'hésitant pas le moins du monde à mettre la main à la pâte pour pousser les aléas de la Vie dans le sens qu'il voulait. A chaque fois que l'écart entre Shion et Keith diminuait, Andrea en tirait une excitation et surtout une joie aux frontières du malsain. Je n'espérais plus ! songea t-il tout en esquissant un léger sourire. Il accéléra le rythme.

Il avait été sombrement difficile pour lui de se concentrer et surtout de tenir en place ces derniers jours avec son impatience lui broyant l'estomac. Malgré toute cette histoire, et bien qu'il soit très heureux de pouvoir filer un coup de main à Shion, Andrea espérait surtout revoir ses amis au grand complet. Cela faisait un moment maintenant qu'il n'avait pas revu Kanon, et encore plus longtemps qu'il n'avait pas ne serait-ce qu'entraperçue la mine éternellement renfrognée de Keith. La dernière fois qu'il avait parlé à Shion, il était tombé sur elle parfaitement au hasard alors qu'il allait rendre visite à Kanon... non décidément, il était temps de changer les choses. Et si cela pouvait lui permettre de taquiner Keith au passage, notre jeune homme ne pouvait pas ne pas sauter sur l'occasion. Il régnait entre eux une vraie histoire d'amitié vache, mais Andrea y était très attaché. Presque qu'autant que sa loyauté envers la princesse.

Ralentissant brusquement devant l'imposante entrée donnant sur les jardins de la Tanière, Andrea se laissa le temps d’ausculter les environs tout en s'épongeant rapidement le front avec un pans froissé de sa chemise. Sa course effrénée avait perlé son visage et sa nuque d'une brûlante sueur. Andrea n'avait même pas eu le temps de passer chez lui pour enfiler autre chose que sa blouse de travail. Lorsque son oncle, excédé de le voir trépigner dans son coin comme un lion en cage, avait décidé de le laisser filer Andrea n'avait pas hésité une seule se seconde. C'est à peine s'il avait prit le temps de ranger ses ustensiles et son tablier avant de se lancer dans sa course. Tout me semble prodigieusement calme ce soir. Saluant comme à l'accoutumé les gardes prostrés à l'entrée de la résidence de la Tanière, notre jeune lycan se dirigea directement vers la coure et les espaces verdoyants englobant cette dernière. Il lui fallut que peu de temps pour que son regard se pose sur la silhouette agréable et longiligne de son amie. Cette dernière, immobile un peu plus loin, semblait toute appliquée à sa contemplation de la nature avoisinante - fait hautement ironique quant on la sait non-voyante. Aussi Andrea se décida à lui faire une petite farce et, esquissant le plus charmant des sourires, il se dirigea alors à pas feutré vers Shion. Puis, arrivant à sa hauteur, il ne pu s'empêcher de lui glisser quelques mots à l'oreille sur le ton de la confidence.

« — Salut toi. »

Il espérait que son entrée surprise avait réussit à déstabiliser ne serait-ce qu'un peu son amie. Puis, avec douceur, sa main alla épouser le galbe de l'épaule de celle-ci comme pour la rassurer et lui faire comprendre qu'il était bien là, qu'elle ne rêvait pas.

« — Comment tu vas ? Il marqua une courte pose, remarquant l'absence du garde du corps. Qu'as-tu fait de ton berger allemand ? Keith n'est pas là ? »

Surement que Shion l'avait suppliée de lui rendre service ou d'aller lui chercher un remontant. Le sourire d'Andrea s'élargit alors et il esquissa un clin d’œil bien inutile en vue des circonstances mais pourtant chargé de sous-entendus passés sous trappe, dans la direction de son amie.

« — Alors ma belle, tout va comme tu veux ? Est-ce-que tes petites histoires de cœur progressent depuis la dernière fois ? Marquant à nouveau un court silence, Andrea se mordit la lèvre inférieure avant de reprendre plus sérieusement : Et comment va ton frère ? Ça fait un moment que je ne l'ai pas vu. Impossible de lui mettre le grappin dessus... »

Andrea n'aimait pas montrer ses failles, mais il fallait bien avouer que ces derniers temps il se faisait pas mal de soucis pour son meilleur ami. Aussi espérait t-il que Shion sauvait le rassurer ne serait-ce qu'un peu sur le sujet.
L. Shion Lovecraft
« Blind fluffy princess »
⌘ Messages : 369
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Lælia, Selena, Castiel & Lullah

Fiche de Skills
◊ Classe: Invokeur (Oracle)
◊ Pouvoir: Aura d'Apaisement
◊ Malédiction:
Blind fluffy princess
MessageSam 8 Aoû - 1:45


Every one is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody



Quelle histoire mais quelle histoire ! Ou plutôt quelle belle connerie encore une fois. C’était une boucle interminable où la fuite finissait toujours par prendre le pas sur les sentiments et cette fois la pauvre princesse avait fini par claquer la porte... comme une gamine. Car voyez-vous, même si elle fait le mou et boude son cher et tendre, la pauvre enfant est incapable de tenir plus d’une demi-journée et encore ça fait déjà bien long. Cette fois, elle ne s’était même pas attendue à entendre la voix de son ainé après cette scène burlesque et elle était bien étonnée de le trouver de l’autre coté de la porte. Elle avait osé espérer qu’il n’avait rien remarqué, puisqu’il avait tout de même eu la décence de patienter un peu avant d’aller y mettre son nez, mais devant l’absence du loup de garde il était évident qu’il allait rapidement flairer quelque chose.
    « Qu’est ce que vous avez encore fichu tous les deux ? »
Ah. Il faisait toujours autant preuve de tact quand il le fallait celui-là. La pauvre Shion avait sans aucune doute pris une jolie couleur de tomate mûre vue le pouffement de rire dont fût pris son frère alors qu’elle n’avait pas réussi à prononcer un seul mot. Non, tout ce qu’elle réussit finalement à faire c’était à baragouiner quelques demi-mots, certainement protestataires avant de rétorquer que cela n’était pas ses oignons. Ce après quoi, elle ne reçu que le doux sobriquet « d’andouille pas douée » à l’instar de « l’autre gamin ». IL AVAIT REMARQUÉ ! Pourtant la jeune fille se confiait facilement sur ses problèmes mais celui-ci était bien trop frais et... particulier pour que cela soit aussi naturel à placer dans une conversation. Ce n’est qu’après quelques jours, alors qu’Andrea avait pointé le bout de son nez, que le problème pu enfin être amené sur la table. Enfin... le gros du problème, juste que Keith avait encore eu un souci avec cette fichue hiérarchie et que cette fois c’était passé dans les bains. Elle avait d’ailleurs eu un peu de mal à donner ce détail là, justifiant la nuit de cauchemars et la peur d’être toute seule et surtout parce que « Je ne peux rien voir de toute façon... ». Esquivant toutes remarques lubriques et pleines de sous-entendus en faisant mine de ne rien entendre.
 
Dépitée par sa situation, elle avait finalement demandé de l’aide pour enfin faire entrer dans le crâne de Keith que la hiérarchie n’était pas importante et qu’elle ne la trouvait utile qu’à une certaine mesure mais certainement pas en ce qui concerne les histoires de couette partagée. Et voilà que Shion en vient à participer à l’élaboration d’un plan foireux avec « les maîtres en la matière », comme elle dénomme les deux comparses. Ou plus précisément avec Andrea seulement, Kanon ayant eu quelques obligations ailleurs et trouvant bien plus drôle de laisser le beau rôle à son meilleur ami. Pour ne pas éveiller les soupçons qu’il disait. Le traitre !
 

Dire qu’il suffirait juste de parler de Dame Elincia...
Quelle bande de pas-doués...
Tous autant qu’ils sont !
    « Salut toi. »
J’avais bien entendu des pas arriver vers moi mais entendre ce souffle dans mon oreille ne m’avait pas empêcher de sursauter légèrement. J’étais certainement un peu tendue pour maîtriser aussi mal mon environnement, cela ne me ressemblait guère mais je dois avouer que c’était bien la première fois que j’expérimentais un plan pareil. Tout comme je dois dire que je culpabilisais légèrement d’avoir à demander un service pareil à un ami. Quand bien même il m’assurait que cela lui faisait plaisir de me venir en aide.
    « Ah mon oreille ça chatouille ! » Je fis mine de lui faire les gros yeux mais ne parvint pas à être sérieuse le moins du monde. « Coucou, tu arrives de ton travail ? Tu as passé une bonne journée ? »
Monter un plan foireux ne signifiait pas qu’on ne pouvait pas prendre des nouvelles de ses amis et encore moins prendre soin d’eux, il était déjà assez rare que je puisse avoir Andrea pour moi toute seule. Parce que Kanon il est pas gentil il partage pas ! Je mis quelques secondes à faire le lien entre le berger allemand et Keith et en fixai Andrea avec de grands yeux ronds avant d’éclater de rire. Je devrais pourtant avoir l’habitude de le voir affubler de surnoms douteux, le pauvre.
    « Tu es vilain, Keith ne ressemble pas tant que ça à un chien de garde... non ? » Voila que j’en venais à douter moi-même ! Ça fait une dizaine d’années que cela dure et pourtant je me refuse à voir l’évidence en face. Pourtant je sais très bien que ça va se montrer les crocs dès qu’il vont se voir tous les deux... « J’ai filé dans son dos... Je suis coupable, j’avoue. » On peut le dire, j’étais peu fière de cette vilaine farce et pourtant j’avais vraiment envie de le voir me chercher et soupirer de soulagement en me trouvant dans le jardin avant de remarquer que je n’étais pas toute seule. « Il n’y a plus qu’à espérer qu’il ne se fâche pas trop mais je ne sais pas ce qui m’a prise d’un coup, j’ai remarqué que nous passions près de la porte des jardins alors j’ai profité d’un moment d’inattention en renversant un vase pour m’éclipser... Je me suis dit que s’il comprenait ce que ça lui faisait quand je n’étais pas là, ça devrait lui donner une illumination ou quelque chose dans le genre... Mais je crois que je suis un peu stupide et un peu trop fleur bleue sur ce coup-là... Enfin au moins je suis là un peu en avance. »
J’aurais posséder mes attributs lupins, j’aurais sans aucun doute aplatie mes oreilles de honte. Quand on disait que l’amour rendait stupide parfois. Mon frère rirait bien de moi. En parlant du loup, je me doutais que ce pauvre Andrea chercherait à prendre des nouvelles de cet ingrat en plus des miennes.
    « En dehors de mes quelques... comment dire... petits problèmes de fille, tout va pour le mieux, c’est la routine avec l’entrainement mais je suis vraiment fière des progrès que j’ai pu faire, je suis heureuse d’avoir un maître aussi gentil. Un jour je prendrais le temps de te montrer un ou deux Espers si tu veux ! » Si j’étais fière de mes Chimères ? Vous n’avez pas idées. Qu’est ce que je pouvais regretter la consommation d’énergie que cela me demandait par contre. « Kanon va très bien aussi, il prend très à cœur l’apprentissage de ses futures obligations et passe donc beaucoup de temps avec père s’il ne part pas dans les autres villes pour faire connaissance avec nos voisins et ce genre de trucs que je ne comprends même pas... Par contre c’est pas commode quand ces deux mâles commencent à avoir quelques désaccords, maman doit toujours aller leur tirer les oreilles pour qu’ils se montrent raisonnables. Ahahaha ! C’est toujours elle qui gagne au final et ça c’est très drôle. Mais que ce bougre d’âne ne pense même pas à te laisser une lettre ou un petit mot... j’irais lui échauffer les oreilles de se montrer aussi fainéant de la plume. Quel ingrat, je te jure... Mais je t’assure qu’il ne le fait pas exprès, je suis certaine qu’il aurait donné pas mal de choses juste pour participer à notre petit plan. »
Un soupire désappointé s’échappe de mes lèvres. Sans réfléchir je m’approche un peu d’Andrea pour venir l’enlacer de la manière la plus fraternelle qui soit, montrant toute ma gratitude à son égard.
    « Merci de prendre un peu de temps pour m’aider. Je suis tellement perdue et si peu douée. »


©codage par loveless ; image provenant de tumblr


    Aaaaaaah finalement l'orage est passé à coté... j'ai pu finir AMEEEEEEN !
    J'imagine beaucoup Keith arriver juste là où je fini......... (pardon)(je vous n'aime ♥)


Dernière édition par L. Shion Lovecraft le Jeu 5 Nov - 12:20, édité 1 fois
Keith V. Campbell
« Garde du corps très rapproché »
⌘ Messages : 92
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Adrian ♠ Hilda ♠ Senka ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Druide
◊ Pouvoir: Contrôle du Flux Sanguin
◊ Malédiction:
Garde du corps très rapproché
MessageVen 4 Sep - 16:58


Don't touch. She's mine.


« Bon sang mais où a-t-elle pu aller ? Il ne m’a suffit que de quelques secondes d’inattention et la voilà qui s’est volatilisée je ne sais où. Je vais finir par croire que Shion a fait exprès de renverser ce vase pour en profiter et aller se cacher. Quand je réfléchis à cette hypothèse, je finis même par me dire que ça en serait très logique la connaissant. Je lâche un soupir las, me dirigeant vers cette zone extrêmement vaste : les jardins. Peut-être est-elle tout simplement partie se réfugier à l’extérieur ? Je doute sincèrement qu’elle souhaite jouer à cache-cache mais je n’ai pas d’autres choix que de la retrouver au risque de me prendre une remarque du fraternel encore quelque peu ironique. Du moins ça, c’est l’excuse que je dessine. Ca serait plus juste de dire que je souhaite tout simplement m’assurer qu’elle va bien... C’est affreux de me rendre compte que depuis cet incident, savoir Shion loin de moi m’effraie réellement. Comme si j’avais cette peur qu’elle puisse me fuir...

Cette situation se serait produite il y a quelques semaines, j’aurais probablement cessé de la chercher, sachant que la petite princesse serait surtout entrain de jouer avec mes nerfs en faisant une crise de caprices comme je les lui connais. Mais là, tout est différent. Cette situation, c’est moi qui l’ai provoqué... Ce beau matin là, lors de notre bain commun. Mes joues se teintent subitement rien qu’en imaginant cette scène de nouveau. Vous parlez d’une histoire. Ca n’aurait jamais du se passer comme ça. Je ne comprends toujours pas ce qu’il m’a pris d’aller aussi loin dans ce jeu dangereux. Et le pire dans tout ça c’est que, comme si avoir blessé ma protégée ne suffisait pas, son frère nous a surpris... Et celle-là, je m’en serais bien passé.

« Pauvre, pauvre garçon. Voilà qu’une gente demoiselle s’ouvre à toi, se montre d’accord pour passer à l’étape supérieure et toi, tu fuis la queue entre les jambes. Que c’est triste. Ma pauvre sœur s'est entichée d'un chiot sans baloches... »

Ces mots me balaient encore et toujours l’esprit. J’aurais pu étrangler silencieusement Kanon pour ça. Mais impossible de dire quoi que ce soit de contraignant à un descendant Alpha. Et ce bougre le sait, il en joue parfaitement bien. Il sait bien... étaler ce « souci » que nous avons elle et moi. Enfin... surtout moi à vrai dire. Malgré les jours écoulés, les « tensions » sont toujours là. Shion m’en veut... Il n’est pas difficile de penser qu’elle cherche à me faire culpabiliser par tous les moyens possibles. Pourtant, à y réfléchir, je ne regrette pas. J’aurais souhaité aller jusqu’au bout et enfin lui avouer silencieusement ce qu’elle veut entendre par dessus tout. Je m’en veux de cette situation. Je m’en suis toujours voulu. L’accord est tacite de tous les côtés. Je n’ai aucune barrière si ce n’est celle de la hiérarchie. C’est peut-être facile de l’autre côté de dire qu’il suffit de franchir le pas. Mais ils ne sont pas à ma place. Je n’y arrive pas...

Je secoue vivement la tête pour chasser toutes ces images me rappelant une faiblesse radicale. Il faut que je retrouve ma lycane maintenant. Ca fait maintenant bien de longues minutes interminables depuis qu’elle m’a échappé et je ne sais toujours pas où elle est. Elle n’a pourtant pas pu aller bien loin. Mais de ce que je peux apercevoir des jardins, je ne la croise toujours pas. J’en suis d’ailleurs plutôt surpris. Je connais la jeune Alpha depuis toujours et quand elle se renfrogne, si elle ne court pas dans sa chambre, elle part à l’air libre. Si ma vue me fait défaut, alors je commence à faire appel à mes sens plus appuyés de ma race tout en continuant d’avancer. La détermination me gagne. Je dois la retrouver même si je sais que sa petite bouille de princesse déçue me fera face. Mais je préfère ça que de ne plus la voir...

Quelques bruits paraissant des murmures se font enfin entendre. Mais au lieu de me réjouir, j’affiche un visage neutre, voire peu amusé. Ce n’est pas la voix de Shion que j’entends mais celle de quelqu’un d’autre. Un homme. ... Un homme ? Qui ? Je ne la reconnais pas dans l’immédiat. Mais ce que je peux affirmer, c’est qu’il ne s’agit ni du père Alpha, ni de Kanon. Ah. Ca fait à peine un tour dans mon cerveau que me voilà pressant le pas pour rejoindre cette future zone de turbulence qui s’annonce. Oui. Une zone de turbulence car très peu de temps après, le timbre de ma protégée se fait enfin entendre. Elle est là. Mais pas seule. Mon cœur semble louper un battement. M’aurait-elle donc échappé volontairement pour retrouver quelqu’un d’autre ? Qui ? C’est impossible. Pas en si peu de temps. Il n’y a personne à la Tanière qui aurait pu... Et puis je m’en serai douté. J’aurais perçu quelque chose. Me fuyait-elle vraiment... ?

« Merci de prendre un peu de temps pour m’aider. Je suis tellement perdue et si peu douée. »

Cette phrase aurait du éveiller mes soupçons. J’aurais du penser que ce n’était pas ce que je pense mais ce qui me fait face détruit toute possibilité de réflexion. Pourtant d’une nature calme et pensive, les sentiments sont trop chamboulés pour que je fasse usage de ma nature sans aucune faille. D’abord soulagé d’avoir pu retrouver Shion, mon enthousiasme s’efface bien vite quand je la vois se jeter dans les bras ce celui que je finis par reconnaitre sans aucune peine. J’aurais bien préféré voir le fraternel Alpha dans ses conditions. Mes traits se tordent sous la jalousie et mon regard devient aussi noir que le jais. Je laisse échapper un raclement de gorge exagéré pour me manifester. A se demander même si j’en avais réellement besoin. Ce n’est pas comme si ces deux-là n’avaient pas la possibilité d’entendre à merveille. Surtout ma protégée. Ils savent que je suis arrivé probablement depuis quelques minutes déjà. Je croise les bras, frustré. Déçu. Silencieusement effrayé face à cette grossière erreur que j’ai commise il y a quelques jours.

« On dirait que j’arrive au mauvais moment. J’espère que je vous dérange. »

Il me prend la furieuse envie d’arracher Shion à cette étreinte mais je ne bouge pas. Je reste là, les bras croisés, fixant les deux lycans d’un regard vif et au bord de l’agression. Il manquerait plus que j’ouvre la bouche pour sortir des crocs certes non lupins mais assez persuasifs quand on me connait bien. Mais je n’oublie pas que j’ai en face de moi un bon placé. Je suis toujours en bas de l’échelle.

« C’était agréable au moins ? »



©codage par loveless
Invité
« Invité »
MessageVen 30 Oct - 22:25


First step • tâter le terrain



« — On dirait que j’arrive au mauvais moment. J’espère que je vous dérange. »

Un large sourire clairement effronté vint étirer mes lèvres purpurines avec malice. Cela faisait un bon moment maintenant que je n'avais plus eu l'occasion d'entendre la tendre voix langoureuse de l'intrépide Keith Campbell. A en croire l'intonation qu'il venait d'utiliser, tout portait présentement à croire que j'avais une nouvelle fois réussis avec brio la requête pour laquelle notre princesse préférée avait fait appelle à mes services. Depuis le temps que nous nous acharnions tous deux à la tâche, j'estimais que le résultat était peu productif. J'avais osé espérer qu'une altercation plus costaude aurait lieu ; mais c'était sans compter le self contrôle dont réussissait à faire preuve le téméraire Keith d'une situation à l'autre. « c'est qu'il mordrait presque, le bougre... » Ne pus-je me retenir de susurrer à l'oreille de ma nouvelle dulcinée - qui n'était en réalité pas vraiment mienne ceci dit - tout en ravalant maladroitement un éclat de rire. C'était presque trop facile. Nous n'avions pas grand chose à faire puisque Keith, doublé de son naturel angoissé, se débrouillait très bien tout seul pour mettre en place milles et une hypothèses toutes aussi farfelues les unes que les autres et finissant irrémédiablement par le faire douter et par le mettre sur les nerfs. Il nous mâchait le travail et à ce rythme je ne doutais plus de voir ses farouches remparts psychiques voler en éclat. Le petit jeu de séduction auquel s'adonnait Shion à chaque fois qu'elle en avait l'occasion finira tôt ou tard par porter ses fruits. Il suffisait juste de lui filer un petit coup de pouce au démarrage et le reste ne serait qu'une question d'hormones et d'incitation. Je leur donnaient deux, trois mois grand maximum, avant de finir par se sauter dessus dans la pire représentation de la débauche possible. Rien que cette possibilité faisait redoubler mon entrain pour mon rôle de "trouble-fête".

Desserrant légèrement l'étreinte qu'imposaient mes bras tout autour du buste gracile de Shion, je me permis enfin de relever les yeux vers notre nouvel interlocuteur comme pour mieux le provoquer encore.

« — C’était agréable au moins ?
Plus que tu ne peux l'imaginer, m'entendis-je répondre du tac-au-tac. »

Insolant jusqu'au bous, mais pas pour autant déraisonnable ; je me décidais finalement à m'éloigner de Shion tout en esquissant un pas en arrière comme pour hisser le drapeau blanc de la paix entre Keith et moi. Avec mon passé lourd en turbulences je savais mieux que quiconque qu'il valait mieux ne pas trop titiller les nerfs d'un lycan - tout rang hiérarchique confondu. Sinon quoi, vous risquiez fortement d'être surprit par les ressources de certains. Toute bonne chose a une fin, dit-on. Mais rien ne nous empêche de garder les braises au chaud pour autant. Aussi je ne pu retenir une pique quelque peu banale à outrepasser ma pensée. Je préférais encore noyer le poisson en déviant les pensées de Keith vers un sujet autre que ma petite étreinte avec Shion ; plutôt que de vraiment risquer l'accrochage physique.

« — Et que faisais-tu, exac-te-ment, pendant que notre princesse bien aimée était livrée à elle-même dans ces si vastes jardins ? »

Spoiler:
 
L. Shion Lovecraft
« Blind fluffy princess »
⌘ Messages : 369
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Lælia, Selena, Castiel & Lullah

Fiche de Skills
◊ Classe: Invokeur (Oracle)
◊ Pouvoir: Aura d'Apaisement
◊ Malédiction:
Blind fluffy princess
MessageJeu 5 Nov - 12:25


Every one is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody



Je jure sur l’honneur de la Grande Tyaliéva que je n’avais pas entendu Keith avant que je n’enlace Andrea. Pas vraiment. Enfin. J’avais bien entendu quelques pas mais j’étais bien trop absorbée par ma discussion pour m’attaquer à deux fronts différents, ce n’est qu’après avoir terminé la parlotte pour l’affection que j’avais reconnu aussitôt la démarche de mon garde du corps. Sur le coup je ne bouge pas d’un poil, j’hésite entre être surprise ou juste profiter de ce timing plutôt parfait, mais ce serait aucun doute un peu de deux. Après tout, c’était là tout le but de la manœuvre et je dois bien avouer que la manière dont Keith avait terminé sa phrase pour « dire bonjour » m’avait beaucoup amusé. N’allez pas croire qu’il s’agit là de juste jouer avec la jalousie, enfin… c’est un petit peu plus complexe que cela. Quand on se retrouve dans une situation aussi compliquée, on peut dire que c’est à la fois rassurant et flatteur.
 
Cela dit, je ne ricane pas explicitement, même si la situation m’amuse, pendant que ces deux-là se mordre le museau. Malgré tout, je prie quand même intérieurement les Dieux que les choses ne dérapent pas dans le mauvais sens. Bien que je fais entièrement confiance en Andrea pour gérer la situation. Je me chargerai déjà de taquiner cet empoté d’Oméga quand il aura moins les nerfs en pelote, tout en le rassurant en même temps. Ah quel misère, je suis sûre que c’est moins compliqué chez les humains avec juste une noblesse et le peuple. J’imagine.
    « C’était agréable au moins ? »
    « Plus que tu ne peux l'imaginer. »
    « Les embrassades amicales mettent toujours du baume au cœur. Bien que j’avoue que celles avec la bonne personne ne sont pas vraiment comparables. »
Histoire de ne pas faire passer ça pour un reste de rancune, je lui dire éhontément la langue comme une gamine. C’était peut-être un peu risqué vu la situation et son ressenti, bien que je sois certaine qu’il comprenne le sens de cette phrase et… bon, certes, j’avoue, je lui en veux encore un chouilli chouilla pour ce qu’il s’est passé dans la salle de bain. J’y peux rien, c’est légitime ! Même les Dieux approuveraient, ceci n’est pas un argument en carton, juré, même si mon père lui prouverait que si. Je m’égare dans ma tête je crois.
    « Et que faisais-tu, exac-te-ment, pendant que notre princesse bien aimée était livrée à elle-même dans ces si vastes jardins ? »
Ah ! Voilà un sujet qui me remet rapidement les idées en place. Dans les faits, c’est bien le sujet qui aura la chance de me faire culpabiliser, un peu, après tout la façon dont j’avais profité de ce moment d’égarement pour me tirer en douce n’était pas jolie, jolie. Sauf que ce n’est qu’en discutant avec Andrea à mon arrivée que je m’étais rendu compte que ça aurait pu avoir un effet un peu plus violent que celui que j’escomptais à la base. Surtout, qu’il faut bien le reconnaitre, ce n’est pas comme si ces petites failles étaient courantes, bien au contraire. J’avais joué sur une faiblesse, issue d’un « mauvais moment », et j’étais un peu honteuse de ça. Et le pire dans cette histoire, c’est que je n’ai trouvé qu’à tourner le visage dans le sens contraire à l’origine des deux voix masculines, avec, très certainement, un air de c’est pas moi sur le visage.
    « J’ai suivi un papillon et je me suis perdue je crois… je ne savais pas que c’était si dangereux les papillons. »
Oui, cette fois j’assume parfaitement cette excuse à deux orins.
 
Avouez qu’elle est presque drôle.
Si, c’est vrai ! Je vous pouet.


©codage par loveless ; image provenant de tumblr


    Nah c'était très bien, on peut faire plus court aussi, c'est pas ça qui va poser soucis, pas du tout :3
    Moi je me suis laissée un peu emportée je crois... /paf
Keith V. Campbell
« Garde du corps très rapproché »
⌘ Messages : 92
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Adrian ♠ Hilda ♠ Senka ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Druide
◊ Pouvoir: Contrôle du Flux Sanguin
◊ Malédiction:
Garde du corps très rapproché
MessageMar 5 Jan - 22:43


Don't touch. She's mine.


« Malgré ma volonté encore forte de ne pas céder à ce que je pense de l’irrespect envers le royauté, je ne peux pas empêcher la jalousie de me gagner quand ma protégée se retrouve bien trop proche d’un autre que moi. Je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de « tester » mes limites quant à ce défaut parfois handicapant mais là, la situation se prête malheureusement bien de trop à cet exercice qui s’avère difficile pour ma patience. Le souci est que le moindre faux pas de ma part peut s’avérer dangereux, ma position ne me permettant aucune rébellion. Pourtant, je n’hésite pas à garder ce regard si parlant et je laisse même un soupir significatif s’échapper d’entre mes lèvres quand je constate que la proximité d’Andrea et de Shion est  bien trop alarmante à mon goût. J’aurais préféré que mes premières paroles le fasse lâcher prise bien plus rapidement mais au lieu de ça, ses lèvres restent bien trop près des oreilles de ma lycane qui, de toute évidence, ne semble pas refuser cette approche qui ne me convient pas. Mais alors... Pas du tout. Sans compter cette réponse sans tact et naturelle de la part du Gamma qui ne manque pas une occasion de rajouter de l’huile sur le feu. Je m’apprête à répondre mais...

« Les embrassades amicales mettent toujours du baume au cœur. Bien que j’avoue que celles avec la bonne personne ne sont pas vraiment comparables. »

Bien que plus concentré sur le jeune lycan, mes pupilles roulent doucement vers Shion à ces mots. Même s’ils se veulent rassurants en soi et que sa mimique puérile se charge d’alléger la situation, je lui en veux. Je ne suis pas en état de réfléchir et si ça se trouve, il y a une explication rationnelle à tout ça. Mais je suis bien trop envahi par la colère pour que je ne m’attarde à chercher quoi que ce soit de logique. Je lui en veux stupidement, sûrement. Ce n’est pas comme si cette princesse que je connais depuis mon plus jeune âge et qui partage des intimités en ma compagnie, n’est pas au courant de mes sentiments. En plus de s’être joué de moi sur un instant d’inattention, elle fait l’innocente en alimentant ma jalousie car elle ne bronche pas et accepte sans aucune gêne une présence qui tente à se montrer rassurante. Comment peut-elle s’amuser à me placer dans une situation si délicate alors qu’elle sait que ma faiblesse tient du respect ? M’en veut-elle à ce point de ce qu’il s’est passé dans ce bain ? Au point de remuer le couteau dans la plaie... ? Alors que je ne fais que respecter la hiérarchie et ma place au sein de celle-ci...

« Et que faisais-tu, exac-te-ment, pendant que notre princesse bien aimée était livrée à elle-même dans ces si vastes jardins ? »

Je décroise les bras brusquement sous cette annonce très peu plaisante pour mes oreilles. De nature plutôt calme, j’ai bien du mal à contenir ma colère face à une telle provocation. Si je n’avais pas eu en face de moi une tête remarquable pour les héritiers de la famille royale, j’aurais bien montré les crocs sans hésiter. C’est donc ça ? Shion serait donc venue délibérément chercher une épaule plus charitable et plus... sûre ? Remettant en cause mon « travail » ? Je ne sais pas contre qui étendre ma véhémence. A qui je dois en vouloir. Si on se fiche de moi ou pas. J’évite pourtant consciemment Shion car au fond de moi, je ne souhaite pas que ça tourne au drame. Surtout avec elle... Alors c’est avec une froideur sans précédent que je réponds à l’ami des frères Alphas.

« Livrée à elle-même ? C’est moi où tu essaies de me tenir responsable d’une erreur que je n’ai pas commise ? »

Une réponse complètement à l’opposé de ce que j’aurais du dire normalement. J’aurais du culpabiliser d’avoir laissé Shion m’échapper. J’avoue m’être inquiété. Mais de constater que ma présence n’était pas forcément voulue lors de cet incident d’une manière si brusque me donne juste envie de tout de même déposer la faute sur la réelle concernée. Pourtant, ce regard vide qui nous fuit et cette excuse complètement impossible à croire qui émane d’entre ses lèvres me calment dans mon élan et une soudaine prise de conscience me fait étrangement ravaler mes paroles. Pour que ma protégée décide de jouer avec mes nerfs en guise de vengeance... Est-ce que mon comportement l'a réellement blessé... ? Foutue conscience morale. Comme si je le faisais exprès. Ne comprend-elle donc pas que je ne suis que la victime d’une bonne conduite ? Je finis par détourner mon regard assassin d’Andrea pour le poser à nouveau sur Shion, sans réellement la regarder, perdu dans mes réflexions soudaines. Et bien que mes iris soient posés sur elle, aucune parole ne lui est adressée. Mais le ton ne trompe pas et sans aucun doute que la jeune lycane saura comprendre les quelques regrets qui peuvent se manifester implicitement.

« J’étais là, avec elle, si tu veux savoir ce que je faisais. Mais il faut croire que ça ne devait pas convenir à... notre princesse. Apparemment, il y en a qui semble être plus apte à satisfaire ses besoins. »

Ce sont tout de même des mots violents. Je suppose que Shion le prendra mal. Ou pas. Je n'en sais rien. Je dois bien réaliser que je suis complètement sous l'emprise de la jalousie et que si je m'attarde ne serait-ce qu'une seconde de plus, les choses risquent bien de dégénérer. Autant envers Andrea que Shion. Ça ne peut pas tourner comme ça...

« Et bien soit. Si c'est le cas, encore navré de vous avoir dérangé. Amusez-vous bien, en espérant que le remplaçant soit plus adéquat à la situation. »

Et c'est sans rajouter quoi que ce soit que je détourne le pas pour repartir. Je rajoute sûrement de l'huile sur le feu. Mais je ne peux pas rester ici au risque de finalement dégrader la situation encore plus. Mais quand on y réfléchit bien, c'est déjà un gouffre qui se creuse encore plus profond avec deux comportements aussi idiots. Quelle poisse...



©codage par loveless
L. Shion Lovecraft
« Blind fluffy princess »
⌘ Messages : 369
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Lælia, Selena, Castiel & Lullah

Fiche de Skills
◊ Classe: Invokeur (Oracle)
◊ Pouvoir: Aura d'Apaisement
◊ Malédiction:
Blind fluffy princess
MessageMar 19 Avr - 19:12


Every one is a moon, and has a dark side which he never shows to anybody



L’humour n’est pas le remède de tous les maux et il ne suffit pas à atténuer des mots prononcés un peu durement sur un sujet sensible. Connaissant Keith, j’aurais dû me douter qu’il prendrait la mouche au premier degré, certains sujets le rendant particulièrement susceptible. « Livrée à elle-même ? C’est moi où tu essaies de me tenir responsable d’une erreur que je n’ai pas commise ? » Pourquoi n’avais-je pas essayé de rattraper les paroles d’Andrea avec plus de justesse ? Ce plan m’avait paru sans failles, mon pauvre loup connait mon frère et son meilleur ami, il a l’habitude d’être charrier par ses deux-là. Pourquoi ? Mais pourquoi donc ?  Serait-ce de la jalousie ? À ce point ?
 
J’écoute les mots suivants sans prononcer un seul mot, j’ai l’impression qu’on est en train de me planter des poignards dans le corps. Sans pouvoir voir un seul trait de leur visage à tous les deux, je sens à la froideur de l’échange que c’est loin d’être une partie de plaisir. Sauf, qu’en fait, je ne peux entendre que la colère provenant de la voir de mon garde du corps. Andrea ne parle plus, lui non plus. Il m’est impossible de savoir si son visage blêmit, reste neutre ou se moque moqueur pour jeter encore un peu d’huile sur le feu. Non, je ne pense pas qu’il serait capable de faire ça... Alors pourquoi Keith ne se calme pas ? Mes doigts agrippent fermement le tissu de ma robe pendant que je reste coïte, sans oser bouger.
 
Quelle lâche.
Quelle idiote.
    « Arrête… »
C’est comme si toutes mes formes m’avaient abandonnées sur le moment. J’aurai voulu hurler, les gifler, pleurer, me lever la première ou n’importe quoi d’autres. Rien. Pourquoi Andrea ne réagissait-il pas pour dissiper le malentendu ? Je me sens même incapable de définir si les secondes qui passent en sont bien ou s’il s’agit plutôt de minutes, d’heures... Ahaha, suis-je stupide, ce ne peut être des heures pourtant, c’est bien évident. C’est si... pesant. Les larmes qui ne franchissent pas le pas en deviennent douloureuses et mon cœur me fait si mal que je voudrais me l’arracher. En tout honnêteté, je préférerai encore avoir un cauchemar de pleine lune que vivre cette angoisse éveillée.
    « Et bien soit. Si c'est le cas, encore navré de vous avoir dérangé. Amusez-vous bien, en espérant que le remplaçant soit plus adéquat à la situation. »
Ce que j’entends ensuite et la pire chose que j’ai pu vivre. Ces pas qui s’éloignent sonnent comme un tocsin des plus malsains. Allez lève-toi et cours ! Bouge ton derrière et fais quelque chose ! N’importe quoi, mais fais le enfin ! Non, c’est définitivement trop demander à ses jambes et il a certainement déjà eu le temps de franchir le seuil de la porte pour s’engouffrer dans le couloir.
    « Keith tu n’es qu’un empoté pas dégourdi ! »
Enfin ! Enfin, je parviens à me redresser sur mes jambes, laissant derrière moi l’ami de mon grand-frère afin de poursuivre cette andouille dont mon cœur s’est épris. Heureusement que je connais cet endroit comme ma poche, ça m’évite de me prendre tous les obstacles qui se dressent sur mon chemin, même si parfois ça passe pas très loin. Et qu’il n’est pas parti bien loin, il ne me faut pas longtemps pour que je parvienne à sa hauteur. Mes oreilles reconnaissent le son de ses pas et mon poing ne met pas trop de temps à trouver le creux de ses reins. Avant que je ne lui rentre complètement dedans, ne réussissant pas à calculer le temps d’arrêt quand lui freine brusquement. Ça me fait mal au nez... Tant qu’il ne s’enfuit pas à nouveau, c’est au moins ça l’essentiel. Pourtant, le silence reste pesant et me met un peu mal à l’aise.
    « Cesse tes bêtises ! Tu es un homme pas un numéro dans une hiérarchie ! »
C’est sorti tout seul, sans prévenir. Tout comme ce liquide chaud et salé qui dégringolent enfin le long de mes joues. Advienne que pourra.


©codage par loveless ; image provenant de tumblr

First step • tâter le terrain | ft. Shion & Keith

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Myrrodin :: Mideel :: La Tanière-