Partagez | 

Morceaux de chair et fragments d'os • pv Senka

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageMer 25 Mar - 23:43



Vêtue de la tenue traditionnelle du cercle, capuche levée, je parcours le grand cimetière du Falasmaryon comme j’en ai tant l’habitude. Cet endroit et ses habitants ne m’effrayent plus depuis longtemps, je vois même ces derniers comme des visages familiers, comme des voisins à qui ont fait aimablement coucou de la main dès qu’on les voit de loin. Sans aucun doute un comportement bien atypique en ces lieux mais ce n’est pas comme s’il y avait souvent des êtres vivants qui trainaient par ici et puis les spectres étaient plus agréables à vivre eux au moins. Enfin... façon de parler mais au moins ils ne m’enquiquinaient pas et certains me répondaient, j’en était persuadée dure comme fer.
 
Si seulement il n’y avait pas ces voix qui hurlaient dans ma tête, cette journée serait plus que merveilleuse, comme à chaque fois que je venais faire mes emplettes ici. Je les ignorais, parfois je leur répondais ou les insultais sans que cela change quoique ce soit à ma condition. En fait j’étais juste une fille encapuchonnée, un peu (beaucoup) étrange, en train de farfouiller le sol du cimetière pour quelque néophyte passant dans les lieux. Il ne faudrait d’ailleurs pas qu’il s’intéresse à la raison de mes fouilles si bien organisées et si délicatement menées, il ne risquerait pas d’apprécier voir une frêle jeune femme sortir quelques bouts de cadavres de leur cercueil de terre.
 
« Excusez-moi, permettez ? ... Bonjour, pourriez-vous me laisser voir votre bras s’il vous plait ? ... Merci pour votre contribution, bon repos. »
 
Tels étaient les paroles si souvent prononcés à l’égard de ces squelettes dérangés par mes soins. Je ne lésais jamais sur la politesse envers les morts et m’excusais toujours pour le dérangement et ceux qui ne m’intéressaient pas étaient toujours soigneusement remis en terre. Il était très important de ne jamais mettre les esprits en colère puis si je ne le faisais pas les voix avaient tendance à s’énerver, m’empêchant alors de travailler complètement. M’enfuir en courant pour éviter d’aggraver une migraine des plus douloureuse était la meilleure manière de perdre une journée de travail et même une journée tout court. Alors quand je me déplaçais dans un cimetière aussi bien garni je redoublais même d’égards envers les morts, quoiqu’au fond c’était devenu tellement naturel pour moi de les respecter. Ce qui était, étonnement, bien plus difficile avec les vivants mais ça... c’était une autre histoire.
 
Par contre quand une pièce m’intéressait pour mes futurs pantins je les prélevais avec le plus grand des soins, prenant tout mon temps, quitte à en faire trop, avant d’emballer l’échantillon dans un tissu de coton propre. Je les traitais comme s’il s’agissait de poupons fragiles, les empilant tout aussi délicatement dans mon grand panier. J’essayais toujours de ne pas faire la gourmande et de m’arrêter avant que je vois obliger de les serrer trop les uns contre les autres ou qu’il me soit impossible de le transporter mais c’était toujours délicat de s’arrêter quand on était si bien lancée. Si seulement...
 
« Aaaaaah ! J’ai tellement envie de prélever quelque chose de frais ! Il n’y a presque rien ici ! »
 
C’était malheureusement bien abandonné ici vu la réputation des lieux, c’était pourtant si riche, si magnifique mais il n’y avait que des os ou quelques zombies putrides ayant finalement trépassé à emporter. C’était d’un triste mais j’étais obligé de piller des tombes plus récentes pour avoir quelques autres produits pour mes essais. Autant dire que ce n’était pas une mince affaire. Cela me rappeler tellement qu’une autre envie me brûler les entrailles.

« J’ai envie d’un sujet vivant... pourquoi y a pas de volontaiiiiiiires ! »
morceaux de chair et
fragments d'os

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya


Dernière édition par Thana « Cya » Nightshade le Dim 19 Avr - 1:52, édité 1 fois
Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageLun 13 Avr - 21:14

Morceaux de chair et
fragments d'os



Les doigts du Roi glissent lentement sur le carreau alors que son regard placide fixe l’horizon au loin. Un sourire aux lèvres, ce calme et cette assurance visibles sur son doux visage. Une douceur traitresse masquant sa cruauté avec une efficacité redoutable. Le Falasmaryon lui tend les bras et il s’en réjouit d’avance. C’est une bien belle journée qui s’annonce. Une journée morbide durant laquelle Senka n’attend qu’une seule chose : alimenter encore et toujours ses pratiques macabres. Ses pensées sont déjà au fin fond de ses expérimentations quand la voix de sa chère et tendre se fait entendre. Sa douce poigne l’enlaçant innocemment.

« Laisse-moi deviner. Tu comptes abandonner le monde des vivants pour la journée ? »
« Ce n’est pas comme si le mot « vivant » était adéquat ma chère. J’essaie de ne pas te laisser seule trop longtemps. »
« Essaie surtout de ne pas vider entièrement le cimetière, mon chéri. »
« Je n’oserai pas voyons. Tu me connais. »

Le Vampire dépose un baiser affectueux sur les lèvres de sa femme. Elle le connait tellement bien que son sourire veut tout dire. Elle taira l’escapade journalière de son époux aux yeux de tous. Comme elle le fait toujours, couvrant ainsi ses desseins morbides.

C’est une journée particulière aujourd’hui. Senka doit lui-même prendre en main deux nouveaux venus. Ce n’est que très rarement son habitude quand il s’agit de débutants. Ce travail revient très souvent à son ombre. Celui qui fait valoir tout ses principes sans rechigner. Perdre du temps avec des « faibles » en attente de devenir grand ne convient pas à ses ambitions de mégalomane. Mais les tests fraichement passés et acceptés, une intuition plutôt plaisante a fait que le Roi a jugé bon de s’intéresser en personne à ces futurs atouts, selon lui. Les adeptes sont déjà là, au travail, ne perdant pas une minute pour accomplir ce que le Cercle demande. La pression silencieuse du Maitre de cérémonie est telle que personne n’ose rechigner à la tâche. Mais soudainement, la voix de Senka s’élève vers les plus disposés à prendre sa relève. Elle est à peine perceptible et pourtant, les quelques oreilles visées deviennent les plus attentives du monde.

« Je m’absente quelques instants. Faites en sorte que tout se déroule sans encombre. Je ne serai pas long. »

Une adepte manque. Et le Roi ne manque pas de s’en apercevoir. Comment passer outre le fait que celle qu’il garde dans son cercle de favori est aux abonnés absents ? Son regard se plisse doucement avant de laisser place à un rictus aux allures malsaines alors qu’il quitte ses partisans. Il ne peut pas se permettre de voir cette cible parfaite lui filer entre les doigts. Thana représente bien plus qu’une simple membre. Son savoir est grand et Senka ne demande qu’à se l’approprier. Le puissant Nécromancien qu’il est ne peut pas passer à côté d’une telle opportunité.

« J’ai envie d’un sujet vivant... pourquoi y a pas de volontaiiiiiiires ! » La retrouver n’est pas difficile. L’excentricité de cette jeune démente est très notable et entendre une voix si forte prononçant des paroles morbides ne peut traduire que sa présence dans les environs. Tapis dans l’ombre et habillé de son vêtement à capuche, Senka observe Thana faire, perdre patience, chercher une fraicheur qu’elle ne trouve pas. Ça l’amuse. Procurer un sujet vivant à la demoiselle est chose aisée pour lui mais… Pourquoi lui donner ce qu’elle veut aussi facilement ? Un pas, puis un second. Enfin, le Roi se montre.

« Tu devrais crier moins fort. Les Morts… ont l’ouïe sensible. »

La nécromancienne se retourne vivement avec toute sa marchandise manquant de basculer sous la surprise. Le pas silencieux du Vampire ne manque jamais de surprendre quand il est dévoilé. Un geste léger déplace la capuche pour faire apparaitre son visage, ses longs cheveux reprenant leur place au grand jour.

« Je suppose que tu as informé tes supérieurs de tes pérégrinations hors de nos murs. N’est-ce pas ? »

Senka sait pertinemment qu’elle n’a absolument pas demandé quelconque autorisation. Cet aspect volatile qu’elle développe ne lui permet pas cette précaution. C’est juste histoire de remettre les choses en place de manière subtile, même si c’est toujours voué à l’échec avec Thana. Elle n’est pas ce genre de femme à céder à la pression de la hiérarchie. Et si le Roi n’avait pas un but précis la concernant, il l’aurait probablement déjà égorgé dans l’ombre. Mais il garde un œil plus qu’attentionné sur cette demoiselle. Pas pour elle. Mais pour ce qu’elle sait et ce qu’elle peut lui apporter…

©codage par loveless


Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageSam 25 Avr - 19:57



« Tu devrais crier moins fort. Les Morts… ont l’ouïe sensible. »

Oh je n’ai pas entendu de pas arriver derrière moi. Cette voix me surprend et je me retourne vivement pour me retrouver face à un homme, ou à une femme ayant la voix vraiment très, très rauque, le visage caché sous une capuche. A n’en pas douter c’est quelque qu’un du Cercle.... super, comme si j’avais besoin d’un peu de compagnie. Je compte bien l’envoyer balader, surtout que c’est moins qui ai toujours eu les oreilles brisées par les morts, je peux donc très bien leur rendre la pareille et je suis en droit de faire ce que je veux ici. Alors son conseil il peut se le mettre là où je pense. Ce n’est que lorsqu’il abaisse le tissu que je le reconnais.
 
« Oh. Ce n’était que toi. »
 
Ma voix est monotone, désinvolte, presque blasée, comme si j’étais déçue de me retrouver face à lui. En réalité je le fais un peu exprès, parce que je sais que son égo n’aimera pas du tout cette réaction et rien que voir cette petite lueur agacée dans ces yeux me fait beaucoup rire intérieurement. Du moins aussi intérieurement que je le peux, ce n’est pas comme si j’essayais vraiment d’être discrète et puis après tout, qu’il soit là ou pas... je m’en fiche, tant qu’il me laisse travailler tranquillement.
 
« Je suppose que tu as informé tes supérieurs de tes pérégrinations hors de nos murs. N’est-ce pas ? »
« Mes supé-quoi ? Non désolée, je vois pas de qui tu parles... ni de quoi tu parles. »
 
L’interrogation sonne fausse, puisqu’elle l’est après tout. J’ai très bien saisi le message caché mais je ne m’en préoccupe absolument pas. Je suis libre d’aller et vaquer où je veux, quand je veux et je ne laisserais rien ni personne y changer quoique ce soit. S’il essaye de me faire peur, c’est raté. S’il essaye de me faire comprendre que je dois vivre confiner dans notre « lieu de culte », c’est raté aussi. Tout ce qu’il réussi à avoir c’est un sourire faussement innocent, qui ne se prétend même pas l’être, et un amas d’os dans les bras. Tout à fait, je viens de déposer, sans rien demander, les ossements que je venais de déterrer dans les bras du Maître de Cérémonie sans aucun ménagement.
 
« Tiens, ô grande sangsue royale. C’est cadeau. La poudre os c’est très bon pour le teint, même blafard. »
 
Ceci, c’est ce que l’on appelle de la provocation pure et dure, j’en suis parfaitement consciente. C’est d’ailleurs ce que je cherche. Je dois être l’une des seules à ne pas avoir peur du Maître du Cercle, du Roi des Vampires et je dois dire que j’en profite à outrance comme une gamine qui use son jouet préféré encore et encore. J’agis avec lui comme avec n’importe qui d’autres, comme si je ne m’en rendais pas vraiment compte mais tout au fond de moi je sais parfaitement que tant qu’il aura besoin de moi, il ne me fera rien. Je suis comme une souris qui danse sous le museau du chat affamé, la chair à vif pour que l’effluve de son sang s’élève encore plus facilement vers son museau.
 
« Trêve de bavardages mon petit. Qu’est-ce que toi tu viens faire par ici ? T’as pas peur de salir tes jolies chaussures en cuir payées en pièces d’or ? Enfin... puisque tu es gentiment venu me proposer ton aide pour mes fouilles dans mon joli cimetière, je vais aimablement accepter ton offre. Mais attention, je n’irais chercher que des ingrédients basiques, il faut que je préserve tes jolis yeux maintenant. Merci pour Ruin en tout cas ! »
 
Je caresse affectueusement le cou de mon chocobo en ricanant sous cape, je suis atrocement fier de mon coup. Surtout que je suis bien consciente que si j’avais essayé d’obtenir une quelconque tranquillité pour continuer mes recherches seule, il m’aurait coller aux basques d’une façon ou d’une autre. Autant tourner ça à mon avantage et je ne peux... pas vraiment... m’empêcher de ne pas remuer le couteau dans la plaie.
 
« Au fait, l’occupante de cette tombe là-bas me fait dire qu’elle trouve que vous avez de très beaux sous-vêtements. »
morceaux de chair et
fragments d'os

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya
Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageMer 24 Juin - 14:30

Morceaux de chair et
fragments d'os



« Oh. Ce n’était que toi. » Bien sur que ce n’était que lui. Qui aurait pris la peine de se déplacer pour aller chercher une folle en plein milieu du Falasmaryon. La plupart des membres de cette secte ne sont absolument pas réceptifs ni même attentionnés face à Thana et la laisser errer dans les méandres du cimetière est une pensée bien récurrente chez les adeptes qui souhaiteraient sûrement qu’elle se perde et ne revienne pas. Sa démence pousse à la peur ou à l’indifférence. Mais Senka a un but bien précis concernant cette jeune folle et tant qu’il n’aura pas obtenu ce qu’il veut, il la pistera et ce, malgré les retours qu’il peut prendre. Il ne peut pas se permettre de la perdre maintenant…

Cette façon de s’adresser au Roi rend ce dernier furieux intérieurement. Et même si son corps ne bouge pas d’une semelle, son regard perçant s’alimente d’une vile pugnacité. C’est outrageant de se voir considéré de la sorte par une simple femelle en perdition. Car oui, pour lui, la folie de Thana la conduira à sa perte un jour. Si ce n’est pas lui qui s’en occupe avant. Le refus d’obtempérer et de prendre en considération ses remarques le pousse presque dans ses retranchements. Heureusement pour le Vampire que son mental est assez dur pour tenir une telle provocation.

« Tiens, ô grande sangsue royale. C’est cadeau. La poudre os c’est très bon pour le teint, même blafard. » Une provocation qui continue et la demoiselle ne se fait pas prier pour le faire exprès. Sachant pertinemment que le Vampire a besoin d’elle, elle enfonce le couteau dans la plaie. La tension est à son comble et alors que les ossements se posent durement au creux de ses bras, un bruit sourd se fait entendre peu de temps après. Hors de question pour le soit-disant Sang Pur de servir de panier qui laisse toute cette mauvaise marchandise tomber au sol. Déjà qu’il est assez difficile de ne pas répondre violemment à ces paroles.

« N’oublie pas qui se tient devant toi, très chère. Malgré les éléments qui me retiennent, rien ne m’empêche de meurtrir ton joli minois comme bon me semble. »

Mais ça ne semble pas effrayer plus que ça la nécromancienne qui continue son petit manège. Et bien que les Morts dont elle entend si bien les voix soient les témoins de la chute de sa mascarade. S’en est assez et plus les mots défilent avec fourberie, plus la patience du Roi s’ébranle. Le sol tremble légèrement et en peu de temps, quelques morts-vivant de bas étage pointent le bout de leur nez. Attaquer ? Non. Ce n’est pas le but. A quoi cela servirait-il ? Rien. Mais calmer cette insolente et lui faire comprendre qui est le supérieur, ça ne fait jamais de mal. Sous un ordre précis et silencieux, quelques morceaux d’os séparent violemment la pauvre bête de son maitre alors que d’autres maintiennent fermement la demoiselle face au Roi.

« Je suis simplement venu voir… comment se portait notre démente attitrée. Si ce n’est pas aimable de ma part de faire en sorte que tout se passe bien pour toi. Mais je suis navré de te décevoir, je n’ai pas d’aide à offrir à une déséquilibrée qui manque de respect à l’autorité. Ce n’est pas de mon ressort si tu ne sais pas te débrouiller seule. »

Un vif signe de tête fait resserrer leurs prises aux squelettes invoqués afin que Thana ne puisse pas s’en défaire. Senka ne se prend jamais au jeu de mains et bien que l’envie d’arracher sa chair soit grande, il se retient encore. Il y a tant d’autres moyens pour tordre le visage d’une victime par l’inquiétude et la peur. Senka détend doucement son visage pour revenir à cette expression neutre et sereine bien que l’impatience le ronge. Surtout quand il sait que malheureusement, il ne peut pas lui trancher la gorge. Parce qu’elle est bien trop utile.

« Bien. Maintenant, discutons tranquillement toi et moi. Sans geste brusque sinon tu te doutes bien de ce qu’il se passera. »

Il est inutile de préciser que Senka n’a que faire de l’animal. Faire couler son sang de volatile ne lui poserait aucun souci. C’est totalement bas comme attitude mais quand une personne a des attaches particulières, ça règle tout de suite la question de rébellion.

©codage par loveless


Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageMer 8 Juil - 0:43



Forcément, il fallait bien que la patience de cet être sans cœur - qui bat - finisse par s’effriter devant tant d’audace et d’effronterie. Je trouvais que c’était toujours un spectacle relativement amusant à voir car je savais bien qu’il ne pouvait rien m’arriver. Toute cette frustration qui se lisait dans son regard mort, c’était si amusant. Ça me donnait envie d’aller lui coller les doigts et de jouer avec la gélatine de ses oculaires. Je me retenais bien de le force, avec grande difficulté toutefois, mais il serait bien embêtant d’avoir à traîner un aveugle derrière moi. Je n’avais rien d’une nourrice. Sans compter les bagarres et autres bêtises que cela engendrerait dans le Cercle à cause de tous ses empotés qui voudraient en prendre la tête.
 
Je devrais peut-être penser que cela changerait au moins mes affaires, que je n’aurais plus cet achète sur le dos mais je ne suis pas dupe. Tant que cet énergumène ne sera pas mort et brûler jusqu’à la dernière cendre, il ne me lâchera pas, alors autant en profiter un peu et faire joue-joue tranquillement. Oui, Thana possède une drôle de notion du jeu. Difficile de savoir s’il s’agit de sadisme, de masochisme, voire de limite suicidaire, ou de quelque chose d’autre encore, avec elle. C’était aussi particulier que sa personne, à n’en pas douter.
 
Sauf que parfois ça me retombe un peu trop sur la tête et voila que le pseudo-dirigeant perd vraiment sa patience et se met à utiliser ses petits nonos ambulants. Une autre dame aurait sans doute hurler de peur à en tomber dans les pommes mais moi ça me fait ni chaud, ni froid. Après tout j’ai souvent plus apprécier la compagnie des cadavres à ceux des ambulants qui sont bien trop ennuyants. La majorité du temps. Par contre je n’apprécie pas vraiment qu’il s’en prenne à mon compagnon et je n’hésite pas à le lui faire comprendre du regard tout en gardant le silence. Un silence non pas de soumission mais bien significatif de ce qui l’attend s’il déconne un peu trop. Chef ou pas, je reste mettre de mon destin grâce aux information que je détiens. Qu’importe tous les blablas indigestes qu’il pourra me servir sur un plateau.
 
« Bien. Maintenant, discutons tranquillement toi et moi. Sans geste brusque sinon tu te doutes bien de ce qu’il se passera. »
 
Ah les menaces... mais comme on le dit si bien, chien qui aboie ne mord pas.
 
« Tu manques d’humour chéri. Fais attention ton visage va devenir tout ridé. Ah. Non c’est vrai, ça ne se peut pas, t’es mort... enfin je crois que c’est impossible... Parce que si ça arrivait, j’en connais une qui risque de te virer bien rapidement du plumard conjugal. »
 
Il faut cependant éviter de lui tirer la queue. Je me doute évidemment que cette jolie image ne risque de ne pas trop lui plaire. Monsieur a toujours été très douillet quand il s’agit de son lit, de sa virilité (enfin quand on ressemble à une femme faut un peu assumer son manque de virilité aussi) et de sa compagne.
 
« Me regarde pas de cette façon, ce n’est qu’une constatation des plus réalistes. Comme celle qui dit que si tu appliques ta stupide menace, tu risques surtout de perdre tout ce qui t’es précieux en ces lieux. C’est à croire que tu ne désires finalement pas tant ces informations que cela. Je me trompe ? »
 
C’est un terrain risqué mais il faut bien que j’inverse la tendance en appuyant là où ça pique et ce n’est pas sa force bien supérieure à la mienne qui me fera flancher. User de ce détail pour garder l’avantage est un peu courant maintenant mais il reste au moins bien efficace. Heureusement pour moi.
 
« Laisse Ruin en paix, il ne t’a rien fait. Sauf si tu préfères que je perde mes cordes vocales pour l’éternité. Même pas d’apprenti à instruire. Un secret perdu pour l’éternité. Quelle perte pour l’humanité... et les cadavres. Et la nécromancie. Tu ne voudrais pas être responsable de ça tout de même. »
 
Quel numéro de dramaturge, je m’épate moi-même. Presque. Ou pas. En fait je m’en contrefiche éperdument. Après cet échange des plus passionnés et cette négociation qui n’en est pas vraiment une puisque je ne suis toujours pas un petit oiseau libre, s’en vient une autre question existentielle qui repose entièrement sur le dérangement qui a coupé court à mes recherches.
 
« C’est bien étonnant de te voir te balader hors de tes petites orgies cadavériques. Quelle genre de discussion peut-on vouloir avec moi alors que j’étais si bien à m’occuper de mon travail ? Hum ? »
morceaux de chair et
fragments d'os

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya
Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageMer 19 Aoû - 16:14

Morceaux de chair et
fragments d'os



Senka se doutait pertinemment que la menace sortie du sol ne ferait aucun effet. La jeune Thana est bien trop atypique et démente pour avoir peur de quelques ossements. Et dans un sens, le Roi en aurait été quelque peu déçu si ça s’était avéré de la sorte. Une femme représentant la pièce maitresse d’un Cercle aussi vicieux que celui de l’Occultisme, et qui s’y joint sans même rechigner qui plus est, se doit d’accepter la vision de la mort comme une compagnie appréciée. Mais à côté de cela, la menace portée sur cet oiseau amène le résultat recherché. Le regard de la Nécromancienne, aussi sombre que son comportement et menaçant, confirme les pensées du Vampire qui n’hésitera pas une seule seconde à arracher chaque plume à ce bipède inutile pour lui faire ravaler sa langue de vipère.

Mais il s’avère bien difficile de tenir une tête aussi désordonnée. Et le venin qu’elle crache encore et subtilement transforme les traits de sérénité sur le visage du Roi en un nouveau gouffre ténébreux. Son sang ne fait qu’un tour et il devient difficile de le canaliser. Parler de lui de cette manière en dégradant au mieux son apparence et sa vie de couple le rend... exécrable. « C’est à croire que tu ne désires finalement pas tant ces informations que cela. Je me trompe ? » Le regard du Nécromancien se plisse et la noirceur qui se dégage en dit long. Thana est certes précieuse et la tuer reste impossible. Et elle pose le doigt bien trop intelligemment dessus. Ce qui est le plus à déplorer dans cette situation c’est qu’il est bon de haïr cette petite effrontée pour son comportement provocateur tout comme il est indéniable de la féliciter pour son arrogance. Surtout face à un Vampire aussi mesquin qu’elle qui n’hésite pas à enfreindre les lois les plus coriaces pour satisfaire ses envies. Heureusement que le secret qu’elle détient lui barre tout mouvement définitif.

Ses paroles continuent de défiler tel un virus qui se répand encore et toujours dans les veines fragiles de sa victime. « C’est bien étonnant de te voir te balader hors de tes petites orgies cadavériques. Quelle genre de discussion peut-on vouloir avec moi alors que j’étais si bien à m’occuper de mon travail ? Hum ? » Et en plus, elle continue nonchalamment comme si tout était normal. Mais autant dire que de son côté, Senka commence à en avoir que faire de ces menaces et paroles enfantines. Là, ce qui le tourmente, c’est cette contrariété qu’il n’arrive quasiment plus à contenir.

« Je vois que tenter de me faire tourner en bourrique devient une passion pour toi. Mais comprend bien qu’entre tuer et malmener une proie, il y a une différence. Comme je te l’ai déjà dit, rien ne m’empêche... »

Un geste de la tête fait mouvoir les quelques squelettes qui ne perdent pas une seconde pour non seulement resserrer leur prise mais également tirer dangereusement sur les bras de la demoiselle, laissant échapper un craquement peu délicat. Sans compter le sort de l’oiseau, qui se fait maintenir plus fermement, au point de lui tirer quelques bruits de douleur.

« ... de meurtrir ton joli minois. »

Senka finit par s’approcher de la demoiselle qui reste de marbre face à cette douleur qu’elle ressent sûrement. Le coup n’a pas non plus été à l’égal de ce que peut ressentir le vampire. Lui faire du mal physiquement n’est pas non plus la méthode radicale pour qu’elle ferme enfin son clapet et qu’elle se plie à l’autorité. Au contraire même. Elle serait bien capable de surenchérir. Le Vampire efface quasiment toute distance pour venir frôler la demoiselle de son aura mauvaise et laisse échapper un rictus froid et meurtrier.

« Il me semble que je t’ai déjà dis ce qu’il y avait à dire. Je ne faisais que... venir voir comment tu te comportes. La discussion à avoir tend surtout sur ta façon d’agir en ma personne. On dirait bien que le droit chemin est difficile à tenir. »

Les mots restent froids, le comportement tend vers cette froideur également. Pourtant, la patience de Senka est au bord du gouffre. Dire qu’au départ il venait juste pister son meilleur élément pour ne pas la perdre des yeux. Et finalement, tout ça tourne à une colère excessive inutile et habilement provoquée par Thana qui, intérieurement, doit bien en jubiler. Mais il est temps maintenant de tourner les menaces de l’autre côté. Si le bipède semble être un sujet sensible, il n’attise pas pour autant tant de réactions de la part de la jeune insensée. Une idée impensable vient s’immiscer dans les méandres du cerveau du Roi. Une idée que son épouse bannirait. Peut-être même bien que cette pensée interdite se retournerait contre Senka un jour mais elle s’avère pourtant si roublarde.

« Sache que j’ai des moyens plus convaincants de supprimer ta liberté à laquelle tu tiens tant pour faire en sorte que tu ne puisses en aucun cas me filer entre les doigts. »

©codage par loveless


Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageDim 13 Sep - 3:01



Une passion ? Quel étrange mot pour décrire cette relation que j’entretiens avec le mécène de ce cercle d’adorateurs d’os et de cadavres ambulants. C’est amusant de le voir s’énerver aussi facilement, c’est un fait, mais ce n’est pas de ma faute si ce mort-vivant ne possède aucun sang-froid alors que j’agis de la manière la plus naturelle du monde avec lui. Roi ou paysan, c’est du pareil au même et je ne vais pas commencer à faire une différence pour son bon plaisir. Le mien passera toujours avant tout, il ne faut pas non plus commencer à prendre les os pour des instruments de musique non plus. C’est dingue ce que les gens pouvaient être nombrilistes !
 
L’ennui c’est que les menaces commencent à m’ennuyer sérieusement, sans faire le moindre petit effet. La mort ne m’effrayait point et il semblait l’avoir bien saisi mais il en allait de même pour le douleur et l’inexpressivité que dégageait mon visage ne devait sans doute pas lui faire plaisir plus que cela. Le hic c’est que dans l’immédiat je commence à me moquer un peu de son état à lui, le plus important maintenant c’est de chercher à me tirer de là le plus rapidement possible car si se faire interrompre en plein travail est déjà bien assez embarrassant comme cela, le traitement que subit mon compagnon commence à m’échauffer les oreilles. Sachant que la nécromancienne ne connait pas vraiment les bases de la survie... ça risque d’exploser un peu trop dangereusement même pour les spectres alentours.
 
« Sache que j’ai des moyens plus convaincants de supprimer ta liberté à laquelle tu tiens tant pour faire en sorte que tu ne puisses en aucun cas me filer entre les doigts. »
 
Des menaces, toujours des menaces... forcément ça ne déclenche qu’une seule réaction chez moi et pas la plus mature qui soit et encore moins celle qu’il devait espérer obtenir.
 
« Bouh ! »
 
A vrai dire, je n’ai pas la moindre idée de ce dont il peut bien faire allusion mais ça encore je m’en contrefiche pas mal. Je ne tiens tout simplement pas à le savoir car je suis déjà personnellement persuadée d’une chose : il se fiche le doigt dans l’œil s’il pense pouvoir me conserver comme un trophée juste parce que ça l’amuse. Je ne suis jamais retournée deux fois dans la même couche alors ce n’est pas lui qui arrivera à me garder à ses côtés... pas assez viril... j’ai de bien meilleurs goûts que sa dame d’abord !
 
« Pour prendre le risque de me voir perdre la langue ou l’usage de la parole ou de l’écrit une fois ton petit plan accompli ? Tsh tsh tsh, j’aurais cru que tu me connaissais un petit mieux que cela à jouer au harceleur qui doit sans doute me suivre jusqu’au lac pour épier mes bains. Je suis déçue. Sauf que ce n’est pas comme cela que tu réussiras à me mettre la bague au doigt. »
 
Quoi ? J’avais pas déjà prévenu que j’étais incapable de faire preuve de la moindre capacité de restriction ? De toute manière avec notre cher maître de cérémonie ce n’est pas le cirage de souliers qui changera quoique ce soit... ou peut-être que si ? Enfin c’était trop tard mais il s’était intelligent il ne prendrait pas cette menace à la légère. Au fond c’était une partie où nous nous acculions tous deux de manière à tourner en rond comme un serpent qui se mord la queue. Ni gagnant, ni perdant. Enfin, plutôt que des perdants en fait. Secret et liberté perdus, ce n’est pas le meilleur moyen de s’entendre.
 
« Pourtant, avant de t’intéresser à des secrets bien trop grands pour ta petite personne, tu ferais mieux de chercher à cacher les tiens. Les âmes sont bavardes et il semblerait qu’elles aient beaucoup de choses à dire, c’est un vrai brouhaha là dehors, tu n’as pas la moindre idées. »
 
C’est un coup de bluff que je tente là, je ne vais pas mentir, enfin même si les voix sont évidemment bien bruyantes en ce lieu mais je ne parviens pas à entendre distinctement de quoi elles sont en train de parler mais quand on s’amuse à pilier les tombes et à utiliser les cadavres dans des desseins bien funestes, on a toujours quelque chose de sale à cacher. En toute logique. Reste à savoir si mes menaces de retour et mon petit mensonge suffiront à gagner mon ticket de sortie et un répit pour cette fois. C’est quitte ou double et ça risque de me coûter bien cher s’il est perdant.
morceaux de chair et
fragments d'os

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya


Dernière édition par Thana « Cya » Nightshade le Sam 28 Nov - 20:47, édité 1 fois
Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageDim 22 Nov - 0:45

Morceaux de chair et
fragments d'os



« Bouh ! » Ce n’est décidément pas ce qu’attendait Senka en guise de réponse bien qu’il sache parfaitement que ce ne soit pas étonnant. Le naturel de cette femme est sans précédent et autant ça peut fasciner, autant ça peut énerver. L’échelle de patience du Nécromancien n’est pas assez grande pour dire à quel point son calme est ébranlé. Cependant, un sourire se détache sur ses lèvres. Si seulement elle savait un seul instant à quoi le Vampire faisait allusion, Thana ne s’amuserait pas à garder une telle naïveté naturelle malgré l’inexistence de toute forme de peur. Pour une femme qui aime la liberté, la menace d’une Marque apposée est une épreuve difficile, susceptible de gâcher n’importe quel rêve de voler de ses propres ailes. Et rien qu'à cette idée, il s'en fait une joie démesurée. Lire la haine et la frustration de la demoiselle face à une situation qu'elle ne pourrait jamais gérer, il en serait assurément comblé. Par pur sadisme.

Senka aurait pu jubiler encore un peu de cette idée malveillante mais la repartie de son homologue le coupe dans son élan. Et encore plus son insolence qui grimpe en niveau à chaque répartie. Décidément, ils n’arriveront jamais au bout de leur querelle qui finit par devenir du grand n’importe quoi. Digne d’un jeu d’enfants se menaçant jusqu’à ce que le premier fatigue et abandonne. Visiblement, Thana cherche par tous les moyens à en finir et à se débarrasser du Maître de Cérémonie mais croire que ce dernier lâchera prise en premier, c'est d'une absurdité... Senka ? Déposer les armes en premier ? On se rirait bien de cette forcenée si elle déblatérait cette pensée à voix haute.

« Te ne méprends pas. Je te connais justement bien assez pour avoir trouvé un moyen efficace contre lequel toi-même ne pourra lutter. Un petit plan qui fera que toi-même tendra le doigt pour avoir la bague. »

L’occasion est rêvée pour enfin faire taire cette démente et gagner ce conflit verbal et incessant. Mais l’idée même du geste est interrompue de façon très osée. « Pourtant, avant de t’intéresser à des secrets bien trop grands pour ta petite personne, tu ferais mieux de chercher à cacher les tiens. Les âmes sont bavardes et il semblerait qu’elles aient beaucoup de choses à dire, c’est un vrai brouhaha là dehors, tu n’as pas la moindre idée. » Un silence de quelques secondes se fait entendre. Un silence de mort, pour dire les choses avec ironie. Du chantage… ? Ce n’est pas l’envie qui manque au monarque d’ordonner une étreinte mortelle à ses soldats d’os pour faire taire la jeune Thana une bonne fois pour toute mais encore une fois, sa grande utilité le rappelle à l’ordre avant même qu’il ne tente quoi que ce soit. Pourtant, Senka garde encore un calme qui relève de l’impossible, ne bougeant pas et gardant la jeune femme près de son visage. Des traits neutres qui finissent par s’arrondir sous un sourire discret et maitrisé.

« Mes secrets ? Mais enfin, réfléchis un tantinet soit peu ma chère. Tu dois bien te douter que je ne peux rien cacher de pire que l’activité dont je suis le maître ici, n’est-ce pas ? »

C’est faux. Le Roi en est conscient. Et il ne faudrait surtout pas que ça se sache. Et c’est bien pour ça que cette « menace » intelligemment menée par cette folle qui est difficile à percevoir comme une mascarade ou comme un fait réel ne doit pas être prise à la légère. Depuis que Thana œuvre au sein du Cercle -bien qu’œuvrer soit un terme peu approprié vu les priorités accordées par la demoiselle- il n’est pas sans savoir qu’elle est capable de beaucoup de choses pour arriver à ses fins et que sa capacité à entendre les voix des morts peut lui jouer des tours. Le regard saphir de Senka met au défi silencieusement la nécromancienne de tenter une quelconque folie avant de reprendre doucement la parole.

« N’oublie pas ce que je viens de te dire. C’était une menace que je n’hésiterai absolument pas à mettre à exécution. »

Le Vampire finit par reculer légèrement, ordonnant à ses troupes macabres de lâcher prise sur son adepte ainsi que son volatile. C’est finalement lui qui dépose les armes en premier. Quelle honte. Ça se lit sur son visage. Très peu fier de ce geste, le monarque ne peut cependant pas se permettre de prendre quelconque risque en ce qui concerne ses petites cachoteries. Si certaines choses venaient à s’apprendre, ça engendrerait des situations bien trop problématiques sans compter la mise en danger du couple royal. Avec trop peu de certitude quant à la véracité de cette provocation, le choix n'est plus vraiment une option s'il veut protéger ses arrières.

« Tu ne parviendras pas à m’échapper. Sois-en certaine. Je serai toujours là pour te rappeler que ta liberté est bien maigre. »

Une provocation en retour. Sûrement bien inutile aux yeux de Thana maintenant libre de ses mouvements mais qui tient bien la route pour le Roi. Cela va s'en dire que s'il apprend qu'il s'est fait berné, il n'en sera que plus cruel dans sa décision de marquer sa victime.

©codage par loveless




Dernière édition par Senka E. Reutersvärd le Mar 15 Déc - 12:53, édité 1 fois
Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageSam 28 Nov - 20:47



Capitaine, on dirait que la mouche a attrapé le poisson, même si en toute logique on devrait plutôt dire que le poisson a gobé la mouche ou qu’il est tombé dans les filets. Quelque chose dans le genre, enfin peu importe. Le plus intéressant c’est de pouvoir profiter de ce silence de mort, sans mauvais jeu de mots. J’ai piqué au vif cet être un peu trop hautain, qui ne devait pas s’attendre à se retrouver avec un tel chantage entre les pattes. Le tout étant qu’il finisse par y croire ou au moins s’en méfier suffisamment pour reculer juste de quoi me laisser le temps de fuir. Je sais parfaitement que le « soi-disant chef au capuchon qui sait à peine faire joujou mais qui rage de pas connaître les secrets les plus noir », ceci étant un surnom dont je suis particulièrement fière, a besoin de bien plus pour se laisser impressionner. Ce qu’il démontre rapidement avec la réponse qu’il offre à ma menace, sauf que je sais tout autant que s’il n’avait pas une once de méfiance, il aurait déjà appliquer une réprimande de son cru.
 
Je me contente alors d’hausser les épaules, l’air de rien, tout en profitant de cette aubaine pour enfoncer un peu plus le couteau dans la plaie.
 
« Pire... pire... ça dépend des points de vue si tu veux mon avis. Si on compare tes petites activités à celles de mon défunt Maître et aux enseignements qu’il m’a légué, tu ressembles juste à un artisan qui n’a pas compris le centième de son art. Tu pourrais même réussir à rassurer les petites gens sur les capacités de notre classe. Ce qui pourrait ne pas être si mauvais, nous n’aurions plus besoin de nous cacher, surtout... toi. »
 
A nouveau, je lui offre mon plus beau sourire. Celle la risque encore plus de me faire grimper dans sa liste noire, enfin non, rouge ou qu’importe la couleur, mais la liste des gens qui lui cassent les cou... pieds et qu’il ne peut pas toucher sous peine de se retrouver dans la mouise la plus complète. Quoique, après mûres réflexions, je dois surement être la seule à être sur cette liste. Bon courage à lui pour réussi à prononcer tout ça quand même.
 
« N’oublie pas ce que je viens de te dire. C’était une menace que je n’hésiterai absolument pas à mettre à exécution. »
 
Là, je dresse un sourire dubitatif. Je sais qu’il est vieux, ce n’est pourtant pas la peine de radoter comme cela et j’hésite presque à lui dire que « chien qui aboie ne mord pas », mon air doit surement transmettre cette idée là. Faut-il que je monte d’un cran ?
 
« Ce n’est pas moi qui aurait peur de me défaire de quelques uns de mes attributs de communication. Tu sais ce qu’on dit : La menace ne sert d'armes qu'aux menacés. Même si je sais que tu m’aimes bien trop pour ça. »

En vérité, je ne suis pas stupide pour ne pas prendre ses mots à la légère, j’exploite simplement la tactique de l’attaque en guise de meilleurs défense. Ce n’est pas comme si j’étais masochiste, sans peur aucune de la mort. Presque pas, jurée. Au pire, on s’en fout. J’aviserais en temps voulu, si cette attitude indique bien que je viens de gagner cette manche, j’aurais certainement tout le temps qu’il faut pour préparer quelques plans de secours s’il faut. Si j’y pense et que je ne me retrouve pas surchargée de travail. C’est que je suis occupée avec mes obligations, pour de vrai et pas comme certain !
 
« Tu ne parviendras pas à m’échapper. Sois-en certaine. Je serai toujours là pour te rappeler que ta liberté est bien maigre. »
 
Jamais deux sans trois ? Ça semble se vérifier. Sur le coup, alors que les liens qui me retiennent mon Ruin et moi se lâchent, je ne peux m’empêcher d’éclater de rire devant son nez.
 
« Arrête ! Je vais vraiment finir par croire que tu es juste trop timide pour avouer tes penchants pour la bigamie, hahahaha ! Je vais devoir mettre des esprits sur tes basques, faudrait que je surveille mes fesses, ça devient inquiétant. »
 
J’ai vraiment du mal à contenir mon fou rire et dans un ultime geste de provocation, je lui attrape les épaules pour m’y appuyer, me dressant sur la pointe des pieds, afin de lui coller un baiser claquant sur la joue.
 
« Je suis désolée mon mignon, c’est tout ce que je vais pouvoir t’offrir. Je ne paraît pas vraiment difficile comme cela maiiiiis... je suis vraiment exigeante en matière d’hommes et toi, tu n’es vraiment pas mon genre. Pas assez viril. Navrée. »
 
Ce qui en soi n’est même pas un mensonge, c’est même la pure vérité. Même s’il était adorable et dévoué, je ne pourrais pas, je ne suis pas du tout de l’autre bord et si son attribut masculin est au norme, ce que je ne souhaite pas savoir, j’aurais tout de même l’impression de le faire avec une fille. Je préfère passer mon chemin et le laisser tout à la Reine. En laissant un nouveau rire m’échapper, je me dirige doucement vers mon Chocobo, je ne préfère pas lui laisser le temps de changer d’avis.
morceaux de chair et
fragments d'os

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya
Senka E. Reutersvärd
« Lord of Shadows »
⌘ Messages : 118
⌘ Inscrit(e) le : 08/02/2015

⌘ Reroll : Keith ♠ Hilda ♠ Adrian ♠ Rudra

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancien
◊ Pouvoir: Crystal Wall
◊ Malédiction:
Lord of Shadows
MessageMar 15 Déc - 15:47

Morceaux de chair et
fragments d'os



Les deux énergumènes ne peuvent plus arriver plus haut que leur capacité à se piétiner dessus subtilement. L’injure qui sort des lèvres de la Nécromancienne quant aux activités et surtout, aux capacités du Roi l’amène à dépasser ses limites en matière de retenue. C’est une chance inouïe qu’a cette insolente de renfermer le savoir que Senka recherche. Sinon sa tête aurait volé depuis bien longtemps. Et face au sourire que Thana lui offre, il lui adresse une fermeté des plus inquiétantes et un ressenti beaucoup moins aimable. S’il y a bien une chose qui ne passe pas, c’est qu’on se prétende plus expérimenté que lui. Sa fierté et sa méchanceté sont bien au dessus de tous les autres, c’est bien connu. Jouer sur ce terrain avec lui équivaut à réclamer sa mort, tout simplement. Mais encore une fois, ses ambitions le contiennent toujours. Mais ses limites sont bien instables en ces dernières minutes d’entretien.

En effet, toute cette mascarade tourne à sa fin car si le Roi a horreur de faire profil bas dans ce genre de duel, il n’en a pour le moment pas le choix. Et le mieux est donc de mettre un terme à tout ceci avant que l’irréparable soit commis. Senka est certes patient mais son calme perdu peut l’amener à agir contre toutes les mœurs et ce, peu importe les conséquences. C’est un Roi. Il est intouchable, n’est-il pas ? Et perdre accidentellement un tel puits de savoir serait extrêmement fâcheux. Ce rire de cette démente qui confirme que la faiblesse de Senka est perçue ainsi que ces mots dégradants concernant sa vie privée et ses aspirations le rendent encore plus furieux et ouvrir la bouche pour répliquer le démange mais il s’abstient pour ne pas engendrer encore plus de colère avec un surenchérissement de son interlocutrice qui est sûr et certain. Mais s’il y a bien une chose de sûre, c’est que Thana met une ironie bien réelle en avant. Car elle se doute sûrement que le Roi ne l’aime pas de trop mais l’exècre peut-être bien plus que tout.

Les liens défaits, il va pour quitter les lieux sans rien ajouter, juste ce regard qui veut tout dire. « Je suis désolée mon mignon, c’est tout ce que je vais pouvoir t’offrir. Je ne parais pas vraiment difficile comme cela maiiiiis... je suis vraiment exigeante en matière d’hommes et toi, tu n’es vraiment pas mon genre. Pas assez viril. Navrée. » Ce dernier geste est trop surprenant pour que Senka se laisse aller à quelconque énervement du à sa folie ou autre. Celle-là, il doit bien l’avouer, il ne s’y attendait pas. Et si exprimer ce qu’il ressent était une habitude, probablement qu’il aurait laissé ses pupilles dessiner des billes de surprise. Mais ce n’est pas le cas. Il reste impassible, ne sourcille pas et garde son regard néanmoins significatif quant à sa désapprobation. Plus le temps passe et plus il remarque cette femme n’a vraiment plus rien de sensé. Nullement froid aux yeux et n’ayant peu peur de la mort. Ce qui reste en soi toujours assez intéressant à observer et ce qui freinera probablement toujours le Vampire à agir contre elle en dehors même du fait qu’elle détient la Recette Unique dont il a besoin.

« Rigole autant que tu peux, Thana. Ta folie ne fait que t’approcher encore plus de ce qui t’attend. Je suis patient. Et le jour viendra où ton joli sourire t’abandonnera. »

Son pas commence à s’éloigner, n’abandonnant pas pour autant son armée de mort-vivants encore élevée. Et si ces tas d’os sont encore présents, c’est qu’il leur faudra encore accomplir une tâche. Tout le long de cette discussion, l’oreille attentive de Senka n’a eu de cesse que d’épier ces pauvres pas perdus qui se sont aventurés dans l’enceinte du cimetière. Et ils se sont approchés assez près pour entendre ce qui ne devra jamais sortir du Falasmaryon. Cette pauvre âme perdue ne fait pas long feu fasse à cet ordre macabre. Tuée sur le coup, net et sans bavure. Senka s’arrête quelques instants et tourne son regard vers la demoiselle commençant à plier bagage.

« Tu as beau pouvoir te vanter de ce que tu détiens comme un secret et tenir un chantage bien aberrant. Mais en ce qui concerne tes capacités à obtenir ce que tu veux, ça ne semble pas être ça. »

Il n’a pas oublié cette plainte avant même qu’ils ne commencent à discuter violemment et sous les ordres discrets du Nécromancien, les tas d’ossements déposent non gracieusement ce cadavre de jeune femme tout juste tuée sans scrupules sous le nez de Thana. Plus frais et plus exploitable que cette défunte personne, il n’y a pas.

« Cette femme est là depuis de longs instants et toi, tu ne l’as même pas vu. C’est décevant. »

Senka esquisse un sourire en coin avant de commencer à quitter les lieux, remettant sa capuche en place pour retourner à ses occupations.

« Fais-en bon usage. Et comme tu l’as si bien dit... Surveille tes arrières. »

©codage par loveless


Thana « Cya » Nightshade
« Corpse Party »
⌘ Messages : 104
⌘ Inscrit(e) le : 22/02/2015

⌘ Reroll : Nevaeh

Fiche de Skills
◊ Classe: Nécromancienne
◊ Pouvoir: Chant de la Sirène
◊ Malédiction:
Corpse Party
MessageMar 22 Déc - 1:53



Je voulais partir, j’aurais dû partir. Sauf que cette andouille aux cheveux aussi bleu que le ciel a réussi à m’interpeller. Sur le coup je ne peux m’empêcher de rattraper cette nouvelle perche pour jouer encore un peu de ce couteau dans cette presque-plaie. Parce que soyons honnête, il n’y en a pas vraiment. Bien que je reste prête à grimper sur mon Chocobo aussi vite que possible s’il le faut.
 
« Rigole autant que tu peux, Thana. Ta folie ne fait que t’approcher encore plus de ce qui t’attend. Je suis patient. Et le jour viendra où ton joli sourire t’abandonnera. »
« T’as vraiment du mal à comprendre que je suis pas pour la bigamie mon biquet... »
 
Ah décidément ! Ces hommes ont bien du mal à comprendre quand on leur dit non, surtout celui-ci en particulier. Il est évident que je ne remettrais pas ma compréhension de cette menace en cause, ni même ne perdrait mon temps à imaginer qu’il peut y avoir un autre sens à celui que je ne cesse de rabâcher. Flemmardise ? Bêtise ? Trop amusée à ennuyer le Vampire avec un détail qui titille très rapidement ses nerfs ? Peut-être un peu tout ça à la fois, mais surtout le dernier point. Senka est une source intarissable de jeu. Même si là, Cya est bien persuadée d’avoir cerné la situation.
 
Haussant un sourcil inquisiteur et interrogateur devant son affirmation ridicule. Comment peut-il oser remettre en doute mes capacités ? C’est mal me connaître, je finis toujours par obtenir gain de cause d’une façon ou d’une autre, qu’elle soit légale ou non, ce n’est pas ce genre de détail qui pourrait me refroidir. J’ai presque envie d’aller consoler ce pauvre chéri qui doit surement essayer de redorer son égo. Il est vrai que je n’ai pas été très gentille avec ce pauvre homme, peut-être devrais-je essayer de me faire pardonner la prochaine fois que je me rends à une réunion du Cercle. Le seul ennui c’est que je ne sais pas quand je remettrais les pieds ici, ça dépend un peu, beaucoup, de mon humeur du moment et du lieu dans lequel je me trouve. Il y a de fortes probabilités pour que j’oublie cette promesse. Je la note tout de même dans tête, au cas où. Il faut juste que je trouve quelque chose pour lui faire plaisir... au pire je lui ramènerais des plantes vénéneuses, je suis sûre que c’est le genre de décorations qu’il apprécie.
 
Alors que lui... m’offre des gens. Euh... excusez-moi, mais voilà un cadeau de fiançailles bien étrange.
 
« Cette femme est là depuis de longs instants et toi, tu ne l’as même pas vu. C’est décevant. Fais-en bon usage. Et comme tu l’as si bien dit... Surveille tes arrières. »
 « Vous avez eu moins pris la peine de vérifier qu’elle était vierge ? Même si ça ne doit pas changer grand chose, vous avez fichu mon sacrifice en l’air. Dommage, un ingrédient siiii précieux pour certains domaines. »
 
Ah non, non, je ne pratique aucunement les rites sacrificiels. Enfin, allez savoir. Je profite juste de cette occasion pour lui laisser le choix de croire ou non en une possible piste que je lui laisse là. En vérité je suis même plutôt interloquée de cette offrande. Par chance il m’en faut plus pour être choquée ou rebutée par ce genre de vision. Quelle gâchis. Enfin, puisqu’il s’en va, je ne tenterais pas de le retenir, même si je ne peux m’empêcher de lancer une dernière réplique.
 
« Par contre, je ne vous remercie pas. Je n’aime pas quand c’est trop frais et je ne pratique pas le meurtre. Les vivants m’ennuient, c’est pour cela que je ne m’en préoccupe pas. Vous avez de la chance d’être un cousin éloigné de la goule vous. Goules qui seront ravies de leur festin. »
 
Laissant ce cadavre disparaitre dans les entrailles du Falasmaryon, je retrouve Ruin pour m’en aller le plus loin possible d’ici. J’ai envie de voir d’autres paysages, pourquoi pas par-delà les mers.
morceaux de chair et
fragments d'os

Code de Frsoty Blue de Never utopia • modifié par Cya

Morceaux de chair et fragments d'os • pv Senka

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cursed Anthalia :: Tantreval :: Zaphias :: Le Falasmaryon-