Partagez | 

Aux grands maux, les grands remèdes ☽ senka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Selena P. Reutersvärd
« Bloody Rose »
⌘ Messages : 58
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste spé Ténèbres
◊ Pouvoir: Contrôle des Fils (aka la Marionnettiste)
◊ Malédiction:
Bloody Rose
MessageJeu 16 Juil - 22:45



The only pain in pleasure is the pleasure of the pain.
gods bless the queen
 

Il était bien rare de voir madame la Reine en colère. C’était généralement le dernier spectacle que pouvait s’offrir un manant qui avait eu le malheur de vraiment la contrarier. Mais cette fois c’était bien différent. Enfermée dans la chambre conjugale avec son époux, elle laissait libre cours à sa contrariété de la manière la plus glaciale qui soit.
    « Comment cela a-t-il pu se produire dans notre ville ?! Il est impossible que les gardes n’est rien remarqué. »
Un criminel qui restait impuni dans la ville Vampire c’était purement et simplement inconcevable et nous ne pouvons pas trouver de souffre-douleur incompétent sur lequel jeter toute la faute. Car de faute il n’y avait pas, le coupable s’était tout simplement volatiliser sans laisser une  seule trace. Il était donc évident qu’aucun membre de notre espèce soit injustement puni. Seulement c’était là que résider tout le problème, comment diable était-il possible de ne pas laisser une piste que nos gardes pourraient identifier ?! Personne n’était théoriquement capable de nous échapper ! Je refusais que mes proches soient en danger sans que je ne sache ce qu’il se passe exactement. Seul le couple royal pouvait avoir droit de vie ou de mort sur les roturiers.
    « Une jeune noble vampire abattue en plein rue. Zaphias ne peut pas s’octroyer la réputation de ne pas être sûre la nuit. »
Je soupire agacée. Je ne vois qu’une possibilité et elle ne me plait guère.
    « Il ne peut s’agir que d’un vampire. Je vois pas quoi qui d’autre pourrait échapper à quatre nations. Voila bien notre veine, même si nous parvenons à le coincer, c’est le procès de l’un des nôtres qui se tiendra. Un vampire qui ne respecte pas les lois en vigueur et ne peut se contenter d’un docile calice... On ne peut laisser cela arriver, il nous faut le trouver et le faire disparaitre. Que l’ont trouve un bouc émissaire ou non ensuite m’est égal tant que notre réputation n’est pas entachée par des imbéciles pareils. »
Évidemment que la sécurité et la réputation de Zaphias et de ses protégés passaient avant la justice et la vérité. Je me moquais bien du deuil et des questionnements que se posaient les familles d’ailleurs, les nobles de mon espèce c’était une autre histoire et un point qui sera discuté pour décider des dispositions à tenir.
    « Que préférerais-tu ? Envoyer de la chair à canon sur ses traces et s’en débarrasser en même temps que cette épine de nos pieds ou faire appel à quelques organisations un brin moins recommandable officiellement ? Sauf si tu préfères poser la question au Prophète... »
Bonne et mauvaise idée. Connaître l’avis des Dieux serait fort appréciable mais divulguer nos besoins seraient une bêtise. Je détestais avoir à questionner les Dieux de manière succincte, sans pouvoir entrer dans les détails. Autant prier et attendre le moindre signe, même le plus discret. Malheureusement le temps n’étais pas à la patience, sans compter qu’il n’y avait pas que cette épine là qui causer de sérieux problèmes. Que les Dieux étaient durs, mais leur couple surmonterait leurs tests, à n’en pas douter.
    « Sans oublier ses illuminés qui commencent à sévir sur toutes l’Île... Je peux tolérer l’hérésie de nos voisins tant qu’ils respectent nos Dieux mais de là à entendre un groupuscule de  païens se targuer d’avoir la réponse absolue... Par la Grande Nimrodel qu’avons-nous donc fait pour mériter cela. Mon cher, je pense qu’il serait bon de faire d’une pierre deux coups et de mettre fin à cette stupidité par la même occasion. Cela me semble être une décision raisonnable et indispensable à notre bien-être. »

Il ne faisait aucun doute que son cher et tendre détestait cette situation autant qu’elle mais c’était bien à deux que les décisions seront prises. Manifestations des Dieux ou non.

©codage par loveless



Dernière édition par Selena P. Reutersvärd le Ven 4 Sep - 20:43, édité 1 fois
Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageJeu 6 Aoû - 14:16

Aux grand maux, les grands remèdes



« Comment cela a-t-il pu se produire dans notre ville ?! Il est impossible que les gardes n’aient rien remarqué. »

Mon regard est rivé à l’extérieur, brisant de mes saphirs la barrière vitrée de la fenêtre pour scruter le moindre mouvement qui se fait à l’air libre. Je suis tout aussi outré que ma Reine mais rien ne transparait sur mon visage. Chaque mots que ma douce Selena prononce ne semble attirer aucune réaction. Aucun trait de colère, aucune anxiété. Rien. Pourtant, le vide qui s’installe dans le creux de mes pupilles est égal au fléau de la Peste qui pourrait s’abattre à n’importe quel moment. Il est rare de voir Selena en colère mais quand ça arrive, elle la laisse éclater au grand jour. Ce n’est pas mon cas, pourtant elle sait pertinemment que je suis dans un état similaire. Ce qu’il se passe à Zaphias et aux alentours n’est pas appréciable. Pas du tout. Mais pour des raisons nous habitant qui sont bien différentes. La Reine souhaite protéger son peuple tandis que moi, je souhaite préserver ma suprématie.

Je reste encore un peu silencieux, laissant mon épouse déverser le reste de son animosité envers la situation. Un semblant de rictus passe sur mes lèvres, discrètement, à l’entente de ces accusions prématurées et des plans précipités qu’elle avance, pendant que j’observe encore la vie qui passe à l’air libre.

« Ne sois pas si hâtive ma chère. Les quatre nations qui peuplent l’Île  sont toutes aussi meurtrière les unes que les autres. Un Humain déchainé est tout aussi malsain qu’un vampire hors la loi. Sa malice peut atteindre des hauteurs que tu ne sembles pas imaginer. »

Des mots sortis en toute connaissance de cause. Et je pense bien que ma Reine s’en doute. Même si je n’ai jamais atteint ce stade macabre sous mes jours mortels je dois dire. Quoi qu’il en soit, une solution, il faut en trouver une. Sur ce point, je partage entièrement l’avis de Selena. Je laisse habituellement la parole à cette dernière quand il s’agit de politique ou de religion. Ou encore quand il faut traiter avec les autres races. Mais là, je prends le problème personnellement. Savoir que l’on tue sous mon nez sans que moi-même ne puisse avoir main mise sur la situation me rend furieux. Et les seuls naïfs qui ont pu connaitre ma colère ne sont plus là pour en témoigner. Ce qui sous-entend parfaitement que ceux qui baignent dans cette ineptie totale ont une mince chance de survie.

Ma tête daigne enfin tourner et mon regard vient croiser celui de Selena à l’évocation de ces quelques idées pas forcément partagées. Les Dieux ? Quelle plaisanterie. Je n’irai sûrement pas quémander l’aide de Notre Chère Nimrodel pour ça. Je suis apte à me débrouiller seul de cette situation. Déranger notre Déesse serait pire que tout. Je quitte la baie vitrée pour m’approcher de ma Reine en écoutant ces derniers propos. Voilà bien un second sujet que j’avais presque oublié. Ces dissidents sont également un souci mais que je place en second pour le moment. Bien que les deux situations me déplaisent. Entre ceux qui tue sur mon territoire alors que je considère être le seul à avoir le droit de saigner les inutiles et ceux qui risquent d’implanter une croyance qui pourrait effacer mon influence, c’est presque une belligérance que nous sommes prêts à mener.

« Ne t’emballe pas comme ça et pense plutôt à gérer un souci après l’autre. Ces... hérétiques ne sont qu’une bagatelle à côté du meurtre mystérieux qui entache notre ville. Pensons ce problème en premier, veux-tu ? Quant aux Dieux, je ne suis pas sûr que les réveiller pour si peu soit une idée parfaite. »

Surtout si ce sont eux qui nous mettent à l’épreuve. Ils se riraient bien de nous si nous venions chercher les solutions directement. Mon pas glisse derrière Selena et mes mains viennent se poser sur ses épaules, tentant de détendre ses nerfs trop vifs n’aidant pas à la réflexion. J’amène alors le sujet des procédures qu’elle propose.

« Serais-tu prête à prendre le risque de faire circuler des soupçons sur la famille royale quant à leurs façon d’agir ? Faire appel à une organisation peu louable peut retomber sur notre réputation. Les rumeurs circulent vite, tu sais ? »

©codage par loveless


Selena P. Reutersvärd
« Bloody Rose »
⌘ Messages : 58
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste spé Ténèbres
◊ Pouvoir: Contrôle des Fils (aka la Marionnettiste)
◊ Malédiction:
Bloody Rose
MessageVen 4 Sep - 22:36



The only pain in pleasure is the pleasure of the pain.
gods bless the queen
 

Entendre mon époux parler de Vampire hors-la-loi ne fait pas partie des choses qui me plaisent à entendre, il s’agit plutôt de la totale opposition. Bien que je sois consciente de cette vérité, c’est un fait que j’abhorre plus que tout au monde et je méprise tant ces êtres que je ne peux même plus les considérer comme des membres de ma propre race. Imaginer que le coupable soit un membre de notre race serait le pire des affronts et cette fois-ci je me moquerais bien d’une quelconque fierté de savoir qu’il a pu échapper à toutes les autres races. Non, je me refuse catégoriquement d’envisager cette possibilité, comme je me refuse d’imaginer que nous ne puissions être ceux qui règleront ce problème qui dure depuis un peu trop longtemps. Aucun mot ne viendra éclaircir cette position, mon époux ne connait que trop bien mon avis sur ceux qui salissent notre belle réputation. Jouer avec des cadavres est une chose, jouer avec des vies même méprisantes en est une autre puisque certains ne possèdent pas la sagesse de reconnaitre l’inutilité de certains êtres.
    « L’idée même de déranger nos divins ne me plait guère mais cela aurait pu être une solution à envisager. Enfin peut-être plutôt en demandant l’avis du Prophète, s’il a entendu des murmures de Leurs parts... ou... je ne sais pas. Cette situation m’ennuie au plus haut point, nous ne pouvons rester là à rien faire. »
Non, cela allait de soi et Senka n’allait certainement pas me contredire là dessus. Le tout était maintenant de trouver la bonne marche à suivre pour rester le plus discret et le plus efficace qui soi. Nous ne pouvons agir trop vite sous peine de prendre des risques beaucoup trop importants mais il nous était impossible de perdre trop de temps à peser les pours et les contres dans la balance de la prudence. C’était un cercle vicieux que connaissait tout bon politicien mais celle-ci me miner beaucoup trop.
    « Ne t’emballe pas comme ça et pense plutôt à gérer un souci après l’autre. Ces... hérétiques ne sont qu’une bagatelle à côté du meurtre mystérieux qui entache notre ville. »
Certes mais leur présence me dérangeait tout autant. Les revenants avaient au moins eu la décence de ne pas s’inventer une nouvelle religion et que celui qui ose me dire que les Vampires ont fait pareil il y a 2400 ans soit écartelé sur le champ.
    « Serais-tu prête à prendre le risque de faire circuler des soupçons sur la famille royale quant à leurs façon d’agir ? Faire appel à une organisation peu louable peut retomber sur notre réputation. Les rumeurs circulent vite, tu sais ? »
    « Tu sais très bien que je ne permettrais jamais une chose pareille. Il me semble que je protège déjà notre famille en couvrant certaines passions quelque peu décriées par l’opinion du peuple et étrangement... notre fille ne s’est jamais faite embêtée par des rumeurs sur notre compte. Voila qui est étonnant tu ne trouves pas ? »
Une petite pique à l’encontre des activités extra-royales de mon époux ne fera pas de mal. J’avoue que j’aime bien le taquiner à ce sujet, histoire de lui rappeler que ce ne sont pas ces petits détails qui m’effrayeront. Nous avons de quoi couvrir nos arrières en cas de petits ennuis, après tout nous avons été capable d’évincer un rival très important il y a presque trois cents ans. Que risquons-nous à présent ?
    « Pourquoi ne pas imputer la faute à ces hérétiques justement ? Si les peuples se mettent à les soupçonner, vu leur réputation très divisée, il ne faudra que peu de temps avant qu’ils soient haïs et juger sans sommation et sans plus de preuves, bien qu’il nous faudra sans doute en créer quelques unes pour être certains qu’aucun bon samaritain se prenne l’envie de soutenir leur cause... Ainsi nous serions débarrasser de ce problème et en détournant l’attention nous attaquer au véritable coupable sans que plus personne ne s’y intéresse. Il nous faudra simplement un timing parfait et certainement nous débarrasser de ce fichu tueur avant d’accuser les hérétiques. Au pire, si nous utilisons des mercenaires pour nous chercher des pistes, ils serviront parfaitement de martyrs pour nos fameuses preuves. Tu dois te douter autant que moi qu’une certaine organisation doit être embêter par cette présence qui ne respecte aucun code, à visage complètement couvert. »

©codage par loveless



Dernière édition par Selena P. Reutersvärd le Mar 10 Nov - 18:17, édité 1 fois
Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageSam 31 Oct - 16:56

Aux grand maux, les grands remèdes



Une nouvelle évocation du Prophète tire des rides encore plus mauvaises sur mon visage. Invisibles aux yeux de quiconque. Mais encore une fois, mes iris ne mentent jamais. D’ailleurs, mon épouse ne manque pas de remarquer mon mécontentement silencieux face à ses mots. Je ne suis pas offusqué par son comportement, ni même ses dires. Non. Il s’agit bien là du sujet « Prophète ». Un souci majeur pour moi. Rien qu’à l’entente de son prénom, mon esprit fomente ce qu’il y a de plus calomnieux. Je crois en ma Déesse mais j’ai également mes propres principes. Si seulement Nimrodel savait que passer par un enfant aussi détestable pour faire entendre ses paroles m’insupportait, sûrement me châtierait-elle. Ou le fait-elle exprès... L’ironie des Dieux. Le sujet est vite écarté, évitant ainsi à mes nerfs d’agir en conséquence.

Mon fin sourire égoïste revient pourtant rapidement dès lors où Selena touche les interdits cachés à notre peuple. Cette femme aura toujours le mot pour me rappeler comme il se doit que je suis loin d’être un Roi exemplaire. J’aurais pu réfuter mais a-t-elle tord ? Sans elle, j’aurais beaucoup plus de difficultés à mener mes occupations illégales. C’est un fait. La Reine des Vampires baigne tout autant que moi dans le péché le plus total.

« Je vois que même dans les situations critiques, tu aimes à me rappeler les faits comme il se doit. »

Mais Selena est loin d’être dupe. Qui mieux qu’elle sait que si je me montre hésitant à user d’un groupuscule inconnu c’est uniquement parce que je veux régler les choses par moi-même ? Tordre le cou personnellement à ceux qui empiète sur mon territoire. Continuer d’étaler aux yeux de tous que la seule personne à craindre n’est autre que le Roi en personne. Ma suprématie ne peut être salie par d’autres. Jamais. Je dépose un doux baiser dans le cou de mon épouse avant de me redresser et tâcher de reprendre le sujet avec plus de précision.

« Pourtant, tu n’es pas sans savoir que ce dont pour quoi j’opère est maitrisé, calculé et bénéfique. Parce que c’est moi qui coordonne le tout. Ce qu’il se passe là dehors m’échappe. Et tout ce qui est hors de mon contrôle est inadmissible. »
« Pourquoi ne pas imputer la faute à ces hérétiques justement ? »

Je pose attentivement mon regard dans le sien à ces paroles. En voilà une idée plutôt acceptable. Et très malsaine. Surtout quand on écoute la suite de ses propositions. Quand il s’agit de faire tout son possible pour sauvegarder les siens, Selena peut se montrer très vile dans ses idées. On pourra parler de moi comme un être abject, utilisant la moindre situation pour en déjouer une autre, mais ma compagne représente tout aussi bien la noirceur qui se dégage du fin fond de notre race. Un véritable Sang Pur. Cependant, mentionner la Confrérie Noire en solution à notre problème diplomatique est assez délicat. Si on m’avait un jour ne serait-ce que soumis l’idée de faire appel à cette organisation pour agir en notre nom, j’aurais châtié la personne sur le champ. Me demander un tel affront. A moi.

« J’ose espérer que tu ne penses pas à faire appel à cette... organisation, n’est-ce pas ? Tu penses sincèrement ajouter à mon impossibilité à gérer la chose de façon drastique une organisation frauduleuse qui agira sans même que je puisse avoir main mise sur la situation ? Loin de moi l’envie de vouloir te froisser mais je dois avouer que ça ne m’enchante guère. »

Parce qu’en effet,  je suis un égocentrique parfait qui ne cherche qu’à faire valoir son autorité et que m’asseoir à la table des négociations n’est pas du tout mon point fort. Cette solution est une insulte à mon ego. Même si je sais pertinemment qu’elle serait une aide potentielle, je me refuse à croire que je pourrais avoir besoin de ses membres. Tout comme Selena se refuserait à penser que notre meurtrier pourrait être « l’un des nôtres », je refuse de devoir appeler à l’aide. Néanmoins, ce serait vraiment nier l’évidence et s’enfermer dans un égoïsme, m’attaquant directement à ma moitié. Elle cherche seulement des moyens sûrs qui pourraient nous protéger tous les deux. Notre famille et notre peuple. Et je suis bien las d’avouer qu’elle agit en tout entendement. Me voilà pris dans un sacré embarras. Un soupir indisposé s’échappe d’entre mes lèvres, traduisant l’agacement et le dilemme à la fois.

« Supposons que ce... groupuscule soit efficace. Qui nous dit qu’ils ne laisseront pas courir des bruits quant à notre demande. Si on apprend que nous sommes à l’origine de cette accusation sur ces illuminés, comment comptes-tu couvrir nos actions cette fois ? »

©codage par loveless


Selena P. Reutersvärd
« Bloody Rose »
⌘ Messages : 58
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste spé Ténèbres
◊ Pouvoir: Contrôle des Fils (aka la Marionnettiste)
◊ Malédiction:
Bloody Rose
MessageMer 11 Nov - 17:26



The only pain in pleasure is the pleasure of the pain.
gods bless the queen


    « J’ose espérer que tu ne penses pas à faire appel à cette... organisation, n’est-ce pas ? »
Cela ne m’étonne pas que mon époux réagisse de cette façon devant la mention de la Confrérie Noire, le pauvre amour a toujours eu une sainte horreur de ce qu’il ne peut contrôler. Si les Voleurs ne sont qu’une petite formalité qui n’embête personne et qu’on peut facilement ignorer, une organisation aussi puissante et intouchable que celles des Assassins a le dont de le mettre en rogne très facilement. C’est exquis pour le taquiner, ça je ne vous le fais pas dire. Sauf que ce n’est présentement pas mon attention. Je ne suis on ne peut plus sérieuse.
    « Ce n’est pas exactement ce que j’ai dit. Dans les faits, nous ne pouvons ignorer le fait que cette... chose, cette personne, ou que diable ça puisse être, ne vient certainement pas de la Confrérie. Et ce qui tue pour son propre plaisir, à son compte et sans respecter les règles du monde derrière le rideau, ne plait pas à la Confrérie. Cette erreur dans l’organisation des choses, n’est pas normale, jamais rien n’a pu échapper aussi longtemps à ce groupuscule. Jamais. Donc réussir à débloquer la situation pour les laisser finir le sale boulot peut très bien permettre de ne laisser aucun soupçon peser sur notre tête. Ce n’est pas négligeable. »
Se débarrasser de ces problèmes étaient déjà en soi une chose bien délicate, pourtant, à mon sens, le plus important c’est de ne surtout pas laisser de traces et dans ce but je me fiche bien des moyens exploités pour cela. Puis, j’ai un peu moins de soucis pour « déléguer » ce genre de tâches quand je suis certaine d’être correctement servie.
    « Qui nous dit qu’ils ne laisseront pas courir des bruits quant à notre demande. »
    « Même s’ils t’embêtent parce qu’ils ne t’obéissent pas au doigt et à l’œil, ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas qu’une parole, mon chéri. »
Pour la première fois depuis le début de cette conversation, je souris, amusée. Malgré ce sérieux pesant, c’est difficile de résister devant tant de perche tendue pour la taquinerie. Cet humain qui a goûté aux pouvoirs de la Nuit, cet infant qui est le mien, bien qu’il soit devenu ma moitié dans cette vie, est si facile à mettre face à ses vices sans qu’il ne puisse montrer les crocs. Il serait presque stupide de ne pas profiter pour tirer sur ces quelques ficelles.
    « Nous parlons de la Confrérie, ancienne de milliers de siècles, pas d’une petite guilde de pacotilles aux principes bienséants en façade alors que les mortels qui les dirigent ne connaissent rien des réalités du monde. Même si c’est un aspect peu plaisant de la politique, être en bon terme avec ce genre de puissance est un gain de sureté des plus importants. A contrario, se les mettre à dos est une certitude d’être une cible rapidement appréciée en cas de contrat. Cependant... rester neutre peut effectivement être une solution fort acceptable, je le conçois. Après tout, notre prédécesseur a connu un bien triste sort, ce qui ne montre qu’à démontrer mes paroles. Assoir son pouvoir est un travail de longue haleine. »
Loin de moi l’idée de passer pour une donneuse de leçon, malheureusement le temps et les possibilités sont loin d’être infini et je refuse de laisser cette situation inacceptable perdurer encore longtemps sous mon nez.
    « Si nous ne pouvons demander l’aide de notre prophète ou des Dieux, nous devons couvrir nos traces de manière parfaite et sans faille. Trouver des preuves, en fabriquer devrait être assez facile, tout comme se débarrasser de ceux qui travailleront pour nos dans ce but. A moins que nous pouvons trouver des personnes d’une confiance absolue. Ce qui risque d’être plus compliqué. Puis viendra le moment de tendre un piège. Je pense que pour ces hérétiques, nous sommes d’accord pour penser que se sera assez facile de les discréditer. Les rumeurs sont d’un emploi si aisé et au pouvoir si destructeur, ainsi d’une quasi impossibilité à posséder une source certaine quand elles sont lancées. Mais... ce tueur, c’est une autre histoire. »
Je m’accorde un temps de pose. A la fois dépitée, agacée et très réfléchie sur la situation. Il faut abattre les cartes, trouver le scénario parfait. Ce qui est bien difficile avec autant de vivants incontrôlables.
    « Je pense que toi aussi tu peux le concevoir. Si nous le trouvons, si nous sommes certains, sans l’ombre d’un doute qu’il n’y a pas d’erreur possible. Comment ferions-nous ? Le tuer de nos propres mains sans rien affirmer à personne ? Envoyer nos paladins sans être certains qu’ils reviennent sains et saufs ? Car quand bien même nous aurions une identité, il faut découvrir comment il peut échapper à des centaines de soldats, sans jamais laisser de traces. Devrions-nous prendre autant de risques ? De laisser paraître que nous ne prenons pas soin de nos hommes ? Alors que des ombres tout aussi dangereuses sont tapies dans les ténèbres et pourraient faire le travail ? »

©codage par loveless

Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageMar 15 Déc - 20:25

Aux grand maux, les grands remèdes



Je vois mon épouse sourire en guise de taquinerie fortement réussie. Malgré le sujet lourd qui anime notre conversation, elle arrive avec facilité à retourner certaines situations contre moi. Et que voulez-vous que je réponde à cela ? Qu’elle a tort ? Chose impossible car tout est véridique. Il s’agit juste là d’un problème de mégalomanie que je refuse de corriger. Le point marqué humblement par Selena, je m’approche d’elle pour prendre son visage entre mes mains et lui rendre un sourire que seule elle connait avant de déposer un baiser sur ses lèvres. Juste un instant de répit de quelques secondes...

« Tu sais bien que ma confiance envers autrui est limitée, ma chérie. »

... avant de reprendre les sujets qui fâchent. Très vite, mon étreinte se défait alors qu’elle reprend ses arguments. Mon regard vaque entre celui de mon épouse et l’extérieur. Ce genre de comportement nerveux est significatif d’une frustration extrême. Il démontre parfaitement que je ne suis plus en mesure de gérer quoi que ce soit et que je suis obligé de plier devant ma propre moitié qui met en avant des faits qui sont irréprochables. Ce que je peux abhorrer ce genre de discours intelligent que Selena mène avec grande dextérité. Je suis contraint de faire face à la réalité des choses et ce qu’elle énonce à propose de la Confrérie Noire n’est pas du tout insensé. Je connais leurs mœurs et aller en leur sens nous donnerait un avantage et une sécurité. Mais quand bien même ce n’est pas négligeable, il faut faire abstraction de ma fierté et ça, c’est une autre affaire bien plus délicate.

« Excuse-moi, mais tu sais très bien, toi qui me connais plus que tous, qu’il m’est très difficile d’approuver une telle décision. Il n’est pas question ici de se les mettre à dos. En quoi vouloir prendre les choses en main pour protéger son peuple est une action qui pourrait aller à l’encontre de leur principe ? Ne sommes-nous pas ceux qui avons encore le droit de prendre des décisions concernant notre ville ? »

Mais malgré tout ce que je peux dire, les ébauches de plan rapides que ma Reine avance sont minutieuses et bien pensées. Surtout que ce genre de preuves ne serait pas bien difficile à concevoir pour moi qui n’aurais vraiment aucun scrupule à faire éliminer un allié provisoire qui serait allé chercher quelques pistes ou preuves. Si ça peut nous aider à gagner cette bataille. D’autant plus qu’en effet, ces hérétiques ne sont pas un problème trop ennuyeux. Je peux sentir la fatigue de Selena sur cette confrontation qui la met hors d’elle intérieurement.

« Je pense que toi aussi tu peux le concevoir. »

Et je dois bien admettre que mon comportement buté ne l’aide pas à se conforter dans ses choix. Bien évidemment que je le conçois mais laisser sa place à une tête incontrôlable dépasse mes entendements. Je décide pourtant de mettre de l’eau dans mon vin et d’envisager d’entendre les propositions de Selena. Après tout, nous n’avons que peu de choix et la ferveur qu’elle dégage envers son peuple qu’elle, elle prend en considération, m’empresse de ne pas la décevoir et de me comporter en tant que responsable envers ceux que nous dirigeons. Et si le problème peut être résolu au plus vite, ça arrangerait bien du monde. Un élan d’irritation me gagne mais finalement, je baisse les armes le temps de mieux réfléchir à la situation et de ne pas me laisser gagner par la colère.

« A y réfléchir, il est vrai que nous avons peu d’option. Et je me refuse entièrement à aller quémander l’aide des Dieux en passant par le Prophète. Cet enfant se joue bien trop de nous pour lui faire part ne serait que de quelques détails sur nos futures ambitions. Et les personnes de confiances absolues sont bien trop rares, voire inexistantes, pour prendre un tel risque. Très bien. Ça mérite réflexion... »

Mais bien qu’ayant cédé sur certains de mes principes, un détail relevé plus tôt par mon épouse me fait légèrement sourciller. Bien qu’elle pose des faits généraux fondés et exacts, il y a tout de même un aspect qui me taraude. Et en tant que manipulateur expérimenté, je suis bien placé pour considérer la chose un peu plus sérieusement.

« Mais quelque chose m'interpelle encore... Qui nous dit que cette abomination qui ruine complètement notre suprématie ne pourrait pas justement faire partie de cette Organisation ? Réfléchis et retourne le sujet dans l’autre sens. Qui, parmi notre peuple, sait que je suis loin d’être le Monarque que tout le monde connait ? Qui est au courant que je suis à l’origine de l’échec de l’ancien Roi et que j’ai malicieusement manigancé notre arrivée sur le trône ? Qui sait que toi même enfreins les règles pour me couvrir ? Tu n’es pas sans savoir que nous mentons tout autant à notre race que peut mentir un membre même à son propre parti. »

Ma Reine n’est pas idiote et elle remplacera automatiquement le « nous » auquel je fais référence par ma propre et unique personne. Elle seule peut dire avec certitude que je mets en avant ma propre déception de voir ma suprématie ébranlée. Mais quand il s’agit de problème nous touchant tous les deux, mon égoïsme n’est pas si développé. Je n’énonce là que des suppositions bien bancales qui pourraient encore me faire croire que faire appel à ce groupuscule est idiot. Pourtant, il semblerait que nos choix s’amenuisent et que malgré ma forte tête, il faudra trancher rapidement pour cette option qui ne me plait guère.

©codage par loveless


Selena P. Reutersvärd
« Bloody Rose »
⌘ Messages : 58
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Shion, Lælia, Castiel & Tallulah

Fiche de Skills
◊ Classe: Démoniste spé Ténèbres
◊ Pouvoir: Contrôle des Fils (aka la Marionnettiste)
◊ Malédiction:
Bloody Rose
MessageMer 6 Jan - 0:40



The only pain in pleasure is the pleasure of the pain.
gods bless the queen


Pour être tout à fait honnête, je me serais attendu à bien plus de réticences à plier le genou de la part de cette tête de mule. Bien que je finisse toujours par obtenir ce que j’obtiens de mon époux avec plus ou moins de concessions. Chose qui reste bien évidemment cloitrée dans l’intimité de notre chambre, c’est un aspect de sa personnalité que je concède bien à lui laisser secret. En contrepartie, j’en obtiens un petit plaisir personnel que je n’hésite jamais à exploiter quand il le faut. De ce fait, je peux également lui laisser quelques refus, il serait d’autant plus stupide de nous borner indéfiniment sur certains détails.
    « C’est entendu, nous laisserons le prophète bien sagement à ses études auprès des prêtres. Des heures épargnées qui pourraient lui être bénéfiques s’il voulait bien laisser les enseignements entrer dans sa petite tête. Que les Dieux me pardonnent cette remarque. Cela ne m’empêchera pas d’aller les prier moi-même en silence, en espérant qu’ils puissent avoir pitié de notre situation. »
C’est une démarche que je ne pouvais pas me permettre d’oublier, ni d’esquiver. Si je n’étais pas aussi véhémente au sujet de notre Prophète comme pouvait l’être Senka, malgré l’agacement que pouvait me susciter cet enfant, si je pouvais facilement concevoir qu’il n’était pas assez mûr pour me permettre d’accepter de le laisser à d’autres occupations, je ne pouvais laisser ma foi de côté. Même pour demander la miséricorde de notre Trinité. Ils étaient bien les seuls qui mériter que je m’agenouille pour eux.
 
La discussion était cependant loin d’être terminée et il ne nous restait plus qu’à nous pencher sur la seule solution qui me paraissait la plus sûre. L’aide de la Confrérie Noire, même si son évocation pouvait donner de l’urticaire à sa pauvre Majesté. Un détail demanda tout de même que je fasse une nouvelle aparté.
    « Qui, parmi notre peuple, sait que je suis loin d’être le Monarque que tout le monde connait ? Qui est au courant que je suis à l’origine de l’échec de l’ancien Roi et que j’ai malicieusement manigancé notre arrivée sur le trône ? Qui sait que toi même enfreins les règles pour me couvrir ? »
Doucement je me levai de mon siège pour rejoindre cet homme tendu. Non pas pour le consoler ou le rassurer, mais pour lui rappeler une simple vérité que je pouvais bien être la seule à pouvoir lui échauffer les oreilles avec. Son égo a parfois besoin de reprendre une taille un peu plus convenable avec moi voyez-vous, bien que cela ne changera jamais la tendresse que je lui donne. L’amour Vampire peut être assez dur parfois, ni plus ni moins.
    « Que tu es à l’origine de la chute de notre prédécesseur ? Mon tendre époux, n’utilise pas le nous quand cela t’arranges avant de repasser le sens de tes phrases pour satisfaire ton seul ego. Sans moi, il n’y aurait pas de toi. Notre régence est solide, louable et légitime parce que nous sommes un tout. Et entends-moi bien, si je ne gardais pas aussi bien tes petits secrets, cela ferait longtemps que nous aurions perdu le trône à notre tour. A la seule différence que notre tête siègerait peut-être au bout d’un pique. Ce qui n’arrivera jamais n’est-il pas ? »
Je lui dépose alors un tendre baiser sur la joue pour clore le débat, je n’accepterai pas vraiment perdre un peu plus de temps sur ces insignifiants détails, ou alors il sera puni de morsures ce soir.
    « Mon amour. Est-ce vraiment le bien-être de notre peuple qui t’importe le plus ou bien est-ce plutôt le fait que tu ne supportes voir quelqu’un échapper à tes griffes ? »
Un sourcil haussé et faussement interrogateur vint ponctuer, amusé, cette question qui n’en était pas une. La réponse était inutile, elle était aussi évidente qu’un nez au milieu d’un visage. C’est pour cela que je tournai le dos dans la seconde pour aller me chercher une coupe de sang, en apporter une à mon mari, avant de retourner m’assoir comme si rien ne s’était produit.
    « Comme je te l’ai expliqué, les assassins de la Confrérie obéissent à un code qui est bien plus vieux que moi. Jamais, ô grand jamais ils ne se laisseraient à une telle débauche. Sinon pourquoi se préoccuperaient-ils encore de leur contrat avec le même honneur ? S’il s’agit effectivement d’un ancien, c’est étonnant qu’il possède encore ses doigts et ses autres membres pour commettre ses crimes. Je doute d’ailleurs qu’il soit possible qu’un seul homme échappe à son ancienne famille avec tant d’aisance. Sans doute, cela doit-il nous indiquer que nous avons bien affaire à plus d’un seul tueur sans scrupule, ce qui est bien plus inquiétant. »
Je réfléchis à cette optique en faisant tournoyer mon breuvage dans la coupe, cela serait bien terrible en effet. Nous ne pouvons laisser ce chaos se poursuivre encore longtemps, nous avons été passif que depuis trop de lunes.
    « Une reine doit toujours avoir de bons contacts et des amis de l’ombre. Je sais à qui m’adresser pour être certaine que jamais cette union ne s’affiche à la lumière du jour. Ce serait dommage de les y amener alors que nos ténèbres sont si bien dans leurs secrets. Ne t’inquiètes donc pas pour cet aspect là, je t’assure que tu pourras toujours faire ton petit jardinage sans que personne ne vienne t’embêter. Peut-être que tu pourras avoir ton plus beau jouet avec cette capture. Qu’en dis-tu ? »
Il est évident que de recevoir le corps froid de Calcifer serait bien triste, les vivants, et un peu moins vivants, sont beaucoup plus intéressants. Au moins au début, ce qui leur arrive ensuite ne met jamais longtemps à arriver. Sauf s’il a la chance d’être un humain au sang gouteux, mais cette fois je doute que quiconque oserait planter ses crocs dans une âme aussi sale et noircie par tant de méfaits odieux. A moins que ses techniques de chasse puissent apporter des informations intéressantes, je doute de la viabilité de son sursis.

©codage par loveless

Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageJeu 21 Avr - 21:32

Aux grand maux, les grands remèdes



Ce qui est admirable avec Selena, c’est qu’elle sait faire la part des choses me concernant. Même si son côté sadique à retourner le couteau dans la plaie quand il s’agit de me taquiner sur mon comportement égocentrique est très présent et qu’elle prend un malin plaisir à l’accentuer à chaque fois que je lui tends la perche, elle sait néanmoins où il faut savoir faire des concessions. Des concessions obligatoires car même avec tout l’amour du monde que je peux lui porter, il y a des choses qui ne passent pas et me rendent vraiment véhément. Comme le Prophète, par exemple. Un sujet très vite écarté et qui ne reviendra pas sur le tapis. Que mon épouse prie les Dieux si elle le souhaite, mais que cet enfant insolent reste désormais en dehors de la conversation.

Et quand je disais qu’elle était douée pour enfoncer le couteau dans la plaie. C’est presque une remise en place qu’elle m’octroie en prononçant des mots forts pour non pas condamner ma mégalomanie mais pour bien distinguer le « nous » du « je ». Comme je le pensais, elle n’a pas manqué de placer sa remarque. J’en souris, amusé. Je dois bien reconnaitre qu’entendre ma Reine me rappeler que sans elle, je ne suis rien, ne me vexe pas. Bien au contraire. Ça me remémore ô combien elle est prête à faire pour que je puisse étendre ma malveillance cachée.

« Mon amour. Est-ce vraiment le bien-être de notre peuple qui t’importe le plus ou bien est-ce plutôt le fait que tu ne supportes voir quelqu’un échapper à tes griffes ? »
« Mon... peuple ne peut aller que bien si je suis à l’origine de tout ce qui l’entoure. »

Étonnamment, mon sourire s’efface. J’observe Selena qui se montre amusée par une telle intervention. Car sur tous les points, elle a raison. Et c’est parce qu’une fois encore, elle met le doigt sur une vérité telle que je suis moins enthousiaste. Oui. Ce satané Calcifer m’échappe et ça ne fait que réveiller mon impatience. Mon envie d’effrayer encore plus notre « ennemi » pour lui faire comprendre qu’il n’y a qu’une seule entité à craindre. Moi.

Je porte ce breuvage apporté par Selena à mes lèvres alors que je reste debout, devant la fenêtre, sans prononcer mot. Mon oreille est surtout attentive à tout ce qu’elle peut continuer de dire. Suis-je donc au pied du mur ? Ce n’est pas l’envie qui me manque de contredire les principes de ce groupuscule mais elle semble trop sûre de ce qu’elle avance. L’eau dans le vin est bien difficile à diluer même si j’étais partie pour le faire. Il suffirait d’un seul faux pas. D’une seule entourloupe de leur part et tout est fini pour nous.

« Ne t’inquiètes donc pas pour cet aspect là, je t’assure que tu pourras toujours faire ton petit jardinage sans que personne ne vienne t’embêter. Peut-être que tu pourras avoir ton plus beau jouet avec cette capture. Qu’en dis-tu ? »
« Tu m’as l’air vraiment sûre de toi et j’ai comme l’impression qu’il va m’être bien difficile d’aller à l’encontre de ce que tu considères comme le plus juste et déjà acquis. Je suppose donc que je n’ai plus le choix que d’accepter cette alternative ? »

J’ai pris la peine de me tourner de nouveau vers mon épouse, continuant de boire à la coupe de temps en temps. Mon regard est encore empli de doute et elle le perçoit sûrement. Le choix, je peux toujours l’avoir. Mais ici, ça serait s’enfoncer encore et toujours dans l’entêtement et finalement laisser un meurtrier en liberté et surtout, lui laisser cette opportunité d’effacer ma suprématie en me faisant de l’ombre. Chose que j’accepte bien moins que de me lier à cette Confrérie Noire, finalement. Je capitule donc avec grand regret. Mais avec des conditions qui seront bien dangereuses si jamais cette Confrérie me déçoit. Ou encore nous trahit. J’espère du plus profond de mon cœur inexistant que ces contacts si précieux qu’elle possède sont viables. Sinon, mon châtiment ne risque pas de tomber que sur les quelques innocents qui se trouveront sur mon chemin en cas de défaite. Ce n’est pas comme si c’était la première fois que j’ôtais la vie à des pantins appartenant à mon épouse. Et ce, qu’il s’agisse de meurtriers professionnels ou pas.

« J’espère pour toi, ma tendre, que j’ai raison de te laisser la main pour cette traque sans merci et que mes doutes ne soient pas justifiés. Ça m’embêterait de te laisser la responsabilité de gérer une catastrophe en cas de chute. Tu connais mes exigences et mon intolérance envers les bavures ou les trahisons. Car tu peux être sûre que si ce jouet que tu me promets tant n’arrive pas entre mes mains, sois certaine que je finirai par aller le chercher moi-même pour qu’il finisse dans un bain de sang. Je reste persuadé que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, ma chère. »

Je me rapproche du siège où trône Selena avant de me pencher doucement vers elle, ma coupe venant taper dans la sienne pour mimer cette action si commune de ceux qui disent « trinquer » pour une bonne chose. Sauf que nous sommes bien loin d’une situation que l’on souhaite mettre à l’honneur. Bien au contraire. Mes lèvres s’étirent en un sourire sincère envers ma Reine avant de venir déposer un baiser sur ses lèvres.

« Tu as le feu vert, ma chérie. Je te fais entièrement confiance. »

Une pointe d’ironie accompagne mes paroles. Non pas envers Selena. J’ai réellement confiance en elle. Mais envers la Confrérie… C’est autre chose.

©codage par loveless


Aux grands maux, les grands remèdes ☽ senka

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Tantreval :: Zaphias :: Basilique de Kaer Morhen-