Partagez | 

A la recherche de la Balverine borgne 4★

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Fatalité
« Petite bête vicieuse »
⌘ Messages : 44
⌘ Inscrit(e) le : 14/02/2015

Petite bête vicieuse
MessageVen 12 Juin - 21:38

A la recherche de la Balverine borgne


Difficulté : difficile ★★★★☆
Nombre de participants possible :2
Gain(s) : de 800 à 1000 orins

Descriptif de la quête


Les rumeurs se répandent vite sur l'Île d'Anthalia. Et entendre qu'un être humain sans aucune chance de survie face à trois Balverines a réussi à s'en sortir, ça dresse les poils de ceux qui osent y croire. Il parait même qu'une des trois bêtes a été éborgnée... Vous y croyez, vous ?

Quoi qu'il en soit, les aubergistes fous d'histoires à dormir debout prennent le sujet très à cœur. Ils se demandent même si l'un de vous serait capable de capturer cette Balverine pour vérifier ces dires par eux-même. Ils donneraient cher en récompense à ceux qui oseraient rapporter la preuve de leur déplacement dans les Bois de Brightwall...

Petit plus


La Balverine capturée sert uniquement de preuve. Elle finira par fuir suite à une mauvaise surveillance.
Les gains varieront entre 800 et 1000 orins en fonction du nombre de personnes participant et donc, du niveau de difficulté qui s'en suivra.

Liste des participants


» Orion Aiwendil dévoré
» Liam Felnoir
» Al'rac Suvanah


Dernière édition par Fatalité le Sam 11 Juil - 20:29, édité 1 fois
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMer 17 Juin - 20:12

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Orion Aiwendil »

Les Bois de Brightwall. Ah. Ce n’est pas vraiment là que je devais me rendre mais j’ai eu comme un petit imprévu. Je suis tellement désolé ma tendre Cirilla mais nous allons devoir repousser nos retrouvailles. L’aventure qui m’attend est bien trop tentante pour que je la laisse passer. Quand j’apprends qu’un exploit a été réalisé et qu’on met au défi n’importe qui de faire de même, je ne peux pas résister ! Je pense que tu me comprendras. Mais je me ferai pardonner comme il se doit, promis. Avec de douces attentions, comme tu les aimes. Mais en attendant, Bois de Brightwall, me voilà ! Enfin, nous voilà. Je regarde mon compagnon de route d’un coup d’œil en coin avant de lui assener un bon coup dans l’épaule, un bon sourire de ringard sur le visage.

« T’es prêt mon p’tit gars ? C’est pas la Princesse qu’on va chercher là mais la Bête ! T’as pas les j’tons j’espère ? »

Il me scrute comme si j’étais un gamin excité qui n’attend qu’une chose : ouvrir son cadeau. C’est un peu ça en soi. Cette rumeur sur la Balverine Borgne m’a vraiment intrigué. Il faut être un bon taré du ciboulot pour se mesurer à trois bestiaux comme ceux-là. Si j’avais le nom de ce type, j’irais presque lui tirer mon chapeau. Et quand un aubergiste propose de se rendre sur les lieux pour vérifier la chose, je ne dis pas non. Au diable la récompense, c’est mon amour propre qui est en jeu et la mise en avant de mes capacités. Si j’arrive à capturer une bête de ce genre, à moi la reconnaissance. Dommage que je ne sois pas le seul à vouloir me rendre sur place pour confirmer les dires sur cette « légende ». Enfin, ce n’est peut-être pas plus mal, au cas où.

C’est dans une auberge de Mideel que j’ai rencontré Orion. Un mercenaire acceptant tout type de travail. Je n’étais pas loin de la Forêt d’ Illusia pour aller rendre visite à ma sœur mais les bavards ont attirés mon attention avec cette histoire de Balverines. Allez savoir pourquoi ce gars voulait se rendre sur les lieux aussi mais vu son enthousiasme sur la question, après tout, pourquoi pas ? Et si jamais ça dégénère et bien, je fais en sorte de le donner en pâture à la bête. Selon les recommandations du tavernier, à deux c’était plus prudent. Mouais… On verra bien.

J’emboite le pas pour entrer dans l’épaisse végétation suivi de mon collègue de traque. Je me marre en coin sans qu’il puisse s’en rendre compte, du moins je l’espère. C’est difficile d’imaginer un mec avec une gueule aussi fine qu’une femme être mercenaire et accroché face à tout type de situation. Je me demande même s’il est réellement capable de surmonter le danger qui nous attend. Aaah ça me titille. Je ne peux pas m’empêcher de stopper ma marche et de me retourner vers Orion en lui adressant mon plus beau sourire de sale gosse fini.

« Dis-moi ! T’es sûr de pouvoir chasser la Balverine ? Ton minois me semble trop pur pour ce genre de tâche ! »

© BY LOU' sur Epicode
Invité
« Invité »
MessageSam 20 Juin - 1:24



A la recherche de la Balverine Borgne
~ Feat. Liam Felnoir

Voilà bien longtemps que notre Paladin n'avait pas fouler ces terres. Le bois de Brightwall, il en avait entendu parler une fois, et y avait poser les pieds une fois, un jour en mission pour la Cour de Dun Fiara, avec son maître. Mais il devait bien avouer qu'il ne savait plus vraiment pourquoi. Enfin, bref, là n'était pas le sujet de questionnement. Non, notre mercenaire était ici pour une toute autre affaire qui avait attiré sa curiosité. De passage dans la région, il avait entendu de drôle de rumeurs. Un simple être humain avait réussit à survivre à l'attaque de trois Balverines des créatures réputées dangereuses et sans pitiés depuis des millénaires.

Orion sortit de ses pensées par une tape dans l'une de ses épaules assez dure, il lève le regard vers le blond qui l'accompagnait pour cette sorte de mission, quête, nouvelle aventure. Il n'avait pas l'habitude de faire équipe avec quelqu'un, mais il avait l'air sympathique, après tout, on ne pouvait pas juger quelqu'un sur quelque heure de rencontre non ? Enfin, lui devait sans doute l'avoir déjà fait. Non mais il le prenait pour qui ! Les gens orgueilleux ce n'était pas ce qui manquait sur cette île décidément.

Mon Petit gars ? il manquait pas de culot en tout cas, oser dire ça à un homme plus grand que lui. Orion se contenta de lever les yeux au ciel face à cette sorte de petite provocation, d'habitude, c'était lui qui les faisaient. Et finalement, ben sa le dérangeait pas plus que ça en fait, cela le faisait sourire intérieurement. Pour une fois que c'était pas lui. L'impatience et la curiosité faisaient qu'Orion avait accepté d'être conduit sur les lieux par un aubergiste passionné d'histoires et rumeurs en tout genre.

A vrai dire, ma rencontre avec Felnoir, ce fit dans la fameuse auberge de Mideel, pas très loin d'ici. Au moins, ils seraient à deux pour se défendre, et s'entraider, néanmoins, Orion eut une petite envie de meurtre quant aux dernières paroles de Liam. Il lança un regard très noir à Liam, croisa les bras, prit les devant en avançant devant Liam pour le dépasser de quelque mètres. Et dire des paroles avec un air niais, exprès pour répondre à sa petite pique :

« Serais-tu jaloux petit blond ? Mon minois à déjà fais bien pire que ça en tâche, et sache, que j'étais un ancien PALADIN, donc je sais me battre malgré mon faible physique et mes cheveux long »

Leur quête démarrait sur les chapeaux de roue comme on le disait bien, mais bon, c'était aussi peut-être le début d'une sorte d'amitié, à voir pour l'heure l'aventure l'appelait, les appelaient ! En route !

« Bref, allons y ! On a une Balverine à capturer ! »


© one more time.
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMer 8 Juil - 0:40

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Orion Aiwendil »

Oui, je le sais. Ce n’est pas très courtois de se moquer ainsi mais finalement… Je ne me moque pas ! Je ne fais que dire la vérité. Cet homme, tout aussi possible qu’il soit, ressemble de trop à une demoiselle pour ne pas intervenir sur la question ! Je n’invente rien, mes yeux ne font que décrypter l’inévitable. Je me marre intérieurement de cette bassesse. C’est bien digne de moi ça. Rentrer dans le lard avant même d’avoir réussi à ratisser un minimum le terrain d’entente. D’ailleurs, le regard noir que je reçois en retour à ma petite provocation veut tout dire. Ça n’a pas du plaire. Je le vois passer devant moi comme s’il me snobait tout en baratinant des mots en réponse à ma petite attaque ironique. Je bombe presque le torse en prenant un air faussement sérieux pour renchérir.

« Moi ? Jaloux ? Ne me fais pas rire ! Mon minois est tout aussi jouissif que le tien ! Je suis même sûr que j’ai plus de succès que toi auprès des femmes ! »

Et sur ces mots, je lui tire la langue en affichant un sourire de vainqueur avant de reprendre la route et de le rejoindre rapidement. Il a raison. C’est qu’on a du boulot ici ! Et plus je tarde, plus Cirilla doit m’attendre. Ce n’est pas le moment de créer des colères inutiles. Je prends tout ça pour un jeu mais il suffit que mon compagnon ne soit pas un petit rigolo et c’est se mettre le coéquipier à dos tout de suite.

J’avance dans la forêt d’un pas nonchalant comme si je traversais le lieu le plus sécurisé du monde. Pourtant, je sens comme quelque chose qui me dit que ce n’est pas le Paradis ici. Le vent brasse les odeurs de la végétation mais également de ce qui se tapit dans l’ombre. Et le poil de la Balverine, c’est pas le plus savoureux des parfums. Ça grouille dans le coin. Inutile de faire trois mètres de plus pour le découvrir. Je finis par comprendre rapidement pourquoi cette forêt est synonyme de ravage. Si on ne prête pas attention au moindre détail, on se laisse vite emporter par ce côté attirant qu’apporte toute la verdure des arbres et autres plantes.

Je regarde Orion qui semble ne pas vouloir s’arrêter en si bon chemin. Je me demande s’il a capté que ça pue le carnassier à en vomir. Je m’arrête soudainement en faisant mine de tousser.

« Herm… Bon et bien toi qui es un ex-PALADIN ! Je te laisse passer devant. La cavalerie ne doit pas être bien loin et j’ai hâte de voir comment tu te débrouilles ! »

Autrement dit : « passe devant et prend l’assaut des fauves en premier ». Mais non ce n’est pas vil. C’est une technique d’approche. L’un avance et l’autre suit pour profiter de la faille qui se produira sous la déconcentration de l’ennemi. Pourquoi ce n’est pas moi qui passe devant ? Parce qu’Orion était devant et il parait que c’est mal poli de passer devant les gens. Je ne fais que respecter mon collègue !

© BY LOU' sur Epicode
Invité
« Invité »
MessageJeu 23 Juil - 14:59



A la recherche de la Balverine Borgne
~ Feat. Liam Felnoir

Il le cherchait ! Ce bloond se foutait de lui ! Il le sentait dans ses paroles qu'il n'avait pas confiance en lui ! Bon c'était normal et le paladin se rendit compte qu'il aurait mieux fait de ce taire. Sérieusement pourquoi il était là déjà ? Il lâche un soupire l'entente entre eux n’était pas gagner si aucun d'eux ne ferait d’efforts pour supporter l'autre. Son petit de monsieur je me sens supérieur en tout point l'agaçait. Toujours avoir raison sur tout et n'importe quoi... Qu'est-ce qu'Orion détestait ces gens là, et son petit sourire lui donnait envie de lui mettre une belle droite lorsqu'il ne le verrait pas venir.

Il était un ex-paladin mais il n'avait pas vraiment eut le temps d'apprendre tout les sors qu'il aurait souhaité. Orion grinçait des dents, mais qu'en avait-il à faire des femmes ? Sérieusement ? Là n'était pas là question ! Il n'était pas là pour sa et quand bien même il aurait une petite amie elle se lasserait vite de son comportement nomade ou de son caractère donc bon... C'était pas pour tout de suite qu'on verrait cet aspect romantique de lui.

Il avait envie de faire un meurtre mais il allait se retenir car au fond il avait besoin de lui pour avancer dans ce bois ! Il avait horreur qu'on se foute éperdument de lui, surtout en lui tirant la langue comme un gamin immature...encore venant d'une fille ou femme il aurait accepté mais là... Orion bouillonnait de l'intérieur. Il pourrait ce défouler sur la balverine s'ils la trouvaient, mais il avait peu d'espoir pour lui ce n'était qu'une rumeur et une légende urbaine.

Tss...Ils avançaient dans la forêt, voyant peu à peu l'entrée se renfermer parmi les arbres et les buissons. Orion lâcha un soupire, mi ses bras derrière sa tête et avançait désormais en tête de ligne fermant les yeux. Orion se stoppa net en reniflant les odeurs qui virevoltaient grâce à la petite brise de vent. Son instinct se méfiait presque automatiquement des ombres dans ce lieu et Orion tenait le manche de son épée prêt à intervenir au moindre mouvement suspect qui se profilerait à l'horizon.

"DIS DONC tu pourrais au moins avancer à coter de moi et pas derrière ! Sa fait suspect... tu voudrais pas que je monopolise le rôle du héros hein, je te vois venir à rester derrière pour prendre tes jambes à ton cou dès que le moment de la bataille va arriver..." Fis-il à moitié énervé, son visage crispé, et son pied qui tapait sur la terre de la forêt en disait long sur ses pensées. Pas besoin de ce retourner pour voir ce sourire béat et niais sur le visage de MONSIEUR LIAM...

© one more time.


HS : gomen pour l'attente ><
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMer 12 Aoû - 20:57

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Orion Aiwendil »

Je joue à un petit jeu dangereux là. C’est que vous voyez... quand il y a de quoi amener de la provocation quelque part, je suis toujours le premier à foncer dans la faille et à m’en amuser. Et là, c’est ce que je fais mais je n’ai aucune arrière pensée. Ce n’est que pure taquinerie. Pourtant je commence à sentir comme un sale désagrément de la part de mon interlocuteur qui prend tout ça bien trop à cœur. Aaah ces gens. Toujours à tout prendre au premier degré. Je ne fais que plaisanter un peu. Il a l’air sympathique ce mercenaire. Je n’ai jamais pensé le contraire. Même si pour le moment, il ne s’agit pas non plus de mon meilleur ami.

Je continue de suivre son pas en attendant sa réaction face à ma fausse couardise et ça ne loupe pas. Ce cher Orion pose les deux pieds en plein dedans. Non seulement il crache son venin mais en plus il est crispé comme un vieux qu’on va égorger dans la seconde en tenant fermement son arme pour se défendre en cas d’attaque. Il n’a pas tort. Les odeurs de fauve qui se dégagent ne sont pas loin mais mon flair de Lycan m’indique un détail que celui d’un Humain serait incapable de percevoir. La distance entre la source de cette odeur et nous. Il y a de la marge. Encore un peu. Sauf si la bête pique un sprint jusque là. En attendant le moment fatidique, je cherche à m’amuser encore un peu...

« Aaaaaah tu me traites de lavette ? Qui a la petite gueule de demoiselle rappelle-moi ? »

Mais au lieu de trouver l’effet de la boutade, Monsieur pique une colère dissimulée encore. Pas besoin d’être en face à face pour le comprendre. Son pied tape encore le sol et... Ah mais il va se décoincer le ciboulot ? Je lui saute presque sur le dos en m’accrochant à lui comme s’il s’agissait d’une peluche ou d’une personne qu’on a envie de câliner et je viens l’embrasser traitreusement sur la joue avec un élan de générosité absolu. Tout ça n’est que mise en scène bien évidement mais j’espère grandement décoincer ce mec qui plisse un peu trop des yeux à mon goût. Ou alors... le fâcher ? Il faut dire qu’un gros bisou de cette trempe de mâle à mâle... Mais quoi ! C’est amusant !

« Aller, fais pas la tronche et décompresse un peu ! Tu ne crois quand même pas que je vais te laisser faire tout le boulot ! Ma frangine ne me regarderait plus de la même manière si elle apprenait que j’ai fais le couard. Relax et détends moi ce visage crispé de grand-mère. Je t’aime bien va. »

Je le lâche, je passe devant lui et continue d’avancer en prenant les devants cette fois. Je peux profiter de ses quelques ronchonnements mais je n’en tiens pas rigueur. Je suis sûr qu’il a compris que je n’étais pas un mauvais gars. Juste gamin dans l’âme. Sauf qu’à taquiner mon collègue de mission, j’en ai presque oublié de rester vigilant. Et les quelques pas que nous avons continué nous ont mené dans une direction très peu encourageante. Les fragrances qui émanent de la forêt sont brusquement plus fortes et une d’entre elle me prend aux tripes. Mince. La distance a diminué. Fortement diminué. Quelle bande de crétins sommes-nous. Ça fonce droit sur nous.

« Merde. Pas par là... Viens... ! »

J’agrippe Orion par le bras non pas pour m’amuser mais pour lui faire comprendre que nous devons quitter ce sentier tout de suite. Je ne sais pas s’il s’agit de ce que nous cherchons ou pas mais c’est gros. Mon ouïe perçoit son galop et ce n’est sûrement  pas une biche qui arrive. Et si jamais il s’avère que ce soit une Balverine, nous ne sommes pas au mieux de notre stratagème absolument pas mis au point. Une Balverine prise au dépourvue, ça se négocie. Une Balverine déjà dans sa course prête à bondir sur sa proie, c’est déjà moins jouable.

© BY LOU' sur Epicode
Invité
« Invité »
MessageVen 21 Aoû - 0:56



A la recherche de la Balverine Borgne
~ Feat. Liam Felnoir

Sur le qui vive Orion tenait fermement son sabre qu'il avait sortit de son fourreau, la lame resplendissait et ne semblait guère abîmée pourtant elle lui servait depuis longtemps déjà. Il lui rendait juste de temps à autre sa brillance grâce à son salaire qu'il gagnait en faisait des boulots par ci et là, son travail de mercenaire quoi. Le flair du lycan était bien plus développer que le sien et c'était pour cela qu'il ne lui disait rien. Il avait besoin de lui tout comme Liam avait besoin de lui. Les deux le savaient pertinemment, pourtant ils se cherchaient des noises depuis tout à l'heure.

Depuis quand il le traitait de lavette hein ? Orion ne ce souvenait pas d'avoir employé ce mot. Et alors qu'il allait rétorquer la phrase de Liam fut la phrase de trop et là ce fut la main plutôt le coude d’Orion partit droit dans la tête de Liam. Oui c'était un sujet sensible pour lui, y pouvait-il quelque chose ? d'avoir un joli minois ?  Il n'avait pas choisi d'être ainsi ni de le devenir. Un mec avec les cheveux longs n'était pourtant pas si rare que ça ? Si ?

En attendant la petite gueule de demoiselle était là en premier plan, donc si jamais la créature se montrait s'était lui qui prendrait les premiers coups. Orion rougit et recula lorsque Liam lui sauta dessus, non mais il lui faisait quoi là ?! S'il voulait le décoincer s'était raté...Tout simplement, il repoussa violemment Liam sans retenue hors de son dos. Il l’aimait bien hein... Orion ne savait plus comment il devait considérer Monsieur Felnoir. C'était la première fois qu'on lui montrait autant "d'affection" depuis longtemps.

Franchement il s'en serait bien garder ! S'il ne tenait pas sa langue, il pouvait être sure que Rion irait lui tailler les veines ou raconter cette mésaventure à la sœur "chérie" de Monsieur. Le paladin reste là planté quelque seconde fixant Liam reprendre les devants comme un guide d'aventures... Orion soupire et lève les yeux au ciel et cherche comment répliquer à celui-là. Là cette tête blonde avait dû culot, beaucoup d’orgueil même, et son air malsain n'arrangeait rien.

« HEY BIEN PAS MOI SI TU VEUX TOUT SAVOIR sérieusement lequel d'entre nous est le plus âgé déjà ? » Fit notre homme au regard noisette pétillantes d'envie de lui en faire voir de toute les couleurs.Orion se tût remarquant que la forêt dans laquelle ils marchaient évoluait elle aussi. Il n'eut même pas le temps de dégainer son épée que déjà Liam le prit par le bras et l'emmena en sûreté. Serait-ce donc cette fameuse créature ? Dont parlaient les villageois ? Si c'était le cas ils étaient dans la merde et pas sortit de l'auberge. La journée allait encore être longue...

« Guide de malheur ! Rhaa c'est pas vrai ! » Fit le mercenaire en tendant son épée devant lui afin de briser une grosse racine d'arbre qui venait droit sur eux lorsque Liam voulu prendre la fuite avec lui.
« On va ou et on fait quoi maintenant ? »

© one more time.
Fatalité
« Petite bête vicieuse »
⌘ Messages : 44
⌘ Inscrit(e) le : 14/02/2015

Petite bête vicieuse
MessageMer 26 Aoû - 0:28

A la recherche de la Balverine borgne 4★
Renifle. Renifle. La bête sent la présence d’intrus sur son territoire et la méfiance qui l’habite depuis ce combat où elle a perdu l’usage de son œil se fait plus forte. Elle n’aime pas du tout cela mais elle ne se risquera pas à aller chasser sans être certaine de sa réussite à présent. Elle se glisse alors dans les fourrés et se met à chercher une piste sans avoir à se montrer, la bête doit avant tout trouver un point d’observation sécurisé non loin des voix qui s’élèvent de plus en plus fort maintenant. La Balverine ne met pas longtemps à repérer ces impétueux humains quand un autre son vient à capter son attention. D’autres créatures paissent paisiblement un peu plus loin. C’est risqué mais les bipèdes semblent se diriger dans une autre direction et l’appel de la nature se fait présente, après tout elle est suffisamment rapide pour se laisser aller à recueillir quelques victuailles. La voilà qui s’élance au pas de course sans se risquer à passer trop près de l’ennemi, qui d’ailleurs s’enfuit soudainement, ce qui l’arrange tout compte fait et attrape bien rapidement cette proie si petite mais qui suffirait comme amuse-gueule.
 
Le reste du troupeau s’enfuit d’ailleurs dans la même direction que le plat de résistance mais pour le moment cela ne préoccupe pas la créature plus que cela, trop occupée à dévorer, déchirer le morceau de viande encore chaud. Si les deux prochains sur son menu venait à crier devant une bande de petits lapins apeurés qui venaient à leur foncer dessus, peut-être qu’elle ne l’entendrait même pas. Pourtant au bout de quelques longues minutes des pas se font à nouveau entendre. Oh, c’est qu’ils reviennent dans sa direction. Tant pis il va falloir laisser là son repas tel un message pour les avertir de leur sort, accompagné d’un joli monticule de déjections fumantes. Les Balverines ont le sens de la poésie.
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageVen 4 Sep - 22:39

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Orion Aiwendil »

J’avoue que je pousse ma provocation loin. Ce pauvre Orion ne doit sûrement pas savoir si je suis vraiment quelqu’un de sympathique ou pas. Mais j’étais quand même loin d’imaginer que ma petite embrassade lui aurait fait tant d’effet. Il a rougit. S’il vous plait. Et ça, ça ne passe pas à côté de mes yeux rougeâtres qui brillent de malice.

« Alors comme ça Monsieur est sensible ? Intéressant ça ! ... Ne me regarde pas comme ça, j’ai pas dis mademoiselle ! Tu devrais me remercier et être reconnaissant. J’ai fait un effort ! »

Bon... Ça n’arrange rien et mon bel accompagnateur ne semble pas mieux m’apprécier. Ah ben, en effet. Vu ses mots, il ne m’apprécie pas. Quel dommage... Ce n’est que de la taquinerie. Encore un qui ne sait pas s’amuser ni même plaisanter. En espérant que mon geste de dernière minute pour nous sauver d’un fauve en course changera la donne. Si je n’appréciais vraiment pas Orion, je l’aurais laissé filer dans la mauvaise direction pour se faire dévorer. J’aurais chopé la Bête dont l’attention ne serait pas portée sur moi et ça aurait été vite emballé. Enfin presque. Ou pas.

Alors que je tente de retrouver la piste de ce qui nous a pris en chasse pendant notre fuite, je stoppe soudainement ma course. Ah non là, ça ne le fait plus... Je ne souhaite pas m’énerver contre Orion mais qui a dit que j’étais un guide ? Je suis dans le même merdier que lui et je n’ai jamais dis que je connaissais les lieux par cœur.

« Guide de malheur, guide de malheur... Je te signale que je n’ai pas de carte de cette forêt et que sans mon flair on fonçait droit dans la gueule du loup ! »
« On va où et on fait quoi maintenant ? »
« On sauve notre peau en allant là où y’a pas de bestiole pour nous bouffer le cul ! C’est quand même pas moi qui vais apprendre ça à un mercenaire ! Le bisou sur la joue t’a tant désorienté ? La prochaine fois je te roule une pelle. Ça pourrait être assez marrant. »

Je ne peux pas m’empêcher de rire à cette remarque malgré la tension qui n’aurait jamais du avoir à naitre entre nous. Je me dis qu’il serait temps de mettre les choses à plat et d’expliquer à ce bon monsieur que je ne fais que plaisanter. Mais je n’en ai pas le temps. Le galop reprend et ça arrive vite sur nous. Trop tard pour se planquer. Sauf que... ce n’est pas du tout une Balverine. Le temps de me retourner et de comprendre que... Des... lapins ? Je suis pourtant persuadé de ne pas avoir senti ni entendu ce type de gibier juste auparavant. Mes yeux ronds de surprise se tournent vers Orion qui ne manque pas de sourire. Un sourire qui veut tout dire.

« C’est ça. Moque-toi comme tu peux. Mais tu me dois quand même un service ! C’était pas un lapin tout à l’heure ! »

Et la seule façon de s’en assurer, c’est d’aller vers là où le petit troupeau est arrivé. Je ne demande même pas l’avis du mercenaire. Je vais aller vérifier ça par moi-même car je n’aime pas trop passer pour l’abruti de service. Mais ce qui se dresse devant nous est la pire des choses qui pouvait m’arriver. Ça pue. A mort. Et je ne parle pas du tas de merde qui est juste sur notre passage mais bel et bien du tas de viande morte juste à côté. Mon pas s’arrête et je retiens immédiatement Orion dans son avancée par le tissu de son vêtement. Je me plie littéralement en deux, tenant ce mercenaire avec force comme pour m’en servir d’appui.

« A... Attends... »

A croire que les Balverines ont de l’humour ici ! Me foutre un tas de chair fraiche morte sous le nez ! Alors que je ne supporte pas les odeurs de la viande déchiquetée ! Maudite sois-tu sale malédiction ! Mes jambes fléchissent. Mon estomac se retourne dans la seconde. C’est à peine si je ne vais pas rendre tout mon déjeuner sur mon comparse. Mon teint vire au blême et je finis par poser genoux et mains au sol, prêt à tout dégobiller.

« Ah... Ahahah... J’ai comme un... petit problème... »

Je n’ai plus qu’à mettre ça sur le dos des excréments pour passer sous silence cette malédiction qui me ronge. Si Orion l’apprend, je suis fichu...

© BY LOU' sur Epicode
Invité
« Invité »
MessageJeu 17 Sep - 0:31



A la recherche de la Balverine Borgne
~ Feat. Liam Felnoir

Pfff lui non plus n'avait pas de cartes sous le né, et il n'avait pas un odorat aussi développé que le sien apparemment. Il était sensible à certaines choses oui ! Donc ceci et alors ? Ce n'était pas lui qui allait lui dicter sa façon de faire ou de réagir tout de même ? Encore heureux qu'il avait pas dis Mademoiselle, Orion l'aurait surement laissé faire tout le boulot, il était rancunier sur certaines paroles et certains gestes. Il avait vraiment une confiance très basse envers cet acolyte. Envers ce type dont il ne connaissait même pas le prénom !

Mais la politesse ne viendrait surement qu'à la fin de l'aventure. Orion fixait le blondinet avec un regard très noir, et des yeux à moitiés entre ouverts signe qu'il était fatigué de toute cette agitation dans cette conversation. Il pourrait surement continuer à surenchérir pendant des heures que sa ne changerait rien à leur situation. Notre mercenaire lâche un soupire qui semblait venir du cœur, son maître lui avait pourtant dis d'essayer d’apprécier le travail en équipe et que cela pouvait donner quelque chose de bien au final.

Foutaises, oui si un jour il venait à gagner une infime partie de sa confiance, ce serait avec le temps et beaucoup, beaucoup d'efforts ! Pourtant Orion reconnaissait bien malgré lui que il avait du tact, de l'audace, et il aimait les gens comme sa. Alors peut-être que, notez bien le peut-être que s'ils s'en sortaient vivants de cette aventure il lui donnerait son prénom et nom en signe d'un infime dévoilement de confiance.

"CE n'ai pas tant le bisous sur la joue mais la manière dont monsieur se comporte pour des idioties pareil..."

Sauf qu'il lâcha la phrase en trop Orion allait brandir son épée vers sa gorge quand son sourire lui fit comprendre qu'il blaguait juste. Son humeur lui disait de ne pas répliquer s'il avait encore un peu de fierté à lui. Il était tenté de répondre au diable qui lui murmurait à l'oreille et entre l'ange qui lui disait de se calmer. Il grince les dents retire son épée parce que dans le fond il n'avait pas tord il lui devait bien une fière chandelle pour le lapin.

Sérieusement l'envie de rire n'était même plus là du côté d'Orion qui se lassait. De toute façon il aurait toujours sont mot à dire et il voudrait toujours avoir le dernier mot. Orion regarde l'inconnu sans bouger du petit-doigt pour essayer de le rattraper. Sans doute voulait-il vérifier à propos du lapin rectification du troupeau de lapins. Le voyant s'éloigner de trop il finit quand même par suivre ses traces et Orion se dit que sur le coup il aurait peut-être mieux fait de ne pas suivre son intuition... Sa puait, la mort et à mort. Pire que tout ce qu'il avait déjà pu ressentir. Cette chose quoi que cela pouvait-il être lui donnait même la nausée.

Orion fut retenu dans son élan pour allez voir de plus près malgré tout. Il lui tenait le poignet, et lorsqu'il le vit presque se plier littéralement en deux Orion en put s’empêcher de passer son bras pour le retenir juste avant qu'il ne retombe sur le sol humide de la forêt. Il avait remarqué qu'il avait voulu se tenir à lui, mais sa réaction fut presque immédiate en voyant son regard vaciller et suivre les mouvements de ses jambes.

"Eh qu'est...ce qui t'arrives ? sa va pas ressaisi toi !?"

On pouvait lire un petit peu d'inquiétude dans les prunelles de notre homme il n'était pas insensible à la santé d'un partenaire surtout lorsqu'elle se dégradait devant lui. Il était lourd, surtout qu'il venait de poser un genoux par terre et que son visage devenait de plus en plus pâle, dangereux pour eux ça. Orion n'avait d'autre choix que de le suivre, et l'accompagna donc à terre faisant une sorte de triangle avec ses genoux. Orion le laisse retomber sur le sol, limite s'il pouvait vomir il était certain qu'il le ferait sur lui alors Aiwendil s'écarte un peu par précaution sur le côté derrière le blond.

"Ouai bas évite de vomir sur moi d'abord, Monsieur aurait-il oublié qu'on a une vilaine créature à nos trousses ? Ou est-ce un signe de faiblesse physique ou une ..."

Non cela ne pouvait pas être sa... pas une malédiction il ne manquait plus que cela à la fête tiens !

"Est-ce que tu sais par ou elle arrive la créature ? Si cette chose qui se trouve devant nous lui as servi de nourriture ? ... tu t'appel comment en fait ? Moi c'est Orion et je propose qu'on revois la politesse plus tard"

Bah oui dans la précipitation des événements autant savoir comment s'appelait celui qu'on accompagnait, et tant pis pour la politesse ils avaient autre chose à penser et à avoir en tête là.

© one more time.
Fatalité
« Petite bête vicieuse »
⌘ Messages : 44
⌘ Inscrit(e) le : 14/02/2015

Petite bête vicieuse
MessageVen 18 Sep - 15:17

A la recherche de la Balverine borgne 4★
La Bête observe la scène a travers les fourrés, elle est menaçante mais silencieuse car cette fois il n’y a pas un mais deux bipèdes et son instinct lui souffle de ne pas se montrer imprudente. Pourtant sa fierté, si on peut appeler cela ainsi, s’en voit directement attaqué et les babines se retroussent, dévoilant ses crocs. Les Balverines sont connues pour être des monstres puissants et agressifs, très difficiles à abattre et quasiment impossibles quand elles agissent en bande. La créature sait très bien où elle se situe dans la chaine alimentaire mais elle est seule, trop prudente alors pour l’instant elle reste dans les fourrées en observant ses humains. La moindre inattention leur sera fatale, ça lui fera bien plus de viande qu’un pauvre lapin qu’elle n’a même pas réussi à finir.

L’un des deux s’écroule soudainement pour une raison qui lui échappe. Elle est bien évidement incapable de comprendre ce qu’il se passe mais elle comprend qu’il s’agit là d’une possible opportunité qui s’offre à elle. Sauf qu’elle attend encore un peu avant de tenter un peu, elle attend, et attend encore. Quand soudainement les fourrés de l’autre coté de la clairière remuent pendant quelques minutes. Serait-une compagne ? Le vent ne lui apporte aucune odeur, il souffle dans la mauvaise direction, elle ne peut attendre, comme les deux humains apeurés, que l’animal sorte de sa cachette.

Animal qui se révélera être un petit renard qui a senti la bonne affaire et qui doit avoir bien du cran pour s’approcher de deux êtres capables de le chasser mais sans doute que l’état de celui aux cheveux couleurs soleil l’aura rassuré. Quoiqu’il en soit, le carnassier s’approche suffisamment prêt pour se placer à coté de la carcasse, japper à l’attention de ces étranges humains avant d’attraper ce butin facile et s’enfuir aussi rapidement d’où il était venu. C’est comme si la forêt entière avait décidé de se moquer de ces intrus, au grand dam de la Borgne qui lâche un hurlement de colère. Elle n’a plus qu’à chercher une autre faille, prête à prendre en chasse sa nourriture, bien décidée à jouer avec, comme pour se venger de tous les affronts qu’elle a subit.
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageVen 30 Oct - 16:14

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Orion Aiwendil »

« Eh qu'est... ce qui t'arrive ? Ça va pas ? Ressaisis-toi !? »

Me ressaisir ? Il est rigolo lui. Il ne sait pas ce que cette malédiction est capable de faire. Face à un tas de viande aux odeurs normalement alléchantes pour nous les Lycans, je suis aussi fable qu’un pauvre lapin. Ah c’est bien ma veine ! Il ne manquait vraiment plus que ça. Je ne suis pas bien du tout et je peine de plus en plus à retenir mon estomac qui ne demande qu’une chose. Tout balancer à l’extérieur. Je me crispe comme je peux pour éviter le désastre, gardant mon regard vrillé au sol ou encore sur mon comparse qui se tient là où il faut : entre moi et la carcasse. Mon ouïe reste encore en alerte et les mots que ce mercenaire s’apprête à lâcher ne me plaisent guère. Déjà repéré ? C’est une blague. N’importe qui aurait pu vouloir dégobiller son repas devant un tas d’excrément, non... ?

« J’ai... J’ai pas oublié non... C’est... Enfin tu comprends... L’odeur de la merde après manger... »

Mensonges. Mais il faut bien sauver les apparences. Je tente de me redresser pour camoufler la chose. Il faut qu’on bouge. Malgré tout, l’odeur de la proie reste même si elle est mêlée à celle des entrailles de ce bout de lapin. Et cette Balverine n’est pas loin.

« Est-ce que tu sais par où elle arrive la créature ? Si cette chose qui se trouve devant nous lui a servi de nourriture ? ... Tu t'appelles comment en fait ? Moi c'est Orion et je propose qu'on revoit la politesse plus tard. »

La créature ? Je ne sais même plus tellement ça bouge dans mon estomac et... C’est mort. Je ne peux plus. Mes doigts viennent s’agripper à mon interlocuteur pour lui faire comprendre que je ne peux plus parler. Parce que... mes intestins refusent de coopérer et malgré la gentillesse soudaine dont peut faire preuve ce cher Orion, mon déjeuner vient lamentablement s’échouer près de lui. Une bien belle réponse à son prénom sympathiquement donné... C’est étrange comme ça va mieux d’un coup. C’est sorti. Et surtout... Ma pupille dérive vers ce bout de carcasse qui s’en va dans la gueule d’un renard qui n’a pas manqué de faire son apparition en laissant échapper son jappement inoffensif. Il me faut quelques secondes pour me remettre, relevant la tête vers cet homme qui ne sait pas s’il doit être soulagé ou vomir à son tour. Merci Renard, je te revaudrais ça un jour. Si la Balverine ne t’a pas bouffé avant.

« Ouais... C’est ma façon à moi de me présenter... quand ça va pas... Mais je t’assure... Orion c’est sympa... Moi c’est Liam. Et... Comment dire. Désolé pour ça mais quand ça doit sortir... Dis-toi qu’au moins, je ne risque pas de te rouler une pelle maintenant ! »

Un humour infaillible même dans les moments les plus cons. Mais ça permet de faire oublier ce petit désagrément. Sauf que le hurlement de la bête me rappelle à l’ordre. A découvert comme ça, on n’est pas au mieux placé. Mais aller au fin fond de la forêt, c’est tout aussi suicidaire. Que faire. Les suicidaires. Je tousse un peu pour tester mon estomac avant de reprendre la route. Finalement, vaut mieux être au sein des branchages qu’à pleine vue. Et puis, n’est-on pas là pour ramener ce gros tas de dents ?

« Bon et bien, vu que tu veux savoir où est Madame Créature, on y va. C’est bon, j’suis prêt. Le ventre vide mais... T’as pas une pomme ? »

Une pomme... Ça craint. Vraiment. Je ne perds plus de temps pour tapoter l’épaule d’Orion, lui intimant de reprendre la route. Je prends le chemin de la forêt sans même lui demander son avis mais c’est qu’on traine avec tout ça. Une personne lambda dirait que l’endroit est magnifique. C’est le cas. Si on met de côté le fait qu’il s’agisse d’un nid à bestiaux. Ma précipitation à l’intérieur de la végétation est soudaine mais j’avais aussi envie de fuir cet endroit encore rempli d’odeurs de viande fraîchement charcutée. Orion ne semble pas comprendre et c’est même fort possible qu’il se demande pourquoi aller tout à coup dans la gueule du loup alors que juste avant, je voulais éviter la confrontation.

« Si tu veux tout savoir, la Créature comme tu dis, attend le bon moment pour nous prendre. C’est pas comme si on n’était pas voyant au milieu de rien. Il vaut mieux... s’en rapprocher. Mais cette fois mon flair est bon, elle ne me prend pas par surprise. Pas de souc... »

Ça craque pas loin. Ah si. Soucis peut-être. Je regarde Orion sérieusement qui lui par contre, se demande si je sais où je vais.

« Quoi... Je te dis que ça va le faire ! Elle est encore loin... Sors ton épée et on la prend par surprise... Aller ! »

© BY LOU' sur Epicode
Fatalité
« Petite bête vicieuse »
⌘ Messages : 44
⌘ Inscrit(e) le : 14/02/2015

Petite bête vicieuse
MessageMer 13 Jan - 0:50

A la recherche de la Balverine borgne 4★
Le mécontentement de la bête vient de lui faire louper une occasion en or. L’un des bipèdes semble être mal en point et cela aurait été une occasion si facile d’aller les cueillir sur l’instant. Mais non, elle n’en a pas profité. Peut-être a-t-elle observé le petit animal partir avec son repas précédent, peut-être a-t-elle été rebuté par cet odeur de vomi frais que le vent aura apporté dans sa direction. Ou peut-être veut-elle juste jouer pour attendrir la viande. A moins qu’elle ne se méfie, la créature ne se souvient que trop bien de ce combat qui lui aura fait perdre son œil. Ce genre de proie n’est pas si facile et si elle ne la prend pas dans un piège dont elle est certaine d’obtenir la suprématie, jamais elle ne se lancera dans une attaque.

Elle tourne derrière les arbres, tournant en cercle autour de ces êtres dénués de poils, tapie dans l’ombre des feuillages. Elle est en chasse. La bave coule de ses babines et le silence s’est comme écrasé dans les alentours. Plus un seul oiseau ne gazouille, les petits herbivores ont fui dans leur terrier. On n’entend plus que les sons incompréhensibles produits par ces deux étrangers et incompréhensibles pour les habitants des bois. L’endroit est devenu si dénué de bruits que le craquement d’une branche sonne comme un coup de tonnerre. Raisonnant dans les environs.

Sauf qu’il est trop tard pour s’alarmer. Ces deux-là ont eu la mauvaise idée de s’enfoncer dans les fourrées, entouré de verdure, de cachettes et de si peu de place pour se mouvoir. Trop près des arbres. Il a suffit d’un bond. Le choc est d’une violence inouïe quand la Borgne s’écrase de tout son poids sur l’un des hommes. Sa gueule s’est enfoncée aussitôt dans son cou, lacérant la chair, le sang s’échappe à flot à travers cette veine coupée. Comme une revanche savourée, le monstre laisse tomber sa proie dans le boue tandis qu’elle se meure doucement en se vidant de son sang. La gueule puant la mort et le sang s’ouvre menaçante envers celui qui se tient encore debout. Pour combien de temps encore ?

    hj : puisque pour le moment on ne sait pas si le remplaçant d'orion peut venir de suite, on continue à deux pour au moins finir sinon ^^
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMer 17 Fév - 17:47

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Orion Aiwendil »

Mon dieu ce que j’ai faim. Ce n’est pourtant pas le moment de penser à manger mais quand je vide mon estomac de la sorte à cause de cette satanée malédiction, je ne peux rien faire de bien sans avoir comblé tout ce que j’ai dégurgité. C’est peut-être même d’ailleurs pour ça que j’ai un peu précipité Orion pour qu’il se bouge afin qu’on avance dans cette forêt qui ne demande qu’une chose : nous étouffer dans un piège. Mais en même temps... Dehors ou dedans, nous sommes des proies quoi qu’il en soi alors autant aller chercher la créature dans son antre. Mais si j’avais su...

Plus on avance et moins je suis rassuré. Non pas que j’ai peur mais ça sent trop le roussi pour que je puisse me détendre comme j’ai l’habitude de le faire. Sans compter que mon comparse est tout à coup muet. Et l’odeur des tripes à l’air de cette carcasse est encore à moitié présente dans mes narines ce qui a tendance à remuer encore un peu mon estomac à peine remis. Mes pupilles roulent à droite puis à gauche. Je ne vois rien et pourtant, mon odorat est ferme. Elle est forcément là mais le vent et le reste de mon malaise perturbe mes sens. Sauf peut-être mon ouïe qui capte un silence bien étrange. Ma main retient soudainement mon compagnon de route le forçant ainsi à s’arrêter.

« T’entends ? »

Bien sûr que non, Orion n’entend rien. Parce que justement, il n’y a plus aucun bruit mais j’essaie comme je peux de lui faire comprendre que la situation est alarmante. Voire même trop dangereuse pour que deux clampins comme nous soyons capable de gérer la situation. C’est trop calme... Mais c’est trop tard. Le temps d’assimiler le bruit déclencheur de l’attaque qu’Orion est déjà victime d’un coup mortel. La violence de l’impact m’éjecte sans même que je puisse faire quoi que ce soit.

« Or... »

Rares sont les fois où je perds mes moyens mais ne pas avoir calculé cet assaut et par conséquent, avoir laissé mon coéquipier se faire avoir est déconcertant. Ce sont des billes vides de toute expression qui se dessinent sur mon visage traduisant l’incompréhension et la perturbation qui me gagne. Et voir Orion se faire dévorer sans pouvoir rien y faire n’arrange en rien mon état presque léthargique. Seul le bruit sourd du corps mourant qui chute au sol me réveille et me ramène à la réalité. Je suis un lycan certes mais là, il ne fait pas nuit et il n’y a pas de pleine lune. Et donc, je suis tout aussi dans la merde que ce mercenaire qui vient d’y laisser sa peau. Et que pourrait faire une simple fronde contre un molosse aux crocs acérés ? La fuite ? Je soupire agacé, jetant un œil au cadavre chaud qui ne tardera sûrement pas à réveiller mes intestins. Bien qu’humain, il reste de la viande après tout.

« Et merde... Navré mon ami mais là, c’est chacun pour soi... »

Tenter un tel humour est bien déplacé mais à quoi bon tenter de réparer les choses ? Il est mort et je n’ai pas réellement envie de finir en charpie à mon tour. Ce n'est pas vil, non. Je suis juste réaliste et de plus, je ne connaissais pas plus que ça cet homme. Alors pourquoi pleurer ? Et ma sœur serait bien trop attristée si moi, je venais à crever. Et elle m’en voudrait encore même dans ma tombe. Pourtant, ça me fait bien chier de laisser l’opportunité d’une belle récompense s’échapper. Mais réfléchir n’est pas trop à ma portée. Le grognement en face de moi se rapproche. Un assaut d’une telle proximité et je suis mort. C’est plus la peine de penser à fuir... Un pas et ce carnivore m’aura rattrapé avant même que je fasse un mètre. Sauf si... Un éclair de génie. Si je puis me permettre l’expression. Je n’ai plus qu’à miser sur mon pouvoir pour bouger un peu plus vite et... finalement tenter de griller le poil de Madame Poilue. En quelques secondes, mon corps devient aussi chargé qu’une pile avant de se déplacer à quelques mètres de la Balverine.

« Steak grillé, ça te dit ? »

Sauf que je ne peux pas jouer à la pile électrique bien longtemps. Si je n’arrive pas à maitriser la Bête rapidement, c’est moi qui suis grillé...

© BY LOU' sur Epicode
Al'rac Suvanah
« Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?! »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 22/03/2016

⌘ Reroll : Nope

Fiche de Skills
◊ Classe: Artilleur
◊ Pouvoir: Pacte armé
◊ Malédiction:
Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?!
MessageMar 29 Mar - 0:57

Équipé de sa pioche légère et de son pistolet, Al'rac n'était pas tombé sur une mission des plus aisées. mais ainsi était la volonté du maître; miner du plomb, sûrement introuvable dans les montagnes qui entouraient le bois, pour le lui faire rentrer dans la tête. Peut être bien littéralement, même. Il avait encore tenté de modifier ses armes, malheureusement, il n'avait été ni discret, ni prudent et le lycan s'était fait griller assez vite. D'ailleurs, le jeune homme gardait la trace de cette interaction au travers de son œil au beurre noir, acquis quelques minutes plus tôt. Son œil, le poing du maître. Un véritable amour qui se dévoilait au moins une fois par jour.

Marchant dans les bois, prudent et réactif, il espérait ne pas tomber sur le moindre Balverine, bien que cela puisse faire rire Unuuda aux éclats si jamais il revenait dans le village poursuivi par ces tas de poils. Pourtant, une odeur si particulière, véritablement nauséabonde était aisément percevable depuis les quatre coins du pays. Du vomi... ! S'en mêlait une forte odeur de sang. Al'rac, assez dégouté par ce mélange plutôt exécrable, n'osait s'imaginer quel genre d'événement se produisait dans les environs. Mais sa curiosité fut plus forte que tout; après tout, peut être qu'il verrait un Balverine, de loin, de très très loin, ou un quelconque animal étrange... Il se mit à marcher rapidement en direction de la source de l'odeur, une main sur son nez, se bouchant les narines. La découverte fut alors des plus charmantes...

En effet, il y avait réellement un Balverine, mais pas que; il restait un homme blond... et un cadavre dont le cou avait été déchiqueté, très certainement l'œuvre de l'autre bestiaux. Il se mit alors à observer la situation, caché derrière un arbre assez bas, sur lequel il commença un grimper pour s'asseoir sur une des branches les plus solides. Il pensait alors que s'en était fini des deux hommes qui se trouvaient là. Était-ce des voyageurs ? Si c'était le cas, y'avait moyen de procéder à une fouille générale. ... Bah quoi ? L'argent n'a jamais été utile à un mort. Al'rac se concentra sur le blondinet, n'étant pas un fan avisé des cadavres, dont la vue avait failli lui retourner l'estomac.

Quelle surprise se fut lorsque celui-ci déclencha son pouvoir; un électromorphe ! Al'rac ne pu s'empêcher de pouffer légèrement, associant le pouvoir de l'inconnu avec sa couleur de cheveux. Peut être qu'il n'était pas complètement perdu, dans ce cas... Pourtant il n'avait pas spécialement l'air d'être au top de sa forme. Le jeune adulte le regarda faire pendant quelques minutes; ce type d'affrontement n'était clairement pas commun, c'était certain. Du moins pour Al', qui était plutôt habitué aux simples combats de rue. d'ailleurs, il se demandait s'il pouvait aider cet homme. Vu la carrure de la créature, un coup de pioche , même de dos, serait totalement contrecarré, et aisément d'ailleurs. Que faire... ? Comment faire pour qu'un éventuel coup de main soit rentable ?

Il n'eut pas à réfléchir longtemps et sorti son pistolet à mèche. Il pointa alors le canon en direction de la bête, espérant qu'elle ne bouge pas trop, et fit claquer le chien en acier. Un intense son de claquement retentit et une fausse balle de feu fut tirée. Il avait l'intention de rebondir sur la stupide blague de l'inconnu.

"- Tu préfères la viande grillée ? Haaawn, saignant c'est bien meilleur ! Au fait, c'est 50 Orins par tir."

Voilà, ça, c'était fait. Maintenant, fallait savoir s'il était en mesure de toucher sa cible comme il fallait, à moins qu'elle ne montre une souplesse insoupçonnée ou une résistance au feu inattendue. Ce qu'il s'avait, c'était que l'odeur des poils cramés allait très certainement le faire vomir, ça commençait à être beaucoup, comme mélange nauséabond...
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMer 20 Avr - 18:19

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Al'rac Suvanah »

Je fais le malin avec des jeux de mots pourris devant la Bête mais je ne suis pas forcément hyper rassuré. Je suis souvent sûr de moi et je déteste par dessus tout démontrer une faiblesse devant les autres. Mais là, il s’agit d’une Balverine, bordel ! Et en fait, je me rends compte de la gravité de la situation et de la puissante faiblesse que j’ai face à un molosse pareil uniquement depuis la mort d’Orion. Le voir se faire déchiqueter comme ça en deux temps trois mouvements m’a ironiquement ouvert les yeux sur le fait que je ne suis qu’un tas de chair et d’os pour ce genre de prédateur. Un coup de patte ou de gueule, et c’est réglé. Et ce n’est pas avec une fronde comme unique arme que je vais faire des miracles. Non mais... Pourquoi je suis ici... ? Ah oui. Pour la frime. Ben j’aurais mieux fait d’y penser deux fois avant de faire le con.

Je continue de faire quelques mouvements autour de la Balverine avec mon pouvoir actif pour essayer de gagner du temps. Mais gagner du temps pour quoi ? Qui se baladerait dans le coin pour s’immiscer dans ce combat et tenter de me sauver la peau. Personne. Et au pire des cas, même si un inconscient passe par là, il faudrait qu’il soit complètement jeté du cerveau pour se lancer corps et âme dans la gueule du loup. Je commence à fatiguer. Je n’ai aucune solution efficace qui me vient en tête. Le souci, c’est qu’en face de moi, la Bête est toujours en forme et je peux entendre ses grognements qui signifient largement que le jeu est terminé. Sans compter que l’odeur qui émane du cadavre d’Orion commence à me monter aux narines. Merde. Je ne vais tout de même pas encore dégueuler ici... Tant pis. La fuite. Je ne vois plus que ça. La honte mais bon, j’ai pas envie de finir en tranche. Un coup par de ma fronde pour détourner l’attention de mon assaillant. Sauf qu’un bruit bien plus sourd résonne tout à coup.

« Tu préfères la viande grillée ? Haaawn, saignant c'est bien meilleur ! Au fait, c'est 50 Orins par tir. »

Que ? Pardon ? La surprise du son d’une voix inconnue me fait perdre en concentration. Mon corps reprend alors son allure normale et mes yeux tournent vers les hauteurs, en direction de ces paroles. Hein ? Mais c’est qui cette andouille ? Il se paie ma tête ? 50 orins ? Mais c’est vachement cher... ! Quoi... Vous pensiez que j’allais réagir sur quoi... La blague ? La blague est parfaite mais me faire payer une aide... ! Le sale corniaud !

« Je suis peut-être dans un sale pétrin mais c’est pas pour autant que je suis con... ! Tu oserais me laisser crever si je refuse de payer ?! »

Et instinctivement, je lui tire la langue en lui montrant mon œil du doigt. Réaction ingrate pour quelqu’un d’ingrat. Mais en soi, je suis bien content intérieurement de voir que j’ai tout de même échappé à un coup grâce à la détonation de son arme. On pourra dire que son intervention m’aura sauvé la vie. Et j’échappe de justesse à un second impact quand je sens in extremis un claquement de crocs près de mon visage. Nom de... J’avais presque oublié la Balverine. Je manque de tomber à terre en évitant la catastrophe. Il faut que je m’éloigne... Vite.

« Merde... Ce serait vraiment con de crever sous les yeux d’un témoin... »

Je fais l’électromorphe une dernière fois afin de m’éloigner au plus vite, prenant la direction de l’arbre où est perché mon « bienfaiteur ». J’espère que ce truc ne grimpe pas aux arbres facilement. Je fais style de m’installer à côté du jeune homme en face de moi qui sent que trop bien le loup... Un Lycan donc ? Quelle aubaine. Dommage qu’il ne fasse pas nuit. Parce que là, nous ne sommes que deux loupiots sans défense.

« Okey. Parce que tu m’as sauvé la vie, je peux te filer 50 orins pour tous les tirs. Pas un de plus. Sinon je me sers de toi comme bouclier ! Je peux m’en sortir comme ça aussi, tu ne crois pas ? Ceci dit, je suis ravi de te voir ici. Je commençais à me sentir seul. Mon pauvre Orion a décidé de me laisser en servant de repas. Tu trouves ça normal toi ? En plus il s’est laissé manger les tripes et l’odeur n’est pas agréable... »

Humour. Oui oui. J’aime faire de l’humour quand on est dans la merde. Autant mettre une bonne ambiance pour créer un terrain d’entente entre nous, non ? Sinon on va crever tous les deux si on ne se met pas d’accord.

© BY LOU' sur Epicode
Fatalité
« Petite bête vicieuse »
⌘ Messages : 44
⌘ Inscrit(e) le : 14/02/2015

Petite bête vicieuse
MessageDim 1 Mai - 23:50

A la recherche de la Balverine borgne 4★
Le cadavre n’est pas encore entamé que la Balverine cherche déjà à rajouter le second lapin à ses prises. Elle aurai pu se contenter du premier bipède, mais il serait dommage de laisser partir une proie aussi facile. Un coup de griffe supplémentaire et ça lui fera une bonne réserve à aller enterrer sous des racines pour plus tard. Sauf que cette proie résiste et attaque, rien qui ne ferait fuir le chasseur, mais voilà la bête qui ne peut se rapprocher, obligée de faire quelques pas en arrière pour éviter le contact avec cette boule électrique. Les dents claquent, les griffent raclent le sol, sans qu’aucun centimètre ne soit gagné par l’animal.

Pourtant, elle est prête à bondir, attendant la moindre faille de son déjeuner. Enfin, quand le danger sera moins risqué pour elle. C’est à ce moment-là qu’un coup se fait sentir, une petite douleur succincte se fait sentir dans son corps. Oh, rien de bien méchant pour une bête aussi corpulente, mais assez pour la blesser ou la ralentir sérieusement. Son attention est toutefois attirée par ce coup bas, la créature cherche ce qui a osé l’attention en traître. Elle flaire et se rend compte qu’une autre présence se trouve pas loin, il lui faudra chercher un peu avant de repérer l’autre bipède qui est perché dans les arbres.

Une grondement sourd sort de sa voix et elle laisse filer la seconde chair fraiche sans arriver à l’attraper au passage. Ce qui n’arrange pas l’humeur de la Balverine, heureusement pour elle, ce n’est pas un arbre qui va l’arrêter. Malgré son poids, elle reste rapide et agile et quelques coûts de griffes suffissent à lui grimper la maigre distance qui la sépare des deux humains. Par contre, atteindre une branche est beaucoup plus compliqué compte tenu de son poids. Il lui faut tendre la patte pour essayer d’attraper une jambe ou un autre bout qui dépasse. Ce qui n’est pas facile. Les hurlements qu’elle pousse alors sont loin d’être des plus rassurants, traduisant toute la colère qui se cumule en l’animal. Si l’un des deux hommes se fait prendre, le destin qui l’attend risque d’être très, très douloureux.

Al'rac Suvanah
« Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?! »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 22/03/2016

⌘ Reroll : Nope

Fiche de Skills
◊ Classe: Artilleur
◊ Pouvoir: Pacte armé
◊ Malédiction:
Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?!
MessageLun 2 Mai - 15:27

Al'rac ricanait en le regardant râler. La balverine était dangereuse mais il éclatait de rire en voyant le blondinet tenter de la fuir. Sa situation était particulièrement délicate mais le jeune homme considérait que c'était mérité. On ne tente pas de refuser de payer un bon samaritain. 'Question de principe. Du moins quand on essaie d'en être un l'espace de quelques instants profitables pour sa propre bourse. Finalement, il monta à la vitesse de l'éclair -c'est le cas de le dire- sur la branche ou Al'rac se trouvait déjà. Quel trouillard ! Al' pouvait parler mais c'était lui que la balverine voulait, pas l'apprenti artilleur !

"- Nan, 50 orins par tir, c'est absolument pas discutable. J'aurais pu te laisser te faire bouffer. Tu penses pas ? Je sais pas comment t'en es venu à croiser c'bestiaux mais j'espère que t'as quelque chose d'utile pour l'affaiblir un peu plus ou la faire fuir... Elle avait pas l'air de craindre tes p'tits éclairs."

La balverine, elle, semblait n'en avoir que faire de leurs arrangements, et, dans une rage certaine, exprimait sa colère à l'aide de grondements et hurlements significatifs. La taille de la bête et son agilité firent d'elle un individu dont la dangerosité était nettement plus importante que ce qu'Al'rac aurait pu penser. En effet, à l'aide ses énormes griffes, elle grimpait avec aisance dans l'arbre mais n'essayait pas de grimper dans la branche qui commençait déjà à être instable. Al' n'eut pas le temps de dégager ses jambes qu'elles étaient déjà à la portée de la créature sanguinaire et les griffes plantées dans sa chair était réellement douloureuses. Aussi, il était agrippé et à moins de sacrifier son membre il n'aurait aucun moyen de s'en décrocher sans tomber. Mais à ce stade, les deux lycans n'était plus en sécurité en hauteur. Aussi, Al'rac chuta la jambe ensanglanté, gardant son arme à la main. Dans la panique, lorsque l'animal eut attrapé sa jambe et pendant la chute, il tira plusieurs coups de feu sans précision, dans l'espoir de ne serait-ce que toucher une partie sensible de la bête et la mettre hors d'état de nuire. Ce qui était en soi presque impossible. Il espérait alors que la balverine, dans sa rage, ne décide pas de le rejoindre tout de suite. Au sol, aussi proche d'elle, le jeune adulte était complètement vulnérable, trop faible pour l'affronter au corps à corps et très certainement pas assez rapide pour fuir l'animal. Pourquoi s'était-il lancé dans une situation aussi désavantageuse ? Si Liam refusait à présent de le payer il aurait des problèmes, c'est certain !

A présent il se retrouvait coincé, tentant de se redresser, une main sur l'épaule qui s'avérait douloureuse après la chute. Rapidement, il fouilla ses poches en quête de munitions, tentant de réfléchir à la vitesse de l'éclair sans parvenir à avoir les idées claires. Pourtant, c'était le job du blondinet de faire des étincelles ! Il n'en trouva que trois, c'était des balles collantes. Pas sur que la quantité suffise à stopper les mouvements de la créatures, mais ça valait le coup d'essayer et il n'avait de toute manière plus le choix. Chargeant son arme, rabaissant le chien en acier et bloquant les plaques de platine, il fut prêt à tirer. Il appuya sur la détente à deux reprises, utilisant deux balles gluantes qui déployaient la substance collante en la projetant vers la balverine. Il attendit peu de temps avant de tirer une troisième fois... tir qui se résultat par un échec cuisant. En effet, la troisième balle était instable et explosa à l'intérieur même du canon de l'arme, propageant la matière gluante à l'intérieur de l'arme et à l'extérieur; le canon était bloqué, tirer une nouvelle fois, à vide cette fois-ci, pourrait facilement enflammer l'appareil. Il secouait son arme, passa sa veste dessus pour tenter d'enlever la matière verdâtre, mais sans aucun résultat concluant.

"- c'est pas vrai... ! hé, machin, c'est le moment de lui griller les neurones !"
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMar 17 Mai - 19:09

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Al'rac Suvanah »

« Je suis là pour l’appât du gain, mon ami ! »

Bien évidemment qu’elle n’allait pas craindre mes éclairs puisque c’est inoffensif ! Ça me transforme juste mais à part filer un petit coup de jus, ça va pas faire grand chose si ce n’est l’écarter quelques secondes. Il ne manque pas de culot ce petit loupiot ! Si j’étais un gars vraiment méchant, je lui ferais ravaler ces paroles directement. Oser me faire marchander dans un moment aussi crucial. Mais je ne suis pas un mauvais gars et bien au contraire, je suis obligé d’admettre que sa manière de soutirer de l’argent en toute circonstance est pas mal pensée. Dommage que j’en sois la victime maintenant. Parce que 50 orins par tir, faut pas pousser quand même. Je ne suis pas riche.

« Tu ne manques vraiment pas de culot toi. Je n’ai pas le choix, il va falloir que je me serve de toi comme bouclier alors. »

Bien évidemment, je plaisante. C’est dans un faux geste que je mime l’action de le pousser. Car même si je ne veux pas payer, je ne vais pas non plus offrir à cette créature un mec qui n’a rien demandé. C’est une chance qu’il soit là. Sauf que je n’avais pas pensé que la Balverine allait vraiment grimper aux arbres aussi rapidement et facilement. Mince de chez mince ! Et là, on est comme deux pauvres imbéciles qui sont bien coincés sur leur pauvre branche qui tangue comme un mât pris dans le vent. J’ai à peine le temps de relever mes jambes que je manque de tomber. Et par réflexe, je me rattrape à une autre branche. J’ai cru que mon homologue ferait pareil mais il a eu moins de chance. Le voilà pris entre les griffes de la bête et en plus, il chute... !

« Merde... »

Oui merde parce que sincèrement, j’voulais pas l’envoyer au casse pipe le pauvre... ! Et en plus il se dépatouille comme un manche avec son arme. Et de là où je suis, inutile de tenter de faire du mal à un gros calibre comme ça avec une fronde... Ça lui fera l’effet d’une piqûre. Rien de plus.

« C'est pas vrai... ! Hé, machin, c'est le moment de lui griller les neurones ! »
« Ah navré mais moi c’est Liam ! Alors ? On négocie toujours pas les 50 orins pour tous les tirs ? Tu préfères te faire bouffer ? »

Je fais toujours de l’ironie mais croyez-moi que je ne perds pas de temps pour foncer sur la Balverine pour au moins la détourner de son but premier. Sinon le pauvre lycan servira de pâté pour chien. J’active mon pouvoir pour me propulser de la branche qui casse sous mon élan, me projetant contre la boule de poil en espérant ainsi lui donner une bonne douleur dans les côtes. Juste de quoi lui faire lâcher prise. Heureusement qu’elle se trouve légèrement piégée par ces machins gluants, ça me laisse juste quelques secondes pour tirer mon coéquipier d’infortune du champ d’action de la Balverine et de nous planquer en nous transportant avec rapidité quelques mètres plus loin, derrière un arbuste. Je ne remercierai jamais assez la nature pour m’avoir doté de ce pouvoir.

« C’est moi qui devrait te demander 50 orins pour assistance. Tu ne crois pas ? »

On n’est pas assez loin et la papote, nous n’en avons pas trop le temps. Mais avec le lycan blessé, on ne risque pas de courir bien loin. Une idée me vient à l’esprit mais c’est comme tenter de vouloir traverser la Mer avec un trou dans la coque. Mes yeux sont rivés sur l’arme recouverte de truc dégueulasse qui pourtant, semble être un atout.

« Elle fonctionne encore ? ... Écoute. C’est cool d’être électromorphe mais ça ne me permets pas de griller la viande. Juste de quoi lui faire hérisser le poil. Je n’ai qu’une fronde. Je peux faire des dégâts mais faut que je sois près et que ce truc ne bouge plus. Sinon j’ai moins de chance et en prime, j’me fais bouffer. Tu m’aides ? »

Et là, je me dis qu’il serait bien capable de replacer son marchandage.

« ... Gratuitement ? ... Je t’offre une bonne boisson dans mon bar au pire... ? »

© BY LOU' sur Epicode
Al'rac Suvanah
« Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?! »
⌘ Messages : 55
⌘ Inscrit(e) le : 22/03/2016

⌘ Reroll : Nope

Fiche de Skills
◊ Classe: Artilleur
◊ Pouvoir: Pacte armé
◊ Malédiction:
Tu le veux ton coup de pioche ?! Tu le veux, dis ?!
MessageDim 22 Mai - 17:51

Suite aux dires du blondinet, Al'rac eu un blocage et grognait, hésitant à jurer contre lui. Mais son nouveau porte-monnaie agit suffisamment rapidement pour éviter les diverses insultes que le lycan était en mesure de lui cracher. Par ailleurs, il n'attendit pas lui-même avant de tenter de se dégager de l'endroit ou il se trouvait. Au sol, il était terriblement vulnérable. Si seulement la pleine lune pouvait agir à présent ! même s'il ne contrôlait pas sa propre forme, il n'aurait pas de Mithril dans les parages pour le maîtriser et attaquerait la balverine sans broncher. Si jamais il attaquait Liam par la suite, c'était son problème, pas le sien. Pour le moment, il profitait de son aide pour s'éloigner et braquer son arme actuellement pratiquement inutilisable en direction de la créature sanguinaire. S'ils ne pouvaient l'éliminer il fallait au moins qu'ils parviennent à l'assommer ou l'immobiliser. Si les balles gluantes n'étaient pas aussi instables, il aurait pu se servir de cette matière pour attacher ses pattes, par exemple. Et éventuellement sceller sa bouche. Parce que là, c'était une véritable infection et Al'rac ne supporterait surement pas longtemps l'odeur nauséabonde de cette haleine bestiale.

Il écoutait le plan de l'autre lycan. Dans une situation comme la leur, le marchandage n'était clairement pas négociable, bien que sa proposition faisait grincer des dents le jeune adulte. De la boisson ? C'était une récompense plus que tentante mais l'argent scintillant et le bruit significatif des pièces qui s'entrechoquent avaient quelque chose de plus attrayant. Cela dit, après un affrontement pareil Al'rac prenait cette proposition comme une invitation; plus le blondinet allait lui proposer d'alternatives de récompenses et plus l'apprenti artilleur serait en mesure de lui réclamer ce qu'il proposait comme un supplément. En voilà une idée intéressante !

"- ... Je peux tenter de tirer, mais on risque l'implosion et ça peut se retourner contre nous. J'ai pas envie que ça m'explose à la figure, donc, t'as intérêt à préparer ta bourse. Et pleine. Plus la boisson, je ne peux pas refuser une offre aussi gentiment proposée."

Il inspectait son arme, espérant que la Balverine ralentisse. Avec la chaleur que le canon dégageait suite aux différents tirs, la matière collante et gluante semblait moins solide. Aussi, il serait moins risqué de tirer. Il fouilla rapidement dans ses poches, en quête d'une munition sauvage dont la présence était quasi-improbable.

Peut-être est-ce le fait qu'il ai décidé d'aider quelqu'un pour une fois, à moins est-ce le fait qu'il ne se soit pas enfuit alors qu'il ai été mis dans une situation délicate, mais le karma semblait de son côté. En effet, au fond de ses poches se trouvaient une dernière balle gluante. ça passe ou ça casse.

"- Je vais tirer dans son dos. Tu as très peu de temps pour agir alors écoute bien. tu vas te servir de la chaleur dégagée par tes étincelles pour modeler tant que possible ce que je vais envoyer, tant que le slime est encore chaud. Je suppose que tu seras assez rapide transformé pour faire ça. Il faut absolument l'immobiliser. commence déjà à courir !"

Il n'attendit pas de réponse, il ne faut pas perdre de temps tant que la Balverine était en mesure d'agir. Il tira au dessus de la tête de la créature afin que le la matière verdâtre se propage dans son dos; maintenant, c'était à lui de jouer...
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMar 19 Juil - 22:57

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Al'rac Suvanah »

Combien de temps cet arbuste va nous tenir cachés ? Je n’en sais rien. Et c’est pour ça qu’il est important que l’on fasse vite maintenant. Mais je sens bien que l’idée de la boisson ne lui suffit pas au petit loup. Il n’a pas besoin de parler, son regard et la forme de ses pupilles qui me fixent veulent tout dire. Mais il ne va quand même pas s’entêter dans son marchandage maintenant ? Nous sommes quand même sur le point de nous faire bouffer tout cru par une Balverine en rage. Et lui, il veut s’obstiner ?

« ... Je peux tenter de tirer, mais on risque l'implosion et ça peut se retourner contre nous. J'ai pas envie que ça m'explose à la figure, donc, t'as intérêt à préparer ta bourse. Et pleine. Plus la boisson, je ne peux pas refuser une offre aussi gentiment proposée. »
« ... T’es pas sérieux là ? »

On se demande qui est le voleur des deux là. Parce que celui qui se fait littéralement piller, c’est moi. Et mon « sauveur » s’y prend d’une manière telle que s’en est d’une facilité déconcertante. Il a de la chance qu’on soit en situation critique le corniaud. En temps normal, il aurait pu aller se brosser mais après tout, on est dans la merde et il m’a quand même sorti du pétrin tout à l’heure. La moue que je tire est significative. Je tire la tronche quoi mais mon « tsss » confirme l’acceptation de la chose mais c’est bien parce qu’on n’a pas le choix. Enfin il s’active en trouvant un nouveau projectile. Et à l’écouter, son plan ne parait pas si mauvais. Encore faut-il que j’arrive à tenir métamorphosé le temps qu’il faut pour que sa substance coule comme voulu pour immobiliser la chose. En espérant cette fois que ça ne capote pas !

« C’est bon je suis pr... »

Le projectile part déjà... ! Ah mais j’étais pas prêt ! Heureusement qu’une fois en bleu, je me déplace vite. C’est une direction des moins rassurantes que je prends sans m’arrêter. Si je m’arrête, mon essoufflement va couper court à mon pouvoir et on peut dire adieu à notre plan qui parait bien mais à l’appliquer, ça me semble un peu plus bancal. Surtout que même en tournoyant autour de la Créature et au plus près de cette mixture gluante qui garde son aspect poisseux, je reste sans protection. Et il suffit que la Bête se fâche et trouve mon point de passage dans la trajectoire circulaire que je fais et c’est un coup fatal qui m’attend.

« C’est que ça donne le tournis tout ça... »

Mais je ne m’arrête pas. Bien au contraire, je tente d’aller plus vite en maintenant la substance chaude et en essayant de la moduler pour qu’elle recouvre les parties voulues pour l’immobiliser. Ça parait long mais laissez-moi vous dire que ça ne fait que quelques secondes. Je ne peux pas tenir en Electromorphe longtemps. D’ailleurs, mon point de rupture est atteint et je reprends très vite ma forme normale, crachant presque mes poumons sous l’effort. J’espère que cette matière verdâtre a assez coulé sur la Balverine pour au moins la solidifier un temps. Il ne me faudrait que quelques secondes. Enfin assez pour sortir ma fronde, viser et tirer. Mais où ?

« L’autre œil... Comme ça, elle aura les deux pareils. »

Quel humour débordant dans une situation pareille. Je sens la Chose hurler tellement elle n'est pas contente. J’ai juste le temps d’armer et de viser pour constater qu’elle se dégage déjà de son emprise collante.

« Mince... C’est pas très efficace son truc... »

Je tire. Et maintenant, advienne que pourra.

© BY LOU' sur Epicode


Dernière édition par Liam Felnoir le Mar 19 Juil - 22:58, édité 1 fois
Hasard
« Alea jacta est »
⌘ Messages : 17
⌘ Inscrit(e) le : 22/03/2015

Alea jacta est
MessageMar 19 Juil - 22:57

Le membre 'Liam Felnoir' a effectué l'action suivante : Joue avec ton destin


'Combat' :
Fatalité
« Petite bête vicieuse »
⌘ Messages : 44
⌘ Inscrit(e) le : 14/02/2015

Petite bête vicieuse
MessageLun 1 Aoû - 19:41

A la recherche de la Balverine borgne 4★
Si la créature pouvait crier quelques insanités, elle hurlerait certainement à ces deux saloperies d’humains de bien vouloir se laisser tuer puis dévorer. Sans rajouter de s’il vous plait en fin de phrase, cela va de soi. Bien évidemment, cela n’est point possible et personne n’ira songer à une telle image, en principe. Toutefois, cela illustre bien la colère de la bête qui voit une nouvelle fois son repas lui filer entre les griffes. Ce qui ne l’empêchera pas de se mettre encore à leur poursuite, une bête n’apprend pas de ses leçons ou plutôt... la rage de celle-ci et sa volonté de mettre à terre un bipède ne lui permet pas de prendre en compte ses limites.

La voilà entravée, clouée sur place par une chose qu’elle ne connait pas. Un piège qui n’a rien à voir avec son environnement naturelle. Elle se débat avec force, comprenant rapidement que la résistance est faible et qu’il ne lui faudra que quelques secondes, voire quelques minutes pour se dégager de sa pathétique prison. Hélas, ce qu’elle ne peut pressentir, c’est qu’à force de s’agiter dans tous les sens, même une créature aussi puissante qu’une Balverine finit par voir ses forces s’amenuiser avant de devenir complètement nulles.

La proie la plus mobile vient même la narguer, la forçant à accentuer les coups de griffes qu’elle lance dans le vide et puis. Le choc. Un large filet de sang lui recouvre l’œil encore valide. Celui-ci n’est pas touché, mais son arcade sourcilière est brisée. Impossible de distinguer quoique ce soit dans ces conditions. Même avec son dernier œil viable, voilà le monstre temporairement aveugle. Un cri de rage emplit presque chaque recoin du Bois de Brightwall. Est-ce la fin ? La bête reste sur place, soufflante, souffrante, à fixer l’être qui lui fait face et lui soufflant son haleine fétide dans la figure. C’est un combat de titan malgré la différence de puissance et le dernier coup sera surement le dernier.
Liam Felnoir
« Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens ! »
⌘ Messages : 77
⌘ Inscrit(e) le : 03/05/2015

⌘ Reroll : Aucun

Fiche de Skills
◊ Classe: Machiniste
◊ Pouvoir: Électromorphose
◊ Malédiction:
Hm tu le sens ce gigot d'agneau ? Non mais reviens !
MessageMar 1 Nov - 20:40

A la recherche de la Balverine Borgne

« with Al'rac Suvanah »

Le tir est parti mais je n’ai même pas le temps de voir sur le coup si la cible a été atteinte ou pas. Je suis plutôt entrain de me concentrer pour éviter ce coup de griffe qui part à une vitesse défiant toute concurrence. Et sans pouvoir s’il vous plait ! Ces Balverines sont vraiment des créatures stupéfiantes. Et faut vraiment être un taré du ciboulot pour vouloir se mesurer à elles. Ce que je suis quoi. Et mon collègue d’infortune semble tout aussi barré que moi. Surtout avec une arme de ce type qui ne fait que balancer des trucs qui collent partout. En fait, je suis même pas sûr s’il faut considérer cette arme comme efficace ou pas pour l’instant parce que tout ce que je vois là c’est que je manque de finir en lambeau. L’équipe de cinglés en fait. Sauf que l’équipe de cinglés elle semble quand même avoir réussi son coup ! Entre le moment où j’ai tenté d’esquiver la lacération et le moment où j’ai tiré, ça a fait « PAF ».

« Oh nom de... En plein dans le mille ! »

Dans le mille, non. Pas vraiment. Mais j’ai quand même bien visé et ça c’est du génie ! Elle a peut-être pas l’œil crevé la Madame mais elle crie bien sa douleur. Elle me balance bien son haleine dégueulasse sans la tronche aussi... Et ça, ça me fait moins marrer parce que c’est qu’il y a des relents de viande morte qui viennent titiller mes narines et ça, ça sent pas bon... Pas du t... Oh mince, j’ai la gerbe. Ah c’est vraiment pas le moment ! Et mon louloup là, il est où ? Il peut pas venir me filer un coup de main pour le coup de grâce, non ? Bon tant pis. Pas le temps. Il manquerait plus que la créature reprenne ses esprits et on est bon pour un tour. Je me décale un peu pour éviter ces odeurs et en regardant un peu mieux, je constate que la Balverine ne suit pas mon mouvement. Juste son museau semble bouger pour flairer mais au vu de ses grognements encore bien audibles, elle souffre carrément. C’est le moment. J’ai eu juste assez de temps pour récupérer et activer mon pouvoir quelques secondes. Ce qu’il faut pour lui donner un dernier coup bien puissant dans le crâne.

« C’est l’heure de dodo... »

Un second bruit de heurt. Et cette fois, je suis ravi de voir que le dernier hurlement est poussé. Voilà la bestiole qui tombe complètement au sol sous le choc qui l’a probablement assommée pour un petit bout de temps. Enfin j’espère. Je me laisse d’un coup tomber au sol à mon tour, retenant mon estomac qui manque de sortir de son habitacle. Ces odeurs sont insupportables. Satanée malédiction ! Ah mais il ne faut pas que je me fasse prendre ici. Il se moquerait bien de moi le petit corniaud... Je me redresse tant bien que mal et observe le résultat de notre duo improvisé.

« Et ben... C’est pas si nul que ça son truc gluant... »

Ma tête tourne vers mon acolyte encore caché derrière son arbuste.

« Hey ! Tu peux sortir de là, j’y ai réglé son compte à la vieille bête ! »

Je cale un pied sur la gueule de la Balverine inerte. Bien qu’en soi, ce soit une très mauvaise idée. Elle n’est pas morte, seulement sonnée. Et à vrai dire, on ne sait pas vraiment combien de temps elle va le rester. Mais le goût de la victoire, m’voyez ? Je ne fais pas trop gaffe à ces détails pour l’instant. Non. Je ne fais que gigoter des bras pour faire signe à mon pote de guerre de se ramener.

« Il faut absolument que tu me donnes la recette de ton machin qui colle là. Super efficace. »

© BY LOU' sur Epicode

A la recherche de la Balverine borgne 4★

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Lirtych :: Bois de Brightwall-